Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 10:19

C'est parti pour un nouveau marathon pour le PB86 qui a joué avec le feu de la relégation l'an passé et qui va devoir se battre à la recherche de sa gloire d'antan pour être de nouveau craint et respecté sur les parquets de l'anti-chambre de l'élite.

Les premiers matchs de qualif' pour la Leader's Cup laissent planer plus de doute que de certitudes, mais bon, la pré-saison demeure la période de rodage d'une saion très longue. Mais oui, cela va être dur, de lutter pour le maintien, ou d'aller chercher une place de qualif' pour la Pro A.

Les hostilités débutent ce soir à 20h à Charlevilles-Mézières et le PB86 retrouvera son parquet de Saint-Eloi vendredi prochain à 20h contre Bourg-en-Bresse, une équipe, à n'en pas douter, qui jouera le haut du tableau.

Allez Poitiers!

Photo de l'équipe 2015-2016 pris sur la page Facebook du PB86.

Photo de l'équipe 2015-2016 pris sur la page Facebook du PB86.

- 4 Thinon Arnauld

- 5 Harley Kevin

- 7 Garbin Johann

- 8 Dorsey Darrin

- 9 Charles-Catherine Lenny

- 10 Joseph Mike

- 11 Guillard Pierre-Yves

- 13 Ekperigin Laurence

- 15 Jeffe Greer

- 17 Cluzeau Simon

- 20 Morency Romuald

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Poitiers Basket 86
commenter cet article
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 09:51
L'instant cocorico de la trilogie: le taxi de 2015 est une Citroen DS. Et pas de chez Uber Pop...Pris sur offto55.com

L'instant cocorico de la trilogie: le taxi de 2015 est une Citroen DS. Et pas de chez Uber Pop...Pris sur offto55.com

"Retour vers le futur", le film

Production: Spielberg. Réalisation: Robert Zemeckis. Résultat: nul.

Un mauvais film renseigne davantage sur les intentions de son fabricant qu'un bon. C'est ainsi que Retour vers le futur, un des plus consternants navets qu'ait produits la bande à Spielberg, permet de lire, presque en transparence, les pensées et les systèmes de valeurs qui ont présidé à sa naissance: sacralisation définitive du teenager comme seul personnage du film possible et, par voie de conséquence, comme seul public possible; victoire de la fantaisie comme système esthétique dominant, aux dépens du bon vieux réalisme; sans oublier le recours, indispensable en ces temps de crise économique mondiale, aux deux carburants essentiels du moteur à faire rêver: le rock and roll et la science-fiction.

Si Retour vers le futur plaît tellement (il a battu tous les records d'entrées aux Etats-Unis), c'est aussi que c'est sans doute le premier film à théoriser à travers un scénario le nouveau rapport du teenager à la chose filmée: ayant depuis sa naissance eu l'occasion (ou la possibilité) de voir des images de lui-même, il est le premier spectateur de ce siècle à pouvoir envisager que sa propre biographie, son histoire personnelle, puisse entièrement avoir été filmée, pourquoi pas des évènements qui remontent à avant la naissance. A ce point, le scénario s'écrit tout seul: un gamin est projeté dans le passé, y rencontre ses propres parents et se rend compte avec horreur qu'il doit absolument les amener à coucher ensemble s'il veut avoir l'occasion de venir un jour au monde!

Belle idée, traitement baba-béat: comme si la force transgressive du sujet (la mère veut bien sû coucher avec le fils) obligeait les auteurs à une mise en scène pataude et empruntée, n'ayant pour fonction que de faire reculer le plus loin possible le spectre de l'inceste. Opération réussie à 100%: Retour vers le futur est le ramassis d'images le plus inoffensif que l'Amérique nous ait envoyé depuis des années. Quant à Bob Zemeckis, son amour des mouvements d'appareil pour rien, son manque de tempo absolu dans la direction d'acteurs, sa conception hystérique de la mise en scène (défauts aussi apparents dans A la poursuite du diamant vert que dans I Wanna Hold your Hand et Used Cars, tous deux produits par Spielberg) en font d'ores et déjà le prétendant idéal au titre de Tavernier américain.

L.S.

 

Libération, Mercredi 30 Octobre 1985.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 09:36
La Une du numéro de Novembre 2015 du Chasseur Français. Pris sur franceinfo.fr

La Une du numéro de Novembre 2015 du Chasseur Français. Pris sur franceinfo.fr

On frôle le génie! Quelques jours après que le PS ait proposé un "autoréférundum" où il fallait répondre "OUI" (il n'y a que dans les dictatures où il n'y a pas d'isoloirs dans les bureaux de vote, où juste au-dessus de l'urne, opaque bien sûr, on indique clairement ce pour quoi il faut voter...) pour savoir s'il fallait lancer une OPA inamicale sur le reste des voix écolos, le président tend la main...à l'opposé, en allant taper le cul des chasseurs dans la revue centenaire de Le Chasseur Français. Acte sans doute inutile dans la mesure où plus de 75% des chasseurs votant attribueront leur suffrage entre la droite et l'extrême-droite.

De plus on n'y apprend que le président estime qu'il faut réguler le nombre de sangliers car " ils provoquent des accidents, des dégâts aux cultures, aux forêts " . Euh...le 1er responsable des dégradations de la forêt, c'est l'homme, et on ne régule pas son nombre pour autant. Idem pour le nombre de loups. En gros, je synthétise, mais pour prendre soin de la nature, on abat les habitants animaliers de cet espace dans une sorte de bienveillance inhumaine.

Pour compléter mon propos, je reprends les propos de Luce Lapin parus dans le n°1210 de Charlie Hebdo (30 Septembre 2015).

"Je suis Charlie". "Etre Charlie", c'est un tout. Pour ce qui concerne les animaix, François Cavanna, fondateur de Charie Hebdo en 1970, a inscrit dans la charte du journal l'anticorrida, l'antichasse et l'antivivisection. "Je hais la corrida. Parce que je hais la mort. La mort n'est pas un spectacle. la mort n'est pas un jeu. Surtout la mort des autres. Les autres: les taureaux, je veux dire. Quant aux petits connards déguisés plein de paillettes qui gambadent et font les beaux devant les cornes, qu'ils crèvent, ils l'ont bien cherché" (dans Charlie Hebdo en 1975 puis dans le n°1129 du 5 février 2014). C'était une dédicace spéciale de Cavanna à tous les torreros, matadors, et à tous ceux qui osent aficher et s'afficher "Je suis Charlie" sans vergogne et profiter ainsi de ce que "être Charlie" représente."

A moins de deux mois des régionales, le PS n'aurait pu s'y prendre autrement pour dégouter les écolos de voter pour lui. L'échec de la stratégie du "chasseur-chassé"?

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 07:20

Qu'aurait dit le journal si Mme Soulioti avait été...moche?

 

Le Figaro, Lundi 19 Octobre 2015. Tweet de Michel Grossiord.

Le Figaro, Lundi 19 Octobre 2015. Tweet de Michel Grossiord.

Cette manie de la presse française de faire référence au physique d'une femme quand elle a des responsabilités est insupportable. Et surtout l'idée que cette dame, "jolie" est une sorte de cadeau: la femme objet, c'est pour le Figaro le Retour vers un passé heureux!

Mais, l'auteur du billet avait l'air d'être en forme. On peut y lire que cette femme a été sectionnée pour "protéger". Mais pourquoi des guillemets vu que c'est son métier, sa compétence?

Quand bien même le journal conservateur a pondu un tweet d'excuses à la mi-journée, cela ne répare en rien le mal qui a été fait.

"Sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur" indique le titre sous son nom. J'use à raison de cette liberté.

@Le_Figaro

Après la publication d'une brève maladroite et inopportune, Le Figaro présente ses excuses à Mme Evridiki Soulioti et à ses lecteurs.

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 07:08
L'anniversaire de PourquoiPasPoitiers : huit ans déjà!

MERCI.

Huit ans, c'est long, ou cours, tout cela dépend de notre échelle de jugement. Huit ans que l'aventure a commencé, un peu sur un coup de tête, et qu'elle se poursuit quasi quotidiennement depuis le 19 Octobre 2007.

Merci.

J'ai beau le retourné dans tous les sens dans ma tête, mais je ne vois pas comment vous le dire autrement, à vous qui me suivez fidèlement ou qui, perdu dans les autoroutes du web, tombez par hasard chez moi.

Merci.

Parce que chaque jour est potentiellement une aventure, pour le meilleur comme pour le pire comme on l'a vu cette année, j'essaie de vous proposer quelque chose, et j'espère que cela contribue à vous faire plaisir, que vous n'avez pas l'impression que je vous ai fait perdre votre temps, denrée au combien précieuse. Et comme je m'y étais engagé l'an passé, je poursuivrais le temps d'un second septennat, jusqu'en Octobre 2021 l'aventure quotidienne de PourquoiPasPoitiers, car j'aime ce que je fais, quand bien même cette aventure demeure chronophage.

Merci.

Parce que répéter "merci" à tout-va comme un acteur français récompensé aux Césars peut paraître d'une platitude terrible, mais comment dire autre chose que ce mot envers les personnes qui vous permettent de poursuivre votre loisir tout en étant le plus sincère possible?

Merci.

A toutes celles et à tous ceux qui font la promotion de mon blog (ou diffuse des liens de PPP sur les réseaux sociaux), je vous fais part du plaisir intense que je ressent à la simple idée que vous puissiez partagé à d'autres personnes ma création qui grandit à travers les ans, mais dont l'état d'esprit reste le même.

Et comme je sens que je vais commencer à bégayer, autant le faire directement et de manière franchement assumée, en vous déclarant tout simplement:

 

MERCI, MERCI, MERCI

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 07:05
Le face à face du Haka du quart de finale d'Octobre 2007, Cardiff. Photo lequipe.fr

Le face à face du Haka du quart de finale d'Octobre 2007, Cardiff. Photo lequipe.fr

1999

  • Xavier Garbajosa - Philippe Bernat-Salles, Richard Dourthe, Émile Ntamack, Christophe Dominici - Christophe Lamaison (o) - Fabien Galthié (m) -Olivier Magne, Christophe Juillet, Marc Lièvremont - Fabien Pelous, Abdelatif Benazzi - Franck Tournaire, Raphaël Ibañez (cap), Cédric Soulette.
  • Remplaçants (entrés en jeu) : Olivier Brouzet (30'), Pieter de Villiers (57'), Arnaud Costes (64'), Stéphane Castaignède (76'), Stéphane Glas (76'), Ugo Mola (76')

 

2007

Titulaires : 1 Olivier Milloud, 2 Raphaël Ibañez (cap.), 3 Pieter de Villiers, 4 Jérôme Thion, 5 Fabien Pelous, 6 Serge Betsen, 7 Thierry Dusautoir, 8 Julien Bonnaire, 9 Jean-Baptiste Élissalde, 10 Lionel Beauxis, 11 Cédric Heymans, 12 Yannick Jauzion, 13 David Marty, 14 Vincent Clerc, 15 Damien Traille
Remplaçants (entrés en jeu) : 16 Dimitri Szarzewski, 17 Jean-Baptiste Poux, 18 Sébastien Chabal, 19 Imanol Harinordoquy, 20 Frédéric Michalak, 21 Christophe Dominici.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les miscéllannées
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 08:02
Entrée de Loudun par la route de Poitiers, 28 Mars 2013.

Entrée de Loudun par la route de Poitiers, 28 Mars 2013.

À Loudun, le débat sur l’accueil des réfugiés s’invite à la campagne

Adèle Bossard

 

 

La ville de la Vienne est devenue un des symboles du débat sur l'hébergement de réfugiés dans des zones désertifiées, où ils sont vus à la fois comme une menace et comme une chance.

 

Trois Français triés sur le volet ont interpellé Manuel Valls sur le plateau de l’émission Des Paroles et des Actes, diffusée par France 2 le 24 septembre. Parmi eux, Romain Bonnet, ouvrier à Loudun et également militant du parti Les Républicains, venu protester contre un «centre d’accueil de demandeurs d’asile qui a été imposé à la population et aux élus locaux». Avec cette intervention, la commune de la Vienne s’est affichée comme l’exemple d’une politique vouée à désengorger Calais en implantant des centres d’hébergement de réfugiés en pleine campagne. Sur place, le projet a bien apporté son lot d’interrogations et ses élans de rejet, exprimés en direct sur France 2: «Les demandeurs d’asile ne pourront pas s'intégrer dans une France du monde rural, durement touchée par la crise.» Mais il a lancé, aussi, des mouvements de soutien et de solidarité.

 

Ils étaient ainsi jusqu’à vingt personnes, Loudunais de naissance ou d’adoption, à se masser, un jeudi de la mi-septembre, autour des petites tables carrées du Blue Note Café, un bistrot-concert qui fait aussi cave à bière et transfère la scène dans la cour les soirs de beau temps. Devant eux, quelques gâteaux apportés par les participants accompagnent le café servi par la tenancière du bar, qui soutient l’initiative. Tous ont répondu à l’appel lancé à peine 48 heures plus tôt par Hélène, vendeuse en boulangerie, qui s’est improvisée coordinatrice du mouvement sur la page Facebook «OUI au Centre d’accueil de demandeurs d’asile à Loudun». Dans son message de quelques lignes, l’ordre du jour: «Organiser un café avec les réfugiés pour faire connaissance et leur montrer qu’il y a encore un peu de solidarité à Loudun.» Car jusqu’ici, les habitants s’étaient davantage mobilisés pour exprimer leur agacement.

 

Le centre d’accueil de Loudun fait figure de pilote pour un projet qui sera prochainement amené à se reproduire dans d’autres villes rurales. Selon un document détaillant les propositions d’hébergement révélé par Le Monde, 7.500 places seraient encore inoccupées dans des bâtiments appartenant à l’Etat et autrefois utilisés par l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Manuel Valls l’a confirmé sur France 2 en évoquant des «centres Adoma qui pour la plupart vont être rénovés pour accueillir des centres d'hébergements d'urgence». Autant de toits potentiellement disponibles pour les 30.000 réfugiés que la France s’est engagée à accueillir.

 

La spécificité de cette solution, c’est qu’elle ne demande aucun investissement à la commune: les travaux, l’hébergement et le personnel sont pris en charge par l’État via Adoma, qui gère déjà 150 centres dans toute la France. Au contraire, le centre d’hébergement est présenté comme une chance pour des villes ou villages qui se désertifient. «C’est une configuration qui apporte beaucoup sur le plan économique, estime Claire Jouanny, responsable de la communication d’Adoma. Les villages continuent à vivre, les réfugiés achètent leur baguette à la boulangerie du coin, les enfants sont scolarisés dans les écoles municipales et permettent parfois de garder des classes.»

 

«Le gouvernement nous a pris pour des crétins»

Si certains Loudunais se mobilisent pour soutenir le projet, pourtant géré à l’échelle nationale, c’est surtout parce que personne ne l’a fait jusqu’ici. De l’avis général, tous ont été «pris de court», municipalité comprise. Le maire divers droite de Loudun, Joël Dazas, assure qu’il a été prévenu par hasard, en mai dernier, de l’installation d’un centre d’accueil de demandeurs d’asile dans sa commune. «Ça lui est tombé dessus», confirme Martine Aumont, élue de l’opposition.

 

L’édile voulait utiliser un bâtiment de l’AFPA, inutilisé depuis 2007, pour y déplacer le centre de loisirs. En mai, il s’en est ouvert au sous-préfet. Sans cela, peut-être n’aurait-il jamais rien su du projets, déjà lancé par l’Etat. Durant l’été, l’édifice a été réhabilité en centre d’hébergement d’urgence estampillé Accueil Temporaire - Service Asile, ou AT-SA. Ouvert début août, il compte «90 chambres regroupées par unités de vie à 3 ou 4, avec cuisine et salle d’eau à partager», comme l’indique la plaquette de présentation. Le site, ouvert aux médias quelques jours début septembre, refuse désormais les demandes de reportages, «pour que les équipes travaillent en toute quiétude».

 

Depuis début juin et l’annonce de l’ouverture du centre, dans les colonnes du journal local La Nouvelle République, les opposants n’ont pas tardé à se manifester, à coups de pétition set de posts sur Facebook. En première ligne, le militant Les Républicains Romain Bonnet et son camarade de révolte, Olivier Amselek, exploitant forestier et Loudunais depuis douze ans. Les deux hommes ont mis en place une communication efficace, faisant jouer leurs réseaux dans les médias nationaux, jusqu’au plateau de France 2. «Le chômage est important à Loudun, notamment chez les jeunes. L’État n’apporte pas beaucoup d’aide, les services publics disparaissent peu à peu et on nous impose un centre de migrants sans aucune consultation, proteste Olivier Amselek. Le gouvernement nous a pris pour des crétins et a voulu être faire passer le projet en catimini. Alors, on a fait en sorte que ça se sache aux quatre coins de la France!»

 

Leurs arguments sont similaires à ceux avancés contre les projets d’hébergement de migrants ailleurs en France. Le taux de chômage, qui atteint 15%, est déjà trop élevé. La ville est loin de tout. La préfecture du département, Poitiers, est à une heure de route. C’est là que s’effectuent de nombreuses démarches administratives. Beaucoup d’habitants peinent déjà à boucler leurs fins de mois. Loudun a perdu plus de 1.000 habitants en trente ans et les commerces du centre ville ferment peu à peu leurs portes.

 

Mais leurs inquiétudes touchent aussi des questions identitaires, dans une commune où les habitants ont voté à 23,5% pour le Front national aux dernières élections départementales, le score du parti sur l'ensemble du canton (28%) dépassant la moyenne nationale. «Que fera-t-on de ceux qui seront déboutés du droit d’asile, de ceux qui resteront ici et qui ne trouveront pas d’emploi?, s’inquiète Olivier Amselek, en montrant du doigt la place Saint-Croix, quasiment vide et baignée de soleil en cet après-midi de septembre. Pendant ce temps, leur chambre dans le centre sera donnée à d’autres réfugiés, et ainsi de suite. En dix ans, ça fait combien de personnes? Et combien qui errent sur la place, désoeuvrées et malheureuses?»

 

«Le minimum, c’est de tendre la main»

Ici, ce n’est pas la publication de la photo du petit Aylan qui a suscité un élan de solidarité jusqu’alors peu visible, mais un reportage du magazine 66 minutes diffusé sur M6 le 13 septembre. En voix off, la journaliste présente Loudun comme une ville où les migrants sont «une charge», où «les amalgames sont choquants» et où «certains discours sont à la limite de la xénophobie». À l’image, un Loudunais attablé en terrasse, le visage flouté, s’inquiète d’un centre qui amènerait «de la délinquance et de la prostitution».

 

«Chacun s’énervait de son côté derrière sa télé ou son ordinateur», explique Sabine, revenue vivre à Loudun après deux ans de volontariat au Burkina Faso. «J’avais trop honte, j’avais envie de dire à mon tour "Not in my name"», clame une jeune femme, qui a eu écho de la réunion par des amis. Elle fait désormais partie du Comité loudunais du 17 septembre qui, après une matinée de discussion, dispose déjà d’un petit conseil de direction et d’un siège social.

 

Aux manettes pour le moment: Georges, la cinquantaine et une queue de cheval grisonnante, s’y connaît en réseaux sociaux et sait comment créer un groupe Facebook où l’équipe pourra discuter. À ses côtés, Sabine, en recherche d’emploi depuis son retour, est prête à s’engager pour redonner à sa ville natale son statut historique de terre d’accueil. Hélène, à l’initiative du rendez-vous, s’occupe d’acheter le café et les petits gâteaux qu’ils apporteront ensemble au centre de réfugiés. Le Blue Note Café, où les derniers convives célèbrent la création du comité autour d’un verre de crémant de Loire, fera office de siège social.

 

«On ne peut pas résoudre les problèmes du monde mais on a des gens qui sont là, juste en bas de chez nous, alors le minimum c’est de tendre la main!», ajoute l’une des membres du comité. Avant elle, d’autres habitants ont fait le choix de la solidarité avec ces réfugiés qui n’ont pas choisi de venir à Loudun. L’association d’aide aux devoirs Coup d’Pouce, dont le local n’est séparé du centre d’accueil que par une haie d’arbustes, a pris sous son aile «tous les enfants du centre: cinq élèves de primaire et un collégien», précise la présidente Dominique Moreau. «L’an dernier, on avait une vingtaine de bénévoles, décompte-t-elle. Aujourd’hui, on en a déjà 5 de plus, avant même notre réunion de rentrée.»

 

Les questions des premiers jours commencent à trouver leurs réponses, et l’accueil s’organise. «Des partenariats commencent à se mettre en place avec des associations locales pour réceptionner et trier les vêtements donnés, pour organiser des activités sportives», affirme-t-on du côté d’Adoma. Amnesty International souhaite aussi développer un jardin partagé et un atelier de réparation de vélos. Les membres du Comité loudunais du 17 septembre avaient prévu d’offrir le café aux résidents du centre. Ils seront reçu plus tard, pendant une journée portes ouvertes.

 

Le projet, désormais, suscite aussi son lot d’espoir: les enfants des réfugiés, scolarisés dans les écoles de la commune, ont permis de maintenir une classe. L’hôpital profite de l'ouverture de ce centre pour appuyer la nécessité de conserver son service des urgences, menacé de fermeture. «Mieux ils seront intégrés pendant leur séjour ici, et plus ils auront envie de rester, avance Martine Aumont, qui est aussi présidente de l’antenne locale d’Amnesty international. Ils ne représentent que 1% de la population locale, ce n’est pas énorme, si?»

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 08:51

Vu le déroulement des précédentes éditions, le risque d'un week end humide est fort élevé!

L'épreuve qui avait été organisée in extremis en 2015 retrouve ses lettres de noblesse (et ses puissants soutiens) pour la 6ème édition!

Une requête: avoir un peu plus de dégustation que l'an passé...

 

Saumur, capitale du vélo le temps d'un week end. Pris sur la page facebook de Anjou Vélo Vintage.

Saumur, capitale du vélo le temps d'un week end. Pris sur la page facebook de Anjou Vélo Vintage.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg