Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 08:11
La Nouvelle République, Décembre 1976.

La Nouvelle République, Décembre 1976.

"L'année 1976 n'a pas été brillante - déclare lui-même Pierre Viot, directeur général du Centre national de la cinématographie, ajoutant - nous savions tous que ce serait une année difficile."

Les premiers résultats statistiques confirment cette vue pessimiste de l'activité économique du cinéma en France durant l'année 1976. La fréquentation qui s'était élevée de plus de 2% de 1974 à 1975, a cette fois-ci diminué du même chiffre de 1975 à 1976, et la hausse des recettes n'atteint que 11% par rapport aux 18% de l'exercice précédent.

Et pourtant le cinéma donne l'apparence d'une grande vitalité. 238 salles nouvelles se sont ouvertes en France, dont 39 à Paris, au cours de l'année 1976, et 670 films - un chiffre record - sont sortis à Paris pendant cette même période.

France: causes d'un déclin

Cette "flambée" est en fait le signe d'une dangereuse inflation et la situation économique du cinéma français est aujourd'hui inquiétante. La hausse du prix de revient d'un film et les nouveaux systèmes de distribution rendent plus aléatoire que jamais la production. La "vie" d'un film, qui était il y une dizaine d'années de plus de sept ans, est aujourd'hui de quatorze mois. A l'ancien style de distribution (premières exclusivités, secondes exclusivités, grande salle de quartier, petite salle de quartier, périphérie, grandes villes de province, petites villes) a succédé un système horizontal de distribution. Le même film sort donc simultanément sur les Champs-Elysées, en banlieue et en province. Le principal intérêt d'une telle entreprise est évidemment de bénéficier au maximum de la campagne publicitaire du film, aujourd'hui de plus en plus onéreuse. Lorsque le film est promis au succès, ce style de lancement se révèle particulièrement profitable et on a pu voir Les Dents de la Mer (Jaws) de Steven Spielberg dépasser 1100000 entrées en seize semaines et King Kong atteindre 328762 spectateurs en deux semaines, ces chiffres déjà énormes n'étant pourtant que ceux de Paris et de sa périphérie.

Inversement, si le film n'est pas un succès immédiat, cette sortie "nationale" accélère sa chute, ne laissant plus au "bouche à oreille" le temps de fonctionner et le distributeur récupère ainsi, quelques semaines seulement après la sortie du film, parfois plusieurs dizaines de copies devenues inutiles, mais qui ont représenté un investissement financier considérable. Cette accélération de la circulation des films incite aujourd'hui des producteurs de plus en plus nombreux à vendre très rapidement leurs films à la télévision, puisque ceux-ci ne sont déjà plus exploités dans les salles de cinéma. La hausse du prix d'achat des films par la télévision française fait actuellement de celle-ci a posteriori un partenaire financier dont l'importance ne peut plus être négligée à partir du moment où certains films sont achetés par elle jusqu'à 800000F, ce qui correspond environ à la part producteur obtenue par 200000 entrées.

Le fait que la télévision soit, plus que jamais, un énorme diffuseur de films (plus de 500 par an) et que la plupart de ces films soient récents, a évidemment contribué à la désaffection du public français pour le cinéma.

A cette concurrence de la télévision s'ajoutent la hausse considérable des frais techniques, les salaires de plus en plus élevés exigés par les grandes vedettes françaises, les exigences syndicales et malheureusement, le fait que le cinéma français se vend mal à l'étranger. Incapable de s'amortir dans son propre pays et pratiquement privé des ressources de l'étranger, le cinéma français a rarement été dans une situation ausi mauvaise. Le succès de Cousin Cousine aux Etats-Unis ne doit pas être considéré comme l'indice d'une nouvelle passion du spectateur américain pour le cinéma français, mais tout simplement comme l'exception qui confirme la règle...

Alors que l'année 1975 avait vu le cinéma pornographique se tailler une place importante dans les recettes de l'année, 1976 voit au contraire, grâce aux mesures coercitives du gouvernement, ce type de cinéma ramené à une plus juste proportion et aucun film pornographique (ou classé X selon la nouvelle législation) ne dépasse les 200000 entrées parisiennes.

La mode du film pornographique a d'ailleurs incité plusieurs producteurs à parodier ce style de cinéma, tout en bénéficiant ainsi des licences morales permises par le sujet. Attention les Yeux de Gérard Pirès, Silence on tourne de Roger Coggio et On aura tout vu de Georges Lautner, ont ainsi tenter de démystifier ce style de films, la plupart du temps avec beaucoup de vulgarité et une certaine fascination pour l'objet dénoncé. De même, Sex O'Clock USA de François Reichenbach, un documentaire sur la vie sexuelle américaine, et Calmos de Bertrand Blier, riposte mysogine au féminisme de "l'Année de la femme", n'ont fait que profiter d'un climat propice auquel l'histoire du cinéma n'avait rien à gagner.

 

Quelques succès français

 

En ce qui concerne le cinéma français, la grande surprise de l'année a été le triomphal succès de A nous les petites Anglaises, le premier film de Michel Lang, joué par des acteurs inconnus et dont l'exclusivité parisienne atteindra presque un million d'entrées (980000). Le public français a plébiscité ces aventures chauvines de deux cancres bourgeois, condamnés, au lieu de passer leurs vacances comme d'habitude à St-Tropez, à aller en Angleterre...

En dehors de ce succès inattendu, ce sont évidemment les films joués par des vedettes confirmées qui ont encore une fois attiré le plus de spectateurs.Le Corps de mon Ennemi d'Henri Verneuil, d'après Félicien Marceau, et L'Alpagueur de Philippe Labro ont en commun d'avoir comme interprète Jean-Paul Belmondo dont la notoriété a assuré la réussite de ces deux films qui n'échappaient pourtant pas à la convention des genres. De même, Adieu Poulet, de Pierre Granier-Deferre, d'après le roman de Raf Vallet, choisit de décrire l'enquête de deux policiers à Rouen, confrontés avec une situation politique trouble. Malgré l'efficacité de Lino Ventura et de Patrick Dewaere, le film ne parvient jamais à retrouver le modernisme politique du cinéma italien que le cinéma français tente maladroitement d'imiter.

Quant à Alain Delon, devenu depuis plusieurs années son propre producteur, on a pu voir son nom au générique de trois films, deux films policiers de José Giovanni Le Gitan et Comme un Boomerang, et surtout Mr Klein. S'il n'y a rien à dire sur les deux premiers films, sinon qu'ils continuent à véhiculer la pire tradition du film policier "à la française", Mr Klein doit en revanche être mis tout aussi bien au crédit de Jospeh Losey, son réalisateur, que d'Alain Delon, son producteur-interprète. Situé en 1942, en France, Mr Klein, qui semble rendre hommage tout à la fois à Brecht et à Kafka, décrit la prise de conscience d'un jeune affairiste qui découvre qu'un Juif porte le même nom que lui. Un étrange rapport va s'établir entre ces deux hommes qui ne se sont jamais rencontrés et, à la fin, Robert Klein, l'affairiste noceur, partira en déportation en même temps que Robert Klein, l'Israëlite, comme si ces deux pôles opposés d'un même être se trouvaient pour la première fois réunis.

Au titre des succès, il serait injuste de ne pas citer Mado de Claude Sautet, avec Michel Piccoli, Romy Schneider et Ottavia Piccolo, et Police Python 357 d'Alain Corneau, avec Yves Montand, l'histoire d'un policier aux méthodes peu orthodoxes, Barocco, tourné par André Téchiné, avec Gérard Depardieu et Isabelle Adjani, a irrité les uns, fasciné les autres. Chacun a de toute façon signalé la splendeur des images, mais aussi l'abus des références cinématographiques. Sur ce point, André Téchiné s'est clairement expliqué: "Ma référence n'est pas gratuite, mais affective. Elle part d'un choix qui devient une méthode. J'interroge mon trouble devant certaines images."

Troisième film de Bertrand Tavernier, Le Juge et l'Assassin, avec Michel Galabru et Philippe Noiret, est l'histoire pleine de bruit et de fureur d'un "anarchiste de Dieu" au XIXè siècle. Le metteur en scène en a profité pour porter à partir de cette histoire un jugement sur la société d'aujourd'hui. Du côté de l'ancienne "nouvelle vague", deux films signés Claude Chabrol, Les Magiciens, d'après "Initiation au Meurtre" de Frédéric Dard, et Folies Bourgeoises avec Stéphane Audran, Jean-Pierre Cassel, Ann-Margret et Maria Schell, deux oeuvres sans grande personnalité qui n'apportent rien à la célébrité du réalisateur des Cousins et du Beau Serge.

François Truffaut a tenté de retrouver avec L'Argent de Poche le monde des enfants qui fut celui des Quatre Cent Coups, mais le film ne retrouve pas ce charme d'antan et une certaine complaisance a succédé à la sincérité des débuts. Roger Vadim a au contraire décrit dans Une Fidèle fidèle une passion tragique entre un comte cynique et une épouse fidèle, située dans la première partie, située dans la première partie du XIXe siècle. On devine ce qu'aurait pu donner un tel sujet revu par Luchino Visconti et faute de poésie et de lyrisme authentique, cette Femme fidèle n'a fasciné que les admirateurs fanatiques de Sylvia Kristel, héroïne marquée par le destin de ce mélodrame en costumes...

Claude Lelouch a brossé dans Le Bon et les Méchants un panorama d'une partie de la société française des années trente jusqu'à la Libération. On y parle tout à la fois de la Gestapo, de Lafont, de la première traction avant de la Résitance, et Lelouch se contente de porter un regard narquois et douvent très démagogique sur une des périodes les plus troubles de l'histoire de France. Dans Si c'était à refaire, Lelouh retrouve au contraire l'atmosphère d'Un Homme et Une Femme et de Vivre pour vivre, tout en décrivant avec une certaine acuité le drame d'une jeune femme condamnée à quinze ans de réclusion criminelle et qui découvre que la condition féminine qu'elle a connue rend très difficile sa réinsertion dans une société qui a évolé beaucoup moins vite qu'elle...

Pierre Garnier-Deferre a porté à l'écran dans Une Femme à sa Fenêtre, le roman de Drieu La Rochelle, mais cette histoire d'amour passionnée, dont le décor est la Grèce des années trente, n'est jamais parvenue à retrouver le climat du roman et seule Romy Schneider est fidèle à ce qu'aurait sans doute voulu Drieu La Rochelle...

Le dernier film de Jean Gabin, L'Année Sainte de Jean Girault, aura tristement été l'un de ses plus inintéressants et il aurait fallu beaucoup d'indulgence pour s'amuser des mésaventures de ce truand déguisé en prélat et mêlé à un détournement d'avion. De même, Docteur Françoise Gailland de Jean-Louis Bertucelli, avec Annie Girardot, Jean-Pierre Cassel et Francois Périer, décrit à coup de poncifs la vie quotidienne d'une jeune femme médecin, incapable de mener de pair une vie professionnelle harassante, sa vie familiale et une liaison amoureuse.

L'Aile ou la Cuisse de Claude Zidi, avec Louis de Funès et Coluche, et Un éléphant ça trompe énormément d'Yves Robert avec Jean Rochefort, Claude Brasseur et Victor Lanoux, se sont révélés, après A nous les Petites Anglaises et avant Cours après moi que je t'attrape de Robert Pouret, avec Annie Giradot et Jean-Pierre Marielle, les films français les plus populaires de l'année. Est-ce un hasard si tous ces films sont des comédies?

Parmi les films de jeunes auteurs, deux réussites: L'Affiche rouge de Frank Cassenti et la Meilleure Façon de marcher de Claude Miller sur la vie d'une colonie de vacances perdue dans la campagne. Leurs auteurs viennent tous les deux du court métrage qui semble avoir donc conservé sa qualité de banc d'essai.

Il serait injuste de terminer cette brève partie consacrée au cinéma français sans indiquer Comment Yukong déplaça les Montagnes de Joris Ivens et Marcelline Loridan, un remarquable ensemble de docuements de douze heures sur la Chine d'aujourd'hui.

 

Patrick Brion in Panorama Mondial 1976, publié en 1977.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 08:44
Quelques perfs climatiques de décembre 2015.
Quelques perfs climatiques de décembre 2015.

Il a fait chaud, et cela n'est pas dû aux abus des fêtes: pas de gelée, pas de neige évidemment, une pluie rare, du soleil a donner des bourgeons à des cerisiers. Oui, ces 31 derniers jours de 2015 étaient tout simplement hors normes, et nos habitudes en ont forcément pris un coup, quitte à faire des trucs inhabituels à cette période (manger dehors, ouvrir la fenêtre de la voiture pour se rafraîchir, barbecue, sortie en petite laine,...).

Ainsi, Anthony Grillon nous livre quelques données sur ce mois de décembre caliente.

Décembre 2015:

- record de luminosité avec 125.8 h (moyenne 1981-2010: 65.2h; précédent reocrd: décembre 2013: 124.7h)

- record de moyenne mensuelle de température avec 9.3° (précédent record en décembre 2000 avec 8.3°)

- deuxième plus basse pluviométrie avec 12.6 mm. Les nappes phréatiques ne se remplissent pas (environ 85mm de pluie tombée relevée à Poitiers Biard du 1er octobre 2015 au 31 décembre). Attention au risque de sécheresse pour cet été. Pour rappel, lors de l'orage du 31 août dernier, il était tombé sur Poitiers en l'espace d'une soirée pas moins de...70 mm d'eau!

 

PS: données complétées avec celles de Météo France.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 19:59

Voeux croisés Reagan/Gorbatchev, l'Europe qui passe à 12 membres, la Belgique en lutte contre le terrorisme, un coup de sang de Khadafi,...

Bernard Rapp sur Antenne 2.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 11:45

2015: le pire millésime depuis 2001?

Caricature de Dilem (Algérie).
Caricature de Dilem (Algérie).

Daech: "l'homme" de l'année?

31 Décembre 2014. Il y a un an. Le monde d'avant. Comme chaque année, le coeur léger, nous nous préparions à réveillonner et à aborder l'an 2015.

Et puis, à peine avions-nous digéré nos fêtes, l'année nouvelle révélait son véritable visage: celui de la terreur. Partout, tout le temps: Charlie, l'Hypercasher, l'extrême-droite, Boko-Haram, Trump, la Turquie, le Liban, Paris, Bamako, le réchauffement climatique, la pollution, la barbarie sur les animaux, les migrants mourrant en masse sur nos rivages, l'Europe se barricadant.

L'an 15 fut celui de la terreur, de la peur. En l'espace de 365 jours, les choses ont beaucoup changé dans nos consciences et désormais, pour assurer notre sécurité, nous sommes prêts à vendre notre âme au diable, afin de protéger des "valeurs" que l'on brandit pour se donner bonne conscience alors que l'on pratique le parfait opposé.

Malgré les rassemblements de janvier, l'année 2015 a révélé au grand jour les divisions des Français: gauche contre droite(s), travailleur contre chômeur, Français contre immigré, fonctionnaire contre le privé, riche contre pauvre, ...Outre le chômage, le grand échec de la gauche au pouvoir, enfin de ce qu'il en reste, aura été de ne pas avir réussi à colmater les fractures de la société. Et malgré tout, avec les présidentielles en approche, chaque candidat jurera vouloir oeuvre pour l'unité, et ainsi entendra-t-on entonner, comme les Choeurs de l'Armée Rouge, la chorale du "rassemblement".

Le même problème se pose pour l'Europe: l'immense vaisseau est tiraillé par divers clans voulant chacun aller dans une direction opposée: ceux qui veulent plus d'Europe et ceux qui en veulent moins; ceux qui veulent ouvrir l'Europe et ceux qui veulent la fermer. Mais là où la solidarité aurait dû être au rendez-vous, c'est la peur une fois encore qui s'est imposée.

Puisse 2016 être une année meilleure. Sinon, nous courrons à la catastrophe tout en admirant notre propre déchéance...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 08:25
L'entrée du Vieux-Château que l'on peut visiter sous certaines conditions à ma connaissance.

L'entrée du Vieux-Château que l'on peut visiter sous certaines conditions à ma connaissance.

La cour intérieure du Vieux Château.

La cour intérieure du Vieux Château.

La façade nord et l'anse du Jars.

La façade nord et l'anse du Jars.

Le Vieux-Château de l'Île d'Yeu (partie II)

La légende affirme donc que Hergé se serait inspiré (attention, ce n'est pas une vérité...) de cette ruine pour créer son château dans l'épisode de l'Île Noire de Tintin.

Ainsi dans le 7ème tome des aventures du reporter belge, se trouve un château en Ecosse, et à l'intérieur, un atelier de faux-monnayeurs organisé par le redoutable Dr Müller. Pour effrayer les badauds, le château est gardé par une véritable légende-vivante: Ranko, le gorille.

Si vous vous souvenez bien de la B.D. ou du dessin animé, vous remarquerez la fissure découverte à marée basse en bas de l'image. C'est par cet espace que Tintin parvient à s'introduire dans le château de l'Île Noire.

La mer, vue depuis une défense.

La mer, vue depuis une défense.

Les défenses intérieures qui auront une grande influence au XVIIème siècle sur l'organisation des remparts Vauban.

Les défenses intérieures qui auront une grande influence au XVIIème siècle sur l'organisation des remparts Vauban.

A l'horizon lointain, une croix: c'est le calvaire de la Pointe du Châtelet.

Le Vieux-Château vu depuis la Pointe du Châtelet.

Le Vieux-Château vu depuis la Pointe du Châtelet.

FIN

 

PS: vous pouvez aussi prendre quelques précieuses secondes de votre temps pour observer la première partie de cette visite du Vieux-Château de l'Île d'Yeu.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 16:36
La Nouvelle République, 28 Décembre 1979.

La Nouvelle République, 28 Décembre 1979.

Afghanistan: un Vietnam pour l'U.R.S.S.?

Décembre 1979 : l'URSS envahit l'Afghanistan, fondement de la mouvance terroriste islamiste

Nouveau coup d'Etat en Afghanistan: à 17h58 la dépêche tombait sur les téléscripteurs annonçant la chute du régime du président Amin. Sans qu'il soit encore possible de préjuger de la position que va adopter le nouveau chef de l'Etat, M. Badrak Karmei, il était devenu évident depuis un certain temps que des évènements alleiant se produire dans cette partie du globe. Evènements que tous, Occidntaux, Soviétiques, Américains ou Chinois, s'appêtrent à suivre avec le plus haut intérêt. Afghanistan: attention, produit hautement inflammable!

 

"Adou Allah! Tous ces hommes dont les bérets, les capotes ou les kalaschnikov s'ornent d'une étoile rouge son adou Allah: des ennemis de Dieu". L'accusation ancestrale est tombée comme un couperet sur les troupes soviétiques en Afghanistan depuis qu'il y a environ un an et demi quelques chefs rebelles - Patchounes, Baloutches, Turkmènes, Ouzbeks, Tadjiks ou Kirgizs - ont déclaré la "djihad", la guerre sainte. Guerre sainte qui, depuis septembre dernier, a pris la puissante Unions Soviétique dans ses filets et qui a fait dire à Washington que l'U.R.S.S. allait peut-être connaître avec l'Afghanistan son Vietnam.

Car partout autour de la frontière soviétique, au sud-ouest, une véritable poudrière existe, dont la ressemblance avec les dominos indochinois des années 60-70 n'est pas niable. Pakistan, Iran, Afghanistan, Turquie: un arc de cercle qui pourrait, par le charme d'un mot, créer une situation difficile au sein même de l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Ce mot, bien sûr, c'est l'Islam.

Le 27 avril 1978, le président Daoud était tué au cours d'un coup d'Etat fomenté par l'armée et le Parti Populaire Démocratique Afghan. En été, après l'échec d'un nouveau coup d'Etat, le Premier ministre, Mohammed Taraki, prenait le pouvoir avec son parti, le Khalg (Parti du Peuple). Il entamait immédiatement toute une série d'actions "révolutionnaires" comme les nationalistations, l'officialistation du drapeau rouge, l'abolition de l'achat de l'épouse et surtout entamait une réforme agraire qui passait par une meilleure répartition des terres et la remise des dettes des paysans envers les grands propriétaires.

Cette réforme agraire fut le signal de la révolte des tribus afghanes pour lesquelles le prophète et l'ordre établi des choses sont des tabous inviolables. La chute de Taraki, l'été dernier, et son remplacement par Hafizullah Amin n'allait pas changer fondamentalement la situation. Ou plutôt elle allait l'aggraver: car si on avait pu croire que Moscou n'était pour rien dans la mise en place du nouveau régime, l'arrivée d'Amin allait montrer jusqu'à quel point l'U.R.S.S. se sentait concernée par ce qui se passe dans cette Asie Centrale, qui sert de haut-parleur aux exhortations de Khomeiny.

Les Américains, qui n'avaient pas réagi en avril 78, viennent de dénoncer l'existence d'un pont aérien d'au moins 150 "Antonov" 12 et 22 qui a, en 48 heures, débarqué 4 à 5.000 soldats soviétiques à Kaboul. Ce virage à 180 degrés est dû aussi à la révolution iranienne islamique. les Américains sont inquiets de l'influence de Moscou dans un pays qui, s'il tombait entièrement sous sa coupe, constituerait une base stratégique fantastique pour l'Armée Rouge. Objectif: les mers chaudes et le détroit d'Ormuz, où transite le pétrole des pays arabes. Les Chinois, eux-mêmes, manifestent leur mécontentement devant ce qu'ils appellent "un encerclement".

Mais les autres régimes islamiques, les chiites à Téhéran, les sunnites à Islamabad, soutiennent quasi ouvertement les rebelles afghans, dont les deux principaux mouvements d'opposition "Herbi-i-islami" et "Jamiyat-i-islami", ont fusionné en mars 1979, joignant leurs forces dans la guerre sainte contre l'ennemi,c'est-à-dire le régime central de Kaboul et celui des "conseillers" soviétiques. Les moudjahidin sont mal armés, mais fanatiques, anarchiques, peu organisés et ils tiennent la moitié des zones rurales le jour et bien davantage la nuit.

Ces combattants d'un autre âge ont chassé des montagnes les instituteurs ou les militants au brassard rouge: alors sont venues les troupes régulières. Harcelées, décimées dans des embuscades, elles ont cédé la place aux "Mig", aux hélicoptères, aux chars...et aux soldats soviétiques. Mais Moscou s'est enlisé dans un conflit où il ne peut se retirer de peur de perdre la face aux yeux de ses alliés de l'Est et de Cuba.

Et puis, de part et d'autre de la mer Caspienne, il y a cinquante millions de citoyens soviétiques dont la religion est aussi l'Islam. En l'an 2000, ils seront une centaine de millions dont les droits d'appartenir à "l'oumma", une communauté religieuse, sont fortement contestés par le régime du Kremlin. Il n'y aurait plus que 300 mosquées en U.R.S.S. alors qu'il y en avait 26.000 à la fin du XIXè siècle. Et si cette puissante communauté se mettait à réagir aux ondres de choc parties de Qom?

Dans l'arc de cercle islamique qui effraie tant les deux supergrands, seule la Turquie à majorité sunnite flirte tour à tour avec les uns et les autres. Au Pakistan, où vivent les Patchounes et 150.000 réfugiés qui ont fui les réfomres de Kaboul, un mot d'ordre circule entre les tentes: "Badal", vengeance. Au moment où un nouveau coup d'Etat renverse le président Amin, l'Occident va regarder le monde islamique avec les yeux de la peur...

Hervé CANNET

La Nouvelle République, Vendredi 28 Décembre 1979.

Les motivations de l'intervention soviétique

TF1, 13h, Samedi 29 Décembre 1979.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 11:11
Une version canadienne de Donald Trump dans la 19e saison de South Park.

Une version canadienne de Donald Trump dans la 19e saison de South Park.

Un Donald Trump, ça trompe énormément

 

PLUS il dit d'énormités incendiaires, sur les "Mexicains violeurs" ou sur "cette connerie de réchauffement climatique", plus il grimpe dans les sondages...Il est à la démocratie américaine ce que Marine Le Pen est à la République française. Prenant le mors aux dents dans l'escalade verbale qui lui permet de faire la course en tête pour la primaire républicaine de juillet, le milliardaire américain Donald Trump a exigé, le 7 décembre, "l'arrêt total et complet de l'entrée des musulmans aux Etats-Unis". Cinq jours après la tuerie commise par un couple américano-pakistanais djihadiste à San Bernardino.

Il s'agit d'un appel à la discrimination religieuse qui contredit directement la Constitution, dans un pays épris de libertés individuelles, notamment celle du culte. Et comment trier les musulmans à la frontière? En leur demandant de manger un sandwich au bacon, rigolent des internautes sur "Twitter". Mais dans ce cas, il pourrait s'agir aussi d'un Juif, d'un hindou végétarien, voire d'un athée "vegan"!

Le secrétaire d'Etat, John Kerry, parle de "mise en danger de la sécurité nationale", ce genre de déclaration accréditant l'idée d'"une guerre contre l'islam", qui pousse à la radicalisation, dans le monde...Même le Premier ministre israélien Netanyahou a condamné ces propos, Trump annulant aussitôt la visite controversée qu'il devait lui faire à Jérusalem.

Le neveu du roi d'Arabie saoudite, le prince Al-Walid, a traité Trump de "honte pour l'Amérique"...Or ce prince outré est le patron du puissant conglomérat Kingdom Holding, actionnaire, aux Etats-Unis, de la banque Citigroup, de News Corporation, des hôtels Four Seasons et des parcs Disney.

Pour justifier sa volonté d'interdire l'Amérique aux musulmans, Trump invoque "un sondage" qui montre que 25% des musulmans vivant aux Etats-Unis soutiennent le djihad et que 51% souhaiteraient l'instauration de la charia...Or ces chiffres ont été publiés par le think tank conspirationniste de Frank Gaffney, qui propage aussi la rumeur qu'Obama est secrètement musulman (et non protestant) ou qu'un juge de la Cour suprême voudrait imposer la charia ("Libération",13/12).

Heureusement, le toubib personnel de Trump affirme qu'il "sera l'individu en meilleure santé jamais élu à la présidence"! Il parle aussi de son équilibre psychique?

DF

 

Le Canard Enchaîné, Mercredi 16 Décembre 2015, N°4964.

La course aux primaires républicaines, via @infos140 sur Twitter.

La course aux primaires républicaines, via @infos140 sur Twitter.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 00:42
Luz, pris sur la page facebook de Groland, 24 Décembre 2015.

Luz, pris sur la page facebook de Groland, 24 Décembre 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Marronnier
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg