Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 11:53

Le Stade Rochelais retrouve l'élite du rugby français après avoir passé trois saisons en Pro D2

 

 Logo SUD OUEST 2000

Finale de Pro D2 : La Rochelle est bien au top

Plus maîtres de leur jeu, les Rochelais ont gagné leur billet de retour en Top 14 en ayant fait le trou en première période. Malgré un beau baroud d'honneur, le SUA est lui parti de trop loin (31-22)

Un peu plus de trois ans après l'avoir quitté, le Stade Rochelais retrouvera le Top 14 le 16 août prochain. Après avoir échoué deux fois en demi-finales et évacué le syndrôme palois la semaine dernière, les Maritimes ont répondu ce dimanche après-midi à Bordeaux au rendez-vous qu'ils attendaient.

Dans un stade Chaban-Delmas surchauffé, ils ont longtemps étouffé Agen avec une entame de match où leur expérience des phases finales a pesé. Leurs supporters, plus nombreux et plus bruyants, n'auront perdu leur voix qu'une poignée de secondes : au sommet du va-tout lot-et-garonnais en seconde période, lorsque Francis a manqué la transformation qui aurait offert une fin de rencontre irrespirable (31-22, 72e). Plus agressifs d'abord, davantage maîtres de leur jeu, supérieurs dans les fondamentaux et alternant intelligemment, les hommes du duo Collazo - Ribeyrolles, malgré les frayeurs finales, ont montré dans l'approche et la gestion de l'événement qu'ils étaient bien les dauphins de Lyon cette saison (31-22).

Fébrile sous la pression pendant 50 minutes, le SUA regrettera lui de ne s'être libéré qu'une fois le verdict acquis, dans un retour aussi désespéré que beau et plein de rythme. Ça peut lui laisser des regrets et devra lui servir, aussi, s'il doit regoûter à ces moments-là dans un an.

Car les Rochelais n'auront pas mis longtemps à mettre la main sur le match. Dans les tribunes, avant même le coup d'envoi, et sur le terrain, passées 10 minutes d'épreuve de force devant où chaque pack aura eu sa pénalité - le SUA sur groupé-pénétrant (0-3, 3e), l'ASR en mêlée (3-3, 7e). Dominateurs sur les impacts, dans le combat et planant en conquête, les Maritimes ont profité aussi d'un jeu au pied défaillant pour vite prendre le large dans une première mi-temps où les Lot-et-Garonnais n'auront sorti la tête de l'eau que via l'indiscipline rochelaise.

Mais le temps fort agenais (23e - 33e) se terminait avec zéro point marqué, trois touches perdues, deux ballons lâchés à l'impact dans les 22 mètres et... un double carton jaune pour Lafoy et Narjissi (33e). Et l'écart était déjà important au tableau d'affichage (14-3).

L'essentiel avait été fait en une poignée de secondes : sur le premier ballon joué par les Rochelais et une double percussion fidjienne - Bobo puis Botia -, Audy avait décalé Cestaro seul dans le petit côté. Et si l'arrière avait été repris le nez devant l'en-but, il parvenait à faire rebondir le jeu dans une défense non replacée (8-3, 12e). Bales avait lui la mauvaise idée de laisser traîner son genou dans le dos de Cler qui venait d'aplatir : Fortassin avait raté la transformation, mais l'ouvreur jaune et noir tapait la pénalité en touche. Et se rattrapait après que Giraud se soit mis à la faute dans l'alignement (11-3, 14e).

Cler, gêné par Paris alors qu'il semblait filer à l'essai après un astucieux coup de pied pour lui même (16e), avait manqué de peu de tuer le suspense, mais celui-ci n'aura pas duré jusqu'à la pause : à 14 contre 14 et après un nouveau frisson dans le dos d'une défense agenaise agressive mais prise par-dessus, le pack maritime mettait trois fois consécutivement son vis-à-vis à l'épreuve. L'essai de pénalité était inéluctable et la sirène de la pause semblait sonner le glas des espoirs du virage bleu et blanc de Chaban (21-3, 40e).

La deuxième mi-temps ? Folle.

Alors que Bobo avait sanctionné un nouveau ballon perdu par des Agenais toujours aussi tétanisés à la reprise (28-3, 43e) et Fortassin, très bon, conclu d'un drop acrobatique une nouvelle envolée (31-3, 51e), l'orgueil de Narjissi et des siens a relancé l'intérêt de la rencontre. Lamoulie, après une succession de temps de jeu et Ludik, servi au pied par Bales, rapprochaient les leurs (31-17, 58e).

Sous la pression, Dejbaïli écopait logiquement d'un carton pour une succession de fautes devant la ligne (62e). Le regret lot-et-garonnais sera de ne pas avoir enfoncé le clou à ce moment-là, alors que les Rochelais, sur le reculoir, ne parvenaient plus à mettre la main durablement sur le ballon. Car le troisième essai, en force par Ratuniyarawa après une nouvelle longue séquence est arrivé un peu tard (72e). Et n'a surtout pas été transformé.

Le mérite rochelais dans la tempête aura alors de ne pas perdre complètement son fil défensif. Les leçons de sa perte de contrôle lui serviront, aussi, dans trois mois : le Stade Rochelais revient dans l'élite avec l'ambition de s'y installer. Ce ne sera pas simple, mais il a montré aussi qu'il avait des arguments. En attendant, il peut savourer.


Kevin Gourdon : "En deuxième mi-temps, on s'est ch... dessus"

Marc Giraud (troisième ligne d'Agen): "On connaît maintenant le niveau de la Pro D2. On ne sera pas surpris. On sait que c'est fait d'humilité et de travail. On sait où on va maintenant. On s'est mis la pression tout seul. On est sorti de nos schémas. On prend des contres que l'on n'a pas l'habitude de prendre, parce qu'on ne joue jamais comme ça. On est sorti du match, on a su y revenir dedans en seconde mi-temps. Mais on est trop sorti de nos schémas."

Rémi Vaquin (troisième ligne d'Agen): "On va fêter cette saison. Cette saison fut belle après une année dernière difficile (relégation de Top 14, ndlr). On a vécu des choses très fortes dans le groupe. C'est là-dessus que l'on va essayer de s'appuyer pour l'avenir. L'an prochain, on va essayer d'être dans la même lignée. Il ne faut pas mourir sur ce match. Ils ont été meilleurs que nous. On leur laisse, tant mieux pour eux. Nous, il faut que l'on rebondisse tout de suite. Le pire serait de s'enterrer là-dessus."

Kevin Gourdon (troisième ligne de La Rochelle): "On a respecté les consignes. On a bien joué chez eux. Ca a payé. On savait que l'on avait une mêlée supérieure à la leur et on l'a exploitée au bon moment, notamment sur cet essai de pénalité. (Sur la remontée d'Agen en seconde période) On s'est ch.. dessus. On était bien, puis ils nous ont mis sous pression petit à petit, puis on n'a plus touché la balle. On a su répondre intelligemment, sans se mettre à la faute."

Fabrice Ribeyrolles (entraîneur des arrières de La Rochelle): "Avec ce travail accompli avec Patrice (Collazo, entraîneur des avants, ndlr) depuis trois ans, avec ce groupe de qualité, on ne peut pas dire que c'est mérité, mais il y a une logique par rapport à ce que l'on a fait toute la saison. Il y a une grande fierté. On a su faire ce qu'il fallait pour aller chercher cette accession. On a fait 45 minutes parfaites, précises, où on a vraiment fait ce que l'on avait décidé de faire pour les surprendre. Stratégiquement, c'était parfait. Après, on s'est vu un peu trop beau rapidement. Mais on a eu les ressources, comme toute la saison, pour tenir ce résultat et aller chercher cette accession."

 

Sud-Ouest, Dimanche 25 Mai 2014.

Ambiance sur le Vieux-Port au retour des joueurs


 

Source video: France 3 Poitou-Charentes, Dimanche 25 Mai 2014.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 07:18

Pane-cioccolato-Bergamo.JPG

Bergamo, Jeudi 24 Avril 2014.

 

Conclusion: la preuve ultime que le pain au chocolat n'a rien à voir avec la chocolatine!

J'ajoute pour les passionné(e)s du sujet que vous pouvez retrouver la grande étude de 2012 menée par Adrien VH avec la collaboration de Romain M. avec une très intéressante cartographie de la France qui a été réalisée par le biais du suffrage des internautes de l'Hexagone.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 07:38

Une-CP-11-Juin-1979.jpg

La Une de Centre Presse, Lundi 11 Juin 1979.

1979

Abstention: 39,29% (13,8 millions d'électeurs)
Bulletins blancs et nuls: 1,1 million

Victoire de la liste Simone Veil (UDF)

 

1984

Abstention: 43;28% (15,9 millions d'électeurs)
Bulletins blancs et nuls: 0,7 million

Victoire de la liste Simon Veil (UDF-RPR)

 

1989

Abstention: 51,20% (19,6 millions d'électeurs)
Bulletins blancs et nuls: 0,5 million

Victoire de la liste Valéry Giscard d'Estaing (UDF-RPR)

 

1994

Abstention: 47,24% (18,4 millions d'électeurs)

Bulletins blancs et nuls: 1 million

Victoire de la liste Dominique Baudis (UDF-RPR)

C'est la première baisse du taux d'abstention aux élection européennes.

 

1999

Abstention:53,24% (21,3 millions d'électeurs)

Victoire de la liste François Hollande (PS-MDC-PRG)

Bulletins blancs et nuls: 1,1 million

C'est la première fois qu'aucune liste ne récolte les voix de plus de 10% du corps électoral inscrit.

 

2004

Abstention: 57,24% (23,7 millions d'électeurs)

Victoire des listes présentées par le PS
Bulletins blancs et nuls: 0,5 million

Mise en place du scrutin par grandes circonscriptions.

 

2009

Abstention: 59,37% (26,2 millions d'électeurs)
Bulletins blancs et nuls: 0,7 million

Victoire des listes présentées par l'UMP

 

Source: france-politique.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les miscéllannées
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 08:26

Victoire 90 à 76 (49-35)

LES MARQUEURS POITEVINS : 

Souchu 12 Points, Greer 17, Guillard 11, Thinon 8, Ingram 12, Ekperigin 15, Fall 2, Kanté 11, Joseph 2, Harley 2

(les soulignés correspondent au Cinq d'entrée)

 

Catch & shoot

En course pour la remontée, Poitiers domine Fos à domicile (90-76)

Un an après avoir connu la descente en Pro B, le PB 86 de Ruddy Nelhomme recevait les Fosséens de Rémi Giutta en quart de finale aller des Playoffs. Bien en jambes dès le début de la rencontre, les Poitevins se sont facilement imposés contre les Provençaux.

Pour assister à un minimum de suspens à Poitiers, il ne fallait pas être en retard ce mardi, tant les protégés de Ruddy Nelhomme ont su dès les premières minutes prendre la mesure de leurs visiteurs. Après dix minutes, les Provençaux étaient en effet déjà à dix longueurs (25-15). En s’appuyant sur un Jeff Greer (17 points à 6/11, 6 rebonds et 3 passes) décidément en forme ces derniers temps, les joueurs du Poitou ont même aggravé l’écart dans les dix minutes suivantes pour rallier les vestiaires avec quatorze longueurs d’avance (49-35 après vingt minutes).

Performant à l’intérieur grâce à la très efficace doublette Pierre-Yves Guillard (11 points à 4/4, 6 rebonds et 2 passes) – Laurence Ekperigin (15 points à 6/8, 6 rebonds et 2 passes), le PB 86 temporisait malgré tout quelque peu en début de deuxième mi-temps face à un Sherman Gay inarrêtable ce mardi (23 points à 10/10, 2 passes et 1 contre) et un Tanguy Ramassamy inspiré (13 points à 5/8 et 4 rebonds). Pleins de maîtrise, les Poitevins maintenaient pourtant le rythme au début de la dernière période et n’avaient plus qu’à dérouler lors de ce dernier quart pour finalement s’imposer à domicile : 90-76.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Poitiers Basket 86
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 07:11

Atletico-Bukkake.JPG

Firenze, Mardi 22 Avril 2014.

En bonus: le logo du club. Comprenne qui pourra...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 08:00

Charlie Hebdo (1ère version), Lundi 29 Mars 1972, N° 71. Dessin de Wolinski

Alors que d'ici quelques jours se dérouleront les élections européennes, dans de trop nombreux pays d'Europe monte une vague d'euroscepticisme. Le vivre-ensemble européen ne vit pas ses plus belles heures. Evidemment, la crise qui frappe notre continent depuis 2008 ne facilite rien. Par manque d'une véritable solidarité européenne, on mise plus tôt sur notre côté cavalier solitaire pour échapper au marasme. Et faute de s'entraider, on s'accuse plus ou moins des responsabilités de nos malheurs. Et ce raisonnement poussé très loin, on franchit avec brio les limites de l'absurde.

Ainsi, le Français moyen va accuser l'Allemagne de ne pas être solidaire en imposant des régles budgétaires trop strictes, alors que dans le même temps, on va accuser la Grèce de nous tirer vers le fond parce qu'elle ne veut pas faire de réforme. Et puis les pays d'Europe de l'Est qui font du dumping social avec des emplois à bas coûts. Et les autres pays qui ne font pas d'efforts en matière d'environnement alors que nous ont se met des barrières alors qu'on pourrait très bien ne pas le faire comme eux! Sans oublier le trop classique rituel sur l'immigration avec les Roumains et les Bulgares en têtes-de-turc.

Hélas, le Français moyen a une trop haute estime de soi. Mais si l'on réduit l'échelle de ce raisonnement, notre Français troque sa casquette "nationaliste" pour une casquette "régionaliste". Parce que bon les Bretons qui ne veulent pas l'écotaxe, les Provençaux qui ne vivent que de magouilles et compagnie sans oublier ces Parisiens qui viennent s'implanter dans notre région, hein, franchement on n'est pas aidé. Et out ça, avec nos impôts!

Réduisons encore un peu cette échelle à la taille du département. La casquette régionale fait place à celle du département. C'est vrai que les Deux-Sévriens, ils ont rien chez eux et profite de notre attractivité, de nos structures pour survivre, et ne parlons pas des Charentais qui se traînent sur les routes et qui créent des bouchons, ce qui use pas mal les voitures et nous fait user notre carburant qui et déjà bien assez cher comme ça!

Plus bas encore: l'échelle municipale. Heureusement que notre ville est bien développée avec son hôpital, son université, que l'on tire le reste du département vers le haut, que c'est sûr que c'est pas Châtellerault et Loudun qui vont nous faire vivre. Et sans parler des gens qui viennent travailler chez nous et qui repartent dans leurs campagnes! Les impôts locaux, c'est qui les payons, pas eux!

Resserons encore un peu notre échelle à celle du quartier. La municipalité fait des efforts d'aménagements dans les quartiers et ils viennent bosser chez nous, en centre-ville, et puis avec tous les centres commerciaux implantés partout, ben ça tue le petit commerce! Et il faudrait que eux aussi, ils aient des tarifs avantageux dans les parkings, alors que nous on vit ici, c'est nous qu'on paye quand même!

Une échelle plus étroite? Non mais franchement, les gens ils ne font plus attention à rien de nos jours dans les communs de l'immeuble, l'escalier est sale et en plus c'est toujours moi qui change les ampoules avec mes sous, et qui ramasse les pubs qui traînent par terre, non franchement entouré de tels gens, c'est sûr qu'on ne peut pas s'en sortir!

Plus près encore! C'est vrai que le voisin de palier, il fait rien que du bruit le soir, et il reçoit plein de gens qui font du bruit dans l'escalier. Je vous le jure, avoir des voisins pareils, c'est pas un cadeau, non franchement on est vraiment bien tranquille, seul chez soi, pas déranger les autres...Hein? Eh, y a plus personne là pour m'écouter? Eh les gens...Ben me voilà seul comme un con maintenant. Et je faire quoi sans les autres maintenant?

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 12:08

  Une-NR-20-Mai-1974.jpg

La Une de La Nouvelle République, Lundi 20 Mai 1974

 


2ème chaîne, Dimanche 19 Mai 1974.

 

La première déclaration du candidat nouvellement élu

 

 

 

Valery Giscard d'Estaing en anglais:

"You will not be desapointed"

 

 

 

Un portrait du 3ème Président de la Vème République

 

Lundi 20 Mai 1974

 

Profession de foi audiovisuelle du candidat Giscard d'Estaing


ORTF, Vendredi 17 Mai 1974.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 08:05

 


 

Quand l'baba-cool cradoque
est sorti d'son bus Volkswagen
qu'il avait garé comme une loque
devant mon rade,
j'ai dit à Bob qu'était au flipp :
Viens voir le mariole qui s'ramène,
vise la dégaine,
quelle rigolade !
Patchouli-Pataugas, le Guide du Routard dans la poche,
Aré-Krishna à mort, ch'veux au henné, oreilles percées,
tu vas voir qu'à tous les coups
y va nous taper cent balles
pour s'barrer à Katmandou,
ou au Népal.

Avant qu'il ait pu dire un mot,
j'ai chopé l'mec par l'paletot
et j'ui ai dit : Toi tu m'fous les glandes,
pi t'as rien à foutre dans mon monde,
arrache-toi d'là, t'es pas d'ma bande
casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre !

Une p'tite bourgeoise bêcheuse,
maquillée comme un carré d'as,
a débarqué dans mon gastos,
un peu plus tard.
J'ai dit à Bob qu'était au flipp :
Reluques la tronche à la pouffiasse,
vise la culasse
et les nibards !
Collants léopard, homologués chez SPA,
Monoï et Shalimar, futal en skaï comme Travolta
qu'est-ce qu'elle vient nous frimer la tête ?
Non, mais elle s'croit au Palace !
J'peux pas saquer les starlettes
ni les blondasses.

Avant qu'elle ait bu son cognac
je l'ai chopée par le colback,
et j'ui ai dit : Toi, tu m'fous les glandes,
pi t'as rien à foutre dans mon monde,
arrache-toi d'là, t'es pas d'ma bande
casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre !
casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre !

Un p'tit rocky barjo,
le genre qui s'est gouré d'trottoir,
est v'nu jouer les Marlon Brando
dans mon saloon.
J'ai dit à Bob qu'avait fait tilt :
Arrête, j'ai peur, c't'un blouson noir !
J'veux pas d'histoires
avec ce clown.
Derrière ses pauvres Raybanes, j'vois pas ses yeux,
et ça m'énerve,
si ça s'trouve y m'regarde, faut qu'il arrête
sinon j'le crève !
Non mais, qu'est-ce que c'est qu'ce mec
qui vient user mon comptoir ?
L'a qu'a r'tourner chez les Grecs,
se faire voir !

Avant qu'il ait bu son Viandox
je l'ai chopé contre l'juke-box
et j'ui ai dit : Toi, tu m'fous les glandes,
pi t'as rien à foutre dans mon monde,
arrache-toi d'là, t'es pas d'ma bande,
casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre !

Pi j'me suis fait un punk qu'avait pas oublié d'être moche,
pi un intellectuel en loden genre Nouvel Obs'.
Quand Bob a massacré l'flipper
on avait plus une tune en poche,
j'ai réfléchi et je m'suis dit :
c'est vrai que j'suis épais comme un sandwich-SNCF
Et que d'main j'peux tomber sur un balèze
Qui m'casse la tête.
Si ce mec-là me fait la peau
et que j'crève la gueule sur l'comptoir
si la Mort me paye l'apéro
d'un air vicelard,

avant qu'elle m'emmène voir là-haut
si y'a du monde dans les bistrots,
j'lui dirai : Toi, tu m'fous les glandes
pi t'as rien à foutre dans mon monde.
Arrache-toi d'là, t'es pas d'ma bande,
casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre !

 

En bonus, la bande annonce du film de 1984 Marche à l'ombre

avec Gérard Lanvin et Michel Blanc

 


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg