Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 08:07
Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers

DRUON : HALTE AUX "HALLETTES" DU MARCHE NOTRE DAME

Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers
Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers

Pour les membres du gouvernement, si l'on en croit M. Druon, le mois d'août n'est pas synonyme de vacances. En tout cas, arrivant de Niort,, lui venait d'interrompre les siennes. Mais il se préparait, après son passage à Poitiers et, dans la foulée, une visite à Angers, à reprendre un peu de repos. Dans la région de Libourne, cette fois. Du vacancier, l'auteur des "Rois maudits" avait la coiffure. En l'occurence, un chapeau blanc de raphia à larges bords. Accompagné de M. Mazery, conseiller technique, M. Druon a été accueilli à la préfecture par M. Vochel, préfet de région. Le préfet était entouré de MM. Strawzinsky, maire-adjoint de Poitiers - qui allait "guider" la visite ministérielle - et Nicolini, directeur régional des "Antiquités", ainsi que de MM. Gendron, conservateur adjoint des musées, représentant le conservateur Reyrolles et Verney, directeur régional des bâtiments de France. A la préfecture, où il est arrivé vers 10h15, le ministre a pris part à une séance de travail. Au cours de cette réunion, divers problèmes ont été abordés. En particulier les questions relatives à la circulation liées au rôle du coeur de Poitiers, pôle d'attraction et d'animation de la cité.

 

M. Druon: "C'est si beau que je veux payer"

La visite ministérielle a débuté à l'ancienne abbaye de Ste-Croix, où se construit le futur Centre culturel qui regroupera les musées de Poitiers et salles de conférences. M. Druon s'est attardé devant un mur - reconstitué - en arêtes de poisson. Puis, dans le sous-sol, devant un autre mur. Ce vestige datant du premier siècle, sera dégagé en hauteur sur quatre mètres pour qu'il puisse être vu à partir d'une coursive. "Ce chantier est bien parti" a estimé M. Druon. Puis bouleversant le programme prévu, il a tenu à visiter le baptistère St-Jean, où le cortège s'est trouvé mêlé aux touristes. En sortant, M. Maurice Druon a mis la main au gousset et donné 3F: "Ce monument est si beau que je veux payer mon entrée."

En suite, le cortège officiel s'est rendu place du Marché, et a pénétré sur le chantier. La visite s'est déroulée, plans en mains, commentée par M. Nicolini. L'un des problèmes techniques évoqués, celui de la poursuite de fouilles. Les travées de l'église Notre-Dame reposent sur une excavation. Il va falloir couler un mur de béton pour éviter une décompression des sols. "Les fouilles devront être effectuées scientifiquement, par couches" a recommandé le ministre.

 

Lorgnette en main

Les voitures du cortège ont ensuite filé Grand-Rue, où se situe l'ensemble qui, abritant la direction régionale des Affaires culturelles, groupera tous les services de cette administration.

A l'ancienne école des Beaux-Arts, rue Jean-Macé, M. Druon a jugé le bâtiment "pas intéressant". Puis il y a eu un retour place du Marché. Le ministre et sa suite se sont engouffrés dans l'ancienne Faculté de droit. A une fenêtre, lorgnette en main, M. Druon a examiné encore le chantier. Puis il a longé la façade de l'église Notre-Dame qui pose le problème de la désagrégation de la pierre.

C'était ensuite la réception à l'Hôtel de ville. Sur les marches de la mairie, l'écrivain Druon a repris le pas sur le ministre. Deux jeunes Poitevins, Yves Goux et sa soeur, lui ont demandé de dédicacer "Tistou et les Pousses-verts". M. Maurice Druon a paraphé l'ouvrage, avant de se rendre à la réception donnée dans le bureau du maire. Parmi les personnalités  présentes, on notait les maires du district, les élus locaux, M. Villard, directeur des archives départementales et le R.P. Don Coquet qui, l'après-midi à l'abbaye de Ligugé, allait accueillir le ministre en visite dans le secteur.

 

"L'importance de Poitiers"

Dans son propos de bienvenue, M. Strawzinsky, maire adjoint, a remercié le ministre de sa "trop courte visite". Il a confié: "Nous sommes tiraillés entre le désir d'assurer la sauvegarde d'un patrimoine et celui de préparer l'avenir, quelquefois dans des conditions difficiles. Nous nous attachons à ne pas considérer l'intérêt privé, ni la somme des intérêts privés, mais seulement l'intérêt public." Puis M. Strawzinsky remis au ministre la médaille d'honneur de la ville de Poitiers, où figure une tête de Minerve "symbole de la prudence guerrière".

Avant de signer le livre d'or, M. Maurice Druon a pris la parole. Il a assuré que lui aussi avait trouvé trop bref son séjour à Poitiers. Il a dit ensuite que sa visite dans notre ville répondait à l'un de ses soucis primordiaux, "consacrer une partie de son temps aux régions, aux provinces. Aller sur lace, voir ce qui se fait, ce sui doit s'y faire, et la mesure dans laquelle son ministère y est intéressé." Le ministre a souhaité "pouvoir trouver des solutions aux problèmes de Poitiers qui sont d'ordre culturel." Mais, a ajouté M. Druon "il n'y a rien qui ne soit culturel."

Il a insité ensuite sur la nécessité d'harmoniser "les permanences du passé", et les impératifs du progrès. le ministre a conclu: "J'aime beaucoup Poitiers, je sais ses richesses et son importance dans l'ensemble français. Une des vraies forces de la France, c'est cette belle ville."

 

"Poitiers, un coeur qui doit battre fort et bien"

 

C'était ensuite la conférence de presse. Répondant à une question relative à la faiblesse des moyens financiers du secteur culturel, le ministre a répondu: On le dit dans tous les secteurs. Partout, les moyens sont faibles par rapport aux ambitions qui, elles sont immenses. Et puis, on ne regarde que l'immensité à accomplir, mais pas assez la somme de ce qui a été accompli."

Puis, M. Druon a dit ce qu'il pensait des problèmes de Poitiers: "Poitiers est une ville labyrinthique, et pas octogonale. C'est dans les villes labyrinthiques que se développe la civilisation, et toutes, elles ressemblent à un organe du corps humain. Le vieux Poitiers ressemble à un coeur. C'est un coeur qui doit continuer à battre fort et bien, pour irriguer toute cette région. Pour les pulsations c'est aux habitants et aux élus de Poitiers d'en donner le rythme."

Abordant le chapitre de la place du Marché, le ministre a estimé qu'elle offre "une réunion exemplaire de superposition des cultes et des activités humaines. Il y avait vraisemblablement là un sanctuaire, un forum et un marché. Un lieu d'échanges avec l'au-delà, d'échanges entre hommes, et d'échanges de marchandises. Il appartient aux Poitevins de dire s'ils veulent continuer, dans notre temps, ce qui a été fait dans les âges, ou de faire tout autre chose. Mais ce n'est pas le ministre qui choisira à la place de shabitants de Poitiers. Bien sûr, une fois cette décision prise, il appartiendra au ministère de donner son avis, et parfois ses instructions, mais seulement pour que tout soit fait en bonne connaissance de cause."

 

"Le secteur de sauvegarde, une mesure heureuse"

Sur une question précise concernant l'interruption des travaux, et le projet des "hallettes", M. Maurice Druon a encore expliqué:

"J'ai vu le projet, j'ai demandé qu'on le suspende. Ce qui n'implique pas une critique à l'adresse des édiles ou des architectes sur la valeur architecturale intrinsèque. C'est une mesure d'attente sur un projet où il y a un parti général à considérer. D'une manière générale, il faut conserver aux villes et à leurs quartiers anciens leurs unité d'aspect. Dans trop de villes, on voit se dresser un élément qui défigure l'unité monumentale, architecturale. Il n'y a rien de plus mauvais que la carte d'échantillons des siècles."

Le ministre a ajouté que s'il était là, "c'était pour aider à trouver, le plus vite possible, les solutions."

Du secteur de sauvegarde de Poitiers, M. Druon a dit qu'"il mérite d'être sauvegardé. C'est une mesure heureuse." En 1975 ce sera l'année européenne des secteurs sauvegardés, et  - pour le mnistre - celui de Poitiers sera de ceux qui permettront à la France d'avoir un rang honorable.

M. Maurice Druon a, d'autre part, évoqué la sauvegarde des ruines d'Oradour-sur-Glane, bourg martyr limousin de la sauvagerie nazie: "Il s'agit de maintenir une destruction en son état. Nous essayons de résoudre ce problème au mieux."

En fin de compte, on retiendra de la visite à Poitiers de M. Druon deux éléments. Ils concernent le dossier de la place du Marché. Il y a d'abord l'assurance d'une reprise - à une date non déterminée - des travaux; cette reprise s'accompagnant d'une poursuite "scientifique" des fouilles. Et puis, la condamnation - en principe sans appel - des fameuses "hallettes" qui auraient singulièrement tranché dans ce site du vieux Poitiers.

Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers

Chapeau sur l'oeil, le ministre écoute les explications de MM. Strawzynski et Nicolini. Au fond, tout contre les fondations de Notre-Dame (à gauche) il faudra éviter la décompression du terrain, devait dire M. Verney (Photo Guy Meingault)

Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers
Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers
Eté 1973 : Maurice Druon , un ministre en visite à Poitiers

Centre Presse, Juillet ou Août 1973.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 07:17
Poitiers, le 18 Mai 2011.

Poitiers, le 18 Mai 2011.

Deux écoles : la presse nationale encore sous le choc de l'affaire DSK (avec à l'époque de nombreuses révélations sur le comportement...déplacé, pour rester poli, de feu le favori à la présidentielle de 2012), et puis l'autre école, celle de la PQR.

Mais je me rappelle surtout d'avoir pris cette photo pour la Une étonnante de la Nouvelle République. En effet, le journal pris tout seul n'a ici rien d'exceptionnel, mais poser côte à côté la chute de DSK avec un heureux pour Sarkozy, voilà qui établit une curieuse passerelle entre deux actus apparemment sans lien.

Sans oublier Centre Presse, qui pour le coup joue la carte 100% locale des bisbilles dans la droite du Poitou. Qui pour le coup n'ont aucun lien avec la chute de Strauss et le bonheur des Sarkozy. Enfin a priori...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 11:54

Comme en 2015, l'entrée de la Foire est gratuite!

 

Du 21 au 29 Mai , le grand retour de la Foire de Poitiers
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Marronnier
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 07:20

Aléas: le magazine de l'impossible.

FR3, 27 Avril 1992.

A l'entrée de l'Impasse des Communaux (voie privée).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 08:21

En faisant un tour sur le site de Centre Presse (oui j'essaie d'éviter le pléonasme du "site internet"), quelle fut ma surprise en voyant apparaître la binette de Madame Morin-Chartier sur un espace publicitaire, avec en bas, le logo des Républicains de droite.

Alors pour être sûr que je n'étais victime d'une hallucatination, j'ai procédé à quelques captures d'écran (sans flèche...).

De la pub pour Les Républicains de droite sur le site de Centre Presse
De la pub pour Les Républicains de droite sur le site de Centre Presse
De la pub pour Les Républicains de droite sur le site de Centre Presse

A la mi-journée du 9 mai dernier, voici ce qui apparaît. Je ne sais pas comment le considérer: Centre Presse diffuse-t-il de la publicité politique comme il diffuserait de la pub pour des cornichons, l'argent étant le nerf de la guerre, surtout dans le milieu de la presse? Dans ce cas pourrait-on avoir droit un jour de la publicité pour le FN, pourquoi pas après tout du moment "qu'ils payent"? Ou doit-on y voir de l'affinité politique?

A une autre époque, il était fréquent de voir de la publicité politique dans les journaux. Surtout dans les périodes d'élections présidentielles. Le titre Centre Presse, propriété du groupe Hersant jusque dans les années 1990, penchait à droite, et "offrait" à ses lecteurs des encarts publicitaires, voire parfois une pleine page, à un parti politique. Ce temps est révolu (depuis 1995 il me semble). Cette pratique ne relevait pas du monopole, dans la région, de Centre Presse, car la Nouvelle République aussi le faisait.

Bref, je demeurerai un fidèle lecteur de Centre Presse, mais je voulais toutefois vous faire part de mon étonnement.

Centre Presse, 1977.

Centre Presse, 1977.

La Nouvelle République, Début de l'année 1981.

La Nouvelle République, Début de l'année 1981.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 08:22
1980 : la Goule de Poitiers, demeure des abeilles

La quiétude habituelle du dimanche après-midi dans le quartier Saint-Porchaire était pour une fois troublée par l'irruption d'un nuage virevoltant d'abeilles en rupture de ruche provoquant chez les riverains une grande surprise teintée d'appréhension. Finalement, la jeune reine se posait sur la gargouille où elle était rejointe bientôt par ses quelques milliers de bourdonnantes ouvrières.

Les sapeurs-pompiers laissaient le soin à un apiculteur de procéder à la récupération de l'essaim, opération dont ils s'aquittait avec un calme olympien, se limitant pour leur part à chasser les dernières retardataires.

 

La Nouvelle République, Mai 1980.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 07:42
10 Mai 1940 : les troupes nazies lancent l'assaut à l'ouest
10 Mai 1940 : les troupes nazies lancent l'assaut à l'ouest

Centre et Ouest, Samedi 11 Mai 1940.

SCA, Mai 1940.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 08:54
Illustration prise sur geoado.com

Illustration prise sur geoado.com

10 Mai 2001; adoption de la loi "Taubira" (députée PRG) tendant à la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l'humanité.

Elle dispose dans son premier article:

"La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité."

En 2006, est instituée pour la première fois une journée de commémoration de l'esclavage et de son abolition. La cérémonie est présidée à Paris par Jacques Chirac.

Des millions d'hommes et de femmes ont été réduits à l'état d'esclaves par la France, jusqu'à l'abolition totale en 1848. Par ailleurs des villes comme Nantes, Le Havre, La Rochelle ou Bordeaux ont pu bâtir des fortunes grâce à l'exercice du commerce triangulaire. A Bordeaux notamment, certaines rues portent encore le nom d'armateurs, de négriers.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Marronnier
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg