Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 07:51

Mercredi dernier, à la suite du discours d'investiture de Manuel Valls et notamment de ses déclarations concernant la réorganisation territoriale, PourquoiPasPoitiers vous a offert l'opportunité de vous exprimer sur ce que vous vouliez comme nouvelle structure géographique administrative.

Voici le résultat du scrutin qui s'est clôturé dimanche à 21h.

27.1 % (19 votes)
Le 16 et le 17 avec l'Aquitaine, le 79 et le 86 avec le Centre.
25.7 % (18 votes)
Poitou-Charentes intègre la région Aquitaine
14.3 % (10 votes)
L'indépendance.
12.9 % (9 votes)
Fusion avec Pays de la Loire et Bretagne pour créer le Grand-Ouest.
11.4 % (8 votes)
Formation d'un grand ensemble "Limousin-Poitou-Charentes".
5.7 % (4 votes)
La région reste dans sa configuration actuelle.
2.9 % (2 votes)
Je m'en fous

Source: La Nouvelle République, 17 Janvier 2014.

Vous avez été 70 à vous exprimer et je vous en remercie. Certain(e)s n'ont pas pu voter et je le regrette. Bien que ce sondage ne soit que simplement représentatif des lectrices/lecteurs de PourquoiPasPoitiers, considérons tout de même le résultat mentionné ci-dessus: d'une courte tête, avec 27,1% des suffrages, vous souhaitez voir la région séparée en deux morceaux, la partie nord (Vienne et Deux-Sèvres) être intégrée à la région Centre, qui avec le probable démantèlement de la région Pays de la Loire, comporterait 11 départements (contre 6 actuellement) pour former un nouvel ensemble qui pourrait être renommé "Val de Loiree". La traditionnelle frontière de la Loire s'effondrerait sur ce territoire, Orléans devenant dès lors notre nouvelle Préfecture de région (par autoroute, les deux cités sont séparées de 190 km). La partie sud quant à elle serait intégrée à l'Aquitaine.

Cette dernière vous a séduit: avec 25,7% des suffrages, vous voudriez être rattaché à la région Aquitaine, ce qui, selon les différents échos recueillis ici et là, semblerait conforme au projet du gouvernement (les cartes qui reviennent le plus souvent indiquent que le Limousin, le Poitou-Charentes et la Vendée fusionneraient avec l'Aquitaine, formant ainsi un nouvel ensemble de 13 départements). Ainsi, la "super Aquitaine irait de la Bidassoa séparant la France de l'Espagne à la rivière Vienne, séparant ce bloc de la région Centre soit environ 500km entre les frontières nord et sud. Cette proposition reprend par ailleurs celle du rapport Balladaur de 2009.

Afin de satisfaire tout le monde, j'ai voulu proposer l'indépendance: il n'y a pas de raison valable pour qu'il n'y ait que des Bretons, des Basques, des Corses et des Savoyards qui soient indépendantistes! Sérieux ou pas, vous avez été 14,3% à approuver ce choix là. Cela dit, il est permis de penser qu'économiquement parlant, pour notre région reposant sur l'agriculture, le tourisme et l'ostréiculture, les fins de mois risqueraient d'être légèrement compliqué. Mais il en fallait pour tout les goûts et si un ou un indépendantiste voudrait bien me présenter son projet, je m'avouerai fort intéressé pour écouter attentivement son exposé, voire pourquoi pas de le publier sur PourquoiPasPoitiers.

Au pied du podium, la fusion "Limousin-Poitou-Charentes" (ensemble que l'on retrouve dans l'organisaton régionale de France 3) ne semble guère vous séduire avec seulement 11,4% des voix. Ce qui pourrait ressembler à un bloc territorial cohérent, de l'océan Atlantique au Massif Central ne vous intéresse pas spécialement. Il est vrai que les deux régions fusionnées auraient encore un niveau économique faible par rapport à ses puissants voisins. Mais l'ironie de l'histoire, c'est que Poitou-Charentes et Limousin ont de grandes chances de se retrouver ensemble et ne feraient plus qu'un: des Aquitains!

Avec 5,7% des voix, soit 4 votes, vous souhaitez voir la région rester dans son format actuel, ce que plus des 90% de votant(e)s ne souhaitent pas. J'avoue être très étonné par ce faible résultat. Mais si on rapporte ce chiffre à la participation aux dernières élections régionales (50.09% et 53.45% respectivement aux 1er et 2nd tour), cela peut signaler que soit vous n'êtes pas satifsfait de la politique régionale, soit la région Poitou-Charentes manque à vos yeux de cohérence, d'identité, d'attrait économique et social.

Enfin je salue les 2 personnes qui s'en foutent de l'avenir de Poitou-Charentes, et c'était totalement normal qu'elles aient leur mot à dire.

Alors quid de l'avenir? Nous autres, gens du Poitou, allons-nous de venir des Aquitains? Des Centristes? Toujours est-il qu'il est quasiment sûr et certain que nous ne serons plus, ou du moins dans les coeurs de certains des Picto-Charentais.

Mais alors, les élections régionales qui vont se dérouler sans doute en mars 2015, à quoi vont-elles servir si moins de deux ans après l'installation d'un nouveau conseil régional, peu importe la couleur politique, celui-ci se trouve dissout dans une nouvel entité? Aucun engagement ne pourra être tenu puisque cet exécutif local n'aura pas eu le temps d'agir qu'il aura été démanteler, ou autrement, ne pourra en aucun agir son action dans la durée. Les nouvelles régions vont elles avoir des "blocs régionaux" qui vont se constituer? Admettons: la nouvelle région disons Centre vote une mesure défavorable au Poitou, verra-t-on les élus du Poitou, tous bords confondus, voter contre cette mesure? Pour ma part, j'avoue être favorable à un report du scrutin, qui était inititalement prévu en 2016 (les conseils régionaux sont élus pour six ans), puis en 2015 avec la mise en place sous Sarkozy du "conseiller territorial". Voter en 2017? Impossible, le calendrier électoral étant déjà chargé avec les présidentielles et les législatives? Attendre 2018? C'est beaucoup trop loin.  A mon sens, voter à la fin 2016 serait la moins illogique des solutions.

C'est un joli casse-tête qui nous attend dans les semaines et les mois à venir. Mais en tout cas, cela vous aura permis de vous exprimer. Région Centre, sachez qu'une majorité, bien qu'infime, des lectrices et lecteurs de PourquoiPasPoitiers veulent que le Poitou fasse un bout de chemin avec vous. L'invitation est lancée!

 

Je souhaite par ailleurs remercier les personnes suivantes pour avoir partagé sur les réseaux sociaux cet appel au vote: William, 86andCo, Alix, Sophie, Vanessa, Amandine. Je ne vous connais pas toutes et tous personnellement, mais je vous remercie de votre collaboration.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 07:14

Tout de suite, ça devient plus intéressant, non?

 


Un grand merci à Demoiselle R. pour ses précieuses recherches.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 07:59

LA SOUCOUPE VOLANTE D'UN MENUISIER CHARENTAIS

 

BORDEAUX - Un menuisier de Germignac (Charente-Maritime) s'est lancé depuis juillet 1979 dans la construction d'une soucoupe volante aveclaquelle il espère percer le mystère du "Triangle des Bermudes".

L'engin, d'un diamètre de trois mètres, construit en contreplaqué marine, mousse plastique et feuilles d'aluminium dans la cour de la ferme familiale, avec moquette et lit, peut déjà servir de chambre à son inventeur, M. Jean-Claude Ladrat, 34 ans, un ancien marin.

La propulsion de cet OVNI d'un nouveau genre sera assurée, selon son constructeur, par deux batteries de 12 volts grâce à la dialyse entre le plomb et le cuivre. Le champ électromagnétique ainsi créé doit permettre à l'engin de se mouvoir, de l'isoler du froid et de la chaleur et de le rendre en outre invisible, estime M. Ladrat. Quand à l'oxygène nécessaire pour un voyage interplanétaire il serait fourni par des "plantes spéciales"!

M. Ladrat a indiqué enfin que sa soucoupe devrait s'envoler d'ici quatre ans, sinon il la détruirait. En attendant, il s'y est installé pour dormir...et rêver.

Le-charentais-et-la-soucoupe-volante.JPG

La Nouvelle République, début Mai 1980.

 

  FR3 Corse

 

Jeudi 5 Janvier 1984

 

Quelques années plus tard, c'est la caméra de Strip Tease qui est allée à la rencontre de M. Ladrat.

   

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 08:22

 

FrontispiceLarive-RR.jpg

PREFACE

 

Le titre de ce Dictionnaire indique la pensée qui nous a guidés en l'écrivant. Nous avons voulu que chaque article fût à la fois, autant que possible, une leçon des mots et une leçon de choses. Ces deux sortes de leçons se prêtent un mutuel appui; elles sont aussi nécessaires, aussi intéressantes l'une que l'autre. On s'attache davantage aux mots quand on connaît mieux les choses qu'ils désignent, et réciproquement l'étude que l'on a faite d'un objet donne plus de relief au vocable qui en rappelle l'idée.

Il importe donc tout d'abord de donner une notion exacte de chaque mot, d'exposer son origine, de mentionner les formes successives qu'il a revêtues, de préciser son sens propre et primitif et les significations, souvent nombreuses et fort diverses, qui en ont découlé par une travail inconscient de l'esprit humain; enfin d'en indiquer les différents emplois dans la phrase et de citer les locutions où il figure. Tel est le programme auquel nous nous sommes rigoureusement astreints: pour chaque mot nous donnons l'étymologie quand elle est connue, nous y ajoutons, au besoin, les formes du vieux français pour montrer comment on est passé insensiblement du mot originel au français actuel. Puis vient la signification primitive et fondamentale du mot. Quelquefois ce n'est pas la plus usitée; mais elle a l'avantage de projeter une vive lumière sur les sens dérivés et de faire voir comment ils procèdent les uns des autres. L'explication de chaque acceptation est rendue plus sensible par un exemple familier et à la portée de tout le monde. Si le mot soulève quelque difficulté grammaticale, nous en donnons la solution à l'aide de la méthode historique. C'est ainsi qu'on trouvera, dans notre Dictionnaire, la conjugaison des verbes irréguliers, improprement appelés de ce nom parce qu'ils sont demeurés plus conformes que les autres à l'antique conjugaison française; l'indication du pluriel de tous les noms composés et des noms empruntés aux langues étrangères; des remarques sur l'emploi de nos auxiliaires être et avoir, sur l'orthographe de certains participes passés, sur l'emploi du subjonctif, etc. Nous avons cru devoir faire figurer dans notre ouvrage les locutions latines qui reviennent incessamment dans la conversation ou sous la plume de nos écrivains et de nos journalistes. Nous avons également admis quelques locutions tirées des langues vivantes, particulièrement de l'anglais. Estimant qu'il y aurait profit pour tout le monde, et particulièrement pour la jeunesse des écoles, à lire nos auteurs du XVIè siècle, nous n'avons pas hésité à introduire un certain nombre de mots qui sont de purs archaïsmes. Nous nous y sommes décidés d'autant plus volontiers que plusieurs d'entre eux mériteraient d'être rajeunis et que d'autres ont donné naissance à des familles de mots. Tels sont, par exemple, les mots bandon et aigue. Nous n'avons pas davantage reculé devant l'admission des néologismes consacrés par l'usage courant et par l'emploi qu'en font les écrivains et les savants contemporains.

Préoccupés du désir de voir se vulgariser de plus en plus les découvertes et les principes de la grammaire historique, nous avons traité avec d'assez amples développements certaines questions ordinairement omises dans les dictionnaires. Ainsi, nous avons parlé de l'origine et de la vraie nature de chacune des dix parties du discours; nous avons montré l'influence que l'accent tonique a exercée sur la formation des mots de notre langue et quel rôle considérable il remplissait dans notre versification. Tous les doublets et les diminutifs ont été signalés avec soin. Nous avons consacré des articles spéciaux à nos préfixes et à nos suffixes, comme s'ils avaient constitué des mots indépendants. Enfin, nous avons essayé de formuler les principales règles de la phonétique française. On les trouvera en tête de chacune des vingt-cinq lettres du Dictionnaire et dans les articles relatifs aux familles de consonnes. Nous avons jugé qu'il ne déplairait point aux personnes chargées de l'enseignement de notre langue maternelle dans les écoles de trouver à la fin de chaque mot primitif, ou considéré comme tel, la liste des dérivés et des composés qui en sont provenus, ainsi que celle des homonymes lorsqu'il en existe. A l'égard des synonymes, nous avons usé d'une certaine sobriété, ayant constaté qu'en cette matière on se laissait souvent entraîner à des rapprochements erronés.

Telles sont les observations succintes concernant la partie lexicographique que nous avons tenu à présenter au lecteur. Il nous reste à dire ce que nous avons ajouté partout à la simple définition pour donner à notre oeuvre un caractère encyclopédique, qui en fasse un répertoire utile à consulter chaque fois que l'on a besoin de se remémorer un fait, une date, d'avoir l'explication d'un phénomène naturel, de connaître l'origine, la nature, les propriétés, les usages d'une substance, de remédier à un accident, en un mot d'être renseigné sur tout ce qui peut se présenter dans les mille circonstances de la vie.

En géographie, nous avons esquissé à grands traits la configuration de chaque région du globe, de chaque pays, en prenant pour base sa constitution géologique; car nul n'ignore que le relief du sol, que ses productions, que le caractère même des habitants sont, comme disent les mathématiciens, fonction de cette constitution géologique. On pourra s'assurer que les cartes des cinq parties du monde, des principales contrées du globe, de chacun des départements français et de nos colonies ont été mises au courant des plus récents progrès de l'orographie et de l'hydrographie.

Dans la rédaction des articles d'histoire et de biographie, nous avons puisé aux sources les plus récentes, notamment en ce qui concerne les peuples anciens et les migrations indo-européennes. La mythologie comparée nous a fourni l'explication des principaux mythes.

L'archéologie, cette branche de l'histoire, a été de notre part l'objet d'une attention toute particulière: nous nous sommes efforcés de donner des règles très simples à l'aide desquelles chacun pourra déterminer immédiatement la date de nos admirables monuments du moyen âge.

Il ne faut pas s'attendre à trouver dans ce Dictionnaire un cours complet de mathématiques; mais nous n'avons négligé aucune des applications de cette science. Ainsi la mesure des surfaces et des volumes, le tracé des cadrans solaires, du canevas des cartes géographiques, des principaux membres de l'architecture, des organes des machines, les notions de la perspective, les constructions géométriques auxquelles on a recours dans le dessin linéaire et dans le dessin industriel, y occupent une place proportionnée à leur importance pratique. La physique, la chimie, les différentes parties de l'histoire naturelle (minéralogie, zoologie, botabique, géologie) ont été traitées surtout au point de vue de leurs applications aux besoins ordinaires de la vie. Ce sont les sciences qui, indépendamment de leur haute valeur philosophique, contribuuent le plus au bien-être du genre humain. Elles servent de base à la médecine, à l'hygiène, à l'art vétérinaire, à l'agriculture, au jardinage. Elles nous font connaître toutes les matières premières dont s'alimente l'industrie. Elles nous apprennent à nous loger, à nous vêtir, à nous nourrir confortablement, à prévenir les maladies et à nous soigner quand nous sommes malades. Sur chacune de ces questions capitales nous nous sommes fait un devoir de mettre le lecteur au courant des plus récentes découvertes de la science. C'est ainsi, par exemple, qu'en résumant les beaux travaux de M. Pasteur, il nous a été possible d'insérer dans ce Dictionnaire nombre d'articles aussi utiles qu'intéressants sur les maladies contagieuses causées par des microbes, telles que le charbon, le choléra des poules, le rouget des porcs, etc. D'après le même savant, nous avons exposé tout ce que l'on doit savoir sur les maladies des vins et des vers à soie. Les affections parasitaires des céréales et des autres végétaux produites par des champignons ont été également décrites, et nous avons indiqué avec le plus de précision possible les remèdes qu'on doit y apporter. De même pour le phylloxera dont il est si urgent d'arrêter les ravages dans nos vignobles. Si l'on veut bien examiner les articles qui ont trait à l'agriculture, on verra qu'ils ont été travaillé avec persévérance. Les études sur les animaux domestiques nous ont coûté beaucoup d'efforts. Quand une plante joue un grand rôle dans la vie de l'humanité, nous n'hésitons pas à raconter son histoire en détail. C'est ce que nous avons fait à propos du café, du tabac, du quinquina, de la pomme de terre, etc.

Auant qu'il a dépendu de nous, nous avons essayé de remonter à la souche de nos animaux domestiques et de nos végétaux cultivés, la connaissance de leurs lieux d'origine pouvant fournir de précieuses indications sur la manière de les cultiver. Les propriétés médicinales de nos plantes indigènes mériteraient d'être exactement signalées à cause des services qu'elles peuvent rendre, dans certains cas, à la population de nos campagnes. En même temps que nous mentionnons leurs propriétés, nous mettons le public en garde contre l'emploi des végétaux vénéneux, tels que champignons, colchique, etc. Du reste, tant pour les poisons minéraux que pour les poisons végétaux, nous n'avons jamais omis de citer les meilleurs contrepoisons et d'expliquer de quelle façon il faut les administrer.

Nous nous bornons à ce qui précède dans l'énumération des matières que contient cette édition in-quarto; nous ajouterons seulement que des notions de législation usuelle, d'économie politique et agricole,etc., complètent le cycle de cette encyclopédie dont nous avons eu l'ambition de faire en même temps qu'un livre classique le vade-mecum de tous ceux qui s'intéressent à la science et à ses bienfaits.

Maintenant que la plus vive impulsion est donnée à l'enseignement, tout le monde voudra, après être sorti de l'école, se rappeler ce qu'il aura appris et augmenter encore son savoir.

En terminant, nous adressons nos plus vifs remerciement à notre éditeur, M. Georges Chamerot, qui n'a épargné ni peines ni dépenses pour l'impression et pour l'illustration de ce Dictionnaire. Les nombreuses gravures et les cartes dont il l'a enrichi en font, au point de vue typographique, un spécimen des progrès réalisés dans ces dernières années. Les habiles dessinateurs auxquels M. Chamerot s'est adressé ont pleinement répondu à sa confiance. Les animaux et les plantes ont été reproduits d'après nature par MM. Clément et Millot sous la direction de M. Edmond Perrier, le savant professeur du Muséum. Les dessins d'architecture, de meubles, de machines, etc., sont dus à la plume aussi sûre que délicate de M. Libonis. Le colonel Duhousset nous a prêté son précieux concours pour tout ce qui se rapporte au cheval. Nous avons aussi à témoigner notre gratitude à M. Paul Pelet pour le soin et la précision avec lesquels il a dressé les cartes géographiques dont personne ne méconnaîtra la clarté et l'élégance. Toutes les épreuves ont été corrigées par M. Boutmy dont chacun connaît la compétence.

 

LARIVE ET FLEURY

Château de La-Queue-lez-Yvelines (Seine-et-Oise),

ce 21 septembre 1884.

 

Une nouvelle rubrique à venir sur PourquoiPasPoitiers: en prenant appui sur ce dictionnaire datant des années 1880, je vous proposerai, de temps en temps, un mot, un nom, tel qu'il était conçu et défini à la fin du XIXème siècle. Il y a des mots tombés en désuétude, il y a des définitions qui ont changé ou qui de nos jours peuvent paraître totalement scandaleuses (comme pour le mot homosexualité par exemple). Mais au préalable, je tenais à vous proposer cette préface, longue, mais qui définit parfaitement l'ampleur du projet qui avait alors été mené par MM. Larive et Fleury.

Oui, ça sent bon la IIIème République, la place centrale de ce que l'on appelait alors l'Instruction Publique, le désir de permettre à tous de savoir tout sur tout, et un peu plus que tout. Cette matière, je dirais même cette mine d'or, est quasiment inépuisable: chaque tome compte près de huit cent pages. Et il y en a trois!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Mot du XIXème siècle
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 07:22

  C'est une première sur PourquoiPasPoitiers: vous allez pouvoir vous exprimer par le biais d'un sondage! L'actualité chaude, à la suite de la déclaration de politique générale du nouveau Premier Ministre Manuel Valls, me pousse à vous poser cette question simple.

En effet, l'annonce de la mise en place de la réforme pour le 1er Janvier 2017, à savoir la réduction du nombre de régions en France métropolitaine va avoir des conséquences pour notre région: constituée de quatre départements ou vivaient au 1er Janvier 2011 1.780.739 personnes (source: INSEE), représentant un poids économique relativement faible, il y a fort à parier que cet ensemble historiquement très jeune risque soit d'être fondu dans un ensemble plus vaste, soit d'être purement et simplement démantelé.

En effet, le Poitou, l'Aunis, la Saintonge et l'Angoumois n'ont jamais véritablement eu, partagé une destinée commune. Ce territoire, issu d'un assemblage que l'on ne peut pas forcément qualifier de "contre-nature" (l'assemblage des Pays de la loire semble moins cohérent que notre région) a eu des difficultés à se considérer comme un seul bloc. Ainsi, des notes préfectorales des années 1970 s'inquiétaient du manque "d'identité commune" à ces quatre départements, comme l'attestaient aussi cet argument simple, mais totalement valable: il n'existe pas de titre de presse régionale commun entre ces  quatre départements (pour faire simple, le groupe Sud-Ouest dans le 16 et le 17, le groupe La Nouvelle République du Centre-Ouest pour le 79 et le 86, sans oublier les titres locaux que sont La Charente-Libre pour le 16, Centre Presse pour le 86, ou encore Le Courrier de l'Ouest pour le 79).

Par ailleurs, cette réforme, si elle voit le jour, va faire perdre à la ville de Poitiers son titre de Préfecture de Région, sans doute au bénéfice de Limoges, de Nantes ou d'Orléans. Evidemment, ce n'est pas simple à accepter mais c'est bien ce que cette réorganisation ca modifier. Politiquement parlant, cela va-t-il être acceptable, sachant qu'à moins de douze mois des prochaines régionales, le sujet sera sur la table.

Alors exprimez-vous par le biais de cette proposition de suffrage, réagissez en faisant part de votre opinion sur ce sera peut-être la plus grande réforme territoriale depuis la création des départements en 1790!

 

PS: en dessous de ce vote, une carte de la réforme territoriale imaginée au lendemain de la conférence de presse du Président François Hollande en janvier dernier.

NB: attention, cette plate-forme de sondage n'est pas compatible pour les smartphones et les tablettes.

Source: Sudouest.fr
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:36

Sale quart d'heure pour les "résistants de la 25ème heure"!Les-Chinois-a-Paris-1973.JPG

Dimanche matin, le boulevard Haussmann, devant les Galeries Lafayette, offrait un aspect inattendu et qui a surpris les Parisiens passant là. Jean Yanne y tournait des scènes de son nouveau film "Les Chinois" adapté du livre de Robert Beauvais "Les Chinois arrivent".

La thèse du film: le comportement des Français en période d'occupation, illustré sur le ton de la comédie. Dans les scènes tournées boulevard Haussmann, l'armée chinoise d'occupation installait son Haut Commissariat aux Galeries Lafayette et our cela, des centaines de soldats chinois, figurés par des Vietnamiens et des Chinois vivant en France, déménageaient les Grands Magasins afin d'y installer leurs bureaux. Ici, les soldats chinois faisant la chaîne, déménagent les marchandises des Galeries Lafayette parmi lesquelles des mannequins de cire.

AGIP

En Une de Centre Presse, vers le 20 Août 1973.

 

Dans ce film de Jean Yanne, à la fois acteur et réalisateur, émerge un portrait au vitriol des Français. A contre-courant du mythe gaulliste d'une France héroïque et résistante, dans laquelle une infime minorité aurait collaboré, Jean Yanne prend un malin plaisir à détruire cette vision de la guerre sur le thème de la comédie, les nazis devenant les maoïstes.

Les institutions (leurs effondrements bruques, comme en Juin 1940), l'Eglise, les armées, les médias, le Français moyen, il n'épargne absolument personne, lui même jouant le rôle d'un homme d'affaires engrangeant millions sur millions en travaillant au service des Chinois.

Cependant, à l'aube de ces années 1970, la vision de la France résistante s'érode, avec notamment la publication de l'ouvrage de Patxon "La France de Vichy", décrivant cette France que l'on ne voulait pas voir. Où l'on voit que ceux qui se réclamaient le plus de la Résistance n'avaient pas été forcément héroïques: les "Résistants de l'été 45" étaient ceux qui se battaient pour tenir les tondeuses afin de raser les femmes qui étaient accusées d'avoir couchées avec l'occupant.

Cette comédie n'a pas du tout fait rire dans les colones du Figaro et de l'Humanité. Forcément, chacun des camps était sévèrement attaqué par l'artiste.

On retiendra aussi de ce film, les excellentes prestations de "la bande à Jean Yanne", à savoir Daniel Prévost, Michel Serrault, Bernard Blier, Jacques François ou encore de Paul Préboist.

 

La bande-annonce du film


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 07:41

La grande star de la téléphonie mobile du début des années 2000 écoulée à 126 millions d'exemplairesNokia-310-BLEU-MARINE.JPGNokia 3310 bleu marine, the original (fabriqué en République Tchèque).

Partie-basse-nokia-3310.JPG

Le véritable portable invincible: la où un smartphone peut claquer après une seule et unique chute, le 3310 peut encaisser 10, 30, 50 gamelles et fonctionner toujours aussi bien.

Nokia-3310-sans-coque.JPGJ'avoue qu'il m'a fallut effectuer une recherche sur internet pour réussir à démonter le coque de ce portable dont je ne me suis pas servi depuis près de 10 ans (j'ai quitté Nokia pour rejoindre le monde merveilleux des portables à clapet de chez Samsung, téléphone auquel je suis encore fidèle). Et toi, y parviendras-tu du premier coup? Si oui, bravo, si non, voilà la solution.

Coque-Nokia-e-nut-portable-3310.JPG

Ce que l'on voit à travers un 3310: un monde un peu flou.

Coque-foot-US-Nokia-3310.JPG

Là où Nokia avait fait très fort en terme de marketing, c'est qu'on pouvait donner à son téléphone le look que l'on voulait avec des coques interchangeables à souhait. Au grand bonheur des vendeurs sur les foires et autres braderies qui ont en écoulé un sacré paquet (l'un des plus classiques ayant été la coque aux couleurs vert-jaune-rouge ornée d'une feuille de cannabis au dos).

NOKIA-3310-debout-coque-Foot-ricain.JPG

Le Nokia 3310, du haut de ses 133 grammes, peut-on le considérer comme le portable ultime du hipster? Le groupe Lëkki fait le pari que des consommateurs sont prêts à débourser la somme de 80€ pour acquerir un 3310 (les stocks sont déjà épuisés...) qui en plus d'envoyer des sms et de permettre de jouer au snake, possède cette fonction essentielle qu'un jour les smartphones oublieront: celle de téléphoner.  Comme on dit au rugby: "c'est le retour aux fondamentaux!".

Comme de nombreux Français, j'ai gardé tout mes anciens téléphones portables, de mon premier Trium à mon précédent Samsung à clapet. Je ne sais pas spécialement quoi en faire, mais je les garde pour le principe. Mais sachez que de nombreuses boîtes cherchent à récupérer vos vieux téléphones afin de récupérer et de recycler les différents composants.

Oui, dans nos petites archives personelles, on a tous un petit trésor...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 08:24

 

 

ORTF, Lundi 14 Octobre 1974

Présentateur: Claude Brovelli

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg