Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:53
Quelques noms de la droite des années 1980-1990 qui ont crée des ponts vers le FN.

Quelques noms de la droite des années 1980-1990 qui ont crée des ponts vers le FN.

Droite - FN : vingt ans d'affinités électorales

 

Elu par la gauche, Chirac sortira-t-il des législatives avec une majorité bleue-brune? Ce ne serait pas la première fois que la droite pactiserait avec son extrême, dont Pasqua disait: "Nous avons des valeurs communes"

 

La "lepénisation des esprits" ne dat pas d'hier. Elle est antérieure à la formule de Robert Badinter et a précédé le phénomène Le Pen. En 1981, deux mouvements d'inspiration gaulliste se créent pour défendre les valeurs de la droite et faire barrage aux socialo-communistes. Le premier se nomme Solidarités et défense des libertés. Son "parrain" en est Charles Pasqua. A son côté, se trouvent les jeunes Alain Juppé et Jacques Toubon, l'ancien ministre de la Défense Yvon Bourges, le maire de Nice Jacques Médecin, Alice Saunier-Seïté, ancienne secrétaire d'Etat aux Universités de Giscard, ou encore Jacques Dominati, un vieil ami de Le Pen. A la base, se regroupent des anciens du Service d'action civique (SAC), qui, à Marseille, constituent l'ossature du mouvement. Essentiellement composé de militants du parti des Forces Nouvelles (PFN, extrême-droite), Solidarité et défense des libertés a une existence éphémère. Pour défendre les mêmes valeurs lui succède le mouvement Initiative et Liberté (MIL), fondé le 16 décembre 1981, sous le patronage de Jacques Foccart, l'homme des réseaux africains de De Gaulle. Le MIL, défend la liberté d'entreprendre et la liberté de l'enseignement, s'oppose au collectivisme et à la social-démocratie. Son programme affiche ses valeurs: il désigne, déjà, l'immigration comme "une menace mortelle pour l'identité nationale". Dénonce "l'Europe fédérale et supranationale", les lobbies mondialistes, "les multinationales et la Trilatérale", l'antiracisme "instrument de désagrégation de la nation" et le Syndicat de la magistrature. Le MIL, dont Robert Pandraud sera nommé président d'honneur ne fait pas dans la dentelle. Une partie de ses idées, c'es le FN qui les défend alors. Ce qui vaut, dans les années 80, au mouvement de Le Pen de recruter dans les rangs de la droite républicaine. Ou parmi les adhérents du Club de l'Horloge, fondé par des militants du RPR ou les Comités d'action républicaine de Bruno Mégret et Jean-Yves Le Gallou, tous deux issusde la "droite classique". Le FN attire ausi des membres d'un vieux parti de droite, le Centre national des indépendants (CNI). Fondé en 1948, il a eu son heure de gloire avec Antoine Pinay et René Coty. Le Pen en sera un député en 1957. Dans les années 80, Alain Robert, ancien militant d'extrême-droite, et Michel de Rostolan échoueront à la députation sous l'étiquette CNI; l'un rejoindra le RPF de Pasqua, l'autre le FN. Parti croupion, le CNI n'a pas fini d'intéresser la droite de la "droite molle": Charles Millon et Philippe de Villiers essaieront tour à tour d'en prendre le contrôle ou de se l'inféoder.

En 1983, la droite fait moins de chichis avec le FN qui commence à accumuler les succès: Le Pen recueille aux municipales 11,26% des voix dans le XXe arrondissement de Paris. Quelques mois plus tard, c'est l'élection municipale partielle de Dreux. Jean-Pierre Stirbois, secrétaire général du FN, y fait mieux que le chef avec 16,76% des suffrages. Le FN gagne trois sièges au conseil municipal grâce à son alliance avec le RPR et l'UDF, qui soufflent la mairie au Parti socialiste. L'année suivante, le FN réalise 10,95% des voix aux européennes. Le président du groupe RPR à l'Assemblée, Claude Labbé, livre le fond de sa pensée: "Le Pen, c'est une réalité politique, nous devons travailler en commun".

 

L'original FN et les copies RPR

Certains au RPR croient que le succès du FN ne sera qu'un feu de paille. C'est le cas de Jacques Toubon qui, en 1986, assure Chirac que "à la fin de l'année, le FN fera 1%"; d'autres plaident pour des accords. Comme Michel Junot, un ami personnel de Chirac, qui se fend d'une tribune dans le Figaro où il suggère que le RPR fasse des alliances électorales avec le FN. D'autres, enfin, envisagent de rogner les scores du FN qui, grâce au retour à la proportionnelle, dispose, en 1986, d'une vingtaine de députés à l'Assemblée. Bernard Pons et Patrick Devedjian y sont favorables. Pour parvenir à ce but, certains préconisent une double tactique: débaucher des députés lepénistes et susciter des candidats anti-immigrés afin de faire baisser les résultats du FN.

Ainsi naît "l'Association contre le vote des immigrés" qui présente un candidat à Sarcelles. Son président est un ancien élu RPR de Lille passé au FN et qui, élu député frontiste, a rompu avec Le Pen. Une note transmise opar l'Association au ministère de l'Intérieur explique l'intérêt de l'opération: en 1985, le FN a fait 15% des voix à Sarcelles, en 1986, la liste "Contre le vote des immigrés", a obtenu 7,20%, alors que le FN est repassé à moins de 10%. Comme l'écrit l'auteur de la note: "Ce score prouve qu'avec une bonne campagne, on peut capter une grosse partie des voix du FN".

Ce n'est pas la première fois que la droite suscite des "oppositions d'extrême-droite" factices. Elle l'a fait aux législatives de juin 1986 et le fera pour d'autres élections partielles. Comme la mise sur orbite d'une autre association dont l'intitulé est explicite: "Trop d'immigrés - la France aux Français". Dans le canton de Cergy Sud, avec 9,20% des voix, son candidat devant le FN et les écologistes. Euphorique, son président proclame le déclin du Front. A ses yeux, Le Pen est disqualifié. Pis, il "risque d'être un frain à la défense des Français contre le fléau de l'immigration"(sic). De 1986 à 1988, ce genre d'opérations se multiplient. car c'est dans les eaux de la droite "dure" que la droite "républicaine" chasse l'électeur. Jacques Chirac ira même jusqu'à demander à Jean-Marie Le Pen d'appeler à voter pour lui en 1988, comme le confirme Charles Pasqua. Résultat: le FN se mobilise pour faire battre Chirac et François Mitterrand est réélu.

Le feu de paille s'éternise. En novembre 1991, Bruno Mégret livre 50 idées afin de "rendre la France aux Français". L'ancien militant du RPR s'affirme comme l'idéologue du FN. Son catalogue comprend la remise en cause des naturalisations accordées depuis 1974, l'instauration d'une obligation de réserve, la création de caisses de sécurité sociale séparées, d'un label "produit en France avec des Français", l'instauration de centres d'hébergement surveillé et l'affrètement de charters pour le retour des immigrés. Ce programme n'a pas rébuté, en 2002, les élus de droite qui lui ont accordé leur signature, sur ordre de l'Elysée, selon le Canard Enchaîné, mais aussi selon Pasqua.

 

Le Front gagne en respectabilité

1991 est l'année de la célèbre envolée de Chirac sur les "odeurs". Celui qui prétend avoir échappé à la lepénisation des esprits déclame: "Notre problème ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose...Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte d'Or et, avec sa femme, gagne 13.000F, et qui a sur le même palier une famille dont le père, avec trois ou quatre épouses, a une vingtaine d'enfants, gagne 30.000F de prestations sociales sans travailler...Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, eh bien, le Français devient fou et il faut le comprendre". L'année suivante, en mars 1992, le sénateur-maire RPR de Périgueux, Yves Guéna, confie au magazine d'extrême-droite le Choc que la vocation assimiliatrice de la France est en panne. Tout spécialement en ce qui concerne les Maghrébins: "Cette assimiliation, vu le nombre qu'atteignent les musulmans, devient impossible". Une opinion que partage plus d'un tiers des sympathisants du RPR tandis qu'un sur deux considère le FN comme un "parti comme les autres" et même un "pari utile".

En 1995, alors qu'il fait campagne pour Chirac, le député Eric Raoult considère que les "accords électoraux avec le FN" sont "inéluctables". D'autant que de nombreux élus gaullistes assument fièrement leurs "valeurs communes" avec le FN. Ernest Chenière, proviseur martiniquais rendu célèbre pour ses prises de position sur le voile islamique, élu député RPR en 1993, remporte l'année suivante une élection cantonale grâce à l'apport des voix du FN. "Les valeurs défendues par Chenière sont proches des nôtres", dit le FN, tandis que Chénière explique que "la plupart des électeurs du Front sont de braves gens qui en ont ras le bol de l'insécurité et de l'immigration". Tout comme Le Pen, il est favorable au dépistage obligatoire du sida auquel cas on se refuserait, selon lui, "pour préserver les intêrets des groupes à risque", dont celui des homosexuels. Si Chirac est élu en 1995, il ne le doit pas à Le Pen qui a appelé à voter Jospin. Deux ans plus tard, le FN fait chuter la majorité présidentielle lors des législatives. Dans certaines circonscriptions, cependant, il apporte son soutien à des élus RPR bien pensants.

 

Rencontres discrètes

Le 16 juin 1997, le chef de la "droite ferme" Jean-Marie Le Pen et le député RPR Robert Pandraud dînent aux chandelles. Pandraud ne doit sa réelection qu'aux voix du Front avec lequel il partage bien des idées: il est hostile à Maastricht, partisan de "chantiers de jeunesse" afin de "rééduquer les délinquants multirécidivistes" ou de "l'expulsion systématique des immigrés délinquants". Certains de ses amis  RPR de Seine-Saint-Denis oeuvrent depuis longtemps en coulisse pour une union discrète avec "le diable". Un autre ancien responsable du RPR, Jean-François Mancel, élu de l'Oise, aurait également participé aux agapes. Ce qu'il dément, tout en confirmant l'existence de discussions "privées" avec le FN, dont l'objectif serait de parvenir à des désistements réciproques. Mancel est finalement exclu du RPR pour ses trop nombreuses (et voyantes) tractations avec le FN. et son image de marque un peu ternie après une succession d'affaires. Son isolement est de courte durée. En juin 1998, il se rapporche de Charles Millon, ancien ministre de la Défense d'Edouard Balladur*. Avec quelques notables RPR de Picardie, Mancel a réanimé un vieux mouvement gaulliste local, le Mouvement départemental de Renouveau, avec lequel il entend rallier la Droite que Millon vient de lancer et qui a reçu l'appui de trois petits partis: le Parti pour la liberté (qui soutient actuellement le FN), ce qui reste du CNI et le Parti national républicain fondé par un ancien lepéniste. Ce conglomérat ne refuse ni accord loval ni alliance ponctuelle avec le FN, et afiche ses valeurs communes avec les pestiférés de l'extrême droite. Il bénéficie du parrainage discret de plusieurs parlementaires de "la droite républicaine": Michel Caldaguès, sénateur RPR de Paris, Alain Griotteray, Jacques Larché, sénateur RPR, Michel Poniatowski, qui a dénoncé dans National Hebdo les lobbies maçonnique et "ethnique", Christine Boutin, Albin Chalandon, RPR, ou encore Xavier de Villepin.

 

Millon, Blanc et Soisson de mouillent

Charles Millon est un homme de convction. Il n'en a pas changé depuis que, dans les années 70, il militait au sein du Club de l'Astrolabe, proche du mouvement d'orginie brésilienne Travail Famille Propriété qui, en 1981, prédisait la bolchévisation de la France après la victoire de la gauche: IVG, anticommuniste, TFP a mené campagne contre des films: Je vous salue Marie de Jean-Luc Godard, Thérèse d'Alain Cavalier et la Dernière tentation du Christ de Martin Scorcèse. Catholique fervent, Charles Millon s'est opposé à la légalisation des couples homosexuels. Un point de vue qu'il partage avec Christine Boutin, favorable à des "négociations transparentes" entre la droite RPR-UDF et le FN.

Alors que le futur chef de la Droite rassemble ses troupes, le 14 juin 1998, Balladur se déclare favorable à une commission qui étudierait l'instauration d'une "préférence nationale" à laquelle, a priori, il n'est pas hostile. Le RPR voulait rogner les ailes du FN, il semble que le Front qui ait rogné "le scole de ses valeurs républicaines". La défaite des législatives en 1997, puis le revers des régionales l'année suivante poussent la "droite molle" à de plus en pus de concession. Le 20 mars 1998, celle-ci n'a conservé plusieurs présidences de région que grâce à des accords passés avec des élus frontistes. C'est le cas en Picardie, en Languedoc-Roussillon, dans le Centre, en Bourgogne et, quelques jours durant, dans la région Rhône-Alpes où l'élection de Charles Millon a été invalidée par le Conseil d'Etat. Après d'innombrables tractations de couloir et d'appareil, finalement, une UDF soutenue par la gauche prendra la présidence de région.

C'est entouré de ces trois présidents élus avec des voix FN (Millon, Blanc et Soisson) que Jacques Chirac a tenu meeting à Lyon, entre les deux tours de la présidentielle. Trois hommes mis au ban de la droite républicaine en 1998.

Alors que, entre les deux tours, Chirac dit tout le mal qu'il faut penser de l'extrême-droite, certains de ses amis pensent déjà aux alliances qu'il faudra réaliser avec le Front National, si la droite veut échapper à une nouvelle cohanitation. Jean-François Probst, ancien directeur de la communication de la Ville de Paris, déclare dans Minute: "Nous avons tous le devoir, du centre à la droite la plus ferme (sic), de nous unir pour battre la gauche". Une gauche qui a pourtant arbitré au second tour entre Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac.

FREDERIC CHARPIER

 

Le Vrai Papier Journal, N°22, Juin 2002.

 

*: correction. Charles Millon a été ministre de la Défense du président Jacques Chirac (1995-1997), et a succédé à François Léotard, ministre de la Défense sous le gouvernement Balladur (1993-1995).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

commentaires

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg