Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:53

En quelques mètres, voyagez dans le temps et dans l'espace des conquêtes françaises dans le monde

L'exposition s'achève le Samedi 31 Mars 2012

EXPOSITION <I>Petite histoire des colonies françaises</I>

Pris sur le site de la Flblb.

 

Les colonies françaises. Voilà un sujet qui relève, hélas, encore trop près du tabou ou de la controverse assurée, d'autant en cette année de 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.

Un sujet difficile auquel s'est attaquée la Flblb. Et c'est à la fois réussi et inattendu. Il y a de la pédagogie, mais aussi beaucoup d'ironie et d'humour. Il est par ailleurs intéressant et pertinent de remonter...à la rivalité franco-anglaise du Moyen-Âge, qui au final, s'avèrera décisive dans le partage du monde, et au final, dans notre monde contemporain.

 

Rivalite-franco-anglaise.JPGDetestation-des-francais-par-les-anglais.JPG

 

L'exposition se décompose en 4 pavillons, 4 époques: l'Amérique française, l'Empire, la décolonisation et la Françafrique (qui va bien, merci). C'est dans le hall de la Médiathèque François-Mitterrand (donc gratuit). Je vous recommande d'y aller, nous sommes dans la dernière semaine de l'exposition.

 

Expo-les-colonies-francaises.JPG

Les-territoires-francais-d-Amerique.JPGLes-auteurs-de-l-exposition.JPGPoitiers, Médiathèque François-Mitterrand, Vendredi 9 Mars 2012, vers 17H.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 03:09

Dimanche, à 2 heures, il sera 3 heures

Changement-d-heure-mars-1981.JPG

 

TOUTE L'EUROPE A L'HEURE D'ETE

 

Pour la première fois, dimanche à 14h G.M.T. (2h, heure française), tous les pays du Marché commun avanceront leurs pendules d'une heure pour passer à l'heure d'été.

Cette mesure destinée à économiser l'électricité en tirant le meilleur parti de la lumière du jour entrera en vigueur simultanément dans la quasi totalité des pays européens: les dix de la C.E.E. (Allemagne, Belgique, Luxembourg, France, Pays-Bas, Italie, Danemark, Irlande, Frande-Bretagne, Grèce) et onze autres Etats (Autriche Espagne, Finlande, Norvège, Portugal, Suède, Suisse, Yougoslavie, Tchécoslovaquie, Hongrie et Pologne).

Le passage simultané de l'heure d'hiver à l'heure d'été au moins dans dix pays du Marché commun, obtenu après de très longues discussions entre experts à Bruxelles, délivrera les agences de voyages, les compagnies aériennes et tous les transporteurs d'un véritable casse-tête. La nuit du samedi au dimanche a été choisie dès l'origine pour ce changement d'heure pour réduire au maximum les perturbations sur l'activité économique.

Pour l'instant, toutefois, les "Dix" ne sont pas tombés d'accord sur une date pour le retour à l'heure d'hiver: ce sera le 27 septembre pour les pays continentaux et le 25 octobre en Grande-Bretagne et en Irlande.

L'application de l'heure d'été, en réduisant l'utilisation des lampes électriques, permet d'économiser chaque année 300.000 tonnes de pétrole ce qui représente une semaine de circulation ou 6 à 7 pour cent de la consommation des avions.

 

La Nouvelle République, Vendredi 27 Mars 1981.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Marronnier
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 09:34

Logo NR 21 Mars 1975

 

Les-petits-candidats-et-les-parrainages.JPG

 

Les duettistes et tous les autres

 

Un impitoyable engrenage pré-électoral fondé sur la stratégie logiquement égoïste des "grands" candidats, et sur une loi d'organisation fixant haut - 500 signatures d'élus qui seront rendues publiques - la barrière des parrainages de candidatures, restreint inexorablement l'éventail des candidats.

MM. Giscard d'Estaing et François Mitterrand sont immédiatement tombés d'accord sur une règle du jeu complice pour cette campagne. Il y aurait eux deux, les vedettes, face à face et en vedette. Et puis les autres tous les autres.

M. Marchais a sèchement dénoncé ce "numéro de duettistes" de MM. Giscard d'Estaing et Mitterrand. Mais la stratégie était inévitable. Et d'ailleurs MM. Chirac et Marchais n'ont, dans leur propre démarche, pas plus de souci pour les autres candidats.

Les quatre leaders politiques ont, en effet, verrouillé à leur profit exclusif les parrainages. Ils ont demandé - ou laissé comprendre - aux élus porteurs de leur couleur politique de ne pas accorder de soutiens aux autres candidats.

Et au demeurant, l'auto-censure est là, pour bloquer toute velléité libertaire d'élus de petites communes qui auraient bien aimé donner leur appui à un Lalonde, une Bouchardeau, voire un Coluche, mais qui n'en feront rien sachant que cet appui sera rendu public par le Conseil constitutionnel, avec toutes les conséquences financières, politiques et administratives qui pourront en découler pour eux et leur commune.

Au bout du compte les "petits" candidats risquent donc d'être préalablement écartés. C'est ce qui explique le S.O.S lancé par Brice Lalonde, candidat écologiste, qui n'arrive pas à obtenir ses 500 signatures (il en est à 310).

Bien sûr, il faut un minimum de dignité à la campagne présidentielle. Et il convient d'empêcher que n'importe qui puisse utiliser la tribune offerte pour y faire de la publicité y dire n'importe quoi.

Mais les arguments écologiques par exemple ne méritent-ils pas d'être entendus? De même le P.S.U. a lancé en France certains courants de réflexion (autogestionnaire par exemple) qui ont progressé, pourquoi la représentante de ce mouvement, Mme Bouchardeau, n'aurait-elle pas droit d'animer, voire d'enrichir le débat présidentiel?

Or, que peuvent faire ces "petits" candidats?

Menancer? Mme Huguette Bouchardeau évoquant "les pressions exercées pas la direction du P.S. sur ses élus" pour qu'ils ne donnent pas leurs parrainages à qui que ce soit d'autre que le candidat socialiste a laissé entendre à François Mitterrand dans la perspective du second tour: "Si François Mitterrand nous contraignait au silence au premier tour, il nous y contraindrait aussi au second". Autrement dit pas de P.S.U.: pas de soutien P.S.U. Mais est-ce suffisant?

Compter sur l'évolution des bons sentiments?

On dit que les "stratèges" giscardiens souhaitent que le courant écologiste soit représenté et pourraient ainsi aider Brice Lalonde à obtenir ses 500 signatures. C'est possible. C'est même probable. Avec une bonne publicité, M. Giscard d'Estaing ferait ainsi connaître ses sentiments écologistes. Cela lui serait bénéfique pour le second tour. D'autant qu'au premier tour, M. Lalonde pourrait drainer un maximum de voix de jeunes opposants et en priver par contre-coup M. Mitterrand...Mais dès lors cette participation des écologistes au débat présidentiel apparaît subordonnée à des stratégies électorales. Ce ne semble pas satisfaisant.

Il y a assurément quelque chose qui grippe un peu dans l'élection présidentielle dans la mesure où elle est théoriquement au suffrage universel direct mais passe d'abord par les "censures" de 500 élus et leurs partis.

 

Jean-Claude ARBONA

 

La Nouvelle République, vers le 20 Mars 1981.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 09:24

Journal El Watan Algérie

 

Une tribune de François Hollande pour El watan : «Une repentance jamais formulée»

Le 19 mars 1962, le cessez-le-feu était proclamé en Algérie au lendemain de la signature des accords d’Evian. Cet acte ne marquait pas la fin définitive des violences – loin s’en faut – mais elles ouvraient la voie au processus qui allait conduire à la fin d’une guerre cruelle.

 

La guerre d’Algérie a été un moment décisif de l’histoire contemporaine. Elle a, en France, entraîné la chute d’une République et donné naissance à la Ve République ; envoyé de l’autre côté de la Méditerranée un million et demi de jeunes soldats et provoqué la mort de trente mille d’entre eux ; arraché à leur terre natale un million de pieds-noirs ; suscité l’abandon et le massacre de milliers de harkis restés fidèle à la France. Cette guerre, en Algérie, a entraîné la destruction de centaines de villages et le déplacement de deux millions de paysans ; elle a provoqué la mort de centaine de milliers d’Algériens et la destruction durable des paysages urbains et ruraux.

Après sept ans d’un combat cruel livré entre 1954 et 1962, l’Algérie a obtenu son indépendance et la France a achevé son processus de décolonisation. La séparation de l’Algérie et de la France a produit des volontés de connaissances et des oublis. C’est en 1999, avec le gouvernement dirigé par Lionel Jospin, que la guerre d’Algérie a enfin été reconnue et nommée sur la scène culturelle et politique. Aujourd’hui, entre une repentance jamais formulée et un oubli forcément coupable, il y a place pour un regard lucide, responsable sur notre passé colonial et un élan confiant vers l’avenir.

Nous le devons à nos aînés pour que leurs mémoires soient enfin apaisées. Nous le devons à notre jeunesse, car le travail de la mémoire ne vaut que s’il est aussi une promesse d’avenir. Cela vaut pour la gauche française dans le regard qu’elle porte sur sa propre histoire. Cela vaut aussi pour la France et pour l’Algérie.

Aucune avancée en la matière ne pourra être unilatérale. Tous les ans, en tant qu’élu de Corrèze, j’assiste aux commémorations du 19 Mars devant le Monument aux morts en présence des anciens combattants. Dans leurs regards, le soulagement de l’arrêt des combats et du retour au foyer se lit encore, avec l’indélébile souvenir des camarades qui ne sont pas revenus. Je connais leur attachement à la commémoration de cet événement historique. Je le respecte.  

Je pense également aux harkis, condamnés par l’Algérie et rejetés par la France, qui ont enduré un interminable calvaire et ont été abandonnés dans des camps qui devaient être provisoires. La France leur doit le respect et la reconnaissance de son abandon.
Je pense aux familles rapatriées d’Algérie, déracinées, qui ont emporté avec elles une partie de leur vie et une mémoire douloureuse, encore vive aujourd’hui. Elles ont transmis à leurs enfants le souvenir de leur terre natale, où ils ne sont pour beaucoup jamais retournés. Elles ont droit au respect de la nation. Je pense aux immigrés algériens qui vivent dans notre pays, qui partagent son histoire et qui ont vécu la tragédie du conflit jusque sur le sol français. En me rendant, il y a quelques mois sur le pont de Clichy pour le 50e anniversaire du 17 Octobre 1961, j’ai voulu rappeler ce jour où des Algériens, qui manifestaient pacifiquement, ont été tués. Aux enfants de ces immigrés, qui se sont sentis exclus de la communauté nationale du fait des déchirures du passé, je dis qu’ils ont toute leur place dans l’histoire de notre pays.

Je pense enfin aux stigmates laissés par la violence de la guerre, à la souffrance des familles des Français et des Algériens qui ont laissé leur vie, y compris après le cessez-le-feu. Mais pour que cette histoire entre de manière apaisée dans notre passé, un travail de mémoire est nécessaire. La guerre d’Algérie, sombre période de la conscience nationa1e, sort ainsi des turbulences passionnelles et du traumatisme collectif pour s’offrir, enfin, à l’examen de l’historien. Les jeunes générations font déjà la France et l’Algérie de demain, et n’ont aucune responsabilité dans l’affrontement d’hier, peuvent ainsi lire cette page avec méthode, loin du bruit et de la fureur longtemps entretenus par leurs aînés, acteurs de cette histoire. La France et l’Algérie ont un travail commun à mener sur le passé pour en finir avec la «guerre des mémoires». Pour passer à une autre étape afin d’affronter les défis communs en Méditerranée. Pour que l’avenir se construise ensemble. Nous avons tant de choses utiles et belles à faire dans une même perspective. Celle du respect mais aussi du dépassement. 

François Hollande

 

Pris sur El Watan.com, le Lundi 19 Mars 2012.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 10:04

A consommer avec modération...pour savourer davantage un verre de Tullamore Dew!Tullamore-Dew-vitrine-comptoir-irlandais.JPG

Poitiers, Rue de la Regratterie, vitrine du Comptoir Irlandais, Mercredi 7 Mars 2012, vers 12H30.

Tullamore Dew, le whisky de la Saint-Patrick

Le Point.fr - Publié le 17/03/2012 à 16:04

Pour fêter le nouvel an celtique, (re)découvrez le seul whisky au monde issu de trois types de whisky irlandais.

Par

 

De la douceur, de la complexité, le tout transcendé par une touche épicée. Ainsi pourrait-on résumer la personnalité ébouriffante du Tullamore Dew Original (prononcé Tulach Mhor). Un whisky pas comme les autres, le seul au monde issu de trois types de whisky irlandais - pot still, de grain et malt pour les puristes. Un élixir, fruit de deux distilleries situées dans le comté de Cork et dans le comté d'Antrim.

L'occasion toute trouvée pour (re)découvrir le Tullamore Dew Original, célébrer, comme chaque 17 mars, la Saint-Patrick, la fête nationale irlandaise qui marque le nouvel an celtique. Ici, pas de notes de fumée tourbée typiques des whiskys écossais, mais de la légèreté et du gras. Un vieillissement supérieur à cinq ans dans des fûts ayant contenu du sherry et du bourbon qui donne un caractère bien trempé à plus de 180 ans d'histoire.

Voir la vie en vert

La robe du Tullamore Dew est ambrée. Au nez, un doux mélange d'épices, de saveurs maltées et citronnées délicieusement accordées à des touches boisées et de vanille. En bouche, l'attaque est florale avec des notes de biscuit. On retrouve la douceur des épices arrondies par la fraîcheur des agrumes. La finale est d'une douceur inégalée et harmonieuse.

William Grant & Sons Ltd. a eu le nez fin en s'offrant Tullamore Dew, le whisky irlandais à la croissance la plus rapide dans le monde et leader en République tchèque, au Danemark et dans les pays Baltes. Une pépite récompensée par 29 médailles d'or ces dix dernières années : 14 pour le Tullamore Dew Original et 15 pour le Tullamore Dew 12 ans d'âge spécial réserve. De quoi voir la vie en vert en faisant vibrer le trèfle qui sommeille en vous !

 

Précision d'un commentaire sur lepoint.fr concernant la différence entre un whisky et un whiskey.

 

Canac le 17/03/2012 à 16:58

Orthographe !

Seul le Scotch, que je sache s'écrit "Whisky". Les autres breuvages, Irlandais, Bourbon, Rye, sont équipés d'un "e" avant le "y" : Whiskey. Mais j'imagine que ce nouveau cru est, lui aussi, fort bon.

 

Pour les amateurs, voici le lien vers le site de Tullamore Dew (uniquement en anglais).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 09:20

En pleine vigilance Orange, du cyber-matériel véritablement à la hauteur des enjeux!

Erreur-meteo-france-Fevrier-2012-copie-1.jpgPris sur météofrance.fr, Dimanche 12 Février 2012, vers 22H30.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 10:04

 

Les origines de la musique électronique en provenance de Teutonnie Occidentale

110110011101  1101110000110101 1001011!!!!!

 

1977

 


 

 

1978



 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 11:22

Il y a environ un an jour pour jour, à l'instar des révoltes qui secouaient le monde arabe (Tunisie, Egypte, Lybie, Maroc, Algérie), et qui allait devenir "le printemps arabe", le peuple syrien entrait lui aussi dans la danse. Mais son malheur, outre le fait de subir une dictature héréditaire (El Assad père, 1971-2000, El Assad depuis 2000), est d'avoir un clan au pouvoir qui compte de très puissants amis, en capacité de faire la pluie et le beau temps sur la géopolitique mondiale, à savoir la Russie et la Chine, d'autant plus facilement en période de crise économique, financière et énergétique.

La prière du vendredi réunit des dizaines de milliers d'opposants. La répression est féroce, et sans limite. Je n'irais pas plus loin dans ce commentaire, si ce n'est qu'il est difficilement d'imaginer de manière rationnelle une telle soif de haine, de violence, d'acharnement, et je dirais même, de destruction du corps et de l'esprit (la torture ne consiste pas qu'à détruire l'aspect physique du corps).

Les démocraties occidentales se retrouvent prises aux pièges des institutions internationales: à l'ONU, au sein du Conseil de sécurité, la Russie et la Chine menacent de poser leur véto à la moindre résolution. Déjà, et surtout les Russes, se sont sentis floués par l'intervention de l'OTAN en Lybie. De plus, le Proche-Orient est à nouveau en train de se constituer en une sorte de pétaudière avec Israël qui a bien envie de se la coller avec l'Iran. Ce dernier, étant allié à la Syrie, aurait ainsi la possibilité de se prendre à l'Etat hébreu par son allié, même en difficulté sur le front intérieur, mais aussi en soutenant le Hezbollah au Liban qui saisirait l'occasion de s'attaquer à Israël. Bref la situation est très complexe, et il est difficile de savoir qui va tirer le premier, même si hélas, j'en suis persuadé, il y en a bien un qui fera le premier pas vers un engrenage qui ne sera que fatal.

Et les Syriens alors? Ils sont condamnés à subir les foudres du pouvoir en place (difficile d'imaginer le clan El Assad soit quitter le pouvoir, soit accepter une négociation qui pourrait ainsi légitimer le combat des révoltés syriens) pour de nombreuses semaines encore. La stratégie du pouvoir semble être: "pas de quartier". La ville martyre de Homs en est le symbole le plus éclatant. Mais cela démontre, de manière dramatique, l'impuissance de la communauté internationale face aux massacres qui se déroulent en ce moment. L'ONU ne peut rien, les Etats-Unis non plus, l'Europe est empêtrée dans ses crises, la Ligue Arabe ne peut que constater les dégâts, pour les rares observateurs qui ont eu le courage de le reconnaître. 

A travers l'exemple syrien s'exprime toute la complexité du monde de ce début de XXIème. Un jour, la démocratie finira par s'imposer en Syrie. Dans un an, cinq ou dix, voire plus. Et à ce moment là, il restera encore pour d'épreuves à affronter pour un peuple en état de guerre civile: panser les plaies d'un passé dictatorial. En attendant, liste des morts (plus de 8.000 depuis un an) et des blessés va encore s'allonger, sous nos yeux horrifiés, mais impuissants.

 

Reportage en Syrie (Sofia Amara)

Arte, Octobre 2011

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg