Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 01:59
Poitiers, 3 Heures.
Un incendie s'est déclaré à la Mie Caline se situant à proximité de Notre Dame aux alentours de 00H30. D'épaisses fumées de dégagent du batiment et recouvrent dans les airs une partie du centre-ville.
Il semblerait qu'aucune victime ne soit à déplorer. Un important dispositif de sécurité est déployé pour venir à bout de l'incendie.




Poitiers, Vendredi 30 Mai 2008, entre 2H20 et 2H40.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Les petites infos
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 16:43
C'était il y a trois ans: le texte Giscard (pour une fois qu'on ne parle pas de lui pour les Seventies...) était rejeté 55%.

 

LE TCE , envoyé à tous les Français, que Groland proposait de recycler comme papier à cheminée, écrase mouche, cale à meuble. Peu nombreux sont ceux qu'ils l'ont lu en entier...

 

Le référendum Chirac sur le TCE a pris du plomb dans l'aile au fur et à mesure que les mois de campagne s'écoulait. Le PS, par référendum interne avait opté pour le OUI à environ 60% des suffrages. Mais les 40% ne se sont pas tus pour autant à l'instar des Mélenchon, Emmanuelli et et et surtout Lolo Fabius, avec notamment son fameux plan B. Hollande, alors élu homme politique de l'année 2004 pour ses victoires électorales successives (régionales, européennes et interne) ne pouvait que constater les dégâts, à l'intérieur d'un parti profondément divisée sur ce texte: avancées, compromis, néolibéral, chaque leader politique avait son adjectif pour qualifier ce texte.
A droite, les souverainistes type Dupont-Aignant y étaient opposés, même si la chute du OUI dans les sondages a étrangement coïncidé avec l'entrée en campagne de JPR avec son fameux:

 


 

Propos pour l'Histoire:
"WIN THE YES, NEED THE NO TO WIN, AGAINST THE NO!"
Jean-Pierre Raffarin, Premier Ministre,16 Avril 2005
 
Et puis la campagne s'est accélérée, les courbes se sont renversées, les tenants du non sentant la victoire se rapprocher: dans les NONISTES, figuraient (pour des raisons différentes bien entendu) l'extrême gauche, les communistes, une part des socialistes, les souverainistes, et l'extrême droite.
Ainsi, le 29 Mai 2005 à 22H sur France 2:
   
A 55%, les Francais rejettent le TCE, les Pays Bas faisant de même 3 jours plus tard: le projet Giscard devait à son tour rejoindre les grands vaincus de l'Histoire, tout étant à recommencer.
Les OUI tiraient la gueule ce soir là, les NON sentaient venir des lendemains qui auraient du chanter, mais quelle chanson: celle du FN ou celle de la LCR???
C'est finalement un fado (oui bon d'accord, mais c'est le Traité de Lisbonne qu'on a eu finalement ), plutôt qu'une musette souverainiste ou qu'un chant révolutionnaire et populaire.


La Une de Libé, le 30 Mai 2005

Pour conclure cet article (le mot post ne passe pas), voici l'analyse intéressante de Serge July, dans l'édito du lendemain du référendum perdu ou gagné selon les points de vue.

 

"Chef-d'oeuvre masochiste
 
    Ce sont des cris de douleur, de peur, d’angoisse et de colère que l’électorat de gauche a poussés dans les urnes, à l’occasion du référendum, face à la course folle du monde et face à l’incurie des hommes qui nous dirigent depuis plus de deux décennies. Comme en pareil cas, il fallait des leaders d’occasion qui nourrissent ce désarroi national. Les uns ont surenchéri dans la maladresse, les autres dans les mensonges éhontés. A l’arrivée, un désastre général et une épidémie de populisme qui emportent tout sur leur passage, la construction européenne, l’élargissement, les élites, la régulation du libéralisme, le réformisme, l’internationalisme, même la générosité.
    Tous les référendums emboîtés les uns dans les autres ont été perdus par l’Europe. Référendum sur l’élargissement. Entre le spectre turc qui désignait sans ambages les musulmans, et le malheureux plombier polonais, les étrangers ont été invités à rester chez eux. Le Pen xénophobe, c’est son fonds de commerce, mais que des dirigeants de gauche fassent campagne sur ce terrain comme Chirac en 2002 sur l’insécurité, on croyait cette xénophobie-là impensable...
    Référendum sur les élites. Les élites gouvernementales, les élites bruxelloises, les médias sans exception, et tous ceux qui plaidaient pour un système de décision autorisant l’émergence d’une Europe politique : ce sont tous des partisans de la France d’en haut, que la France d’en bas entend évidemment corriger, sinon raccourcir. La France d’en haut et la France d’en bas, c’est le duo bien connu de toutes les périodes populistes. Référendum sur le libéralisme. Que des dirigeants de gauche, et à peu près toute la classe politique, aient accepté de délayer à longueur d’argumentaires les tracts d’Attac, à la manière de François Mitterrand plaidant pour la rupture avec le capitalisme dans les années 70, on est en plein délire, plus de trente ans après et après les succès que l’on sait.
  Cette année, on ne parlait plus de capitalisme mais d’un mot qui s’en voulait le synonyme absolu : le libéralisme. Cette fois, il fallait se prononcer pour ou contre la concurrence, pour ou contre la mondialisation. Référendum sur la France. La France existe puisqu’elle est capable toute seule de renverser la table européenne ! À genoux les Européens devant notre non ! Ce mensonge sur la renégociation à laquelle toute l’Europe devrait se prêter, il y a eu des responsables politiques pour le faire croire. Ou la France revotera ou l’Europe politique, c’est fini, parce que le risque au renoncement de l’ambition politique européenne est en plein essor. Référendum sur le social. Le socialisme dans un seul pays est pour bientôt ! L’Europe est pourtant le seul espace social de la planète que la charte des droits sociaux devait renforcer. Foutaises ! A en croire certains, c’était en réalité le quartier général de l’ultralibéralisme, et il est démasqué.
    Il fallait pour faire ce chef-d’oeuvre masochiste, outre les habituels souverainistes, une classe politique élevée par des autruches, portée aux mensonges depuis de nombreuses années, des incompétents notoires à la manoeuvre dont un Président en exercice, et des cyniques en acier trempé dont un ancien Premier ministre socialiste.
    Les Français savent d’expérience que notre pays va mal. Malheureusement, il va encore plus mal ce matin."
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 13:24
Fin du suspense insoutenable: Domenech vient de rendre officielle la liste des 23 Bleus de Suisse Autriche, et bien évidemment, des 7 exclus du groupe.
Domenech fut Champion de France avec les Girondins de Bordeaux en 1984.

Des surprises, comme le rejet de Landreau (PSG), mais aussi de Cissé (OM), ainsi que de Ben Arfa (Lyon). Sans doute payent-ils le doublé du stéphannois Gomis hier contre l'Equateur (la tache à Raymond fut plus compliquée cette nuit: il est difficile d'annoncer à un joueur en forme et qui vient de faire un doublé qu'il est exclu...).



    Les sept absents de la liste des vingt-trois Français pour l'Euro 2008 sont Landreau, Flamini, A. Diarra, Cissé, Mexès, Ben Arfa et Escudé. Raymond Domenech leur a signifié mercredi matin que leur nom ne figurait pas sur la liste déposée à l'UEFA; lE sélectionneur a retenu le groupe suivant :
Coupet, Frey, Mandanda

Sagnol, Clerc, Thuram, Gallas, Boumsong, Squillaci, Abidal, Evra

Vieira, Makelele, Toulalan, L. Diarra, Ribéry, Govou, Malouda, Nasri 

Henry, Anelka, Benzema, B. Gomis.
Peu après 14 heures, un hélicoptère ayant décollé de Val-d'Isère s'est posé près de l'hôtel Montana, à Tignes, pour embarquer les sept exclus vers leurs vacances et leur télé. Il est reparti à 14h15. En cas de pépin d'ici le 9 juin, ils sont cependant susceptibles de répondre à une convocation de dernière minute.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Les petites infos
commenter cet article
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 13:15

Aux Couronneries, Dimanche 25 Mai 2008, vers 12H45 .

C'est une réclame pour le Foire expo de Poitiers que l'on peut apercevoir en dessous du message, sans doute parmi d'autres publicités.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 23:26
Alors que les chiens de garde de l'UMP souhaitent la mise à mort de l'oeuvre de Martine Aubry, Nicolas Sarkozy affirme ne pas vouloir les abattre comme le taureau dans l'arène.
Cependant, il est nécéssaire de rappeler que ce discours ne fut pas celui qu'il tint durant de nombreuses années.


35 HEURES

"Si demain les Français nous confient la responsabilité du gouvernement, nous reviendrons sur les 35 heures."
(RTL, 23 Février 1998).
L'image “http://desanneesauxcompteurs.ifrance.com/page06_quotidien/06_pointeuse_lambert.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

"Profondément hostile à la réduction du temps de travail, Nicolas Sarkozy dénigre la réforme des 35 Heures dans tous ses discours comme un leitmotiv. Dès Février 1998, il promet d'abroger cette réforme portée par le gouvernement de Lionel Jospin. Il considère qu'avec cette loi,la France "affaiblit la valeur du travail dans la société."

Il lui importe peu que la réforme de 35 Heures ait été créatrice de 400.000 emplois et ait favorisé la croissance. Nicolas Sarkozy fonde rarement ses opinions sur des vérités économiques.

S'il est hostile aux 35 Heures, c'est parce qu'il n'est pas favorable au prinicipe même de la réduction de la durée du travail. Pour lui, il n'est pas question de libérer du temps pour s'engager, s'entraider, se cultiver, se divertir, ni de poursuivre le procéssus historique de diminution de la durée hebdomadaire du travail engagée depuis la révolution industrielle.

Au contraire, le président de l'UMP (à l'époque de la rédaction de l'article) considère qu'il faut surtout encourager les salariés à travailler plus pour créer plus de richesses, en fondant la durée du travail sur le "libre choix"."

Illustration: une "pointeuse Lambert".

PAGE 124
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Sarkozy dans le texte
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 14:32
Après avoir été faire un tour au Marché de Rungis, le Président est allé sur RTL chose assez originale, car peu ou pas faite par ses prédécesseurs.Nicolas Sarkozy dans le studio RTL
Interviewé par Hondelate, Apathie et l'éternel Duhamel (présent dans les médias depuis Pompidou), il a fait un petit tour d'horizon de l'actualité et des difficultés. Rupture dans la continuité là aussi, avec quelques petites hésitations et mensonges (comme sur Chirac lors de sa réunion du 7 Mai 2008).
Des idées à tout va, le maintien des 35H, le désaccord avec Coppé sur la hausse de la redevance télé, le refus de mettre l'age légale de la retraite à 63 ans, et sa "Bonne entente" entre lui et l'ex-populaire Fillon.

A écouter sur les bandes sonores de RTL.


Nicolas Sarkozy dans le studio RTL / C.Guibbaud Abacapress/RTL
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Les petites infos
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 12:49
8 jours après avoir été élu à la présidence de la République avec 50,8% des voix, Giscard prononcé son discours d'investiture à l'Elysée.
Volontariste dans le verbe, les années Giscard, ont, pour l'année 1974 du moins, étaient une révolution qui n'a pas dit son nom, notamment sur la société française qui poursuivait ses changements depuis 1968.
La société libérale avancée se trouvait cependant en proie aux effets de la crise économique. La décrispation tant voulue par l'Auvergnat n'est jamais venue.
Les années Giscard correspondent à nos années oranges, celles où de nouvelles libertés étaient à conquérir: ce sont aussi les années Chirac, Barre, Marchais, celles du règne des Verts de Saint Etienne, les années des caricaturistes et chansonniers type Coluche, Desproges, Le Luron, Bedos, etc.. .
Au cours de ce discours, le CHANGEMENT, thème de campagne par excellence des deux finalistes de 1974. Les bilans de fin d'année ont plutot joué pour la continuité dans le nouveauté, continuité avec une certaine pratique du pouvoir, mais aussi dans les relations internationales; mais la nouveauté vient, pour la majeure partie des Français n'ayant pas connue les années 1930, celle de la crise, le pétrole chère, la stagflation, le chomage et une tension politique permanente.


Photo: Nouvelle République, 21 Mai 1974, en Une.

Retour sur le discours du 27 mai 1974 (source: elysée.fr), celui d'une année charnière, où tout les espoirs furent alors permis...

Discours de M. Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République française


Palais de l'Elysée - 27 mai 1974

Messieurs les Présidents,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

De ce jour, date une ère nouvelle de la politique française. Ceci n'est pas seulement dû, M. le président du Conseil Constitutionnel, à la proclamation du résultat que vous venez de rappeler et dont, par respect pour la France et pour sa longue histoire, je mesure l'honneur. Ceci n'est pas seulement dû aux 13 396 203 femmes et hommes qui m'ont fait la confiance de me désigner pour devenir le vingtième Président de la République française. Ceci est dû en réalité à la totalité des suffrages du 19 mai 1974. Ces suffrages égaux selon la règle démocratique qu'il s'agisse de ceux des femmes et des hommes, des jeunes et des moins jeunes, des travailleurs et des inactifs, et qui se sont prononcés chacun à leur manière et selon leur préférence en témoignant leur volonté de changement.

J'adresse le premier salut du nouveau Président de la République à ceux qui dans cette compétition aspiraient à le devenir et qui avaient la capacité de le faire et notamment M. François Mitterrand et M. Jacques Chaban-Delmas. Ainsi c'est moi qui conduirait le changement, mais je ne le conduirai pas seul. Si j'entends assumer pleinement la tâche de Président, et si j'accepte, à cet égard, les responsabilités qu'une telle attitude implique, l'action à entreprendre associera le gouvernement dans ses initiatives et le Parlement dans son contrôle et dans ses droits. Je ne le conduirai pas seul parce que j'écoute et que j'entends encore l'immense rumeur du peuple français qui nous a demandé le changement. Nous ferons ce changement avec lui, pour lui, tel qu'il est dans son nombre et dans sa diversité, et nous le conduirons en particulier avec sa jeunesse qui porte comme des torches la gaieté et l'avenir.

Messieurs les présidents, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, voici que s'ouvre le livre du temps avec le vertige de ses pages blanches. Ensemble comme un grand peuple uni et fraternel abordons l'ère nouvelle de la politique française.


Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 01:00
Monsieur Gaston a 13 mois, né le 26 Avril 2007. 21 ans après Tchernobyl. Evidemment ça se fête.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud Alexandre Lafrechoux - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg