Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

Les Dossiers D'antan...

12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 18:05
Le débat a du mal à prendre la hauteur!

Cadres et cranesKhmers rouges prennant la pause devant les restes de leurs victimes, Cambodge, entre 1975 et 1979.

Belote et re!
Le président Gesson reste droit dans ses bottes et ce malgré le taulé suscité par ses déclarations de la veille. Je ne connais pas son parcours mais je pense pas qu'il est fait histoire.
Disons que quitte à comparer des étudiants à des Khmers Rouges, autant les qualifier de nazisme, l'antisémitisme en moins. Il y a de quoi crier au scandale. Imaginons un instant ces propos sortant de la bouche de Bruno Gollnisch, les mêmes ni plus ni moins. Je vous laisse imaginer la suite.
C'est grave d'en arriver à ce niveau là.
A force de creuser Jean-Pierre Gesson finira sans doute par trouver du pétrole en dessous de son bureau, après avoir croisé quelques ossements des victimes des pseudo tyrans du Campus Démocratique!


Logo de la Nouvelle République, 7 mars 1983.

Les Khmers rouges passent mal

« Marre des Khmers rouges. » Les propos du président de l'université Jean-Pierre Gesson dans nos colonnes mercredi n'ont pas été du goût de tout le monde. Yves Jean, le doyen de l'UFR de sciences humaines, a fait part de sa réprobation. « Cet amalgame est inadmissible de la part d'un président. » Thomas Monpioux, de la coordination étudiante estime, lui, que « cela pousse à la haine ». Stéphane Vauclin, enseignant-chercheur (Snesup) s'est dit « très étonné ».
Quant à J.-P. Gesson, il ne regrette rien.
« Je n'ai pas dit cela par hasard. Cette analogie vise la minorité qui bloque l'université par la force. »


Jean-Jacques Allevi

PS: retrouvez ici un article du Monde sur le mouvement LRU et les concessions du gouvernement.
Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 13:45
...et ils sont à Poitiers!

Un projet d'irrigation dans la province de Kompong Thom en 1976. Entre 1975 et 1979, les Khmers rouges ont transformé le Cambodge en un immense camp de travail où ont péri plus de 1,7 million de personnes (photo extraite du livre "Une histoire du Kampuchéa démocratique", publié par le DC-Cam).Un camp de travaux forcés ayant pour finalité un projet d'irrigation, Cambodge 1976. L'une des rares images qui existent sur le Cambodge des Khmers rouges, l'un des enfers sur Terre du XXeme siècle.

Dans une interview réalisé par Jean-Jacques ALLEVI de la NR, le président de l'Université de Poitiers fait part de sa colère vis-à-vis du mouvement étudiant. Libre à lui de penser ce qu'il veut.
Mais comparer des étudiants à des Khmers Rouges, c'est une toute autre affaire. Je propose donc au président de respecter sa formule en nous montrant les camp de travaux forcés qui auraient été installé en marge de Poitiers vidée de ses habitants, ainsi que le centre de torture qu'aurait ouvert les leaders du Campus Démocratique. Par ailleurs, quitte à aller au bout de ce crypto bon mot,j'aimerai aussi pouvoir jeter un oeil sur les 2 millions de personnes qui sont censées avoir été executées en quelques semaines ou qui sont mortes de sous-nutrition dans nos bonnes terres de Charentes-Poitou.
Et puis je me pose cette question: "Ou en est le programme de lavages de cerveaux à grande échelle ayant pour objectif de supprimer de l'esprit la notion de classes et de propriété, tandis que la monnaie continue de circuler dans l'antre de la révolution prolétarienne?".
Je suis par ailleurs curieux de savoir, qui dans son esprit, à "l'honneur" d'être comparé au "Pol Pot Pictave" du XXIeme siècle.
Ce genre de formule n'avance à rien, et il est encore bien plus dommageable de constater qu'elle provient d'un universitaire qui doit connaître certaines des atrocités qui se sont déroulées dans le Kampuchéa Démocratique en 1975 et 1979. C'est avec ce genre de propos que les mots perdent de leurs sens, comme l'est depuis quelques années le néo concept de "la prise d'otages". Ce n'est pas en utilisant des expressions d'épiciers que l'on améliore la qualité du débat...
J'imagine bien notre président, le matin en ce rasant, rêver des libérateurs vietnamiens  du Campus Démocratique qui remettront les UFR en ordre de marche...
Bref, voici l'article en question avec notez le bien, l'instant LOL du président...


Logo de la Nouvelle République, 7 Mars 1983.

"J'en ai marre des Khmers Rouges!" JP Gesson

« Y en a marre des Khmers rouges ! On est face à un mouvement minoritaire qui ne sait plus quoi faire et qui utilise tous les moyens pour maintenir la mobilisation. Ce sont les fossoyeurs de l'université publique. »
Sortant d'un registre habituellement tempéré, le président de l'université Jean-Pierre Gesson a jugé, hier après-midi, de manière très sévère le résultat de l'AG. « Depuis quand une AG est-elle décisionnelle ? Je n'accepte pas qu'une AG se considère comme légitime. La légitimité est détenue par les conseils élus ! » Et de poursuivre : « Ce qui se passe est très grave. On ne peut pas laisser à une minorité d'étudiants la décision de faire ce qu'elle veut dans cette université. »
Malgré les risques d'affrontements ce matin en droit entre pro et antiblocage, le président a refusé de banaliser la journée. « Si un conflit physique a lieu je ferai venir la police et je tiendrai pour responsables les bloqueurs et les enseignants qui sont derrière ! » Des enseignants-chercheurs que J.-P. Gesson n'a pas épargné.
Ironisant sur l'action de 150 d'entre eux qui la semaine dernière avaient symboliquement démissionné de leurs tâches administratives, il s'est étonné de n'avoir « reçu aucun courrier de démission ! »

Des propos recueillis par Jean-Jacques ALLEVI
Partager cet article
Repost0
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 02:03

 

Il arrive souvent à Libé de partir en free-style ou en sucette sur certaines thématiques d'articles. Le 2 mars dernier, le journal de Sartre a récidivé, en se lançant sur un article concernant le poil facial comme expression de...l'antisarkozysme moderne. Ben tiens rien que ça. En 2008 déjà, Libé avait pondu un article sur le grand retour de la moustache, en prenant pour exemples deux trois stars d'Hollywood; Guy Lacombe a du être heureux ce jour là car surnommé Moustache dans le milieu footballistique, en plus d'être à l'UMP ce qui lui permettrait de créer un courant genre "Poil et Libéralisme"...
Bref en lisant cet article, j'ai compris que sans le vouloir, je suis devenu "contestataire" un beau matin d'octobre 2001, en me disant que ce lundi là, je ne me raserai pas le bouc, que depuis
j'ai gardé.
Mais un article de ce type correspond parfaitement à un Edwy Plenel, porteur de moustache et bien portant, ou encore à...ben plus personne médiatiquement parlant vu que tous sont désormais clonés en veste noire chemise blanche sans cravate et bien rasés, Didier Porte et Stéphane Guillon mis à part of course.
Un avantage de ce papier, en plus de m'avoir bien fait marrer, est d'avoir permis de corriger une  erreur grossière de mon vocabulaire: on pogonophobe pour les phobiques du poil, et non pas pilophobe comme je le pensais jusqu'à présent...



 

Vous 02/03/2009 à 06h51
Sarkozy, ton heure est velue

Pilosité. Et si boucs et autres moustaches traduisaient un refus de l’ordre sarkozien ?

 

Que les pogonophobes (non, pas les phobiques de la danse «pois sauteur») se pincent. Franchement pas le moment de faire une allergie aux poils, de fantasmer sur d’imberbes esthètes, et de hurler à sa moitié : «le rasoir, c’est pas que pour les gonzesses». Voici en effet (re)venu le temps des hommes à poils. Des moustachus (avec Brad Pitt en chef de bulbe) depuis un certain temps, des porteurs de boucs (notamment chez les geeks et les footballeurs américains), et comme si cela ne suffisait pas, une armada de barbus hante désormais les rues. En mode super touffue (tendance ours) arborée par des gars mega-costauds dans certains bars gays, ou très tendance, en version gainsbourienne : achhh, Stéphane Guillon et tous ses amis des médias, du ciné, etc.


«Code».Mais pourquoi ? Pourquoi ce regain d’envie du mâle pour ce caractère sexuel secondaire qui se traduit par quelque 500 poils au cm² ? Débroussailler cette importante affaire tient d’une partie de coupe-coupe dans la jungle. En vrac, quelques hypothèses : une chabalmania persistante, un enrobage anticrise, un gros coup de flemmingite quand ça gueule de partout «faut travailler plus, les gars»Libération a très sérieusement posé la question à des scientifiques de renom.

«Difficile de se prononcer en l’absence de visibilité statistique» , bat d’abord en retraite le sociologue Jean-François Amadieu (1). Avant de se lancer : «la moustache a un côté années 30-40. Mauvais garçon. Avec réappropriation de leurs codes par les élites. Peut-être assiste-t-on plus globalement à un retour à la virilité ?»

Autre piste, celle d’un autre confrère sociologue, Jean-Claude Kaufmann (2), aussi connu que sa paire de moustaches. Formel, il balaie une envie de poils baba «nature» façon années 70 : «Les moustaches d’aujourd’hui sont davantage années 30. C’est un peu comme le renouveau de la DS. Il y a aussi la mode de la barbe de trois, quatre jours, alors qu’il y a dix ans, il ne fallait pas un soupçon de poil. C’est un code, une mode, comme le petit pull noir.»

A ce stade, on dégaine le philosophe du corps, professeur à la faculté du sport de l’UHP Nancy-université, Bernard Andrieu (3), qui pratique lui-même, à ses heures, le look pas rasé de près. Et affirme enseigner à des étudiants qui tous «portent une barbichette». Plein d’audace il se lance : «Cela fait penser à ce mouvement de femmes à Lyon en 2004 qui refusaient l’épilation et entendaient ainsi lutter contre les standards industriels de la consommation. Il y a là aussi chez certains, une revendication anticonsumériste. Et un côté respecter le cycle de la nature, l’écologie de la peau.» Pas mal la piste verte.


Follicule. A croire que le poil serait presque une lutte. On ne croit pas si bien dire. «Je crois aussi que c’est une façon de lutter contre le standard de l’imberbe qui fait de nous des clones identitaires. En effet, se raser reste la norme. Et c’est la première chose que l’on fait avant un entretien d’embauche. Le poil est une forme de résistance. A l’esthétique. A une société très uniformisée, coercitive, hyperstandardisée. C’est même peut-être une façon de lutter contre le corps sarkosien, lisse, athlétique, qui veut effacer toutes les aspérités et conflits, sans voir un poil dépasser.»

De là à crier au poil citoyen, il n’y a qu’un follicule. Mais on se calme : «Ceux qui s’autorisent la barbe de trois, quatre jours sont des gens bien intégrés dans l’entreprise qui justement peuvent se permettre de jouer avec la norme.»

 

CATHERINE MALLAVAL


(1) Le Poids des apparences, éd. Odile Jacob, mars 2002, 224 pp. (2) Quand je est un autre, éd. Armand Colin, août 2008, 264 pp. (3) Le dictionnaire du corps avec Gilles Boetsch, éd. CNRS, 2006, 545 pp. et Bronzage, une histoire de la peau et du soleil, éd. CNRS, 2008

 

Photo of 1979 men moustache hairstyleUne moustache 1979 trouvée par hasard sur le net. Ou l'esprit contestataire et anticonformiste à l'état pur.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 13:45

Centre Presse, Première quinzaine de Février 1971.

Soit 944999 votants pour ce référendum, ce qui donne avec 621403 oui un résultat de 65,76% de OUI. Ce qui n'est pas excessif non plus comme résultat et sous entend que 34,24% des votants étaient opposés à la mise en place du droit de vote des femmes au niveau fédéral.
Apparemment, il semble qu'au pays de l'Edelweiss et du secret bancaire, l'égalité des sexes ne soit qu'une affaire secondaire.
La France compte au moins un pays un plus attardé qu'elle sur ce genre de dossiers. Il serait curieux de connaitre l'écart homme femme sur les salaires à travail égal, vu qu'en France il semble qu'il y ait une marge de 20% qui soit totalement incomprésible...
Bonus track du 7 Février 2011:
Les actualités télévisées françaises du 6 Février 1971
retrouver ce média sur www.ina.fr

Partager cet article
Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 13:46

Place d'Armes, Jeudi 5 Mars 2009, vers 15H15.

La Gironde, département numéro 33 dans la liste française, le plus grand département de France et de Navarre avec 10001 KM² après la Guyane, reconnu mondialement pour son vignoble de haute qualité, son bassin ostréicole, sa dune du Pila, ses plages de sable fin de Soulac à Lacanau et sa préfecture, Bordeaux, haut lieu de l'histoire de France.
La Gironde: un département qui vote à gauche depuis belle lurette mais une capitale, Bordeaux, qui vote à droite. La Gironde, un curieux mélange savant entre les gaullistes héritiers du grand Chaban-Delmas et les gauches socialiste et communiste.
L'image que nous avons ici en face de nous n'est autre que celle de la Place de la Bourse de Bordeaux: une bien belle photo ma foi.
La Gironde, un point G qui me plaît.


 

PS: il y a un an jour pour jour, la droite se prennait, en France et en Navarre, une branlée monumentale aux municipales et au cantonales. Heureusement, il y avait un second tour ici et là....
Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:27
Eurovision Song Contest 1970Logo du Concours Eurovision de la Chanson, Amsterdam 1970.

Bonjour et bon dimanche à toutes et à tous.
Nouvelle série sur PPP avec l'ouverture du chronique musicale et culturelle avec les représentants de la France au concours de l'Eurovision, une liste qui va s'établir, dans le plus grand des hasards, de 1970 à 1980.
Chaque dimanche, une chanson de l'Eurovision avec son représentant français. L'occasion de voir comment s'organiser le concours, les décors, les musiques évidemment, mais aussi l'orchestre qu'il y avait, les procédés de diffusion et de retransmission des directs, des scripts mais aussi des petits reportages de présentation de chaque candidat.
Cette série nous menera jusqu'au week end du grand concours qui se déroulera du coté de Moscou où l'on pourra voir, ou écouter pour les amateurs et fans, les paroles de Patricia Kaas, Et s'il fallait le faire.
Ne nous cachons rien: Patricia Kaas  en Russie, c'est s'éviter Mireille Mathieu. Les rives de la Moskova nous remercieront peut-etre un jour, mais les 2 sont des idoles au pays de la vodka et de Gazprom. Un choix clairement politique...Allez y comprendre grand chose...
L'URSS semble avoir traumatisé pas mal de conscience...
Bref revenons à notre concours, qui se déroule à Amstedam en cette année 1970.
La Holllande a remporté le concours 1969 avec Lenny Kurh et sa chanson "De Troubadour" avec 18 points. A l'époque, chaque pays donnait un point (one point) à chaque candidat.
Mais figurez qu'en cette année 1969, dans l'Espagne franquiste, La France, l'Espagne et le Royaume Uni termine aussi à 18 points. C'est la première fois qu'un tel cas s'est produit.
Chacun remporta une médaille, mais toujours est-il que le hollandais a du régaler car le Concours est venu chez lui en 1970.
En 1970, Guy Bonnet termine 4eme avec 8 points (eight points). le représentant du Président Pompidou termine avec la médaille en chocolat.
Le concours 1970 est dominé outrageusement par l'Irlande avec Dana et sa chanson "All Kinds of Everything", qui remporte cette édition avec 32 points.
En cette année 1970, il n'y a plus que 12 candidats contre 16 en 1969.
A noter aussi qu'un certain Julio Iglesias représentait en 1970 l'Espagne, avec "Gwendoline". El jovene Julio termina à la 4eme place, Ocho points en compagnie de notre Guy Bonnet national.
C'est le Luxembourg qui termine avec la cuiller de bois avec David-Alexandre Winter et sa chanson "Je suis tombé du ciel"...et de bien haut sans doute!
Rendez-vous en 1971 du coté de Dublin pour la suite de cette épopée dans les seventies de l'Eurovision.


Partager cet article
Repost0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 15:41


Les blogs : info ou influence ?
Ils sortent des scoops, commentent l'actualité, tancent les grands de ce monde. Certains les appellent des "journalistes citoyens". D'autres les affublent du surnom moins flatteur de "journalistes en pyjama". Mais personne ne peut les ignorer. Les blogueurs et autres rédacteurs du Web se sont taillé une place au soleil dans le système de l'information. Les entreprises ont vite compris qu'elles ne pouvaient les ignorer.
Des blogs consacrés à Ségolène Royal en avril 2005.AFP/GABRIEL BOUYS.Des blogs consacrés à Ségolène Royal en avril 2005.

"Nous sommes obligés d'en tenir compte, ne serait-ce que pour éviter un buzz négatif sur le Web, souligne Anne Shapiro-Niel, présidente de l'Association des professionnels des relations presse et de la communication. La difficulté, c'est que les règles ne sont pas les mêmes qu'avec les journalistes. Par exemple, nous ne sommes pas assurés d'obtenir un droit de réponse en cas d'erreur." "Les avis sont très partagés et les pratiques très différentes,avoue Cécile Cornet de l'agence C'est dit, c'est écrit. Doit-on envoyer des produits, des livres aux blogueurs, les inviter aux voyages de presse, en sachant qu'il faudra tout payer, car ils ne sont pas défrayés ?"


Dans certains secteurs, les blogueurs jouent un rôle de prescripteurs décisifs. C'est le cas bien sûr pour les jeux vidéo, l'informatique et le high-tech, mais aussi l'alimentation, la cuisine, la décoration, la médecine, la musique, les loisirs au sens large. Les entreprises ont recours à des agences spécialisées de veille sur les blogs. "Les blogueurs compliquent la tâche des services de presse, explique Ludovic Bajar, directeur associé de Human to Human, l'une de ces agences. Leur pratique est fondamentalement différente de celle des journalistes. Ils ne respectent pas les trois piliers du métier que sont la distanciation, l'objectivation et le recoupement des sources. Ils sont dans une subjectivité totale par rapport à leur sujet. Ils vivent leur activité comme une passion. Ils se racontent. Lorsqu'un blogueur arrive à une conférence de presse, la première chose qu'il fait est de se prendre en photo ou de se faire photographier..."


Les institutions ont appris à composer avec ces nouveaux commentateurs de la vie publique. Pour la rencontre entre Barack Obama et Nicolas Sarkozy, en juillet 2008, l'Elysée avait accrédité une dizaine de blogueurs. "Le critère de base reste la carte de presse, précise Franck Louvrier, responsable de la communication à la présidence de la République. Mais je suis pour ouvrir davantage nos portes aux blogueurs les plus influents. Ceux qui ont une légitimité dans leur métier et dont les blogs sont très fréquentés." L'Elysée a mis en place une cellule de veille des blogs, dirigée par Nicolas Princen. A Matignon, le service de presse s'en tient au critère de la carte professionnelle. "Pour des raisons de sécurité", souligne Myriam Lévy, sa responsable.


De son côté, le Parti socialiste a accrédité des blogueurs lors du congrès de Reims. "L'inflation des sites Internet et des blogs nous pose un problème, admet Alain Clergerie, coordinateur du service de presse du PS. Nous avons pour habitude de demander la carte de presse, ou sinon de vérifier que le site ou le blog sont reconnus et ont une bonne réputation." La porosité entre le métier de journaliste et celui de blogueur bouscule les habitudes. "Nous sommes dans une situation comparable à l'époque des radios libres, dit Benoît Raphaël, rédacteur en chef du site LePost. Les blogs permettent de faire émerger des nouveaux talents qui pourront faire d'excellents journalistes par la suite."


Eric Marquis, vice-président de la Commission de la carte d'identité des journalistes, est moins indulgent : "A force de dire que tout le monde peut être journaliste, on dévalorise ce métier et on occulte le fait que la bonne information a un coût. Après tout, on ne parle pas de "chirurgien citoyen". Le terme de "citoyen" ne sert qu'à habiller une dévalorisation de l'information et une précarisation de la profession. Nous sommes déjà descendus très bas dans les critères d'attribution de la carte de presse, jusqu'à la moitié d'un smic pour les revenus tirés du journalisme."Pour ce syndicaliste SNJ,"les termes du débat sont exactement les mêmes que dans les années 1930, lorsque Georges Bourdon a posé les bases du statut de journaliste. A l'époque, il tenait un discours très dur, en affirmant qu'il fallait distinguer les professionnels des amateurs"


Pourtant, la plupart des blogueurs ne se considèrent pas comme journalistes. Leur pratique inclut même souvent une critique implicite de la presse. "L'espace public numérique joue un rôle de complément, il est donc assez logique qu'il soit en réaction et en correction, explique Nicolas Vanbremeersh, alias Versac, qui a tenu un blog politique de 2003 à 2008. Moi-même, je n'ai pas de rapport professionnel à l'information. J'ai ma propre hiérarchisation. Le blog reste un plaisir et une activité annexe dans ma vie."

Si l'on s'en tient à un critère purement statistique, l'avantage est du côté des blogs. Selon la Commission de la carte de presse, il y aurait 37 000 cartes de presse et, selon Wikio, 60 000 à 70 000 blogs.

Xavier Ternisien
Partager cet article
Repost0
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 14:38
Centre Presse, Début Mai 1979.

Pour la petite info, Rallye n'est autre que l'ancien Géant Casino qui se trouve à Beaulieu.
Partager cet article
Repost0

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg