Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 09:33

hUITRES-marennes-oleron-fin-1968.JPG

 

Dans tout le bassin on déploie une activité fébrile...il faut fournir les commandes! Dans certains établissements on travaille 18 heures par jour. C'est  aussi que se joue, en quelques jours, le revenu de plusieurs années de travail...Il faut de 3 à 5 ans et 35 manipulation différentes pour faire une belle huître, digne des gourmets.

Du 10 au 25 décembre, il faut expédier les huîtres mises en dépôt dans les "dégorgeoirs", près des "cabanes". Ces huîtres ont été "montées" des parcs situés en mer, lors des dernières grandes marées de novembre, ou bien pêchées dans les "Claires" où elles sont affinées, engraissées et verdies.

Expédier, cela paraît simple: mais c'est une suite d'opération complexes et pénibles. Dans les dépots, armés de fourches, protégés par de longues cuissardes, les hommes pêchent...les lourds paniers se succèdent et rejoignent les tables de triage.

 

Les femmes trient...

Là, on trie, on compte, on emballe dans des cageots de bois, parfois des manes, sans perdre une minute. Ce sont les femmes, en tenue de pêche, gantées de caoutchouc qui font ce travail. Quelques trieuses automatiques fonctionnent et donnent satifaction. Elles économisent du personnel, toujours difficile à trouver en cette saison...Mais elles sont chères!

Tout près, on garnit de fougère, on étiquette et on pèse paniers et caissettes qui sont cerclés à la machine. Le travail est vite et bien fait. L'huître, bien tassée, conservera son eau. On l'a d'ailleurs habituée, dans les dégorgeoirs, à ne pas baîller quand l'eau se retire...Une étiquette sanitaire, l'adresse du destinataire et les colis sont prêts à partir pour la gare S.N.C.F. ou bie la gare routière.

Cette année encore, les expéditions se font dans d'excellentes conditions atmosphériques...température fraîche, mais pas de gelées. Le mauvais temps, qui a sévi ces derniers jours tout le long de la côte, n'a guère gêné les expéditions, les ostréiculteurs ayant "monté" leurs huîtres depuis plusieurs semaines...


La "Marennes" un bon millésime

La "Marennes" se présentera aux amateurs dans toute sa fraîcheur et avec toute sa saveur caractéristique. Particulièrement bone cette année, elle est semblable à celle de 1966...Un grand millésime "l'huître de l'année du pont d'Oléron".

 

30 tonnes en huit jours!

 

La clientèle principale, c'est toujours Paris, mais les demandes de la clientèle des grandes villes de province devient chaque année plus importante: Lille, Lyon, Dijon, Strasbourg, ainsi que les exportations vers la Belgique, la Suisse et aussi l'Allemagne.

Les colis familiaux sont aussi fort nombreux. La demande est toujours aussi importante, mais si la "spéciale" qui constitue le summum de la qualité est préférée, seuls les petits numéros 4 et 5 sont réclamés. Pour l'ordinaire on manque de numéros 6et 7...Un ostréiculteur en a expédié, à lui seul, 30 tonnes en huit jours.

Tout cela vient du prix des huîtres...il faut bien le dire: elles sont chères et cela devient un luxe!...Tous les ans elles augmentent. La raison, disent les ostréiculteurs : la sous-production actuelle causée par le gel de 1965, les tempêtes de 1966 et l'invasion des jeunes moules de 1967.

 

Une invasion dans les gares

 

Là aussi l'activité est intense, on charge wagons après wagons. Le personnel de certaines gare a décuplé. A Bourcefranc, on charge en moyenne 110 wagons à 10 tonnes. Au Chapus, de 80 à 100 et à Marennes 80 à 100 également.

A la gare routière, les gros transports chargent rapidement, de 15 à 20 tonnes pour chacun, surtout en colis familiaux. De plus en plus les expéditions se font par la route.

R.L. SAUNIAC

 

Centre Presse, Mardi 24 Décembre 1968.

 

Bonus-vidéo:

les difficultés de production des huîtres sur l'ïle d'Oléron en 1970

Poitou-Charentes Actualités, 29 Décembre 1970.


Partager cet article

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article

commentaires

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg