Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 08:09

L'hymne officiel de l'équipe de France pour le Mundial 1986 au Mexique

 

Avec dans le désordre: Sim, Enrico Macias, Patrick Sébastien, Carlos, Didier Barbelivien, Herbert Léonard, Marcel Amont, Philippe Lavil, Sacha Distel et Michel Boujenah.


La pochette de l'oeuvre, prise sur horreursmusicales.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 07:55

 

Pris sur la Pris sur la page facebook du comité des fêtes de Saint-Germain-de-Marencennes.

 

Pour les curieuses et les curieux, voici un aperçu de ce qu'il se préparait alors pour l'édition Charette Bleue 2011.

 

 

L'hebdo de Charente-Maritime
09 JUIN 2014
Saint-Germain-de-Marencennes : clôture gipsy et flamenco au festival de la Charrette bleue

La nouvelle édition de la Charrette bleue, le festival des cultures potagères”, organisée par la Société des fêtes, se déroulera vendredi 13 et samedi 14 juin.

La Charrette bleue est de retour avec un festival d'animations. Comme les années passées, les écoles (Péré, Vandré et Saint-Germain) seront les partenaires de cette fête. Celle-ci débutera dès 11 h, vendredi, avec un spectacle pour les petits de la maternelle, 'Le Petit chasseur de lions”. C'est un spectacle participatif, créé par Marie-Ange Damour. Elle sera accompagnée par Luc Diabira et Mélaine Lemaître. Cela se passera au Pré-Bègue ; l'entrée est gratuite. Un repli sera possible, à la salle des fêtes, en cas de mauvais temps. Ce spectacle sera rejoué à 14 h, pour les plus grands.
L'ouverture officielle du festival aura lieu à 18 h, à la salle des fêtes, avec une déambulation en musique, avec les Di'sonnants. Petits et grands pourront venir costumés.
Place ensuite au traditionnel marché semi-nocturne, de 18 h 30 à 23 h 30, sur la place Saint-André. L'entrée sera gratuite, mais le public pourra choisir son repas parmi les nombreux stands gastronomiques présents (à déguster sur place ou à emporter). La soirée sera toujours animée par les Di'sonnants et place du Tertre, un groupe passionné de chansons françaises.
Samedi, la fête débutera à 14 h 30, square Pierre-Rousseau, avec l'Îlot vacances, et un jeu de piste sur les Marentins. À 15 h 30, ce sera la remise des 'oscars” pour les plus beaux Marentins. Luc Diabira et Mélaine Lemaître seront de retour, à 16 h, pour un goûter musical.
À 18 h 30, à la salle des fêtes, Barrio Cante Gipsy et ses danseuses animeront l'apéritif, avant la soirée tapas et flamenco, à la salle des fêtes.

Tarifs repas : 20 € par adulte ; 10 € par enfant ; réservations au 05 46 68 81 17 ou au 05 46 68 81 32.

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 07:42

football-prehistorique.JPG

 

ballon-enorme-dans-cage-de-but.JPG

 

Drapeau-blanc-dans-les-cages.JPG

 

tir-du-ballon-qui-fond.JPG

 

spectateur-crampons-television-football.JPG

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 08:02

Joyeux anniversaire le Poitiers Basket 86!

10-ans-du-PB86.jpg

Photo : Christophe Alexis Perez

Bien que la saison ne se soit pas achevée sur la remontée du PB86 en Pro A, on peut féliciter le club d'avoir organisé cette soirée d'anniversaire qui a vu la naissance de ce fleuron du sport régional. Excellente initiative d'avoir fait appel aux anciens de la maison, parmi lesquels on retrouvera entre autres Rasheed Wright, Kenny Younger, ou encore Guillaume Costentin, et bien d'autres encore.

Pour que la fête soit belle, il faut que le 6ème homme soit là, que les travées de Saint-Eloi soient pleines. Rendez-vosu à la salle de Saint-Eloi, à partir de 19H30.

 

 

 

Au programme de cette soirée :

17h00 :  match des jeunes du Centre de Formation, entrée libre et gratuite.
18h45 : ouverture des portes au public pour le match All Star
19h30 : début de la soirée de gala
21h45 : fin du match, grande séance de dédicace avec les joueurs. 


Animations : 

- Concours de shoot à trois points avec nos meilleurs marqueurs ! Rasheed Wright, Sylvain Maynier, Lamine Kante et Arnault Thinon se défient derrière la ligne à 3 points. 

- Les Chor'initia enflameront les temps mort du match.

- Inscrivez-vous au concours du shoot du milieu de terrain et tenter de gagner 2 abonnements pour la saison 2014/2015 du PB86 ! 4 joueurs seront tirés au sort parmi les bonnes réponses et participeront au concours. Rendez-vous sur ce lien pour vous inscire : 

INSCRIPTION SHOOT MILIEU DE TERRAIN


- Des cadeaux à gagner grâce à de nombreuses animations.

- Des posters seront offert au public lors de la séance de dédicaces reprenant le visuel de l'affiche.


Constitution des équipes : 

Deux équipes s'opposeront dans le match All Star. L’équipe Génération N1 coachée par Greg Thielin sera en majorité constituée des joueurs champions de France N1 en 2006. Et l’équipe Génération Pro B coachée par Ruddy Nelhomme est principalement constituée de champions de France Pro B en 2009.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Poitiers Basket 86
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 12:14

Juin 1945

Les Actualités Françaises, 15 Juin 1945.

 

1ère visite présidentielle: Vincent Auriol

 

Les Actualités Françaises, 12 Juin 1947

 

2nde visite présidentielle: François Mitterrand

 

France 2, 10 Juin 1994.

 

3ème visite présidentielle: Jacques Chirac 

 

France 2, 16 Juillet 1999

 

4ème visite présidentielle:

François Hollande avec le Président allemand Joachim Gauck

 

Reuters, 4 Septembre 2013

 

Vers le dialogue avec les Alsaciens

Petit point historique: dans la division SS Das Reich, qui a commis ce massacre, figuraient des Alsaciens, incorporés de force, les "malgré-nous".

Robert Hebras, survivant du carnage a été condamné en 2012 par la cour de Colmar pour avoir mis en doute le "caractère forcé" de l'incorporation des Alscaciens dans la division Das Reich. Le 10 Juin 1944, 14 Alsaciens ont participé au massacre.

 

France 3 Alsace, 9 Juin 2004.

 

La délégation alsacienne à Oradour en 2004

 

France 3 Alsace, 10 Juin 2004.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 08:13

Logo Courrier International

 

ESPAGNE Les dix choses qui vont changer avec le nouveau roi

Les pièces de monnaie avec le visage de Juan Carlos, les noms des lycées et des mairies et même le nom de certains prix… des évolutions liées à l'arrivée du nouveau monarque, Felipe VI.

timbre-espagne-juan-carlos.jpg

 

Outre son importance dans la vie institutionnelle, le changement de souverain va se traduire par des différences dans le quotidien, depuis les pièces de monnaie jusqu'à la loge pour la finale de la Coupe d'Espagne de football. Le visage de Juan Carlos Ier, qui occupait nos porte-monnaie depuis 1975, va devoir être remplacé par celui de son fils. De même pour les timbres et les documents officiels. Ils seront établis au nom du nouveau souverain, Felipe VI. Don Felipe succèdera également à son père dans les écoles et les mairies. Il va devoir se faire tirer le portrait en tant que roi avec au moins cinq tenues différentes : en civil, en uniforme de chaque armée et en habit d'apparat.

Mais les nouveautés ne s'arrêteront pas là. Les prix “Prince des Asturies” (qui récompensent des travaux d'envergure internationale dans huit catégories) pourraient devenir “Princesse des Asturies”. On pourrait également voir changer le nom des hôpitaux, des universités et des rues. C'est certainement Don Felipe qui remettra la Coupe du roi. En parlant de football, il y aura une autre différence puisque le Real Madrid ne sera plus le club du souverain. L'Atlético est aujourd'hui plus “royal”, étant donné que Felipe VI en est supporter. Et à Noël, ce sera son tour de prendre place devant les caméras pour prononcer le discours traditionnel.

Quand y aura-t-il des pièces à l'effigie de Felipe VI ?

Les pièces de un euro sont frappées au portrait du chef de l'Etat espagnol. Juan Carlos Ier y a figuré depuis 1975, d'abord sur la peseta puis sur l'euro. Lorsque la fin de sa fonction de chef d'Etat sera confirmée, les euros à son effigie cesseront d'être émis. Si les choses vont au même rythme que dans les autres pays de la zone euro, comme en Belgique et aux Pays-Bas, les euros “philippins” pourraient être en circulation dans moins d'un an.

Ces euros seront-ils les premiers à l'effigie de Felipe ?

Ce ne sera pas la première fois que le visage de l'actuel prince des Asturies figurera sur une monnaie. Cela a déjà été fait en 2004 avec une édition de pièces commémorant ses noces avec Letizia Ortiz. Elles portent la date du 22-V-2004 et ont une valeur de 12 euros.

Quand présidera-t-il sa première Coupe du roi ?

Don Felipe essaiera de profiter de la bonne passe de l'Atlético [qui a remporté le championnat national cette année] et de voir son équipe jouer en finale de la Coupe du roi, le 30 juin 2015. Le lieu n'a pas encore été décidé, tout dépend des clubs qui seront finalistes.

Qu'adviendra-t-il des infrastructures portant le nom du prince des Asturies ?

Qui ne connaît un centre de soins, un parc public, un centre omnisports ou un lycée “Prince des Asturies” ? Plusieurs mairies se sont empressées d'annoncer qu'elles n'en changeront pas le nom. Du moins pas dans l'immédiat. L'expérience avec Juan Carlos laisse à penser que la plupart seront rebaptisées au fil du temps.

Un roi moins amateur de corrida ?

Tout le monde sait que la famille royale se divise en deux camps bien distincts : les taurins, représentés par Juan Carlos Ier et l'infante Elena, et les antitaurins, incarnés par la reine Sofia et l'infante Cristina. Felipe de Bourbon (peut-être sur la retenue en raison de son rôle de prétendant au trône) s'est généralement situé entre les deux. La présence du roi à la Corrida de la Beneficencia à Madrid est une tradition. Habituellement, le souverain reçoit les brindis des toreros et s'entretient avec eux après les festivités. Felipe VI le fera-t-il l'année prochaine ? Il est peu probable que ce soit avec son épouse : Letizia Ortiz est réfractaire à la fête taurine. Certes, on l'a vue en mantille, mais seulement dans les cérémonies militaires et/ou religieuses, pas dans les arènes.

Présidera-t-il le défilé de l'armée pour la première fois ?

Non. Le prince l'a déjà fait en 2013. Son père venait de se faire opérer de la hanche et ne pouvait pas être présent.

@Felipevi ou @Felipesexto ?

Ni l'un ni l'autre. Les réseaux sociaux devront attendre. Ces deux noms existent déjà sur Twitter mais aucun n'est celui du futur roi. On trouve également quelques imitations plus ou moins drôles ou revendicatives. La doctrine de la @CasaReal [@MaisonRoyale] veut qu'aucun membre de la royauté espagnole n'ait, présentement ou même dans le futur, de profil officiel sur les réseaux sociaux.

Du suspense à Noël ?

Du décor à la réalisation, de la mise en scène aux costumes et du ton au contenu, il y a déjà belle lurette que les discours de Juan Carlos Ier à Noël sont passés de classique à rétro. Sa première allocution sera, pour son fils, l'occasion d'opérer un virage radical par l'une des rares fenêtres par lesquelles la Maison royale s'adresse directement aux Espagnols. Et d'abandonner au passage les sempiternels “sentiments de fierté et de satisfaction”.

Que deviendra le tableau d'Antonio López ?

En 1994, la Maison royale a commandé au peintre Antonio López un portrait de la famille royale, qui se composait alors des souverains et de leurs trois enfants. Vingt ans ont passé et le tableau est toujours en cours de réalisation. López a affirmé qu'après de nombreux retards, il sera terminé à la fin de cet été. Juan Carlos Ier y apparaît comme un roi qui aura cessé de l'être lorsque l'œuvre sera livrée. “Je peins presque tous les jours et je n'arrêterai que lorsque je remettrai la toile, ce qui est prévu pour la fin de l'été, j'ai renoncé à tous les ateliers et je vais passer les prochains mois à travailler à ce tableau”, a assuré l'artiste.

L'adjectif “campechano” tombera-t-il en désuétude ?

“Campechano”. Dans la sixième acception du terme donnée par le dictionnaire de l'Académie royale espagnole (RAE) : adj. fam., sympathique, simple, peu enclin aux cérémonies et aux formalités. Lorsqu'on tape “rey juan carlos campechano” sur Google, on obtient environ 46 600 résultats. La recherche “principe felipe campechano” donne dans les 85 700 résultats. Cela signifie-t-il que Felipe VI perpétuera, voire consolidera l'étiquette la plus utilisée par les médias pour parler du roi ? Attention, même Google n'est pas infaillible. Une analyse très superficielle de la première page de résultats, à laquelle s'arrête la majeure partie des utilisateurs, montre que l'utilisation de “campechano” pour qualifier Felipe est davantage le fruit d'un trait d'humour, d'un effet de style ou d'animosité, que d'un point de vue sincère.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 09:40

Mais que font le représentant(e)s de la Vienne?

Quid d'un XI des sénateurs?

Coupe du monde - Équipe de France de l'Assemblée

Mercredi 4 Juin 2014

On était à la présentation de l'équipe de France des députés

Il y a quelques semaines, les représentants de l'Assemblée nationale ont annoncé la création, Coupe du monde oblige, d'une équipe de France de football des députés. Ce mercredi, rendez-vous était donné dans l'un des salons de l'hémicycle pour dévoiler les membres de ce nouveau groupe Bleu. Entre franche rigolade et petits tacles placés.

 


  BFM TV, 5 Juin 2014

 

Le ciel est gris et il pleut dru ce mercredi sur la rue de l'Université. Aux portes du 128, une petite poignée d'observateurs se sèche et attend de passer les contrôles de sécurité. Les pièces d'identité dégainées et les caméras déposées sous l'objectif du tapis roulant, le temps est venu de pénétrer dans les lieux. À côté des voitures de fonction, les costards-cravates bavardent, téléphonent, se fendent de rires gras. Jeunes ou bedonnants, parfois les deux, tous ne se rendent pas à l'événement qui se tient au bout de l'allée. Vêtue selon les standards de la République, une femme indique alors le chemin : « À votre droite, s'il vous plaît ». Le salon est majestueux. Paré de dorures, boisé à souhait, verdure en arrière-plan, l'endroit sent bon les réunions politiques et les réceptions de circonstance. Au milieu du fatras de perches déjà présentes, un petit homme à la stature populaire est encerclé. Guy Roux, la voix molle et le verbe lent, répond aux premières sollicitations des journalistes. Il évoque l'équipe de France, le Variété Club de France et finalement son rôle dans cette équipe fraîchement formée. Pas le temps de développer que la foule se déplace. Successivement, Jacques Vendroux, puis Claude Bartolone aimantent les objectifs. Les principaux acteurs sont là, que le match commence.

Un groupe (presque) transpartisan

Du bas des petites chaises de fortune, le pupitre paraît bien garni. On stage, Jacques Vendroux, Régis Juanico, Eduardo Rihan-Cypel ou encore Guy Roux se partagent micros et Badoit. Aux premiers rangs, quelques députés et futurs membres de l'équipe s'échangent des regards complices. Pour ouvrir le bal, Claude Bartolone prend la parole en prenant soin de citer Paix et guerre entre les nations de Raymond Aron et de tracer un lien entre l'action des députés et le ballon rond. L'argumentaire est quelque peu bancal, mais qu'importe. Seule une anecdote sur la rencontre difficile du XV parlementaire français contre celui des All-Blacks arrache un sourire à l'assistance. Paraît-il qu'un homme à la tête de la Cour des comptes serait sorti du terrain au bout de 10 minutes dans un état de décomposition avancé… Juste avant de céder sa place, il présente le Graal : un maillot de l'équipe de France, floqué numéro 10 au nom d « Assemblée nationale ». Un nom très long pour une équipe de poids lourds.

 

 

View image on Twitter

 

  Pris sur le compte Twitter du député UMP Lionel Tardy.

Passés les discours de remerciements de la Fédé, Guy Roux présente sa liste : « Après des années, me voici enfin sélectionneur de l'équipe de France (…). J'ai toujours une grande peur qu'il arrive un accident de santé. Il est arrivé une fois un claquage, mais jamais plus. J'espère que ça va continuer ! » Hauts les cœurs, les femmes sont les premières citées. Elles sont 6, dont Marie-Arlette Carlotti et Barbara Pompili, à qui le short devrait aller à ravir. Chez les hommes, il y a du monde. Tellement que l'ami Guy oublie de tourner la page et les quelques noms restants. Parmi les têtes d'affiche, on retrouve Eric Woerth, Bruno Le Roux, Luc Châtel ou encore François Barouin. Une équipe médicale, ou plutôt « coupeuse de citrons » portera, entre autres, en ses rangs la bruyante Cécile Duflot. De l'UMP au PS en passant par l'UDI, les Verts et même l'extrême gauche, cette équipe se veut ainsi transpartisane. Ou presque. Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard ne font en effet pas partie du groupe.

Des paroles et des actes

Avant même sa première rencontre, cette EDF des députés compte déjà deux capitaines : Eduardo Rihan-Cypel et Régis Juanico. Quand le discours du premier reste mesuré, celui du second dérive. Tancé par Jacques Vendroux sur son auto-nomination au poste de gardien titulaire, le socialiste patine. Il faut dire qu'un autre joueur prétend à la place de numéro 1. Au fond de la salle, Lionel Tardy et son envergure d'albatros trépigne. Lui qui se verrait bien garder les bois fait déjà face à la mainmise de certains sur la compo. Juanico s'en sort avec une pirouette locale : « Ruffier n'étant que remplaçant, un Stéphanois se devait d'être titulaire en équipe de France. » Lloris-Ruffier, Juanico-Tardy : même combat. Les gants déposés, Juanico reprend en vantant le diversité de l'effectif, mais s'enlise de nouveau : « Légère surreprésentation des députés des Français de l'étranger, mais bon, on va pas s'en plaindre, après tout, ils existent, comme nous. » Merde, Régis… La première affiche au profit du service de cardiologie pédiatrique de l'hôpital Necker annoncée (le 10 septembre contre le Variété Club de France qui comptera plusieurs pointures en son sein selon Jacques Vendroux, Yannick Noah étant la seule confirmation connue), les députés s'installent dans la pièce adjacente pour la traditionnelle séance photo.

 

Au milieu des crépitements, il est en un qui tente de se faire remarquer : Ramzy Hammadi, député à la litanie aisée, ose la blague : « Nous, on descendra du bus ! » Rire solitaire, regard gêné… Le trait d'esprit fait toutefois place aux interviews en petit comité. Pendant que Guy Roux parle d'Eduardo Rihan-Cypel, ce député « qui aurait pu jouer en National ou en CFA », l'intéressé s'adonne à une séance de jongles en mocassins. La technique est habile, le discours plus policé, notamment lorsqu'on l'interroge sur le schéma tactique : « On va faire des passes, jouer en bloc et mettre le collectif au service de nos individualités. » Ass.Nat, c'est le Barça ! Des individualités pourtant, cette équipe semble en compter. Au détour des discours, tous louent la patte gauche d'un certain Philippe Martin. Ce dernier assume, entre deux blagues sur l'état des croisés de Lionel Tardy : « J'ai une très bonne pointe de vitesse et une certaine qualité de centre. » Ailier solide, il ne tarde d'ailleurs pas à faire trébucher un Cyril Eldin en pleine tentative de dribble. La star de l'équipe est dure sur l'homme. Pour Claude Bartolone, l'heure du déj' approche. Après avoir refusé quelques échanges de la tête (on le comprend, les lunettes, c'est pas pratique), le chef de l'hémicycle regagne ses appartements. Pendant ce temps, Régis Juanico continue son marathon médiatique : « Vous savez, j'ai participé à plusieurs compétitions dans la Loire, en lancer du disque notamment. » Il est d'ailleurs l'un des derniers à demeurer dans la pièce, en compagnie de son co-capitaine Rihan Cypel, du loquace Razzy Hammadi et de coach Roux. Il est déjà 13h, soit le moment de rejoindre les tables de la cafet' pour s'y gaver des féculents. Le mot de la fin est toutefois réservé à l'ami Juanico, incité à s'exprimer en brésilien : « Tutto bene ». Gracias Régis.

La liste des 36 (sous réserve de modifications d'ici le 9 septembre) :

Eduardo RIHAN CYPEL Régis JUANICO Pouria AMIRSHAHI Christian ASSAF Alexis BACHELAY François BAROIN (UMP) Nicolas BAYS, Christophe BORGEL Marie-Arlette CARLOTTI Christophe CAVARD (Écolo) Luc CHATEL (UMP) Virginie DUBY-MULLER (UMP) Hervé FERON Hugues FOURAGE 
Jean-Marc GERMAIN 
Razzy HAMMADI 
Marietta KARAMANLI François-Michel LAMBERT (Écolo) Pierre-Yves LE BORGN Isabelle LE CALLENNEC (UMP) Bruno LE ROUX Arnaud LEROY Sandrine MAZETIER Édouard PHILIPPE (UMP) Barbara POMPILI (Écolo) François PUPPONI Gwendal ROUILLARD Nicolas SANSU (GDR) Lionel TARDY (UMP) Thomas THEVENOUD Olivier VÉRAN Fabrice VERDIER Patrick VIGNAL 
Eric WOERTH (UMP)

Coupeurs de citrons :

Patricia ADAM Cécile DUFLOT (Écolo) Joëlle Huillier Kléber MESQUIDA


Par Raphael Gaftarnik, au Palais Bourbon

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 13:29

 


Lui :
Je suis américain et je vis en Pennsylvanie
En 1944 j'étais sergent dans l'infanterie
Jeannette et moi on s'est mariés
C'était le mois de mai
Et l'on m'a parachuté sur un village Français
La guerre, Jeannette, je te l'ai racontée
Et dans mon cœur j'ai toujours gardé

{Refrain :}
Ensemble :
Les vaches rousses, blanches et noires
Sur lesquelles tombe la pluie
Et les cerisiers blancs made in Normandie
Une mare avec des canards
Des pommiers dans la prairie
Et le bon cidre doux made in Normandie
Les œufs made in Normandie
Les bœufs made in Normandie
Un p'tit village plein d'amis
Et puis les filles aux joues rouges
Qui donnent aux hommes de là-bas
Qui donnent aux hommes de l'amour
L'amour made in Normandie
Oh ! oui les filles aux joues rouges
Qui donnent aux hommes de là-bas
Qui donnent aux hommes de l'amour
L'amour made in Normandie

Elle :
Je suis américaine et je suis née à Philadelphie
En 1944 tu es parti loin de ma vie
J'ai mis dans ton blouson un peu de terre de notre pays
J'ai tremblé en écoutant la radio toutes les nuits
La guerre tu sais tu me l'as racontée
Mais dis encore, qu'as-tu rapporté ?

Lui :
La guerre, Jeannette, je te l'ai racontée
Et dans mon cœur j'ai toujours gardé
{x2}

Ensemble :
{Refrain x2} 

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg