Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 11:27

 


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:25

Plan-centre-de-Poitiers-en-1860.JPG

V. REPONSE ENTRE LES LIGNES

 

Le Conseil municipal de Poitiers comptait alors 26 membres. Tous ces hommes étaient des notables élus au Suffrage universel par un corps électoral sensible, davantage qu'aux théories politiques, au modérantisme et à la sagacité des candidats concrétisés par l'importance de leurs revenus. Beaucoup de propriétaires - et des plus grands - parmi eux :  Maximin AUTELLET avouait 25000 F. de rentes ce qui laissait entendre que son capital était au moins 30 fois plus élevé (1). HASTRON - que nous retrouverons bientôt - était banquier. Un bon quarteron de professeurs de droit avec GRELLAUD déjà nommé, Olivier BOURBEAU, intelligent et ambitieux et quelques autres appartenant à la Cour Impériale, constituaient les têtes chercheuses. Serein et silencieux depuis 1852, attendant son heure, le médecin Arsène-Orillard incarnait une forme de libéralisme poitevin charitable et discret tandis que l'imprimeur OUDIN dont les presses tiraient "Le Courrier de la Vienne et des Deux-Sèvres" courtisait volontiers des légitimistes bon teint.

 

UN PROGRAMME DE CHOC

 

Tous furent d'accord pour suivre dans la contre-attaque, laquelle devrait prouver que le Conseil municipal de Poitiers, tout en reconnaissant le bien fondé d'une décision préfectorale, savait, seul, prendre ses responsabilités et demeurait seul juge des grands intérêts de la Ville.

En foi de quoi, ils fabriquèrent un programme des grands travaux de Poitiers propre à inquiéter n'importe quel préfet, fût-il de formation coloniale comme MERCIER-LACOMBE: Cinq articles dont deux assortis de chausse-trapes en forme de clauses d'anodine apparence. Le tout, parfaitement établi, étudié par le menu, avec des considérations philosophiques, financières et même - et surtout - géométriques, sortit de la délibération du 20 novembre 1860.

Qu'on veuille bien, ici, observer la date et en tirer la conclusion que le Conseil municipal de Poitiers mettait quelque élégance à répondre à la mesure vexatoire du préfet fixant au 1er janvier 1861 le terme de rigueur. Mais la riposte n'était pas là tant s'en fallait, encore qu'elle prouvât l'aptitude des Poitevins à voir vite. Quoi qu'il en fût, le Conseil municipal décidait que l'Hôtel de ville serait bâti, sur des terrains à l'Est de la Place d'Armes déterminés par deux lignes parallèles, l'une, au Nord, partant de l'alignement du Théâtre, l'autre au Sud, continuant la façade de la Maison Gorini.

Un boulevard de 20m de largeur - et non pas une rue de 16m. - suivrait vers l'Ouest, la parallèle équidistante aux deux lignes précédentes. Au surplus, on dégagerait le chevet de l'église Notre-Dame-la-Grande et l'on créérait deux rues de 10m. de large: la première allant de la rue d'Orléans (actuelle rue Jean-Jaurès) à la rue de l'Industrie (actuelle rue Edouard-Grimaux) par le carrefour des Cordeliers élargie; la seconde, toute droite, ferait communiquer l'extrémité nord de la rue des Quatre-Vents (actuelle rue Riffault) avec le boulevard Chasseigne. Pour mémoire, on signalait les travaux d'agrandissement du Lycée Impérial.

 

PAR QUATRE BANDES

 

Emprunt au Crédit Foncier, maintien des centimes additionnels aux 4 contributions directes, taxes additionnelles et extraordinaires d'octroi étaient prévus au chapitre "Voies et moyens".

Indépendamment du montant des dépenses qui devrait faire tiquer le Préfet, l'énoncé du parallélisme de deux bords de la place d'Armes et de l'axe médian du boulevard projeté, le point de départ dudit boulevard fixé à l'Hôtel de ville et non à la Préfecture, poseraient de graves problèmes à l'autorité préfectorale et, en tout état de cause, détruiraient l'économie du projet Mercier-Lacombe pour un temps. Ainsi cet homme pourrait, à loisir, méditer sur les inconvénients d'une méprise: Poitiers n'était ni Draguignan ni, à fortiori, Alger. Il était prié de bien vouloir l'observer en lisant entre les lignes. A un coup massé, GRELLAUD et ses conseillers ripostaient par un "quatre bandes" non débué de virtuosité.

Or, quand cette délibération du 20 novembre 1860 parvint à la Préfecture, MERCIER-LACOMBE, via Cannes et la villa du bord de mer, avait pris le chemin d'Alger. Il allait vers Marie Belle, la bien-nommée, retrouver l'amour et, muni du titre de directeur général des services civils d'Algérie, tracer d'autres traits sur des cartes vierges...

 

Alain R. DANY

 

(1): la Compensation avec la valeur actuelle de la monnaie est faite en multipliant par 3.

 

PRECEDEMMENT:

I. LA COURSE DE LENTEUR

II. LES REVES DES NOTABLES

III. UN PREFET DESSINATEUR

IV. UN MATCH DE BILLARD ADMINISTRATIF

 

Prochain article: VI - LA GEOMETRIE SUBTILE

A suivre:

VII. COMMENT ON ECORNA LES AUGUSTINS

VIII. VOYAGE AUTOUR DE LA PLACE D'ARMES

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:10

Petrole-carburant-Koweit-1974.JPG

Du producteur au consommateur

Pas de problème d'essence pour les automobilistes du Koweit, ce pays où la "petite cylindrée" n'existe pas. Le pétrole est partout sous le sable. Avant les augmentations de prix, le revenu par tête d'habitant atteignait déjà celui de l'Américain moyen. Qu'en sera-t-il demain? Le clin d'oeil rigolard que nous lance ce pompiste en gandoura a peut-être une saveur amère, mais c'est surtout un symbole dans la mesure où il anonce pour le destin de l'Occident un grand tournant qui prend l'allure d'un crépuscule. (AFP)

 

Centre Presse, début Janvier 1974.

PETROLE-LES-HAUSSES-JANVIER-1974.JPG

 

plein-carburant-station-essence-poitiers-1974-copie-1.JPG 

Le Français a du réflexe, et c'est bien connu. Il tire toujours le meilleur parti de ses avatars. C'est ainsi qu'hier soir, dès l'annonce des nouveaux tarifs des carburants, ce fut la ruée vers l'or...noir. On n'avait jamais autant travaillé à pareille heure, de mémoire de pompiste! Chacun voulait faire le plein, même le client "à 10F". C'était toujours cela d'économisé. En général, la bonne humeur était de rigueur, les automobilistes n'ayant pas encore eu le temps de faire le compte du futur "trou" dans leur budget. On a fait la queue jusqu'à l'extinction des feux, c'est-à-dire l'assèchement des cuves. Il fallait vite en profiter car, ce matin, il y a indiscutablement quelque chose de changé. (Photo C.P.)

Poitevin-a-station-essence-1974.JPG

Centre Presse, Vendredi 11 Janvier 1974.

Une-centre-presse-12-janvier-1974-hausse-petrole-copie-1.JPGA la Une de Centre Presse, Samedi 12 Janvier 1974.

 

Micro-trottoir et conséquences de l'augmentation des prix du pétrole sur les automobilistes

1ère chaîne, Vendredi 11 Janvier 1974.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:54

L'un des deux jours de l'année où le client-roi devient un dictateur-consommateur

France 3, Mercredi 15 Janvier 2000

 

 

France 2, Mercredi 12 Janvier 2005

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Marronnier
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 09:21

FRANCE

A la télé française, un réveillon qui passe mal

Au soir du 31 décembre, un Suédois qui fête le nouvel an en France tombe sur le programme de la télévision publique. Témoin du traitement réservé aux femmes sur le petit écran, il regagne son pays... troublé.

En France aussi, c'était le réveillon du 31. Nous bûmes donc du cognac (nous étions à Cognac), avalâmes quelques douzaines d'huîtres et nous installâmes devant la télévision en attendant les douze coups de minuit.

A en croire les chiffres publiés le lendemain, près d'un téléspectateur français sur trois fit de même et suivit un spectacle de cabaret de quatre heures agrémenté de numéros d'acrobatie, de magie et de danse.

Diffusée sur France 2, une chaîne du service public, l'émission en question était animée par Patrick Sébastien, un amuseur de 60 ans reconnaissable à sa longue crinière grise, à sa veste de smoking blanche et à la place d'honneur qu'il s'attribue, reflet d'un narcissisme débordant.

"Mon épouse veut changer de chaîne"

Fidèle à son goût de la chair fraîche, Patrick Sébastien – qui dit de son cabaret qu'il est "le plus grand du monde" – ouvre le spectacle au milieu d'un cortège de filles aux seins nus arborant bas résille, plumes au derrière et panache écarlate sur la tête. L'émission est dédiée à toutes les femmes.

Mon épouse veut changer de chaîne, mais je la convaincs de tenir bon. Il faut s'imprégner de tous les détails si l'on veut pouvoir prendre du recul.

Patrick Sébastien a été condamné pour avoir tenu des propos racistes et insulté des agents de la force publique en service, ce qui ne semble pas avoir entamé sa popularité. Il anime régulièrement ses cabarets sur France 2, et le directeur de la chaîne en personne est intervenu dans l'émission pour souhaiter une bonne année à tout le monde.

Après son discours d'ouverture au milieu de filles dénudées, Patrick Sébastien s'installe à une table située devant la scène, pour y présenter les différents numéros. A ses côtés, un éventail de personnalités féminines, toutes tirées à quatre épingles. Pour les remercier de lui servir d'otages et de le laisser les appeler "mes filles !", lesdites invitées ont droit à une promotion en bonne et due forme de leurs activités respectives, qu'il s'agisse de la publication d'un ouvrage ou de la participation à une autre émission.

Un spectacle lamentable

Sur scène, les meilleurs numéros sont ceux d'un cirque de Pékin. Les pires sont le fait de personnages qui, à en croire la présentation qui en est faite, semblent être de proches amis de Patrick Sébastien, lequel qualifie chaque prestation d'un : "C'est magnifique !"

Oui, je sais que la chaîne publique danoise DR2 a diffusé, voilà quelque temps, une émission dans laquelle deux hommes s'amusaient à juger l'anatomie de femmes en tenue d'Eve qui se tenaient debout devant eux sur le plateau. Mais l'émission n'était pas conçue pour durer et pouvait d'une certaine manière être qualifiée de culturelle – il ne s'agissait pas, comme ici, d'une émission de divertissement récurrente et grand public.

Pour le Suédois que je suis, ce réveillon du nouvel an fut donc une expérience troublante. Et le spectacle lamentable qui a ce soir-là captivé tant de Français – et nous-mêmes – permet de tirer deux conclusions simples : la première est que la Suède est en comparaison un pays égalitaire, comme en témoignent nos émissions de télévision, respectueuses des deux sexes.

La seconde est que ce que l'on appelle le "service public" est un concept fourre-tout qui n'oblige à rien et dans lequel on met ce que l'on veut.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 09:28

Georges-Marchais-et-marionetes-bebete-show.JPG

En bref, Georges Marchais est né en Juin 1920. Malgré un passé trouble durant la guerre révélé en 1980, il grimpe les échelons du Parti Communiste Français pour devenir Secrétaire Général en 1972 (jusqu'en 1994). La même année, il signe avec le PS et le MRG les accords pour l'Union de la Gauche. Il déstalinise le parti, en même que son audience recule progressivement. Candidat aux présidentielles de 1981, il finit 4ème. Député de 1973 à 1997 du Val-de-Marne, il n'occupera jamais de fonction ministérielle. Il décède en Novembre 1997.

Depuis quelques années, des documentaires sont consacrés à ce personnage politique très particulier, surtout au niveau de son rapport avec la télé dans les années 1970.

georges-marchais-bebete-show-peggy-effet-granuleux.JPG

Toujours en référence au Muppet Show, Marchais est devenu Marchy, l'équivalent français de Peggy la cochonne. Les auteurs du Bébête Show ont joué la carte de la simplicité dans la caricature reprenant très souvent le fameux "C'est un scandale" popularisé par Pierre Douglas, ainsi que les multiples fautes de syntaxe émises par Marchais lui-même au cours de ses interventions sur les plateaux de télévision.

Par rapport aux autres personages, disons qu'il avait un peu le rôle de l'idiot du village, un peu à l'image de la marionnette de Henri Krasucki (Crabe-Zucki), leader de la CGT dans les années 1980.

 

C'était Marchy

Georges marchais peggy bebete shox décoiffé

 

Prochain article: Rocroa, Michel Rocard.

 

Précédemment sur PourquoiPasPoitiers :

- Présentation de l'émission.

- Kermitterrand, François Mitterrand.

- Barzy, Raymond Barre.

- Black Jack, Jacques Chirac.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 10:00
Chères amies, chers amis, une fois n'est pas coutume, PourquoiPasPoitiers va prendre quelques jours de repos, afin de recharger les accus pour le lundi 5 janvier.En effet, les fidèles de PPP le savent, les trêves ne sont pas monnaies courantes sur ce blog. D'ici la, portez-vous bien et surtout savourez la fin du grand marathon alimentaire des fêtes de fin d'année. PS: bonne année, et surtout, la santé!
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 07:24

Une-CENTRE-PRESSE-31-DECEMBRE-1968.JPG

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg