Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 12:15
Les Blacks qui jouaient en blanc pour l'occasion, ont donné une leçon de rugby au XV du Coq ce samedi à Marseille (39 à 12).
Etre champions du monde des matchs amicaux, c'est bien,
mais être présent le jour J lors des matchs officiels,
c'est encore mieux!


Avant le match...



Après le match...

Les Guignols de l'Info, Novembre 2006.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 10:37
77 ans et quelques casseroles plus tard, Chirac reste bien portant!


L'anniversaire de Jacques Chirac-Les guignols de l'info
envoyé par vasteelsfr. - Regardez plus de vidéos comiques.

Et en bonus musical, l'hymne de Jacques Chirac pour sa campagne présidentielle de 1981.
http://a32.idata.over-blog.com/336x450/0/55/73/48/images-anarcho-monarchiste-marge/affiche-electorale-de-jacques-chirac-en-1981.jpg
Affiche pour les présidentielles de 1981.
"Jacques Chirac Président"


On a dans notre pays
Le pouvoir de changer de vie
Demain si nous le voulons
Tous ensemble nous réussirons
La France a besoin d'un homme de courage, de résolution
Votons Jacques Chirac
En avant toute la nation

Pour tous Jacques Chirac
Maintenant Président
Ensemble maintenant
Jacques Chirac Président


Pour tous Jacques Chirac
Maintenant Président
La France doit montrer le chemin de la liberté
Liberté de travailler, de mieux vivre dans chaque foyer
Votons Jacques Chirac
En avant toute la nation

Pour tous Jacques Chirac
Maintenant Président
Ensemble maintenant
Jacques Chirac Président


On a dans notre pays
Le pouvoir de changer de vie
Pour tous Jacques Chirac
Maintenant Président

La France a besoin d'un homme de courage, de résolution
Pour tous Jacques Chirac
Maintenant président

Ensemble maintenant
Jacques Chirac Président


Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 08:00

La Nouvelle République, Samedi 16 Octobre 1976.

 

Voici la seconde partie de l'analyse macro-économique produite par Alix René. Il y a 15 jours de cela, vous aviez pu lire la première partie de cette étude, qui sera suivie, dans 15 jours, d'une troisième et dernière partie sur un sujet pouvant alimenter des heures et des heures de conversations, sans qu'au final on ne connaisse le quart du tiers de la vérité économico politique.

Bonne lecture.

 

Il est dans la logique de l’évolution des économies modernes de tertiariser, c'est-à-dire que les services prennent de plus en plus de place dans le processus de création de richesses au détriment du secteurs primaires (l’exploitation) et du secteur secondaire (l’industrie).

Cependant et sous l’effet conjugué de la mondialisation et de la construction du marché commun de l’Union Européenne, le pouvoir d'achat des ménages dans nos pays connaissent une décroissance continue depuis la fin des années 90. Nous vivons dans des pays à basse pression salariale. Ce phénomène n’est pas propre à la France, il est contiguë dans quasiment tous les pays de l’OCDE. Les économies de ces pays vivent à crédit.

La crise des subprimes était donc prévisible et des économistes l’annonçaient dès 1997. Mais quelle est donc l’importance de cette crise, est elle conjoncturelle ou structurelle ?

 

***

 

Pas besoin de s’interroger sur la réalité de cette crise car je vous l’annonce : c’est une crise de civilisation.

Mais ce n’est pas moi qui le dit, selon V.Poutine c’est « le krach parfait » phrase reprise par Ignacio Ramonet ancien directeur du Monde Diplomatique. C’est à la fois :

  • Une crise financière : du crédit, des banques, des autorités de régulation, des agences de notation.
  • Une crise économique 
  • Une crise sociale qui ne demande qu’à se réveiller avec une pseudo croissance non créatrice d’emploi et donc avec une nouvelle augmentation des inégalités sociales.
  • Une crise politique (cf. Island)

Mais elle coïncide avec :

  • Une crise climatique et environnementale: augmentation de l’acidité des océans remettant en cause la viabilité à terme des phytoplanctons, et avec le réchauffement climatique avéré, avec des risques importants de déplacements de population.
  • Une crise alimentaire
  • Une crise énergétique

 

Et c’est certainement la première fois dans l’histoire qu’une crise est aussi globale et universelle, dans le sens qu’elle touche non seulement l’ensemble des secteurs aussi tous les pays.

 

Si nous avons longtemps cru que la crise viendrait de la dette publique, nous avons oublié de prendre en compte la croissance exponentielle de la dette privée dans les pays de l’OCDE. Il a fallut donc très rapidement répondre au feu économique généré par la crise financière.

 

Souvenez-vous d’abord il y a eu le Plan Paulson aux USA, inspiré par le plan Brown de GB, 789 Milliards de $ rien qu’aux USA, en tout 2000 Milliards de $ dans le monde. Il faut rappeler que le budget fédéral américain pour 2008 est de 2 900 milliards. Les 789 milliards additionnels l'amèneront à 3 700 milliards, soit une augmentation de 24%. Ce montant est plus élevé que le budget annuel de l'armée américaine. Au début d'octobre 2008, le montant total des engagements et des prévisions d'engagements aurait été de 1 000 milliards USD, montant à comparer au PNB des États-Unis qui se situe à environ 14 000 milliards USD. Mais ces premiers plans n’ont pas fonctionnés.

 

Puis un plan par l’investissement et de relance de la consommation, le plan Obama 1300MM$ :

Le 18 février 2009, le président des États-Unis Barack Obama a annoncé la mise en place d'un plan visant spécifiquement les propriétaires de résidence. Il a pour objectif d'éviter à au moins sept millions de propriétaires américains la saisie de leur résidence. Ce plan dit immobilier est en sus de ceux annoncés précédemment. Il est initialement pourvu d'une enveloppe de 75 milliards USD, mais elle pourrait augmenter jusqu'à plusieurs centaines de milliards.

Le 18 mars 2009, pour contrer les effets de la récession aux États-Unis, la Fed a décidé d'acquérir pour 300 milliards USD d'obligations du Département du Trésor des États-Unis, pour 750 milliards USD de mortgage-backed securities (MBS) et d'acquérir des dettes de Fannie Mae et Freddie Mac pour 100 milliards USD. Ces opérations ont, entre autres, pour but d'augmenter la liquidité sur les marchés de l'emprunt. 

 

Cependant et malgré l’effet du multiplicateur keynésien de la dépense publique que certains indicateurs  commencent à révéler avec 0.3% de croissance au 3ème trimestre 2009, il semble que la reprise ne soit pas pour demain. Le multiplicateur keynésien est le principe par lequel un accroissement de la dépense publique dans des conditions de sous emploi permet de générer un surplus de demande et donc une baisse des stocks des entreprises en même temps qu’une croissance des revenus, et par voie de conséquence la croissance des revenus génère une croissance de la consommation donc une croissance de la demande donc une relance de la consommation, ce qui génère une croissance de la production et ainsi s’enclenche le cercle vertueux de la reprise. Cet effet du multiplicateur Keynésien met environ 6 à 8 mois dans une économie comme celle de la France avant que ces effets puissent être perçus. Mais au vu des sommes réinjectées par l’ensemble des gouvernements force est de constater que cette reprise artificielle reste extrêmement faible par rapport à ce qui pouvait être attendu. En outre, ce serait oublier les Alt A Mortgage qui arrivent à échéance à partir de 2011. (1000 milliards de $).

Le véritable problème de cette crise n’est-il pas systémique et directement lié à son mode de financement et en particulier au poids des fonds de pension. En effet, il est temps de se demander quel est le rendement réel du capital. Le rendement réel du capital c’est le taux d’intérêt (soit environ 4%) adjoint d’une prime de risque (environ 4%) soit au mieux 4+4=8%. Au-delà de cette rentabilité c’est le risque de non renouvellement du capital de l’entreprise qui est en cause. Or il faut rapprocher cela des grandes entreprises industrielles du CAC40 dont  le ROE (taux de rendement des capitaux propres) est en moyenne de 15 à 20%, que dire évidement des ROE des banques d’investissement dont les ROE atteignent communément les 40%.

 

La Nouvelle République, mi-janvier 1977.

 

Plus cyniquement on est en droit de se demander à qui profite le crime car il y a eu un laissez faire et en particulier jusqu’à quel point les banques n’ont pas provoqué volontairement la crise puisque les créances toxiques 4000MM $ étaient assurées en CDS pour 60 000 Milliards de $, pour être très clair chaque titre était assuré 10 fois.

 

Mais cette crise est avant tout le résultat d’une crise idéologique car depuis le « There Is No Alternativ » (TINA) de Margaret Thatcher, il nous a été interdit de penser à d’autres systèmes capitalistes que celui dans lequel nous vivons, celui du néolibéralisme Friedmannien. En particulier en France où c’est la gauche qui a fait la révolution néo-libérale, en 84 sous le gouvernement Fabius.

Par ailleurs comment attendre de la gauche qu’elle puisse renouveler son idéologie alors que ses principaux économistes sont à la tête des institutions garantes de ce système :

  • Pascal Lamy à l’OMC
  • Dominique Strauss Kahn au FMI.

Que dire des déclarations de Denis Kessler un proche de Dominique Strauss Kann (Directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales) au magazine Challenges en octobre 2007 : « Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance [...] Il est grand temps de réformer, et le gouvernement s'y emploie [...] La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception [...] Il s'agit aujourd'hui de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ».

Le cas de la France n’est pas symptomatique car aux Etats-Unis c’est aussi sous l’administration Clinton qu’a eu lieu la dérégulation des marchés financiers.

Il faut rappeler que durant ces 30 dernières années de politique néo libérale, (où l’Etat doit être absent du marché car celui-ci est censé s’auto réguler par un « phénomène » de parfaite information des agents économiques), est une période anormale. Elle commence en 1971 quand Nixon décide de quitter la conversion or. Faisant varier les monnaies en fonction de l’offre et de la demande, la monnaie devient alors un bien échangé comme un autre. Mais la monnaie n’est pas un bien comme un autre, car la valeur de la richesse d’un pays : son PNB ne peut varier en fonction des aléas des spéculations. Pour Friedman, l’économie se régule en fonction de la monnaie, mais qui régule les marchés monétaires depuis 30 ans. En cela il y a une opposition de fond entre la théorie keynésienne et l’approche néo classique actuelle. C’est donc la fin des accords de Bretton Woods qui est une des principales causes de la crise actuelle. Il faut rappeler que historiquement le modèle néo classique Friedmanien fut testé sur deux économies : au Chili avec Pinochet et en Indonésie avec Suharto. Friedman lui-même prophétisait que son modèle était à terme liberticide, cette perte de liberté est directement liée au fonctionnement même du modèle : privatisation des marchés, agrégation des entreprises, mondialisation de la sphère privée face aux sphères publiques nationales. Nous sommes donc bien devant une guerre entre deux religions, deux dogmes, et avec le gouvernement Reagan  c’est le néo libéralisme qui a gagné empêchant le néokeynésianisme de se créer alors qu’au début des années 70 celui-ci était très fécond. J’ajoute que l’une des conséquences du « TINA », a été d’empêcher au sein des chercheurs et des universités le recrutement et la recherche de concepts néokeynésiens. Nous avons vécu 30 années sous l’influence d’une pensée unique, c’est une dictature économique.

 

Pour Pierre Dockès (professeur d’économie à Lyon 2)

« Personne n’ose à court terme faire un pronostic de sortie de crise. ». Mais, 2 visions s’opposent sur la réalité de cette crise

  • 1 : Elle fait parti d’un cycle économique  et par conséquent cette crise est conjoncturelle une politique de stabilisation par la dépense publique + une relance par l’investissement + une purge des banques est adaptée. C’est une vision largement adoptée par les politiques de droite comme de gauche.
  • 2 : Cette crise est structurelle et elle va entrainer une rupture, un renouvellement en profondeur ainsi qu’une crise sociale majeur, cette vision est adoptée par de plus en plus d’économistes.

 

Notre problème en tant que citoyen n’est pas de savoir si elle est conjoncturelle ou structurelle mais surtout quand peut on espérer la reprise.

Si elle est structurelle alors elle va durer. Après tout la crise de 29 qui était beaucoup moins profonde ne s’est terminée qu’en 45 avec le plan Marshall.

 

Depuis septembre 2008, les discours gouvernementaux appellent à une moralisation du capitalisme, mais qu’ont-ils fait ? Qu’est-il sorti de ce fameux G20 ? Peut-on vraiment incriminer la finance pour la crise que nous subissons ? Il est dans la nature de la finance en univers capitaliste de rafler tous les profits possibles tant qu’elle ne rencontre pas de contrainte, mais –et c’est une est évidence- le monde de la finance est un monde souverain et par définition sans contrainte.  Le G20 a-t-il intérêt à changer le cadre dans lequel la finance évolue ?

Le G20 a mis l’accent sur deux questions périphériques : les bonus des traders et les paradis fiscaux. Mais ni l’un ni l’autre n’ont été la cause de cette crise qui est faut-il le rappeler home shore. Ces deux questions n’ont permis que de détourner l’attention des citoyens des vrais enjeux.

En outre ce serait faire fi des liens étroits qui unissent la politique et l’économie. Il y a une économie politique de la financiarisation, dont un des principaux aspects tient à l’interdépendance pour ne pas dire la confusion organique entre les élites financières et politiques. En France  le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy est Michel Pébreau président non exécutif de BNP Paribas. Plus remarquable encore est le cas de François Perol directeur du cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’économie et des finances qui passera ensuite par la banque Rothschild  où il supervisera la construction de Natexis puis où il sera d’abord l’ingénieur privé du rapprochement entre la Caisse d’Epargne et la Banque Populaire puis en occupant le poste de secrétaire général adjoint de l’Elysée l’ingénieur public, ce sera en outre lui qui pilotera le plan de secours  français au système bancaire avant de prendre la direction  de la caisse d’épargne banque populaire. Cependant s’il y a un lieu où la confusion des genres est la plus grande c’est certainement au pays du tout libéralisme. En effet, les patrons de la Goldman Sachs se succèdent à la tête du secrétariat au Trésor comme Bob Rubin, qui sera patron de la GS dans les années 1980 avant d’être dans l’administration Clinton et qui est le responsable des lois de dérégulation des marchés de crédit qui sont la cause de cette crise, il rejoindra ensuite la City Group (banque championne des pertes sur les subprimes) avant de négocier avec l’un de ses successeurs d’abord à la tête de la Goldman Sachs puis à l’équivalent de notre ministère des économies :  Paulson, le plan de sauvetage de la City Group ainsi qu’un joli parachute doré.

 

 

Déjà 9 pays sont en faillite en Europe ou en quasi faillite : l’Islande, la Hongrie, la Lituanie, la Lettonie, la Grande Bretagne (14%du PIB de déficit de l’Etat), la Pologne, la Grèce, l’Ukraine, la Roumanie. De même, 19 pays ne répondent plus aux fameux critères de convergence qu’impose le traité de Maastricht . Que dire de la France dont la LOLF 2010 prévoit un déficit record.  Des dépenses qui stagnent, une fois que l'on tient compte de l'inflation, et des recettes qui progressent, mais de façon trop faible pour rattraper le plongeon de 2009 : telle est la physionomie générale du projet de loi de finances 2010. Résultat : un déficit prévu à 116 milliards d'euros, équivalent à 40% des recettes de l'Etat auquel il faudra adjoindre un grand emprunt de 35 milliards d’euros (selon le rapport Rocard-Juppé).

 

Ce qui est le plus préoccupant c’est que toute crise s’adjoint de risques pré révolutionnaires (cf Grèce). Avec rien qu’en France 1400 nouveaux chômeurs par jour et plus de 500 000 chômeurs (toutes catégories confondues) depuis le début de l’année, nous sommes dans une situation qui n’a jamais existé depuis la Seconde Guerre Mondiale. Les défilés syndicaux du début d’année ont agit comme une soupape de sécurité permettant aux salariés d’exprimer leur colère et d’apaiser les foules. Mais il est plus que raisonnable de craindre, sans faire de prospective, des mouvements sociaux de plus en plus forts et Pierre Cahuc Professeur à polytechnique prévient qu’en France le risque d’explosion social reste extrêmement important.

 

Enfin, il est notable que la récession fonctionne comme une machine à créer de la mauvaise dette tant auprès des entreprises qu'auprès des ménages, il existe là un effet boule de neige avéré. En cette année 2009, l’OCDE comptera plus de 25 millions de chômeurs (dixit l’OCDE). 

 

Il  est clair qu’il s’agit d’une crise de sous consommation dont l’éclatement de la bulle financière n’a été que le révélateur. Pour Frédéric Lordon, Chercheur en économie au CNRS, « entre le 15 septembre et le 15 octobre 2008, nous sommes passés tout prêt du cataclysme absolu, appelé risque systémique », les plans n’ont fait que nous donner un répit mais sans effacer ce risque. Afin de ne pas entrer dans un cercle de mouvements sociaux importants, si les relances par la consommation et par l’investissement ne fonctionnent pas comment sortir de cette crise ?

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 20:31
Evidemment, ce joint là ne se fumé pas vraiment!
Centre Presse, mi-novembre 1979.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 18:57
Vu que ce n'est pas non plus une tradition, ça valait bien le coup d'en parler!
Sur la Place du Marché, Dimanche 15 Novembre 2009, vers 16H50.
Sur la Place du Marché, Mardi 17 Novembre 2009, vers 09H45.

NB: concernant l'article portant sur le décès de Georges Clemenceau, il fallait lire " 80 ans" et non pas "70 ans".
Merci à Texas Instrument 84 pour la remarque.
Mon décalage temporel se confirme, vu que je me suis basé sur le fait que l'on était que...20 ans après 1979...alors que les seventies, c'était il y a 30 ans!
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 10:52
Malgré une défaite lourde au Stadio Communale (3 à 0) au match, les Girondins, lors de la demi-finale retour de la Coupe d'Europe des Clubs Champions, ont réalisé un très grand match resté comme une référence dans l'histoire du club Marine et Blanc!
Malgré une victoire 2 à 0, les Girondins furent éliminés
Record d'affluence au Parc Lescure: 40211 spectateurs!

Bordeaux - Juventus 85
envoyé par Pokij. - Regardez plus de vidéo de sport et de sports extrêmes.


Bordeaux - Juventus 1985 (les buts)
envoyé par didiereims. - Regardez plus de vidéo de sport et de sports extrêmes.


La Une de Sud Ouest, Jeudi 25 Avril 1985.

La une de L'Equipe, Jeudi 25 Avril 1985.

Parmi les Girondins ayant participé à cette épopée, voici quelques noms:
Dropsy, Thouvenel, Specht, Battiston, Tusseau, Girard, Tigana, Giresse, Rohr, Chalana, Lacombe, Muller.
Et évidemment, à la baguette de cette équipe: Aimé Jacquet!
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 11:01
Georges Clemenceau, un très vieux de la vieille:
1841-1929: 88 ans de vie!
Une très longue vie pour une interminable biographie...

A la Une de Centre Presse, Samedi 24 Novembre 1979.

Georges Clemenceau (sans accent) a été radical durant une partie de sa vie, à contribué à la chute de plusieurs gouvernements sous la IIIe République, et fut du 25 Octobre 1906 au 20 Juillet 1909 Président du Conseil (Le Tigre), puis une seconde fois du 16 Novembre 1917 au 18 Janvier 1920 (Le Père la Victoire). Cette même année 1920, il s'inclina face à Paul Deschanel (qui n'avait plus toute sa tête...) dans l'élection présidentielle de 1920, le mandat de Raymond Poincaré arrivant à son terme.
Des choses, il en a dites, il en a faites, je m'arreterai donc là!

Clemenceau image 1Photographie de Georges Clemenceau trouvé sur ce site .http://www.cavi.univ-paris3.fr/phalese/aragon/Clemenceau.jpgGravure de Georges Clemenceau issue de L'Illustration des années 1893-1894.

Bonus vidéo: le générique des Brigades du Tigre, épisode 1, saison 1 de 1974.
LA BELLE EPOQUE


Les Nouvelles Brigades du Tigre épisode 1 saison 5 (1982).
LES ANNEES FOLLES

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 10:50

Un étrange débat aux échanges très très curieux!
Thierry Henry (vers 1997?), joueur de Monaco, et subissant alors les ravages du milieu des années 1990.

Rassurez-vous, mon titre est volontairement provocateur.
Mais en effet, vu que l'Internationale de la Connerie s'est une nouvelle fois réunie sans prévenir dans l'Hexagone, autant participer aux festivités!
En effet, sur ce sujet, je l'ai vu (la mimine de Titi), j'en ai entendu (et surtout des âneries, hélas), j'en ai lu (et quelques ramasseries de conneries), et j'ai envie d'en causer un petit peu.

Quel déchainement pour du football!


Du plus haut niveau (le politique, avec notamment des personnalités irlandaises demandant, euh pardon, exigeant que le match soit rejoué), au niveau local basique (à savoir le citoyen): entre les "J'ai honte des Français", "Solidarité avec les Irlandais" (ben tiens que les Irish aurait voulu rejouer le match...cagette va), ou encore, une initiative bien curieuse de Philippe Chadeyron (Modem) appelant à signer une pétition pour que le match soit rejoué, une info que j'ai péché dans un édito de Centre Presse.
Une demande qui n'a aucun sens au final, vu que pour cela, il faudrait que la Fédération Française de Football (FFF) fasse la demande. Et vu les intérets financiers en jeu (des millions d'euros, entre les contrats avec les télévisions, les partenaires sportifs, bref...), ce n'est pas possible. La même chose pour la Coupe du Monde 1934, ça aurait pu se faire, mais de nos jours, il faut arrêter de vivre, ou de se croire vivre dans un monde de bisounours!
Le calendrier sportif est bouché et par ailleurs, rejouer ce match à la suite d'une erreur d'arbitrage ferait jurisprudence, du moins dans le milieu du football, et ainsi, toute erreur dans un match pourrait etre amenée à faire rejouer une rencontre, d'une erreur d'appréciation sur un but à une touche basique donnée à l'équipe qui a sorti le ballon, ce qui foutrait un sérieux bazar.
Alors oui, ce qu'il s'est passé mercredi soir est malheureux. Mais comment juger Henry puisqu'il s'est rendu coupable de cette tricherie, car au final, il a bel et bien si je puis dire, triché?
Tout d'abord, il faut préciser que Titi n'est que la forme du problème. Le fond, c'est l'arbitrage et notamment l'introduction de la vidéo, pour laquelle je suis favorable, dans des cas limités, comme au rugby, à savoir en cas de litige, permettre à l'arbitre principal d'y avoir recours en posant cette seule et unque question: y a-t-il une raison pour que je puisse refuser ce but? Point. Cela prendrait...30 secondes tout au plus. Car le football évolue bien moins rapidement que sa médiatisation: en effet, la décénnie 2000 a vu une inflation grandissante de caméras ultra-sophistiquées au bord, et au dessus du terrain. Le supporter, clope et bière au bec dans son canapé en sait plus que l'arbitre lui-même avec cette inondation d'information. Et d'ailleurs, en 2006, lors de la finale du Mondial à Berlin, Zidane, auteur d'un geste répréhensible, n'a-t-il pas été expulsé à cause de la vidéo qu'a pu voir le 4eme arbitre du match, Monsieur Cantalejo?
Pour l'utilisation de la vidéo, tout repose sur les épaules de  Michel Platini (président de l'UEFA et joueur ayant participé au mémorable France Allemagne 82 à Séville) et de  Sepp Blatter (président de la FIFA). C'est à EUX de moderniser le football, qui évolue avec 20-30 ans de retard sur l'évolution du jeu, qui lui même est bien plus rapide qu'autrefois.
Concernant le cas Henry, il n'a que quelques secondes dans le feu de l'action pour faire un choix: je me dénonce à l'arbitre, le but est refusé, mais par contre j'ai les 3/4 du pays au cul et le stade entier, plus toute la fédé qui m'en veulent férocement si la qualif' n'est pas décrochée (et vu le match piteux des Bleus...) ou bien je ne dis rien, le but est validé et advienne que pourra.
Entre revêtir la tunique du Chevalier Blanc ou la cagoule du vil petit escroc, Titi a fait un choix, la classe en moins, car il sait qu'il touche le ballon et pourtant il célèbre vigoureusement le but du scandale. Un choix qui n'offusque pas le président Sarkozy, pour qui "l'essentiel c'est la qualif', peu importe les péripéties": c'est ce qu'il a déclaré auprès d'une porteuse de micro de TF1, qui est bien plus mignonne que compétente en matière journalistique: car en effet, elle a réussi le miracle...de ne pas lui parler de la main! Bref, une interview vaseline ou cirage de talonettes pour changer.
Enfin, je veux revenir sur un dernier point: le déferlement d'autoflagellation qui s'est répandu sur le pays! Qu'à l'étranger on se moque de nous très bien, c'est le jeu dans ce genre de cas, mais que les gens ici s'y mettent aussi, c'est plutot stupide et inquiétant: car en effet, avec tout ce que l'on s'est mis dans la gueule, je me dis trois choses:
-qu'en plein débat sur l'identité nationale, la France vient de montrer que quelque part, elle ne s'aime pas, voire se déteste parfois (alors que sur ce cas là, il aurait mieux valu la jouer profil bas et que les polémistes parigo en tout genre ferment leurs claque-merde, pour reprendre une formule de Francis Blanche dans Les Tontons Flingueurs);
-que cette autoflagellation décrédibilise les vraies demandes d'excuses de notre pays par rapport à notre très houleux passé, mais aussi, et il faut le dire, pour notre présent (pour des Afghans par exemple...);
-qu'heureusement que la chose ne sait pas produite dans le sens inverse, car je crois que dans le meilleur des cas, on leur aurait au moins déclaré la guerre, vu ce que l'on pourrait potentiellement leur envoyer en pleine poire!
Enfin bref, je voulais faire du court, encore une fois c'est un échec.
Une chose est sûre: c'est que quoi qu'il arrive en Afrique du Sud en juin prochain, on reparlera de la main de Titi (un sujet qui a crée en 48H l'équivalent de 6 mois de vannes et de calembours en tout genre...), qu'on se fasse jarter du Mondial en phase de poule ou que l'on fasse un beau parcours (pour ma part vu le jeu produit, la France n'ira pas au-delà dans le meilleur des cas, des 1/4 de finale).
Rendez-vous en juin prochain pour le foot, et en Février 2010 pour le prochain France-Irlande, mais là, on parlera Ovalie, Rugby!

 

PS: un petit point médiatique; le journal l'Equipe a un bien étrange positionnement: alors que ce 21 novembre 2009, le quotidien papier titrait en Une "HENRY NE MERITE PAS CELA", le site internet du même journal proposait comme sondage: "Henry doit-il prendre sa retraite internationale?". Bref, un discours Janus pour le quotidien du sport et de l'auto.
http://photo.parismatch.com/actu-match/societe/actu/michel-platini-footballeur-67695/400082-1-fre-FR/Septembre-1977.-Quels-pieds-!1_articlephoto.jpgEt pendant ce temps là, Michel Platini en direct de Septembre 1977 prépare sa réaction pour la main du jeune Thierry Henry qui vient de naître un mois auparavant.
Cliché trouvé sur ParisMatch.com
.


Bonus-vidéo: un penalty inexistant offert à l'Irlande lors des matchs de qualif' pour le Mondial 2010. Et ce peuple noble, grand, merveilleux, formidable de l'Irlande n'a guère demandé à rejouer le match bizarrement...
MORALE DE CETTE HISTOIRE:
"BIEN MAL ACQUIS NE PROFITE JAMAIS"!
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg