Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 08:33

A Espelette (64), un match d'exhibition à l'occasion de la Fête du Piment d'Espelette qui se déroule chaque année lors du dernier week end du mois d'octobre. Une Fête qui attire de nombreux touristes (dont faisait partie votre serviteur il y a deux ans): la commune est littéralement surbondée.

Ainsi que le montre les images qui suivent, la foule s'est pressée en masse au fronton.

Sur le terrain, deux équipes de deux joueurs (les pelotari) à l'occasion d'un match à mains nue;

Bien que la pelote (l'ancien jeu de paume), ne fasse pas partie de notre culture, j'avoue que l'on se prend assez rapidement au jeu. On est ni pour contre une équipe, on profite, on savoure, et on applaudit à chaque point. Et à l'occasion, on apprend à compter en basque lorsque les scores sont donnés. Mais deux heures après, j'avoue que j'avais oublié le nom des chiffres...

Match-pelote-basque-Espelette.JPG

Public-au-fronton-d-espelette.JPG

Jeu-de-pelote-basque.JPG

Preparation-frappe-de-balle.JPG

Ensemble-fronton-joueurs-et-public.JPG

Frappe-de-la-balle-sur-fronton.JPG

action-de-jeu-pelote-basque.JPG

Frappe-balle-bord-de-terrain.JPG

Action-joueurs-bleus-pelote-basque-espelette.JPG

Action-de-frappe-pelote-basque.JPG

Action-joueur-pelote-espelette-ras-du-sol.JPG

Frappe-joueur-pelote-espelette.JPG

Espelette, Pyrénées-Atlantiques, Dimanche 30 Octobre 2011.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 07:59

Un monde fou à Collection Passion

Inauguration-salon-collectioneurs-Poitiers-1993.JPG

 

Raz de marée aux Arènes pour la neuvième édition d'un salon très prisé des collectionneurs et passionnés de choses anciennes.

 

Le lieu idéal pour chiner par une journée de pleine grisaille! Moyennant une réputation qui a largement dépassé les murs de Poitiers, le salon Collection Passion, neuvième du nom, a fait le plein, samedi et dimanche, au parc des expositions.

Le succès de ce salon lancé par une poignée de mordus avec Christian Dudognon à leur tête, s'explique par cet amour fou pour les choses anciennes. Cette passion se double chaque année de coup de coeur pour les collections, toutes plus folles les unes que les autres. Qui aurait osé imaginer, il y a dix ans, que l'on puisse sa salle à manger de ronds de bière, de serviettes en papier ou de boîtes de camembert?

Grâce à la persévérance de quelques amoureux du temps passé, le salon Collection Passion confirme au fil des ans que le plus fol n'est pas celui que l'on croit. A l'heure de la fermeture ce dimanche, les records sont tombés au micro: Maître Tétrault, huissier à Poitiers, a compté les serviettes en papier collectionnées par Chantal Terrasson de Châtellerault et les briquets de Robert Lanterne, salarié agricole à Angoulême, pour les faire inscrire au Guiness des records.

Gendarme-pipe-collection-1993.JPG

Autre performance, renouvelée celle-là, l'attribution du premier prix du concours de fumeurs organisé sous la présidence de M. Deschamps (Le Vizir à Poitiers), au maréchal-des-logis-chef Gérard Dez, de la brigade de gendarmerie de Saint-Julien l'Ars. Un concours âprement disputé autour d'une longue table, en présence de nombreux curieux, ce dimanche après-midi. Cette atmosphère conviviale s'est retrouvée le samedi et le dimanche à proximité des innombrables stands envahissant le corps principal des arènes.

La passion des visiteurs s'est très nettement portée vers les collectionneurs, qui ont carrément tourné le dos au côté mercantile des choses. Purs et durs, ils vivent la collection à un rythme boulimique. Prenez le cas de Patrick Génis, instituteur près de Montluçon. Il avait amené à Poitiers plus de quatre cents bouteilles sérigraphiées, dont certaines décorées par des dessinateurs célèbres: Piem, Trez, Barberousse. Pour lui, la dive bouteille, c'est notre patrimoine. Et de sortir de dessous la table la bouteille d'Evian qui sortira en 1994. Un primeur en quelques sortes.

Juste en face, l'étudiant en archéologie à Tours, Cyrile Chaigneau, alignait les verres à bière et les sous-bock. Avec des pièces rares, comme ces verres émaillés de la brasserie de Montmorillon.

Les collectionneurs ont fait le plein de visiteurs. Henri Audebert de Châteauroux ne savait plus où donner de la tête avec ses locomobiles à vapeur prises d'assaut par les curieux.

Le salon Collection Passion confirme une fois de plus que ce qui est rare et beau n'a pas de prix dans les coeurs.

GEDE

La Nouvelle République, Novembre 1993.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 08:08

mail-arnaque-sfr.JPG

Capture d'écran d'un mail reçu le 21 Octobre 2013.

J'ai tout de suite grillé l'affaire...car je ne suis en rien client de SFR. Donc, ils ne peuvent pas m'écrire pour me demander de payer un truc, vu que je n'ai rien chez eux.

J'ai quand même ouvert le mail pour en voir le contenu: la banière graphique n'était pas très nette. Tout comme le reste du courriel qui à une apparence de capture d'écran, sans en être une totalement.

Et puis enfin, le dernier détail: l'orthographe qui part en free style dès le début avec "Chère client(e)" (pourquoi "chère" si on laisse le choix du sexe du "client(e)". On poursuit avec le "virement mensuelle" que notre banque a "rejetée".

Et enfin dans un français d'un niveau de 6ème: "nous procèderons à suspendre définitivement".

Avec la signature du Directeur Dominique Rémond, ça peut donner du crédit à la magouille. Mais cette arnaque fonctionne depuis au moins deux ans, comme le prouve ce lien, toujours avec SFR et Dominique Remond.

Il y a quelques mois, j'avais publié un article d'arnaque à la suite d'un mail de gruge envoyé ce coup-ci avec le prétexte de l'électricité, donc EDF.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 09:25

L'affiche anglophone du film, prise sur cineheroes.net

 

Les Anglais savent nous faire rire, et une fois encore, le cinéma français devrait en prendre de la graine, pour faire des comédies qui font rire (oui la comédie à la française doit être "sociale", "dramatique", "familiale", bref chiante).

On retrouve donc à nouveau aux manettes le duo Simon Pegg et Nick Frost dans ce film de 1h49, qui avaient déjà rassemblé leurs talents pour Shaun of the Dead (2004) et Hot Fuzz (2007).

Pour commencer, le titre français du film est raté. Mais c'est avec le résumé de l'histoire que vous allez piger: Gary King (Simon Pegg), un alcoolique, décide de réunir ses amis d'enfance pour parvenir à réaliser ce qu'ils n'ont pas réussi à faire à la sortie du lycée en 1990: le barathon de la ville de Newton Heaven, à savoir 12 pintes dans 12 bars, dont le dernier s'appelle...The World's End. D'où le ratage du titre français dans la mesure où ils doivent atteindre le bar "La fin du monde" pour achever leur quête.

Gary est le seul "raté" de la bande: ses quatre amis sont des cadres dans leurs boîtes respectives, et mène une vie très calme, une vie de quadra rangé. Plus de vingt ans après leur dernière soirée ensemble, ils commencent dont leur périple dans cette cité très tranquille.

Mais c'est dans l'un des bars que les choses vont s'aggraver: en effet, ils vont découvrir que les gens ne sont pas des humains mais des extraterrestres qui ont la capacité de se reconstituer...et qui ont du sang bleu. Je ne vous en dit pas plus, je ne suis pas un Jean-Michel qui pète la fin des films tout fraîchement sortis.

Pour ma part, j'ai bien ri, ce qui était l'idée de base. On retrouve l'Angleterre que nous impose notre imaginaire: la campagne verdoyante anglaise, les pubs, bref, la cité de la bonne harmonie. Toutefois, j'ai quand même une préférence pour Shaun Of The Dead: en effet, je trouve qu'il y a comme un goût de réchauffé avec les gags de Simon Pegg (le tocard, les pubs, les bières, le ratage permanent avec les filles,...). J'ajoute que n'ayant pas vu Hot Fuzz, je ne ferais donc pas de comparaison avec ce long-métrage.

Un goût de répétiton donc, bien qu'il y ait une part de sérieux. Vous allez dire que je suis timbré, ce à quoi je répondrai: pas faux. Il me semble donc qu'il y a une critique de l'évolution de l'Angleterre depuis la fin des années 1980 que ce soit par la musique, les habitudes comportementales, le rapport aux pubs (entre 2007 et 2009, sept pubs par jour fermaient leur boutique en Grande-Bretagne): ainsi à plusieurs reprises on peut entendre des critiques contre la "starbukisation", les bars perdant leur identité pour devenir de fades commerces sans goût et sans saveur. Oui, il y a comme une sorte de nostalgie des pubs triomphants, une période qui semble s'être achevée au début des années 1990.

Par ailleurs, j'ai trouvé que la fin était un peu capillo-tractée. J'avoue que j'ai eu l'impression que le duo Pegg-Frost cherchait une porte de sortie, différente de Shaun of the Dead, qui à mon sens ressemble plus à une porte de secours. Un peu comme dans Calmos (Bertrand Blier, 1974-1975), ou face à l'emballement permanent du film, il devient impossible de faire machine arrière.

Est-ce que ça vaut le coup d'être vu au cinéma? Oui, mais en VO évidemment. Doit-on espérer une suite du cycle zombies-extraterrestres de la team Peeg-Frost? Non, sauf s'il y a un apport de nouveauté dans les rôles qu'ils proposeront à l'avenir.

Et enfin une confirmation: voir des mecs au cinéma qui boivent des bières pendant tout le film, ben ça donne une soif de houblon.

 

La Bande annonce en VOSTFR de The World's End


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 09:04

femmes-seins-nus-sur-marbre.JPG

Statue-femme-seins-nus-Berlin.JPG

Quelques part à Berlin, chez un marchand, Vendredi 2 Août 2013.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 08:01

Capture-RECHERCHE-BLOG-POITIERS.PNG

Pris sur Google, Samedi 19 Octobre 2013.

Nous avons donc une référence anodine qui ne fait de mal à personne avec "blog pour Poitiers", ensuite "Poitiers les goûts" qui nous renvoie chez lardeau.net en première réponse.

Vient ensuite "Poitiers blog saloppe" (sic). Un truc où t'as l'impression que les mecs rien qu'en tapant ça sont excités à mort, avec une main déjà occupée. Cela nous propose sur google des sites, sur lesquels je n'ai pas cliqué comme salopepoitiers.org, ou encore une vidéo avec "Jess" de Poitiers qui propose un bukkake. Celles et ceux qui ne savent ce que c'est, je les invite à le demander à leur collègue de bureau, à leur compagnon de tablée en terrasse, ou encore à leur camarade de cours à la fac.

On retrouve ensuite une référence "skyblog Poitiers" qui confirme qu'il y a encore des utilisateurs de skyblog dans le Poitou.

Ensuite, eh bien voilà Jules Aimé, qui, il y a fort longtemps de cela, a commencé son oeuvre blogguesque sur skyblog, avant d'émigrer vers Overblog. Il n'a plus rien pondu depuis près de 1000 jours, et il est toujours là. Les connaisseurs de la chose cybernétique comprendront ce que ça signifie.

"Bons plans Poitiers" nous proposent des sites commerciaux comme Groupon en premier résultat. On remarque le simulacre de pléonasme de la formule "bons plans": tu l'as déjà croisé le mec qui cherche sur une ville des "mauvais plans"?!

Dernière ligne surprenante avec "cluri Poitiers" qui renvoie vers sites évoquant ce fameux bar de la Place du Marché, sachant que le Cluricaume n'a pas de site internet. Et enfin, le baroud d'honneur de skyblog avec "blog skyrock", plate-forme de blog, qui permet souvent pour les lycéens (mais pas qu'eux) de parler d'eux et d'abandonner au bout de 15 articles, permettant de peupler le grand cimetière du web, mais aussi et surtout de faire ressortir "les dossiers" de soirées ou de vacances, photo que l'on ne peut parfois supprimer car...on n'a oublié ses codes d'accès et que dans le même temps on a changé de boite mail.

Au final, l'internaute s'interressant aux blogs pictaviens est motivé par des sorties (bar, restaurant,...), et dans une mesure très modérée, par les choses "olé-olé" qu'il pourrait voir ou pratiquer dans cette bonne ville de Poitiers.

PS: quand on tape "blog Poitiers", la première référence qui apparaît, c'est Coccinelle qui récolte la médaille d'or. Bravo!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 07:16

SIX.JPG

Le "6" du 6ème homme du PB86. Depuis novembre 2007, je suis comme de nombreux poitevins, dans les bons comme dans les mauvais moments, une modeste part de celui-ci.

Six ans! Voilà six ans déjà que PourquoiPasPoitiers a vu le jour. Six ans que cette idée est arrivé dans la galaxie d'internet. Je suis toujours un peu ému lorsque cette date du 19 Octobre arrive, car chaque année désormais, je me remémore le début de cette aventure.

Il y a de tout et n'importe quoi. Une sorte de grand bazar, ou avec plus de 2600 articles en ligne, chacun peut trouver un petit quelque chose qui l'intéresse de près ou de loin. Tenir "une quotidienne" n'est pas toujours évident, d'autant plus depuis que je travaille, ce qui évidemment me laisse moins de temps pour traîner dans Poitiers, pour aller aux Archives Départementales, et pourtant, j'ai toujours une petite chose à partager, à proposer.

Etrangement, sur ce cap des 6 ans, je ressens, enfin à travers mon blog, une sorte de petit coup de vieux, surtout quand je pense à tout ce qui a changé depuis les débuts. Je pense aux blogs locaux, qui étaient déjà là à cette époque, et qui poursuivent l'aventure, à leur rythme, comme...qui?* Je me rends compte qu'à peu de choses près, je suis le plus vieux (enfin, à ma connaissance, sur le créneau des blogs personnels). Second coup de vieux.

Bon évidemment, je pense à celui qui m'a mis le pied à l'étrier: Salut à toi Jules, qui a cessé ses activités blogguesques il y a 2 ans et demi. Je te dois beaucoup, et plus encore.

Et puis je pense aux autres, qui ont vu le jour après moi et qui poursuivent leur aventure: 86andCo, le 13 Novembre 2007, Coccinelle, le 29 Décembre 2007, VDujardin, le 3 Janvier 2008, Le Petit Poitevin, le 2 Février 2008, Le Mur du Son, 20 Février 2009, Fenêtre sur Photo, le 16 Juillet 2009, Mélusine, le 22 Juillet 2010, ou encore un "mutant", Urbi et Orbi étant devenu l'Irrégulier depuis le 8 Juin 2011, sans oublier Case Départ, le 30 Juin 2011, et j'en oublie évidemment. Qu'ils et elles me pardonnent.

Je pense aussi aux nouveaux venus, comme Le blog de Monsieur Echo, le 22 Janvier 2012, et enfin à la toute dernière création de la blogosphère poitevine, Carte Blanche, depuis le 12 Octobre 2013, à qui je souhaite chaleusreusement la bienvenue, ainsi qu'une longue et joyeuse vie blogguesque.

Voilà, je fais partie des vieux. Et je le vis très bien. Je vous remercie de votre fidélité, de vos visites, de vos commentaires que vous laissez. D'ici là fin de l'année 2013, j'aurais franchi le cap des 400.000 visites, et d'ici la fin du mois, les 700.000 pages vues.

Merci à toutes et à tous. L'aventure continue. Encore longtemps.

 

*: exceptée le blog de Lulu Sorciere qu'il m'est difficile de dater, entre le premier article le 24 Mai 2004 (l'ère préhistorique  du blog, à croire que les ordis s'allumaient avec des silex en ces temps lointains...) et la mise en place d'un rythme de publication plus soutenu à partir de Septembre 2008.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 07:33

Le Billet politique d'Hubert Huertas

Actualité Le Billet politique d'Hubert Huertas

Syndiquer le contenu par Hubert Huertas

 


Niort, Poitiers, Limoges, Châlons en Champagne, Vitry-le-François, Saint-Quentin, Tulle, c’est l’histoire d’une rumeur qui se répand dans les campagnes électorales. Elle raconte que les maires, ou les candidats, auraient reçu de l’argent en échange « de noirs venus de Seine-Saint-Denis »…

       C’est le journal Le Monde dans son édition d’aujourd’hui qui rapporte cette affaire emblématique. Elle court depuis deux ans, sous des formes voisines mais variables, dès que se profile une élection. Le Maire PS de Niort, Geneviève Gaillard vient ainsi de porter plainte pour « Préjudice causé à l’autorité publique par des assertions mensongères constitutives d’injures ».

       Chez elle, la « Rumeur du 9-3 », comme on l’appelle, raconte que le Conseil municipal a accepté le transfert de populations de couleur en échange de subventions…

       A Châlons-en-Champagne, au moment des législatives de 2012, c’est l’UMP Benoist Apparu qui avait été accusé de profiter du Ministère du Logement qu’il occupait alors pour installer des familles venues du même département. La rumeur a disparu après les élections, mais elle est revenue quand Apparu a annoncé sa candidature à la Mairie, elle se développe, et se fait plus précise. L’ancien Ministre aurait obtenu une délibération pour offrir des permis de conduire gratuits aux nouveaux arrivants, un immeuble entier serait bientôt construit, un train rempli de 400 noirs serait sur le point d’entrer en gare.

       Benoist Apparu a porté plainte, lui aussi, comme le socialiste Alain Clayes, à Poitiers, accusé d’avoir financé un viaduc vers Paris en échange d’étrangers, toujours venus de Seine-Saint-Denis.

       A Limoges, Alain Rodet, maire PS, a été soupçonné de bâtir un centre aquatique selon le même procédé. A Tulle, le maire PS Bernard Combes se prêterait à un transfert de population pour rester au niveau des quinze mille habitants, et ne pas perdre ses dotations. Il aurait même touché 3000 euros par tête de la part de l’Etat.

       Partout le même fantasme, des étrangers avantagés, des noirs de préférence, amenés en douce sur le dos des honnêtes gens. Qui colporte ce récit, et l’entretient, et l’embellit, à coups de tags, ou de révélations promises à la presse locale ? Nul ne le sait, mais le fait est là, et il doit alerter.

       Il est admis que les politiques, surtout de gauche, ont souvent joué les autruches en niant les problèmes d’intégration, ou en les criminalisant, à coups d’accusations morales contre ceux qui les subissent au quotidien.

       Mais cette histoire démontre aussi que cette vérité officielle, selon laquelle le racisme au fond n’existe pas, peut en cacher une autre, qui prouve hélas qu’il a de beaux restes, ou de belles résurgences, et que si le débat délicat sur l’immigration exige de ne pas fermer les yeux, ses dérives, ses fantasmes, ses préjugés, ses haines, imposent de les garder ouvert…     

 

France Culture, Le Billet Politique d'Hubert Huertas, Mercredi 16 Octobre 2013.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg