Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 09:56

Le petit théâtre de la politique politicienne: de la violence et des rebondissements!

 

"Cette nation fait sa politique comme elle fait ses romans et ses théâtres: elle veut aller vite, elle veut du dramatique et du nouveau, des coups d'éclat, des coups imprévus, des changements à vue, sans fin. Avec cet esprit-là, on a une politique de roman, de théâtre: on se lève tous les matins sur une surprise ou dans l'attente de quelque grand combat entre l'opposition et le gouvernement, combat dans la rue, dans la presse, dans la Chambre; on a une "journée" par jour..."

 

Edmond Scherer, Un Moraliste. Études et pensées d'Ernest Bersot, précédées d'une notice biographique (1882). Réédition : Elibron Classics, Adamant Media Corporation, 2001, in Verbatim, 1981-1986 (T. I), Jacques Attali, p. 209, note du Mardi 20 Avril 1982.

 

Dans le cadre de ma lecture commencée le 10 Mai dernier, cet extrait du Tome I du Verbatim de Jacques Attali (ouvrage que je conseille de lire à l'ensemble de la gauche), cette remarque que l'auteur affirme avoir porté au Président Mitterrand. Cependant, une correction s'impose: Ernest Bersot est mort en 1880, et ne pouvait donc être directeur de l'Ecole normale supérieure en 1882, comme il est noté dans l'ouvrage. Ce propos a été rapporté par Edmond Scherer dans l'ouvrage cité ci-dessus.

Par ailleurs, et c'est l'instant cocorico local, Ernest Bersot (1816 - 1880), républicain du XIXème siècle, était natif de Surgères (17), le pays du bon beurre A.O.C. de Charentes-Poitou. Comme quoi, Surgères a aussi contribué à la construction de la République.

Enfin, sur le propos en lui-même, il est d'autant plus vrai en période d'élections présidentielles. Les retournements de situation, les coups bas et autres trahisons, les combats (bien que l'on sente davantage l'idée de la barricade dans ces mots, instrument typique de la lutte au XIXème siècle): tout est là, et l'année politique 2011, et même, oserai-je dire, l'ensemble du quinquennat du président-pas-encore-candidat (ou inversement).

Les médias raffolent de ce qu'aujourd'hui ils n'appellent plus que par le nom de "polémique", et au final, les Françaises et les Français sont de bons consommateurs de ces querelles permanentes.

Ce constat du début de la fin du XIXème siècle a, au début du XXIème siècle, de beaux jours devant lui.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 13:09

3ème victoire de l'année du PB86 après 15 journées de PRO A!

Le maintien redevient possible!

 

 

 

Logo SUD OUEST 2000


06h00 | Mis à jour 10h47
Par Marc Duthu

 

Un Elan indéfendable

Les Palois ont perdu un duel capital dans l'optique du maintien, face à Poitiers. Atones durant trois quarts-temps, notamment en défense, ils se sont mis à jouer beaucoup trop tard. Ils s'inclinent 84 à 85.

 

LF-Wright-vs-Pau.JPGRasheed Wright au Lancer Franc, Poitiers - Pau-Lacq-Orthez, Les Arènes, Samedi 4 Décembre 2010.

 

Les Palois sont sympas. Pour tous ceux qui avaient manqué le shoot incroyable de Teddy Gipson lors de la victoire contre l'Asvel entre Noël et le Jour de l'An, ils ont joué le remake, hier soir contre Poitiers.Trois secondes à jouer, un point de retard et la remise en jeu au même endroit, le ballon toujours dans les mains du meneur américain et un shoot qui monte droit vers le cercle. Et... le miracle, cette fois, n'aura pas lieu. C'est le propre des miracles de ne pas se répéter. C'est aussi justice que l'équipe qui a le plus désiré la victoire l'emporte et, en l'occurrence, c'était Poitiers.

Quand on dit que les Palois sont sympas, on plaisante, et pourtant, il n'y a pas de quoi. La vérité, c'est qu'on les a trouvés agaçants, irritants et par moments assez irresponsables. Indéfendables en tout cas quand, durant trois quarts-temps, ils refusent de faire le moindre effort en... défense.

 

50 points encaissés à la pause

Au terme de la première mi-temps, les Poitevins avaient atteint la barre des 50 poins marqués. 50 points ! Dans un match capital pour le maintien ? Mauvaise blague. Mais Poitiers n'avait rien volé, juste montré de la précision puisque la défense paloise avait laissé quantité de shoots ouverts, traîné dans les rotations, accumulé les erreurs. Et de l'autre côté du terrain, la zone de Poitiers, elle, avait plutôt bien fonctionné, laissant les locaux sans solution, d'autant qu'il n'y avait pas Slaven Rimac (gastro) pour apporter sa science du jeu.

Mené depuis le début (14-18, 25-36), Pau s'était remis dans le sens de la marche un moment, derrière un contre mahousse d'Elonu sur Badiane, un tir primé de Ray et un panier de Gipson (38-42). Derrière ? La calamité : un tir ouvert pour Guillard, un triple de Fournier avec la faute de Mendy, un rebond oublié dont profite Grant et revoilà les Palois à - 14 (55-69). Puis bientôt à - 16 (55-71, 31e).

 

Gipson ne l'a pas refait

 

Et là, la rédemption subite de l'Elan. Pourquoi ? On ne sait pas. Comment ? Ça, ce fut clair : une défense qui montre enfin de l'agressivité, une attaque plus en rythme (ça va généralement de pair) et l'adresse retrouvée. Après deux tirs à trois points de Florian Lesca et sept points consécutifs d'Allan Ray, il n'y a plus que de deux points d'écart (77-79, 37e). Pau égalise par Gipson, sur la ligne des lancers. Marquis, en force, répond à Fournier, en souplesse (81-81). L'Élan y croit vraiment quand Grant gâche deux lancers à 17 secondes du buzzer. Mais Elonu fait à peine mieux (84-83) et commet une faute bête à 3 secondes de la fin qui envoie Fournier sur la ligne (84-85). Tout est en place pour vivre le remake de l'Asvel. Sauf que Fournier à déjà vu le film et ferme la main gauche de Gipson dont le tir, trop lointain, échoue sur le cercle.

  

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Poitiers Basket 86
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 10:31

Humour-poubelle-CP-2006.JPGCentre Presse, (ici à Châtellerault il me semble) vers le 15 Janvier 2006.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 14:38

Un peu plus et elle se pince le nez pour inviter le franco-sénégalais à retourner au Sénégal...

 

 

RAJOUT DU 26 JANVIER 2012: pour connaître de bout en bout l'espace intellectuel Morano, le site qui cartonne en ce moment: MEGAMORANO!
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:51

...et sont inquiets des conséquences de la RGPP!

Depuis 2007, et la mise en place de la RGPP, 100000 fonctionnaires* en moins!

La Gazette des communes

 

 

Le service public sera un thème de campagne

Les-services-publics-dans-la-campagne-de-2012.JPG

 

Un député UMP prend position sur la Révision Générale des Politiques Publiques

 

LA REACTION

JEAN-LUC REITZER, député (UMP) du Haut-Rhin, maire de Altkirch

 

"Je serai mis en cause par les électeurs"

 

"Les Français sont fiers et très attachés à leurs institutions et leurs administrations de proximité. Supprimer un tribunal dans une commune de 10000 habitants ne passe pas inaperçu. C'est ce que me transmettent mes électeurs. La question de l'avenir des services publics sera donc au coeur des débats de la présidentielle, et surtout des législatives qui suivront, particulièrement en zone rurale. Je suis député depuis 1988 et je sais que je serai mis en cause, en tant que représentant de la majorité, du fait de la suppression d'administrations sur mon territoire. J'ai interpellé le Président et le Premier ministre sur l'impact très négatif qu'ont ces mesures sur le terrain. Je trouve qu'on a atteint la limite de l'acceptable aujourd'hui dans des domaines comme l'éduation, la santé, etc."

 

La Gazette des communes, 13 Juin 2011.

 

* Source: Ministère des Comptes Publics via Alternatives Economiques.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:30

Bilan: 11 morts, des risques de pollution et une image de marque sérieusement dégradée


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 09:40

...mais pas forcément dans le sens du réchauffement!

Des perspectives d'avenir déjà sombres

 

Logo-NR-1971.jpg

 

Le climat actuel va-t-il durer?

 

RECHAUFFEMENT OU GLACIATION

CELA DEPEND PEUT-ETRE DE NOUS

Paris-Tour-Eiffel-engloutie.JPG

Le temps qu'il fait! Voilà le sujet de biens des conversations, et celui qu'il fera, l'objet de bien des préoccupations. Que nous n'ayons pas une goutte d'eau de tout un été ou qu'il gèle au mois de mai et nous avons l'impression que tout est changé. On redoute le pire. Pourtant, hivers rigoureux ou étés brûlants, les courbes de la météorologie sont d'une remarquable stabilité et les statistiques font à peine ressortir les différences de quelques dixièmes de degrés entre les moyennes annuelles.

 

Et il semble que cela dure depuis pas mal de temps. 11.000 ans affirment les spécialistes qui apportent comme preuve une "carotte"(1) de glace longue de 960m. prélevée récemment dans l'antarctique, à la station de Vostok. Celle-ci constitue une véritable chronique congelée de l'histoire du climat au cours des 46.000 dernières années.

 

L'étude menée à Léningrad prouve qu'il y a  15.000 ans la température dans l'antartique était inférieure de 5° seulement à celle d'aujourd'hui. Cela correspond pourtant à la dernière époque glaciaire. En Europe le refroidissement semble avoir été moins violent à cette époque. Plus tard, à la fin de cette période, une restructuration rapide est intervenue comme le montre l'étude de la glace fossile de l'antarctique. Les savants pensent que cela peut être dû à des phénomènes cosmiques.

 

Un nouvel âge glaciaire?

 

Pour l'avenir les avis sont partagés. L'Organisation Météorologique Mondiale a publié récemment un long communiqué d'où il ressort qu'un refroidissement est prévu dans les prochains millénaires. Allons-nous vers un nouvel âge glaciaire? Rien n'est moins sûr car il s'agit là de simples spéculations dans lesquelles n'interviennent que la fraction connue des phénomènes naturels.

 

D'autres hypothèses, prenant plus particulièrement en compte, il est vrai les résultats de l'activité humaine, aboutissent à des conclusions diamètralement opposées. C'est ainsi qu'un groupe de scientifiques américains chargés des problèmes de l'énergie et étudiant différents phénomènes de pollution attire l'attention sur les risques catastrophique de l'atmosphère terrestre que fait courir la combustion de produits carbonnés. Cela, disent-ils, promet d'entraîner la fonte des glaces polaires et d'amener une élévation telle du niveau des mers que la plupart des terres habitées seront submergées. D'après eux cela ne serait pas comme on pourrait le penser, la conséquence de la transformation en chaleur de l'énergie stockée sous la forme chimique de combustible depuis des millénaires dans l'écorce terrestre, mais le résultat de la pollution par le gaz carbonique qu'entraîne inévitablement toute combustion de bois, de charbon ou de pétrole.

 

Jusqu'à présent on n'avait guère porté attention à ce gaz présent dans toutes les fumées pour la bonne raison qu'il n'est pas toxique et que nous sommes habitués à vivre en sa compagnie depuis toujours. On pourrait presque dire en effet que c'est un sous-produit de la vie puisque tout être vivant qui respire en rejette des quantités appréciables. D'ailleurs pourquoi s'en préoccuper puisque la nature elle-même s'en charge.

 

L'élimination du gaz carbonique est normalement assurée par les plantes vertes qui fixent le carbone atmosphérique et restituent l'oxygène: c'est la photosynthèse. Malheureusement, avec l'avènement de l'ère industrielle tout a changé. Depuis le début du XIXe siècle l'homme a rejeté 200 milliards de tonnes de CO2 dont la moitié demeure dans l'atmosphère. Et le phénomène ne cesse de s'accroître...

 

Un effet de serre

 

En moins de vingt ans, de 1957 à 1975, la teneur de l'air en gaz carbonique a augmenté de 5%. Si l'on admet que la consommation de combustibles fossiles augmente d'environ 3,5 ou 4% par an, au milieu du XXIe siècle la proportion de CO2 atmosphérique aura doublé. Quelle importance, direz-vous si ce n'est pas dangereux pour l'organisme?

 

Bien sûr, mais cette absence de danger chimique a fait négliger les conséquences physiques que pourraient présenter une trop grande concentration du gaz carbonique dans l'atmosphère. Les chercheurs américains qui ont mené cette étude, se souvenant que le gaz carbonique ne laisse pas passer l'infra-rouge, supposent qu'un trop fort accroissement de sa teneur finirait par produire un effet de serre. Le rayonnement infra-rouge par lequel la terre renvoie une partie de la chaleur qu'elle reçoit du soleil, ne pourrait plus s'échapper, ce qui entraînerait un accroissement sensible des températures moyennes.

 

Le mécanisme de ce phénomène est encore mal connu et difficile à chiffrer, mais les savants pensent que la température des couches inférieures de l'atmosphère pourrait dépasser 2 à 3° celle d'aujourd'hui. Cela peut paraître minime, en fait c'est considérable. Il n'est qu'à se souvenir qu'aux époques glaciaires, lorsque les rennes campaient sur la Côte d'Azur, la température n'était inférieure que de 2à 3° à ce qu'elle est aujourd'hui. On peut donc penser qu'une élévation du même ordre ferait fondre les glaces polaires d'autant que l'effet de serre serait plus sensible aux pôles.

 

Paris submergé!

 

D'après les calculs, la libération de toute l'eau actuellement retenue ferait monter le niveau de la mer de 40 à 80 m. Là, on mesure tout de suite le danger. une grande partie des terres habitées disparaîtraient sous les eaux. Paris serait englouti, sauf Montmartre et Belleville. De la Touraine, il ne resterait pas grand chose non plus. Ce serait un coup terrible pour la civilisation, même si le phénomène était comme on peut le penser très progressif.

 

Les scientifiques américains attirent également l'attention sur un autre risque que ferait courir la présence de CO2 en trop grande quantité. Rappelant que le gaz carbonique est légèrement soluble dans l'eau de mer, ils pensent que les océans deviendraient acides et que les coquilles des mollusques pourraient s'y dissoudre. Voilà une forme de fin du monde à laquelle les auteurs de science-fiction n'avaient pas pensé.

 

Pour éviter de danger, il faudrait arrêter de brûler les combustibles fossiles. On constate au contraire que les États-Unis ont décidé de reprendre l'extraction de charbon. Reste l'énergie nucléaire. Il faudra choisir. Un bon sujet de méditation pour les écologistes.

 

(1) Échantillon cylindrique de terrain retiré du sol à l'aide d'un trépan.

 

Bernard Nicolas

 

La Nouvelle République, Vendredi 23 Décembre 1977.

 

 

France 2, 20H, Carole Gaessler, Mercredi 13 Août 2003.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 09:54

" L'affaire de la taxe Tobin est une absurdité, car nous, nous taxerons, et aucun autre pays ne le fera"     Nicolas Sarkozy

 

 

France 2, Mots Croisés, Lundi 7 Juin 1999, à six jours des Européennes.

 

Le bougisme sarkozyste une fois encore à l'oeuvre. La taxe Tobin, ressorti d'on ne sait quel carton d'archives est mise sur la table comme une sorte de bluff au poker, où le joueur qui tente ce coup possède un 2 et un 7 dans son jeu. Nicolas Sarkozy entre dans une stratégie non pas de terre brûlée (enfin on peut l'espérer), mais de guérilla de propositions, qui consiste à proposer plein d'idées afin de créer une occupation médiatique, mais aussi à diriger le débat: en effet, le temps que la classe politique prenne position, celui prépare son coup suivant, en jouant à la fois le président protecteur mais aussi le candidat, comme par exemple la multiplication des déplacements pour les voeux de la nouvelle année, ce qui permet de constater qu'il reste de l'argent (à plusieurs centaines de milliers d'euros par demies-journées de déplacements), mais aussi que son bilan carbone est catastrophique depuis le 1er janvier, bien loin des promesses du Grenelle de l'environnement.

Bref, la taxe Tobin, elle est dans les papiers, il suffit juste, et j'accepte de me faire retoquer par les juristes si j'écris une bêtise, de pondre un décret modifiant l'alinéa IV de l'article 235 ter ZD ressorti par le Canard Enchaîné, issu d'une loi votée sous le gouvernement Jospin (Décembre 2001), qui lie le sort de la taxe au choix des membres l'Union Européenne.

Evidemment, je suis favorable à une application de la taxe Tobin UNIQUEMENT au niveau de l'Union Européenne. L'histoire a prouvé qu'une application isolée relève de l'échec à coup sûr, comme le montre l'exemple suédois entre 1984 et 1989. D'ailleurs, parmi se principaux opposants, on retrouve la Suède, mais aussi, la Grande-Bretagne.

Sachant que j'ai plus de chance de battre Usain Bolt aux 100 mètres que de voir la taxe appliquée d'ici le 22 avril prochain, soyons convaincu que cet argument n'est qu'un tour d'esbroufe allumé par l'UMP, visant à masquer tant bien que mal, par le biais des médias, les innombrables échecs du pouvoir en place depuis 5 ans, et même, depuis 10 ans: les Sarkozy, Bertrand, Bachelot, Baroin and co ont eux aussi participé aux gouvernements des années Chirac II.

En 2007, le candidat Sarkozy a réussi à se dissocier du bilan du mandat 2002-2007. A tout ce qu'il dira désormais, une réponse sera possible: "mais puique c'est si important, pourquoi ne l'avez-vous pas fait auparavant?". Et parmi les réponses des partisans du "Casse toi pov' con", on aura droit à "Nous avons beaucoup réformer la France depuis 2007", ou encore au non moins classique "les choses ont beaucoup changé depuis 2007".

L'heure de l'inventaire a sonné, au risque de provoquer une "polémique inutile", ou de faire "de la politique politicienne teintée d'idéologie", comme ils disent quand ils sont à court d'argument.

 

CODE GENERAL DES IMPOTS

ARTICLE 235 TER ZD

 

I. - Les transactions sur devises, au comptant ou à terme, sont soumises à une taxe assise sur leur montant brut.

 

Sont exonérées de cette taxe les opérations afférentes :

 

a. aux acquisitions ou livraisons intra-communautaires ;

 

b. aux exportations ou importations effectives de biens et de services ;

 

c. aux investissements directs au sens du décret n° 89-938 du 29 décembre 1989 réglementant les relations financières avec l'étranger, qu'ils soient étrangers en France ou français à l'étranger ;

 

d. aux opérations de change réalisées pour leur propre compte par les personnes physiques dont le montant est inférieur à 75 000 euros.

 

La taxe est due par les établissements de crédit, les institutions et les services mentionnés à l'article L. 518-1 du code monétaire et financier, les entreprises d'investissement visées à l'article L. 531-4 du même code et par les personnes physiques ou morales visées à l'article L. 524-1 du même code. Elle n'est pas due par la Banque de France et par le Trésor public.

 

II. - La taxe est établie, liquidée et recouvrée sous les mêmes garanties et sanctions que le prélèvement mentionné à l'article 125 A.

 

III. - Le taux de la taxe est fixé par décret en Conseil d'Etat, dans la limite maximum de 0,1 % du montant des transactions visé au I.

 

IV. - Le décret mentionné ci-dessus prend effet à la date à laquelle les Etats membres de la Communauté européenne auront dû achever l'intégration dans leur droit interne des mesures arrêtées par le Conseil prévoyant l'instauration, dans l'ensemble des Etats membres, d'une taxe sur les transactions sur devises, et au plus tôt le 1er janvier 2003.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg