Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

Les Dossiers D'antan...

14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 09:45

 

ETHIOPIE

 

Trois ans après

 

Pour de nombreux observateurs, les nouvelles d'Ethiopie se sont, cette année, réduites à la guerre qui oppose ce pays à la Somalie. Et de fait, avec l'Ethiopie, c'est toute une partie de l'Afrique qui est en crise depuis que l'U.R.S.S. y investit ses armes et son idéologie. Les Etats-Unis et l'Europe voient là une menace indirecte, mais pour leurs alliés en Afrique - les régimes dits libéraux - c'est une menace directe qui explique aisément leur hostilité radicale au régime d'Addis-Adeba, même si dans l'affaire de l'Ogaden ils condamnent l'agression de Mogadiscio. Par ailleurs, la corne orientale de l'Afrique est trop proche du monde arabe pour que les conflits qui y naissent ne soient pas considérés comme une extension des conflits du Moyen-Orient, non seulement entre Israël et ses voisins, mais entre les membres de la Ligue arabe eux-mêmes. La Lybie, avec le Yémen, est aux côtés de l'Ethiopie contre la Somalie, pour mieux marquer son opposition à l'hégémonie saoudienne. Israël, malgré la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Ethiopie en octobre 1973 ne peut ignorer les risques que représenterait pour lui une extension de la Ligue arabe aux eux rives de la mer Rouge et soutient discrètement Addis-Abeba. Pour l'Afrique, les évènements d'Ethiopie, indépendamment des choix marxistes du comité militaire provisoire (P.M.A.C.), sont très graves. L'O.U.A. ne peut admettre en effet qu'un Etat, la Somalie, puisse impunément - avec une aide extérieure considérable - investir une partie importante d'un Etat voisin, l'Ethiopie, au nom d'un prétendu droit des ethnies à disposer de leur nationalité, droit que l'O.U.A. ne pourrait reconnaître sans remettre en cause son existence même.

Cette guerre qui défraie l'actualité, détourne l'attention de l'opinion mondiale de la vie intérieure du pays. C'est elle pourtant qu'il convient d'abord d'observer avant d'évoquer la question des différents mouvements autonomistes. Que s'est-il passé en Ethiopie depuis trois ans? Qui sont ces hommes qui tentent d'y inaugurer une nouvelle histoire, et pourquoi leur expérience, une de ces rares révolutions qui ne soient pas téléguidées de l'extérieur, est-elle en péril?


defile-civil-1er-mai-1977-ethiopie-mengistu.JPG

Défilé civil du 1er Mai 1977 dans les rues d'Addis-Abeba, à la période même, où des étudiants font l'objet d'une sanglante répression (Couret, Gamma).

 

La marche de la révolution

 

Les Ethiopiens subissaient leur histoire: quarante ans d'un empire relativement calme, mais aussi quarante de stagnation. Aujourd'hui une poignée d'entre eux veut choisir cette histoire. Tout est à faire, à penser, à construire et à consolider. Or, à chacune de ces étapes, on constate que les nouveaux maîtres ne sont pas d'accord. Les discours idéologiques s'opposent, les hommes qui les tiennent en viennent aux armes; les réformes naissent avec difficultés; elles sont ambiguës et leur application se heurte à des obstacles multiples.

 

Les conflits internes

 

Pour ceux qui ont connu l'Empire où l'on ne parlait jamais de politique, tout est bouleversé. Aujourd'hui le débat est ouvert; il est dur et même sanglant. Mais à regarder sommairement le contenu de ce débat on comprendra mieux les choix politiques faits au sommet et les problèmes de leur application. En premier lieu, c'est l'affaire des intellectuels, de cette classe passée par l'Université et qui a voyagé. Et leur premier souci est de définir le partage des pouvoirs avec les militaires.

Le rôle des intellectuels dans la révolution à ses débuts n'est pas négligeable. Ce sont eux, les professeurs, leurs étudiants et les syndicalistes qui eurent l'audace de braver la police impériale, de déclarer inadmissible la politique érythréenne et, en 1973-1974, de vouloir lutter contre la famine. Mais ce rôle a été surestimé; certes les intellectuels ont ouvert la voie aux militaires en 1974 mais ils ont cru avec trop de naïveté que, l'ancien régime tombé, ils resteraient indispensables au pouvoir. Certes, le pouvoir a besoin de cette intelligentsia pour mettre au point ses réformes, mais il ne peut accepter qu'elle le critique dans son existence même, et les intellectuels n'ont pas su apprécier leur puissance effective. Avec le soutien des militaires ils constituent une opposition gênante.

Dans un pays comme l'Ethiopie, ce point est d'ailleurs secondaire par rapport au contenu des réformes à réaliser et qui divisent ce qu'on peut y appeler la gauche.

Qu'elles sont, d'abord, les limites de la décentralisation? La révolution est paysanne; elle vise donc à donner aux associations paysannes une part considérable du pouvoir: administration, justice, police et choix économiques. Jusqu'où aller dans cette voie? Les nationalités ont droit à une certaine autonomie. Toute la gauche est d'accord sur ce point mais se divise sur sa mise en oeuvre. Le souvenir de la politique des nationalités en U.R.S.S. n'est plus loin et hante tous ceux qui ont une bonne formation marxiste. De plus, l'Ethiopie, comme la Russie, est un empire qui a conquis des terres, l'Ogaden notamment. Les hommes au pouvoir le savent et affrontent le problème, sans bien savoir que donner aux ethnies récemment intégrées à l'empire et jusqu'où aller dans l'autonomie administrative et, a fortiori, politique. Moyen formidable de contrôler les minorités, la politique des nationalités est aussi un risque. Un Etat faible peut-il le prendre? Ce débat a profondément divisé les hommes au pouvoir à Addis-Abeba. Les deux premiers chefs du Derg (Conseil militaire administratif provisoir), Aman Amdom et Tafari Benti en sont morts.

Faut-il fermer le pays à l'extérieur, comme le suggère l'expérience cambodgienne? Il en fut un moment question en mars-avril 1977, mais on n'en parle plus guère aujourd'hui. Ceux qui le souhaitaient le plus vivement n'étaient pas à Addis-Abeba, mais dans les universités soviétiques ou occidentales.

Ces questions sont parmi celles qui se posent le plus souvent, et la presse d'Addis-Abeba les évoque tous les jours. En pleine guerre avec la Somalie et l'Erythrée, en juillet et en août 1977, on pouvait ainsi lire dans la presse éthiopienne des articles tout à fait courageux, sur la question des nationalités. Le plus souvent pourtant ces débats ne sont pas ouverts, et ils opposent farouchement les différents partis au pouvoir. Ils sont à l'origine de ces multiples attentats qui déciment malheureusement l'élite intellectuelle éthiopienne.

 

(A suivre: les débuts de la dictature Mengistu et les rivalités avec les voisins de l'Ethiopie)

 

Encyclopedia Universalis, Universalia 1978. Article de Jacques BUREAU, ethnologue, laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre.

Partager cet article
Repost0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 10:18

Nuage-soleil-ferme-contre-jour-cantal.JPGmer-de-nuages-et-route-cantal.JPG

FERME-fils-et-mer-de-nuage.JPGMaison-du-cantal-houx-et-nuage.JPGMer-de-nuage-et-terrain-en-pente.JPGzoom-sur-nuages-brouillard.JPGvieux-arbres-sepia.JPG

Au nord de Cassaniouze, Mercredi 2 Janvier 2013, peu avant 12H.Monts-du-Puy-de-Sancy.JPG

Au sud d'Aurillac, Mercredi 2 Janvier 2013, vers 17H.

 

Retrouvez la première partie de ce modeste périple dans le sud Cantal.

 

En bonus, du Chirac dans le texte, pour illustrer mon propos sur le Cantal:

 

"C'est loin mais c'est beau" (vers 1993 - 1995)



 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 09:07

Des papes, des papes, oui mais des Panzani!

 

 

 

 

Version audio (6')

 


 
Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 09:31

paysage-proche-cassaniouze.JPGDans le secteur de Cassaniouze, dans le sud-Cantal, Lundi 31 Décembre 2012, vers 16H.

Paysage-Cantal-vers-Mourjou.JPG

Paysage-du-Cantal-jour-de-l-an.JPGAu nord de Mourjou, un lieu où l'on a pu rencontrer les Belles dames du Cantal. Mardi 1er Janvier 2013 vers 16h30.

Un-chateau-proche-de-Mourjou.JPGLes ruines d'un château dont on a fait le tour en voiture...sans en trouver l'accès. A un moment donné, on l'a tellement contourner que celui-ci s'est retrouvé...en dessous du point où l'on se situait! D'ailleurs, celui-ci n'est mentionné que par un seul petit panneau...

Maison-en-ruine-dans-le-Cantal.JPG

 

 

Mer-de-nuage-proche-cassaniouze.JPGLa "mer de nuages". Un phénomène qu'il est toujours magique d'observer. Mais qui a aussi besoin de peu de temps pour vous rattraper: deux minutes peuvent amplement suffire!

demeure-en-campagne-du-cantal.JPGMaison-cantal-champ-et-brume.JPGmaison-et-croix-contre-jour-brouillard.JPGUn calvaire en métal. Ces petites croix ont beaucoup fleuri en France dans la seconde moitié du XIXème siècle. A contre-jour, elle renforce la sensation austère et inquiétante de ces lieux.

brouillard-et-champ-soleil.JPGSur des terres agricoles au nord de Cassaniouze, Mercredi 2 Janvier 2013, vers 11h15.

 

La suite et la fin de cette promenade illustrée du Cantal du Sud est en ligne.

Partager cet article
Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 12:15

Retrouvez Evan Fournier au All Star Game 2011

 


Réalisation: Décembre 2011 - Janvier 2012

Une création originale de Benoît Dujardin et de Tommy Humbert 

 

Le précédent épisode:

Le bonus: le concours de tir (le off) du All Star Game (sélection France)

 


 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 10:05

Une réaction, vite et vive!

 

Des deux défaites contre l'Italie (2011 et 2013), je ne sais pas laquelle est la plus dure. Il y a deux ans, personne ne l'avait vu venir. Les réactions de l'époque permettent de jauger de la douleur que nous avions ressentie (le XV de France était le tenant du Grand Chelem alors). Celle de dimanche était moins...imprévisible que la précédente. Il y avait un précédent et tout le monde s'accordé pour constater que le XV d'Italie s'était sérieusement renforcé cette année. Respect et humilité étaient cette année les maîtres-mots!

Et pourtant...les premières minutes ont suffit pour comprendre que ce voyage en Italie serait bien loin d'être dans la lignée des parties de plaisir d'antan, où le XV de France se rendait au Flaminio pour, en plus de prendre 2 points et un bain de soleil italien, soigner sa différence de points. Tout ça, c'est fini!

Franchement, je crois que l'Italie a joué son meilleur match depuis qu'elle a intégré le Tournoi en 2000, le XV transalpin a joué son meilleur rugby. Et que nous autres frenchies avons été bien en deçà de ce que l'on était en droit d'attendre, d'autant plus après la très belle tournée d'automne: manque de solidarité, mauvais choix, beaucoup trop d'en-avant, touche inquiétante, turn-over non maîtrisé, bref, ce XV de France était comme un peu...absent.

L'avantage, c'est que le délai entre les deux premières journées est serré cette année: une seule semaine. Pas de le temps de gamberger, juste de soigner les quelques bobos physiques, pour être fin prêts à accueillir dignement des Gallois en plein doute (10 défaites de suite!), et qui furent l'auteur, avec l'Irlande à Cardiff, d'un très beau match que pourtant ils auraient pu gagner.

Et il faut espérer une réaction, vite et vive! Car le jeu des Gallois reste pourtant supérieur au notre, dans le cadre de cette première journée. D'ailleurs, Matthieu Lartot a sorti une stat' très intéressante: c'est la première fois depuis 1975 que le XV de France n'a pas gagné durant 4 matchs consécutifs dans le Tournoi. Il est raisonnable de penser qu'une prorogation de cette série en cours ferait beaucoup de tort aux hommes de Philippe Saint-André, et rendrait en un rien de temps, ce Tournoi morne et long. Avec le risque jouer la queue du classement avec les Ecossais (vu qu'à mon avis on ne battra pas l'Angleterre qui a facilement battu l'Ecosse 38- 18 et que la balade irlandaise risque d'être assez agitée...), qui une fois encore ont mis une option d'achat sur la Cuiller de bois, cuvée 2013. Malheur au vaincu...

Donc Messieurs les Bleus, samedi au Stade de France, vous nous devez une belle revanche. Pour l'Honneur.

 

PS: pour les amateurs de rugby, l'autre rendez-vous du week end, c'est dimanche à 16H pour une rencontre qui est déjà le "choc au sommet": Irlande - Angleterre. GO IRELAND!

 

 

Le programme du week end:
Sam 09/02/2013
Edimbourg
Sam 09/02/2013
Saint-Denis
Dim 10/02/2013
Dublin
Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 10:15

Gunther-surle-bord-de-la-fenetre.JPGPoitiers, Place du Marché, Dimanche 3 Février 2013.

Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 09:57

Alors, on fait "Poitiers - Poitiers"?

 

 


 
Partager cet article
Repost0

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg