Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:05
Euro 2000 : la France, championne, sur le toît du monde du sport

MONUMENTAL

Ils sont donc désormais non plus seulement dans le panthéon du sport français, auquel ils avaient accédé le 12 juillet 1998 au soir de leur démonstratio contre le Brésil, mais dans celui des très rares équipes qui auront marqué l'histoire du football international de leur empreinte éternelle. Oui, les Bleus sont bien la -dream team- du football de cette fin de siècle. Et comme Borg ou Merckx, à leur époque dans d'autres sports, ils n'encourent plus guère que le superbe reproche d'être devenus imbattables.

Il y a deux ans, après leur victoire en Coupe du monde, ils paraissaient avoir atteint le sommet de leur monde. Mais ce qu'ils ont réussi pendant cet Euro, d'un bout à l'autre d'un parcours finalement encore plus relevé et plus ardu que lors du Mondial, les place toujours plus haut dans la hiérarchie historique de leur sport. On a pourtant bien cru que cette fois-ci, ils allaient perdre. Et que les valeurs essentielles qui avaient forgé le succès des Bleus, l'esprit d'équipe au-dessus de tout, la force née de la communion d'un groupe et la culture de la victoire, justement souvent acquise dans le Calcio, avaient cette fois-ci fait le lit du triomphe d'une Squaddra Azzura dont pourtant personne en Italie ne pensait grand bien avant le démarrage de ce Championnat d'Europe. Mais il était dit que rien ni personne ne réussirait à se mettre en travers du chemin de gloire de cette équipe, qui, pour la troisème fois de son histoire, s'est imposée par un but en or. Comme si cet exercice si crispant n'avait été pratiquement inventé que pour eux!

Ils ont donc désormais gagné. Alors, au soir de ce qui est sans doute le dernier chapitre de l'inoubliable histoire de ce groupe que certains vont quitter, il convient d'abord de tous les remercier . Pour ces deux titres et toutes les émotions qui les ont accompagnés. Pour ces folles prolongations, pour ces finales incroyables, pour ces moments de folie. Et surtout, pour tout ce bonheur qu'ils diffusent. Ca va encore être un sacré mois de juillet.

Jérôme BUREAU

La finale, chose étonnante, diffusée sur France 2.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 07:43

C'est la première fois depuis 2008 que le Tour de France passe par la Vienne. Ce mardi, le département sera traversé par la Grande Boucle du Nord-Ouest (La Motte-Bourbon) au Sud-Est (Lathus) sur environ 140km, en faisant notamment un crochet par Châtellerault.

Pris sur le site letour.fr

Pris sur le site letour.fr

Les deux premières colonnes concernent les distances (décroissantes et croissantes), la troisième l'horaire du passage de la caravane, les trois dernières concernent l'horaie de passage estimé des coureurs selon leur vitesse moyenne.

Le temps sera sec est éventuellement ensoleillé. Vu que l'étape ne s'annonce pas forcément passionnante, vous ne louperez pas grand chose en allant sur le bord des routes encourager les coureurs. Et surtout, soyez prudent, ça ne sert à rien de trop vous avancer pour les voir.

A la télévision, l'emission du signal international devrait débuter à partir de Châtellerault.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 11:50

Haben sie verstanden Herr Müller ?

Le Grand Restaurant, 1966

L'avantage d'un France-Allemagne, c'est que ça permet de rappeler à nos jeunes boutonneux de collégiens, que Hitler, Himmler et Goebbels, ne sont pas des noms de joueurs de la NationalMannschaft. Ni connus pour leurs qualités footballistiques...

Les Allemands vus par les Français (jusqu'à jeudi soir...)
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 07:03
Tour de France 2016 : Froome pour la passe de 3

Après plus de 340 jours d'attente, la Grande Boucle reprend ses droits. Dans la fraîcheur de ce mois de juillet (qui en Normandie peut se comparer à une forme de douceur, à 20°, ils ne sont pas difficiles les Normands), le Tour édition numéro 103 va partir à l'assaut de plus de 3500 bornes depuis le pied du Mont-Saint-Michel, la Merveille de l'Occident.

Pour la seconde fois de suite, ce qui n'est pas courant, le parcours se fera dans le sens inverse des aiguilles d'une montre avec un tracé qui "relégitime" légèrement le contre-la-montre qui avait été boudé l'an passé (13 bornes de prologue et 28 de clm en équipe): 37 km en solo en individuel et 17 km plus qu'accidentés entre Sallanches et Megève.

Mais cette année: quel plateau de rêve les amis avec Froome, Quintana, Nibali, Contador (sa der sur le Tour), Pinot, Bardet, Aru, Porte pour la gagne; Sagan, Degenkolb, Kristoff, Cavendish, Coquard, Greipel, Kittel pour les sprints, sans oublier pour les baroudeurs/punchers: Gallopin, Alaphilippe, Majka, Rui Costa, Barguil,...Bref il y a le caviar, les huîtres et le champagne sur la table, il ne reste plus qu'à s'asseoir et déguster.

J'ai eu l'occasion de voir un peu le Dauphiné Libéré, et j'avoue que dans l'avant-dernière étape, j'ai trouvé Froome très fort lors de ses attaques (Contador est passé à la trappe sur le coup). D'ailleurs, il s'impose dans la compétition. Le train de la Sky est prêt, bien qu'il soit intéressant de voir la stratégie de Richie Porte parti du côté de la BMC. Contador risque de prendre un éclat lors du premier pétard lancé par Froome (dès le Lioran ou attendra-t-il les Pyrénées?) et devra, pour notre plus grand plaisir, passé à l'attaque pour espérer jouer la gagne. Mais pour cela, il vaudrait éviter la stratégie de la loose en voulant faire un all-in sur la dernière montée.

J'avoue ne pas croire aux Astana: un leadership partagé entre le prometteur Aru (qui découvre cette année le Tour) et Nibali (vainqueur du Giro), qui sera crâmé dans dans la montagne, mais qui annonce se mettre au service de Fabio Aru. Je demande à voir, mais vu comment le vainqueur du Tour 2014 avait sauté l'an passé, j'émets des doutes.

Enfin, les Vomistar devraient tout miser sur Quintana avec Valverde dans le rôle du lieutenant. Mais comme pour Contador, faire un tempo élevé pour "fatiguer" le train de la Sky ne fera qu'amener Froome dans un fauteuil vers un nouveau sacre. Au risque de protéger ses intérêt s'ils se retrouvent en situation de devoir défendre une place dans un Top 5, en courant sur un Astana, sur Contador, ou pourquoi pas sur un Français.

Et nos petits Français dans tout ça? Pinot désormais un cador du contre-la-montre me semble être au meilleur de sa forme, et la première semaine sera surtout consacrée à éviter les chutes et autres éventuelles bordures. Bardet, avec Vuillermoz en lieutenant a de bonnes jambes (deuxième du Dauphiné) mais a parfois besoin de voir sa fougue calmer. Pierre Rolland, parti chez la Cannondale, demeure l'inconnu. S'il recule au classement, il pourra éventuellement jouer le grimpeur, mais le classement des pois rouges est désormais moins favorable aux baroudeurs. Mais je crois en lui pour claquer son étape.

Voici mon tableau d'honneur:

- Maillot Jaune : Froome

- Maillot Vert : Sagan

- Maillot à pois: Froome

- Maillot Blanc: Barguil;

 

Bon Tour à toutes et à tous!

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 07:59

Incontestablement le carré magique!

Les lectures indispensables pour le Tour de France 2016

- Le Guide officiel du Tour de France: pour tout savoir sur le parcours, les coureurs t l'histoire de l'épreuve.

- Pédale!, le Hors Série de So Foot. 6 numéros pour le très attendu magazine avec cette année en Une Richard Virenque, qui succède à Thibaut Pinot. Des interviews, des anecdotes, des jeux de mots, et évidemment les prévisions pour chaque étape qui se réalisent...parfois.

- Pédale!, le beau livre, édité par So Lonely. Plein de belles photos, quelques archives des précédents Pédale!. Un livre de chevet, ou à bouquiner sous un arbre. Le jour de l'étape de repos.

- Le 1 XXL, la publication d'Eric Fottorino revient à la charge avec un numéro spécial "Maillot Jaune". Avec de beaux textes et toujours une très belle surprise au verso du journal une fois intégralement déplié.

 

Voilà une fois que vous aurez lu tout ça, eh bien il y a de fortes chances que le Tour soit fini.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 14:52

30 Juin, rue de Solférino : sous le cadre de Manuel Valls, minute de silence dans la salle Charles Pasqua.

Assemblée Nationale, 30 Juin 2015.

La recherche du consensus peut parfois aller loin. J'avoue pour ma part, qu'au moment où j'ai vu cette scène, j'ai ressenti de la honte.

Bizarrement, en ce mois de juin 2016, il y en a un qui vient de nous quitter, et qui, à ma connaissance, n'a pas eu droit à un tel hommage. Il s'agit d'Edgard Pisani (1918-2016). Résistant, gaulliste puis socialiste, européen convaincu et tiers-mondiste, il a été ministre sous de Gaulle. Commissaire européen à partir de 1981, il arrive fin 1984 en Nouvelle-Calédonie en pleine tension et va contribuer à élaborer un plan de paix avec l'idée de l'indépendance-association. Enfin, de 1988 à 1995, il dirige à Paris l'Institut du Monde Arabe.

Voici ce qu'il disait en Mai 1989, sur le plateau d'Antenne 2, en tant que dirigeant de la revue L'Evènement Européen, une revue publiée en plusieurs langues et distribuée dans plusieurs pays

"Si l'Europe économique se fabrique sans que l'Europe culturelle et l'Europe politique se construisent, ce sera un marché ouvert aux Japonais, aux Américains, et jamais l'Europe ne deviendra une réalité, une réalité internationale, c'est-à-dire un complexe économique, stratégique et culturelle."

Voilà, lui aurait mérité une ovation. Il a eu un simple hommage. Voici un lien vers sa biographie.

Apos', Antenne 2, 14 Mai 1989.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 12:09

Tu nous manques Vieux...

Coluche, vers 1985/1986.

Coluche, vers 1985/1986.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 09:11

La bataille d'Ecosse n'est pas terminée

 

Les nationalistes écossais pourraient remporter une victoire écrasante le 7 mai, ce qui aurait des conséquences majeures pour l'intégrité du Royaume-Uni.

Ecosse : nouvelle chance pour l'indépendance ?

Pour bien saisir la puissance du Parti national écossais, il suffit de se pencher sur les régions d'Ecosse (SNP), il suffit de se pencher sur les régions d'Ecosse où il est considéré comme étant faiblement implanté, comme la région frontalière des Marches écossaises. Aux dernières élections, les nationalistes y ont recueilli moins de 10% des suffrages. Mais cette année, des sondages menés par les conservateurs donnent à penser que le SNP pourrait tripler sa représentation dans cette région, qui fait pourtant partie de celles qui sont traditionnellement unionistes. Depuis des mois, les enquêtes d'opinion dessinnent des perspectives plutôt sombres pour les unionistes. Selon ces enquêtes, les nationalistes vont remporter une victoire, dont on ne saisit pas encore toute l'ampleur en Angleterre. Le SNP pourrait, semble-t-il, rafler 55 des 59 sièges écossais, alors qu'il n'en compte que six aujourd'hui. Personne ne peut se résoudre à croire qu'un séisme d'une telle magnitude va frapper la politique écossaise. Les bookmakers donnent une victoire du SNP moins écrasante, mais même un résultat de 35 sièges empêcherait Ed Miliband, le dirigeant des travaillistes, d'otenir la majorité. Sans la base celte, le Parti travailliste aurait du mal à gouverner la Grande-Bretagne, à moins qu'il ne forme une coalition avec les nationalistes, ce que Miliband exclut.

Loin d'être fatale au SNP, la campagne du référendum de septembre 2014 l'a laissé plus fort que jamais. Le SNP n'est plus seulement un parti, c'est un mouvement qui, proportionnellement au nombre des habitants, compte plus du double de membres que les trois principaux partis unionistes réunis. Un Ecossais sur 50 l'a rejoint depuis le référendum. Le parti de Nicola Sturgeon, la Première ministre d'Ecosse, compte plus de membres que l'armée britannique de soldats.

 

Une cause puissante. Ni le Premier ministre David Cameron ni M. Miliband ne peuvent déterminer le résultat de l'élection en Ecosse. Tous deux sont curieusement impuissants. Ils ne peuvent faire autrement que d'attendre avec angoisse les nouvelles du Nord qui viendront jusqu'à Londres, et qui pourraient décider de leur sort. Le SNP, qui recueille 40% d'intentions de vote depuis quatre mois jouit d'un important avantage structurel. A la différence de ses adversaires, il défend une cause qui fédère un grand nombre de partisans, et une cause est quelque chose d'extrêmement puissant. Plus fort en tout cas q'un unionisme faible et divisé. A qui d'autre que nous, dit le SNP, pourrait-on faire confiance pour défendre les intérêts de l'Ecosse?

Les unionistes font comme si de rien n'était. A Edimbourg, M. Cameron a affirmé le 20 février que la question constitutionnelle était réglée. Mais en Ecosse personne ne juge que c'est le cas et, si le Premier ministre le croit, il se berce d'illusions. L'autosuffisance des unionistes est leur plus gros problème, après leur incapacité à reconnaître qu'ils en ont un, de problème.

Tous les stratagèmes employés pour tuer le nationalisme écossais n'ont fait que le renforcer. Le transfert de certains pouvoirs du gouvernement britannique à l'Ecosse a abouti à l'élimination du Parti conservateur au nord de la frontière, mais a aussi nourri le nationalisme. L'hégémonie du Parti travailliste en Ecosse avait besoin d'une opposition, et le SNP s'est empressé d'occuper cette place. Le référendum sur l'indépendance a rendu plausible l'idée de sécession. Il a permis d'entrevoir un autre avenir et de le défendre avec un optimisme louable, voire héroïque. Compte tenu des circonstances, il n'est guère étonnant que 45% des Ecossais aient jugé que le risque valait la peine d'être couru. A longue échéance, cela ne présage rien de bon pour l'unionisme. Quant au SNP, c'est justement le long terme qu'il a en tête. Il lui suffit de gagner une fois un référendum sur l'indépendance, tandis que l'unionisme ne peut se permettre une telle défaite.

 

Second référendum. Bien loin d'être réglée, la question de l'Ecosse est donc plus préoccupante que jamais. Sur le plan de la politique intérieure, elle représente la plus grande remise en cause de l'autorité et de l'assurance de l'Etat britannique depuis 1918, quand le Sinn Féin a remporté une victoire écrasante dans ce qui est aujourd'hui la République irlandaise. Pour des raisons évidentes, le SNP n'aime pas être comparé au Sinn Féin. Néanmoins, il a le même objectif que lui: le démembrement de l'Etat.

Si M. Cameron obtenait un second mandat, il conforterait la théorie du SNP selon laquelle l'Ecosse et l'Angleterre sont des entités si différentes que l'appartenance à la même union politique a de moins en moins de sens. Le SNP a en effet l'intention de demander le divorce pour cause d'incompatibilité d'humeur.

Tant mieux si cela exaspère les électeurs anglais. Alex Salmond, l'ancien Premier ministre écossais, sera envoyé au sud de la frontière pour faire office d'ambassadeur de Nicola Sturgeon dans les studios de télévision londoniens. Son rôle consistera à mener une campagne de guérilla pour semer la discorde et la division. Il ne sera pas facile de résister à ses provocations, d'autant que très peu de conservateurs anglais, dont l'arrogance n'a d'égal que l'ignorance, sont conscients que le vrai ennemi est le SNP et que le Parti travailliste ne représente que l'opposition.

Pour le SNP, les élections générales ne seront qu'une étape. Remporter une majorité de sièges écossais serait un excellent début, mais le parti songe surtout aux élections parlementaires de 2016 à Holyrood. Car s'il remporte la majorité des suffrages l'an prochain, il sera en mesure d'organiser un second référendum. Comment Westminster pourrait raisonnablement s'y opposer si une majorité d'électeurs écossais le revendiquent?

 

Un autre pays. Puis il y a l'Europe. Si M. Cameron s'assure un second mandat, il tiendra un référendum sur l'appartenance à l'UE. Les Anglais sont plus favorables que les Ecossais à une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne. Si les Anglais votaient pour sortir de l'Europe et les Ecossais pour y rester, la soif d'indépendance écossaise pourrait s'avérer insatiable.

Il est affligeant que tant de conservateurs anglais soient manifestement plus préoccupés par des menaces de Bruxelles que par celles d'Edimbourg. Un membre de gouvernement l'exprime bien: "L'Ecosse est vraiment devenue un autre pays, je ne cherche plus à comprendre". Et beaucoup ne s'y intéressent plus du tout. Il est évident qu'une large part des conservateurs anglais accepterait l'idée de l'indépendance écossaise si c'était le prix à payer pour une sortie du Royaume-Uni - ou ce qu'il en resterait - de l'UE.

Les suffrages écossais pourraient fort bien déterminer le résultat des prochaines élections générales, mais la question de l'Ecosse, autrement dit la bataille de la Grande-Bretagne, ne sera pas réglée au mois de mai. Les élections ne sont qu'une simple échauffourée avant la bataille de plus grande envergure qui nous attendent. David Cameron aurait donc tort de penser que sa mission en mai est d'atteindre la ligne d'arrivée: son combat ne fera que commencer. Les unionistes devraient éprouver un lourd pressentiment, car les élections seront désastreuses.

 

Alex Massie, The Spectator, publié le 28 février 2015, in Courrier International, 30 avril 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg