Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 11:58

Basket

Pro B : "Fos a franchi une première étape"

Publié le Lundi 12/05/2014 à 05H45

Le FOPB, qui affronte Poitiers en play-offs demain, se dote d'une structure professionnelle à partir du 1er juillet.

Qualifié en play-offs pour la quatrième année de rang en cinq saisons de Pro B, Fos Ouest Provence est sur le point de vivre une révolution. Les droits sportifs du FOPB seront en effet transférés à compter de la prochaine saison à la S.A.S. Provence Basket. Sous réserve, bien entendu, que la LNB réinscrive le club en championnat professionnel. Cela signifierait que les éléments présentés par l'association FOPB quant à la résorption de ses déficits antérieurs l'aient pleinement convaincu.

Avant de défier Poitiers, demain à l'extérieur puis jeudi à Fos, Antony Thiodet fait le point pour La Provence des sports sur les dossiers chauds du moment. L'ex-dirigeant de l'Asvel annonce également les premières grandes décisions, dont la prolongation de contrat de Rémi Giuitta. Entretien avec le futur président de Provence Basket.

Les play-offs débutent demain pour Fos, à Poitiers. Quelles ambitions nourrissez-vous ?
Antony Thiodet : La qualification constituait un objectif en soi. Une fois qu'on y est, c'est pour les gagner. Perdre en quarts ou en demies, cela revient au même. Il n'y aura qu'un élu. On l'a vu tout au long de la saison, le championnat est très instable. Tout peut se passer, c'est l'intérêt des play-offs. On tombe sur Poitiers qui, avec Bourg-en-Bresse, est l'une des équipes les plus en forme. Ce sera compliqué, mais on s'est toujours accommodé de notre position de challenger. C'est déjà notre quatrième qualification consécutive. Compte tenu des moyens mis à disposition de Rémi Giuitta, c'est une belle performance.

La nouveauté, c'est que le club va adopter une structure professionnelle.
A.T. : 
Oui, le 1er juillet. Cette décision traduit notre ambition et préfigure ce qu'on veut faire de ce club : l'emmener au plus haut niveau. Cela passe par une évolution de sa structure capitalistique. En harmonie avec l'association FOPB et en intelligence avec les acteurs fosséens, que ce soit Jean-Pierre Barnes (président du FOPB) ou René Raimondi (maire de Fos). On ne remerciera jamais assez le San Ouest Provence pour ce qu'ils ont fait pour le club, et pour ce qu'ils continuent à faire, quand bien même nous sommes appelés à évoluer dans une dimension métropolitaine. La structure est posée, mais ce n'est qu'une plateforme pour accueillir des ambitions futures.

Où en êtes-vous ?
A.T. : Il y a un certain nombre de risques face à nous et il faut les effacer, conforter les bases, pour être plus attractif pour des investisseurs d'importance. C'est une phase intermédiaire.

Quelles sont vos attentes autour de ce nouveau modèle ?
A.T. : Après un an passé sur le territoire marseillais et avec une nouvelle expérience au Palais des sports, on ne sort que conforté sur l'opportunité de créer quelque chose à dimension européenne. Le basket a ceci de particulier que le ticket d'entrée pour parvenir au plus haut niveau français n'est pas si élevé (environ 5 Men Pro A, ndlr) et on peut très bien imaginer atteindre ce top niveau dans les 4 à 5 ans. Et si on avait le bonheur que le projet d'Arena se concrétise, alors on pourrait viser une des deux ou trois places réservées par l'Euroligue à la France pour participer à cette compétition (semi-fermée, ndlr ). Pour être proche de Jordi Bertomeu (président de l'Euroligue, ndlr), je sais qu'il ne les imagine pas ailleurs que sur les trois plus gros marchés français (Paris, Lyon, Marseille). Chaque chose en son temps, mais c'est aussi cela qui pourrait se dessiner. Pour l'instant, on a franchi une première étape avec le positionnement sur Marseille. Beaucoup disaient que c'était une vue de l'esprit d'implanter à Marseille un autre sport professionnel que le football. On a fait la démonstration du contraire avec les neuf matches joués au Palais, qui ont attiré du public (2 043 spectateurs en moyenne, ndlr) et fédérent des partenaires privés.

Vous deviendrez président de la SAS Provence Basket. Quid de Barnes ?
A.T. : Effectivement, j'assumerai la première présidence. Jean-Pierre Barnes va rester président de l'association FOPB et je lui ai proposé de prendre une présidence d'honneur sur la société. Il le mérite après tout ce qu'il a fait pour le club. Il ne peut pas avoir de rôle plus statutaire car les textes l'en empêchent.

Pourquoi ce choix structurel ?
A.T. : Cette société s'impose pour attirer des investisseurs. Dans une association, vous ne pouvez pas investir et espérer en retirer des dividendes car, si dividendes il y a, ils restent propriété de l'association, qui est par essence à but non lucratif.

Avoir une société, c'est permettre l'arrivée d'investisseurs et se doter de capitaux propres pour renforcer les reins de la structure en cas de pépins. C'est également rassurant pour les partenaires commerciaux.

Quel sera le fonctionnement ?
A.T. : Structurellement, la SAS va gérer l'équipe professionnelle et le centre de formation. Là où on est innovant dans notre approche, c'est qu'on ne se contente pas d'une seule association support en tant qu'actionnaire puisqu'il y en aura trois. Comme le FOPB, le Smuc (club marseillais en N3M et N1F, ndlr) va devenir actionnaire et aura un des sept sièges au comité de direction de la SAS. On cherche encore un troisième partenaire sportif dans le bassin aixois ou salonais pour avoir des centres de préformation afin de quadriller le territoire. On va aussi ouvrir le capital à une association dite des 'socios'. On réunirait alors les conditions pour que cette société ne soit pas l'émanation d'un club, le FOPB, mais de tous les clubs de la métropole. La dimension métropolitaine doit fédérer cet élan du basket provençal.

Qui vous épaulera ?
A.T. : Il y aura quatre administrateurs désignés par Provence Basket, dont moi. Les trois autres sont Jean-François Caujolle, Luc Bouvet et Marshall Glickman. Leur rôle est essentiel. Je n'imagine pas gérer seul. Il faut de l'expertise, de la compétence, des avis éclairés. On a commencé à rentrer dans cette dynamique d'implication. Notre première décision est d'ailleurs d'avoir prolongé le contrat de Rémi Giuitta pour trois ans supplémentaires alors que son bail se terminait fin juin.

Où en est le dossier de wild-card pour lequel vous avez candidaté ?
A.T. : Il suit son cours. On a été auditionné deux fois. On nous a dit que c'était le projet le plus abouti sur sa vision et ses développements, mais il manque des garanties court terme pour pleinement sécuriser la commission. Cela vient du fait qu'on est le seul dossier basé sur une relocalisation dans un marché nouveau.

Ceci étant dit, si on n'était pas choisi cela ne me pertuberait pas plus que ça. On a réuni les conditions pour construire un modèle fort à terme. Si on est cohérent dans nos choix et qu'on maintient la stabilité sportive, on finira par monter ! Rester en Pro B ne constituera pas un frein pour le projet.

SAS : société par actions simplifiées

Jean-Claude Lebloi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article

commentaires

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg