Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 07:56

N'oublions pas qu'en France, "Droits-de-l'hommiste" est...une insulte

ONU : les Droits de l'Homme bafoués sur l'autel de la realpolitik

Nations unies. Avec l’Arabie Saoudite, les droits de l’homme sont entre de bonnes mains

Publié le

 

Dessin de Tjeerd, Pays-Bas.

Dessin de Tjeerd, Pays-Bas.

“Dans un monde normal, observe The Daily Beast, l’Arabie Saoudite serait poursuivie en justice pour son bilan désastreux en matières de droits de l’homme, et non pas nommée à la tête d’un important jury de l’autorité chargée de surveiller le respect des droits de l’homme dans le monde”. 

Et pourtant, le 21 septembre, l’ambassadeur de l’Arabie Saoudite à l’Office des Nations unies à Genève, Faisal bin Hassan Trad, a pris la présidence d’un panel de cinq diplomates au Conseil des droits de l’homme, chargés de nommer les experts qui doivent participer aux missions d’évaluation et de conseil en matière de droits de l’homme, explique The Independent.

Cette nomination a valu à l’ONU une volée de bois vert, observe le quotidien britannique, “étant donné que le royaume est probablement le pays au monde où les libertés des femmes, des minorités et des dissidents sont le plus mal respectées”, comme l’a notamment dénoncé l’ONG UN Watch. En 2014, indique le site américain Vocativ, l’Arabie Saoudite a procédé à 87 décapitations. 

 

Une condamnation décriée

Parmi les voix qui se sont élevées figure donc celle de l’épouse du blogueur Raef Badawi, condamné à 1 000 coups de fouet pour ses textes sur la liberté d’expression. A son avis, relate The Independent, cette nomination est “scandaleuse” et indique que “le pétrole prend le pas sur les droits de l’homme”.

L’Arabie Saoudite s’est justement distinguée en confirmant en appel la condamnation à mort d’Ali Mohammed Al-Nimr, arrêté en 2012 pour sa participation au mouvement du ‘printemps arabe’, alors qu’il n’avait que 16 ou 17 ans, indique encore le journal, dans un autre article.
L’ONU, ainsi que plusieurs voix internationales, dont celle de la France, ont appelé à l’annulation de cette condamnation à la décapitation et à la crucifixion, qui pourrait être appliquée à tout moment.

 

 

Courrier International, Jeudi 24 Septembre 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 09:35

Ce qui est gênant, c'est qu'un humoriste a eu une initiative positive bien plus concrète que l'action de pas mal de politiques, de "capitaines d'industrie"...

L'appel de Coluche.

«J'ai une petite idée…» : il y a 30 ans, Coluche lançait les Restos du Cœur

,

Le 26 septembre 1985, sur les ondes d'Europe 1, Coluche lançait un appel pour «donner à manger à tous ceux qui ont faim». Trente ans plus tard, les Restos du Cœur sont malheureusement devenus indispensables.

C'était une «petite idée», lancée par Coluche au début de l'automne 1985 : 30 ans plus tard, les Restos du Cœur sont devenus l'un des symboles de la solidarité et se sont rendus, au fil des ans, indispensables. La déclaration a été maintes fois entendue : le 26 septembre 1985 sur Europe 1, l'humoriste s'emporte contre «les excédents de nourriture qu'on détruit pour maintenir les prix sur le marché». «On pourrait les récupérer et on essaiera de faire une grande cantine pour donner à manger à tous ceux qui ont faim».

«J'ai une petite idée comme ça», poursuit-il. «S'il y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite (…), nous, on est prêts à aider une entreprise comme ça, qui ferait un resto qui aurait comme ambition au départ de faire 2 000 ou 3 000 repas par jour gratuitement».

Les premiers Restos du Cœur ouvriront le 22 décembre. Trente ans après, ils sont devenus une institution dans le paysage associatif de la solidarité.

«Il y a des anniversaires qui ne se fêtent pas», explique Olivier Berthe, le président des Restos du Cœur. «Mais cette année, cela nous a semblé important de symboliser cette date et de montrer ce que sont les Restos».

Opérations portes ouvertes, pique-niques, journée de rencontres et de témoignages sont ce week-end au programme des 2 111 centres que compte l'association, bien au-delà de la centaine des débuts.

La première année, 70 000 personnes ont bénéficié des 8,5 millions de repas distribués par 5 000 bénévoles.

«Ça me sauve»

«Au départ, on pensait être sur une opération provisoire», se souvient Olivier Berthe, bénévole depuis 1986. «Mais assez rapidement, on a pris conscience qu'il y aura toujours des personnes qui décrochent, qui ont besoin de soutien».

Trente ans plus tard, près d'un million de personnes ont été accueillies à l'hiver 2014-2015 et 128,5 millions de repas servis, par presque 70 000 bénévoles, dont beaucoup parlent encore avec émotion de Coluche, décédé en 1986.

Comme Chantal, 68 ans, dans l'association depuis 15 ans. «Coluche était de Montrouge. Moi aussi. Quand j'ai décidé d'aider les autres, je suis allée aux Restos», raconte-t-elle au centre de distribution du XVe arrondissement. «Ici, on aime les gens, on fait le maximum pour les aider, sans porter de jugement. Il y en a qu'on connaît depuis des années».

Les bénévoles sont devenus «comme ma famille», confie Martine, 65 ans, qui a «une petite retraite et un gros loyer», et vient depuis trois ans.

«Les Restos du Cœur, ça me sauve. On mange grâce à eux», confirme Saidatou, 38 ans, seule et sans revenu, avec deux enfants en bas âge. Quand elle repart, elle a dans son panier du lait, des yaourts, des boîtes de conserve, du chocolat, des œufs et du poisson pané.

Plusieurs centaines de personnes, surtout des femmes, défilent pour la distribution. Elles font partie des plus démunis, ceux qui ont droit à une distribution toute l'année. Les autres doivent attendre l'ouverture de la campagne hivernale, le 30 novembre, pour bénéficier des repas.


Une asso sur tous les fronts

Au fil des années, les actions des Restos se sont élargies : Restos bébés du Cœur, aide à l'hébergement et au logement, accompagnement scolaire, cours de français, aide à la recherche d'emploi, chantiers d'insertion, etc.

Et l'association a été au cœur de nombreux combats : distribution des surplus agricoles européens aux plus démunis (concrétisé ensuite dans un programme européen d'aide alimentaire), défiscalisation des dons (dite «loi Coluche») et plus récemment des dons agricoles, lutte contre le gaspillage alimentaire.

La Dépêche du Midi

 

Maryse et Philippe Gildas reviennent sur l'idée de Coluche.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 10:33
Poitiers, Dimanche 21 Juin 2015.

Poitiers, Dimanche 21 Juin 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Gunther le Terrible
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 07:35

Lieu unique en Poitou-Charentes, un jeune reporter de l'ORTF depuis longtemps connu par à la découverte de ce sport très particulier

ORTF, Poitou-Charentes, 24 Septembre 1970.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 07:31
Volkswagen, vers 1986-1987.

Volkswagen, vers 1986-1987.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 08:08
Poitiers, Eté 1970 : le spectaculaire accident de la Tour à l'Oiseau
Poitiers, Eté 1970 : le spectaculaire accident de la Tour à l'Oiseau

C'est "l'accident miracle" que celui qui s'est prdiot dans la nuit de mardi à mercredi à Poitiers, Bd Sous-Blossac à la Tour à l'Oiseau. Un poids lourd semi-remorque d'une entreprise de transports de La Rochelle (Charente-Maritime), les établissement Liaigre, rate le virage, défonce sur une dizaine de mètres la balustrade en pierres de taille et entame une vertigineuse descente fort heureusement stoppée par un pilier en béton armé, qui supporte la rampe d'accès de l'immeuble situé en contre bas. Le tracteur s'enroule littéralement autour du pilier, tandis que la remorque pend dans le vide à quelques vingt mètres au-dessus de la cour de l'immeuble. Le chargement dans un fracas du tonnerre, vient s'écraser sur des voitures qui se trouvent en stationnement au parking. Et dans tout cela que devient le chauffeur. Tout laisse à supposer qu'il a été écrasé. La cabine du camion est broyée. Et bien non, il réussit à s'extirper de l'amas de tôle en passant au travers du pare-brise du véhicule qui a été brisé sous le choc, il est sain et sauf. Ainsi apparait-il ay premier témoin qui lui porte secours, un caravanier de passage. Il n'a rien, sinon une égratignure à la jambe et ses premiers mots seront: "Après ça, on est bien forcé de croire au Bon Dieu!"

 

L'accident

André Boudaud, 49 ans, chauffeur routier à Longève en Charente-Maritime avait quitté La Rochelle dans la soirée du 14 juillet pour Châlons-sur-Saône où il allait livrer quinze tonnes de parquet. "Je suis arrivé, nous a-t-il dit, vers 2h50 du matin à Poitiers. Dans le virage de la Tour à l'Oiseau, je venais d'être croisé par une voiture venant en sens inverse, j'ai senti mon semi-remorque s'en aller. Je ne peux pas expliquer ce qui s'est passé. L'avant du camion a touché la balise, j'ai voulu donner un coup de volant pur redresser. Il était trop tard, la charge de la remorque désiquilibrée basculait dans le vide. Après je ne sais plus. Puis tout d'un coup, tout s'est arrêté, le klaxon du camion s'est mis à hurler. Les planches tombaient, cela faisait du bruit du tonnerre. Je suis alors sorti de la cabine par le pare-brise. Un monsieur qui se trouvait là m'a donné la min. Puis les secours sont arrivés."

 

"Nous avons cru que c'était l'orage"

Le fracas épouvantable causé par ce spectaculaire accident attira immédiatement l'attention des habitants de la résidence de la Tour à l'Oiseau, qui compte 120 appartements. "Nous avons cru, ont dit les premiers témions qu'il s'agissait d'un orage avec coups de tonnerre. De leur fenêtre ils découvraient alors le spectable qui s'ofrait à leurs yeux, et qui semblait apparaître du domaine de la fiction cinématographique. Les sapeurs-pompiers de Poitiers, sous les ordres du capitaine Bonnigal intervenaient aussitôt de même que les services de police. Des barrières de sécurité pour éviter tous accident étaient mis en place, ainsi qu'un service d'ordre pour régler la circulation, et limiter le flot des curieux, qui tout au long de la journée allait se succéder.

C'est M. Dusquesne, habitant à la Résidence Ensoleillée de la Tour à l'Oiseau qui donna l'alerte au secours.

 

5 voitures écrasées

Restait à établir une première estimation des dégâts causés.

Une voiture appartenant à M. Parenteau Denoël notaire honoraire a été littéralement écrasée, le chargement de 15 tonnes de parquet s'est en effet déversé sur les automobiles en stationnement. Trois de ces véhicules étaient en effet, entièrement recouverts de décombres et n'avaient pu être dégagés. Parmi les automobiles sinistrées: M. Alain Ginertet, Me Parenteau-Denoël, M. Jean Pitre professeur 106 rue Blaise-Pascal, M. André Rat, industriel à Fontaine-le-Comte, M. Henri Delmas, ingénieur.

La rampe de protection a été détruite sur une longueur de 37m. 50, le parapet sur 25 m., l'escalier donnant accès à l'un des blocs de l'immeuble détruit, pulvérisé, deux lampadaires ont été sectionnés (leur destruction a nécéssité une rapide intervention des services de l'E.D.F. Si la remorque de l'ensemble routier semble avoir peu souffert, ar contre le tracteur est hors d'usage.

Des blocs de pierre, de rochers ont été projetés sous le choc un peu partout, sur la rampe d'accès notamment et il va falloir procéder à des travaux de consolidation de réfection qui sont très importants. La pile en béton qui reçut le choc et arrêta le poids lourd, dans sa chute vertigineuse a resisté efficacement.

Ceci établi, reste l'opération la plus délicate de l'accident: retirer le tracteur et sa remorque de sa position. C'est à quoi l'on devait s'employer avec la mise en place d'un matériel spécialisé, dont une énorme grue, déplacée pour la circonstance. Les opérations de relevage devaient commencer au début de l'après-midi.

 

La remorque dégagée mais les câbles lâchent

Les opération de relevage deviant s'avérer difficiles. Après avoir essayé de dévérouiller les attaches du tracteur et de la remorque, les pompiers devaient attaquer celles-ci au chalumeau. A 16h45, la première attache cédait et les autres étaient à leur tour soumises au feu du pistolet. La circulation avait été interrompue boulevard Sous-Blossac, une déviation ayant été mise en place à partir de la Porte de ville en direction de la gare et à l'entrée de Blossac rue Léopold Thézard par la rue de la Tranchée. Un service spécial de gardiens de la paix sous la direction de M. Bautz officier de paix assurait la circulation.

A 17h30, la cabine était dissociée de la remorque entraînant dans son glissement la rupture d'un câble. Une nouvelle opération de prises de câbles a alors eu lieu. L'on veut faire glisser la remorque dans la cour de l'immeuble.

A 18h59, lorsque la remorque est dégagée de la paroi rcheuse, les câbles lâchent et elle vient s'écraser dans la cour de l'immeuble dans un grand fracas.

Les opérations de dégagement du tracteur doivent se poursuivre aujourd'hui à partir de 8h30.

 

Poitiers, Eté 1970 : le spectaculaire accident de la Tour à l'Oiseau

SANG FROID

Il convient de noter le sang-froid du conducteur du camion qui, après s'être dégagé de la position périlleuse dans laquelle il se trouvait, revint dans son véhicule, coupa les robinets de batterie et l'allumage pour éviter un incendie qui aurait pu avoir des conséquences encroe plus catastrophiques.

On frémit par avance à ce qui aurait pu se passer si cet accident avait eu lieu en plein jour, au moment où du monde se trouve dans la cour de l'immeuble.

Poitiers, Eté 1970 : le spectaculaire accident de la Tour à l'Oiseau

Centre Presse, Jeudi 16 Juillet 1970.

Le lieu de l'accident.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 10:36
Caricature de Gary Barker prise sur www.garybarker.co.uk

Caricature de Gary Barker prise sur www.garybarker.co.uk

Angleterre : Cameron s’attaque au droit de grève

Pierre Barbancey
Vendredi, 17 Juillet, 2015
L'Humanité

 

Le premier ministre tente de museler les protestations des salariés. 
Il entend limiter le droit de grève notamment dans les services publics.

 

 

Il y a tout juste un an, à l’été 2014, alors que plus d’un million de fonctionnaires s’apprêtaient à défiler pour protester contre les mesures d’austérité du gouvernement et, parmi eux, des milliers d’enseignants grévistes, le premier ministre conservateur, David Cameron, éructait : « Il faut faire cesser les grèves dans les écoles. » L’objectif principal était de renégocier les restrictions de salaires et de retraites imposées. « Je ne pense pas que ces grèves soient justes, insistait Cameron dans The Telegraph, un quotidien qui épouse ses idées. Comment est-il possible que ce soit bon pour l’éducation de nos enfants d’être perturbés ainsi par les syndicats ? Il est temps de légiférer. » Au mois de janvier, soit quatre mois avant les élections législatives qui l’ont maintenu au 10 Downing Street, siège du premier ministre, il remettait une couche.

David Cameron est donc en train de passer à l’acte, et pas seulement pour le service public (qui, au train où vont les choses, n’existera bientôt plus). Actuellement, une grève peut avoir lieu si la moitié des votants se prononcent en sa faveur. Si la loi est votée, ce sera impossible. Le projet déposé prévoit que la moitié du personnel doit prendre part au vote. Les auteurs sentent néanmoins que même une telle disposition ne pourrait empêcher les arrêts de travail. Alors, les patrons auront désormais la possibilité d’engager des salariés afin de remplacer les grévistes ! Le ministère des Entreprises a même précisé que, dans certains « secteurs publics essentiels », les conditions préalables à la grève seront encore durcies. Ces secteurs sont la santé, l’éducation, les sapeurs-pompiers, les transports, la sécurité aux frontières et l’énergie. Là, 40 % de l’ensemble des salariés devront se prononcer pour la grève contre 25 % minimum dans les autres secteurs. Pour Frances O’Grady, une des responsables de la confédération syndicale TUC, cette proposition constitue « une attaque inutile contre les travailleurs et les libertés civiles ».

Si elle était votée, cette loi serait la plus importante réforme du droit du travail depuis les modifications apportées sous le régime de Margaret Thatcher, qui en faisait déjà une des lois les plus restrictives d’Europe concernant le droit de grève. C’est dire ! Lors de la précédente législature, les libéraux-démocrates, qui étaient alors partenaires de coalition des conservateurs, s’étaient opposés à cette réforme. Mais, depuis le 7 mai, les Tories gouvernent seuls, ayant obtenu, de manière inattendue, une majorité absolue au Parlement.

Les fondements de la démocratie britannique ciblés

L’attaque est évidemment économique et vise à museler toute protestation, comme les manifestations anti-austérité de ces dernières semaines. On reconnaît là les mesures coercitives propres aux tenants d’une politique libérale qui n’admettent aucune contestation, ni dans la rue ni dans les urnes (comme on le voit avec la Grèce). Mais Cameron, dans son délire anti-syndicats, va plus loin encore, comme ses pairs politiques en 1927. Conscient de l’effritement et de l’affaiblissement des syndicats, il pousse son avantage pour attaquer ce qui est un des fondements de la démocratie britannique : le financement partiel des partis politiques par les syndicats. C’est particulièrement vrai concernant le Parti travailliste (Labour). Ce dernier est en pleine crise politique après son échec retentissant lors des dernières élections. Pour David Cameron, c’est un peu le coup de pied de l’âne.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 07:41

Vendredi: - 25%

Samedi: - 50%

Dimanche: - 75%

Trois jours de 10h à 19h non-stop aux Parc des Expos

Poitiers, Septembre 2009.

Poitiers, Septembre 2009.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg