Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 10:00

Un lourd défi pour les Champions d'Europe en titre incontestablement dans le lot des favoris!

Méfiance sur une Espagne revancharde qui n'a pas digérée sa défaite de 2013

Euro 2015 de basket : toutes et tous derrière les Bleus !

Le calendrier des Bleus en poule:

 

Samedi 5 Septembre 21h00

France - Finlande

 

Dimanche 6 Septembre 21h00

Bosnie-Herzégovine - France

 

Lundi 7 Septembre 21h

France - Pologne

 

Mercredi 9 Septembre 21h

Russie -France

 

Jeudi 10 Septembre 21h

Israël - France

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 13:01

Depuis 1975, la France n'a plus perdu contre le Portugal

Depuis 1975, la France n'a plus joué à Colombes

Depuis 1975, la France s'est construit un palmarès

Jean-Pierre Adams et un Portugais, Colombes, 26 Avril 1975 (oldschoolpanini.com)

Jean-Pierre Adams et un Portugais, Colombes, 26 Avril 1975 (oldschoolpanini.com)

France - Portugal 1975 : pour la der à Colombes , des Bleus médiocres

On était à...France - Portugal du 26 avril 1975

 

Depuis 8 matchs, la France a toujours battu le Portugal, en amical comme en matchs de compète. La belle série ! Pourtant, il y a neuf matchs, les Bleus avaient perdu à dom' contre le Portugal (0-2). C'était le samedi 26 avril 1975. Un souvenir de fin du monde…

 

On avait appris la bonne nouvelle à la radio. Ou bien était-ce à Stade 2, par la voix de Robert Chapatte : l'équipe de France jouera « son prochain match amical contre le Portugal le samedi 26 avril au Stade de Colombes ». Quoi ? « Stadedecolombe » ? Mais c'est chez nous, ça ! Super. D'abord parce qu'on habitait cette ville magnifique des Hauts-de-Seine - on disait pas encore le 9-2 - et que surtout, c'était le retour des grands matchs de foot dans ce stade mythique qui avait été supplanté depuis 1972 par le nouveau Parc des Princes. Tout se passait là-bas désormais, à la porte d'Auteuil, trop loin, trop cher, trop Paris : finales de Coupe de France, matchs de l'équipe de France de foot et du XV de France… Même le nouveau PSG naissant avait un moment envisagé de jouer au Stade de Colombes. Rumeurs, mais on y croyait. Les salauds ! Plus de foot à Colombes, chez toi, chez moi, chez nous quoi… Alors quand on a appris que l'équipe de France allait venir jouer « ici », ce fut Byzance. La place n'était pas chère (10 francs ?), mais on savait comment resquiller. Il faut dire que le vieux stade troué de partout tombait en ruine et que la sécurité à l'époque se limitait à quelques dizaines de képis vite débordés. Ce samedi aprèm' on avait fait le mur un peu avant les hymnes, prêts à en prendre plein nos yeux de préados de 5e. Sauf que… Cette équipe de France était nulle. Et le pire, c'est qu'on le savait. En avril 1975, le foot français, c'était un peu la D2 du foot européen : nul en clubs dans les Coupes d'Europe (aïe-aïe-aïe le 6-0 pris par l'OM à Cologne deux ans avant !) et nul en sélection. Depuis la Coupe du monde 66 où ils avaient giclé au premier tour, les Bleus avaient manqué l'Euro 68, le Mundial 70, l'Euro 72, la Coupe du monde 74 et étaient en passe de se faire éliminer en qualif' de l'Euro 76. Après la défaite en Belgique (2-1) et le nul au Parc face à la RDA (2-2), la France était mal barrée : on le savait, mais on espérait. Et pourtant… Le sélectionneur de l'époque était l'immense Stefan Kovács, un Roumain bon comme un abbé, qui parlait bien le français et qui fumait comme un volcan sur le banc de touche. Accessoirement, il avait coaché l'Ajax en remplaçant de Rinus Michels et gagné avec les Amsterdamers la C1 1972 et 1973, ainsi que l'Intercontinentale 1972... Il était arrivé à la tête des Bleus en sauveur en septembre 1973. Son contrat avait, paraît-il, coûté bonbon à la FFF, mais on était tellement nuls qu'il fallait bien raquer la compétence. Seulement, le bon vieux Stefan n'aura pas pu faire grand-chose, à part lancer des jeunes. Un bon point que son jeune assistant, et successeur, un certain Michel Hidalgo, poursuivra avec succès…

ADVERTISEMENT

 

Un an après la révolution des Œillets


Mais ce samedi 23 avril, on était résignés à voir une petite équipe de France qui baignait dans la lose depuis trop longtemps. C'est simple : à l'époque, un footeux français débarquait sur la pelouse avec un but de retard dans la tronche. Platoche changera toute cette mentalité de perdant un an plus tard. Mais là, en avril 75, c'est le néant absolu. Bien sûr, les Verts commencent à faire bouger les choses. D'ailleurs, trois jours plus tôt, ils ont commis l'exploit de disputer une demie de C1 ! Contre le grand Bayern. Mais le 0-0 à Geoffroy-Guichard laisse augurer un retour difficile en Bavière. Mais on y croit à mort quand même…. Devant le pitoyable France-Portugal qui se dispute sous nos yeux, on pense fort à « Saintétienne ». On y pense d'autant plus qu'il n'y a aucun Vert parmi ces Bleus, retenus qu'ils sont par leur club pour bien préparer la manche retour, à Munich. Le match est pitoyable parce que le Portugal aussi est nul. L'immense Eusébio a quitté la Selecção à l'automne 1973. Depuis c'est l'hiver. Comme pour la France, le Portutu a zappé toutes les grandes compètes depuis la World Cup 1966 (troisième place, quand même !) Les supporters portugais sont évidemment majoritaires parmi les 30 000 spectateurs. Les joyeux exilés de l'immigration économique des années 60 mettent l'ambiance au point que les Bleus jouent à l'extérieur. Et puis les Portus sont gais, vu qu'ils célèbrent le premier anniversaire de leur révolution des Œillets qui a mis fin à la dictature de Salazar. Mais il faut se rendre à l'évidence : ce Portugal est aussi nul que cette France. À l'époque, le footballeur lusitanien était à l'image de la caricature qu'on se faisait des Portugais : petits - la plupart - et moustachus. La mode seventies fait qu'ils sont aussi comme tous les autres footeux : en cheveux longs. Certains portent la barbe, un truc à la fois hippy et à la fois « révolutionnaire », à l'image des soldats souvent « barbudos » qui avaient été les premiers adversaires de la dictature en avril 1974… Au milieu de cette Selecção pas terrible, on distingue quand même un petit milieu de terrain très jeune et pas mauvais du tout. C'est João António Ferreira Resende Alves, dit João Alves. Ce milieu de poche porte des gants noirs. Toujours. Oui, oui : comme le futur « Soulé » Diawara ! C'est troublant, ces gants noirs. À l'époque, ces gants noirs renvoient encore au « vieux Portugal » : le noir des habits des femmes, la religion, la tristesse, l'effacement… João Alves viendra jouer au PSG en 1979, apportant sa touche technique lusitanienne dans la mosaïque afro-antillaise et rebeuh (Dahleb) d'un Paris Saint-Germain devenu tout à fait viable en D1. Outre João Alves, il y a d'autres joueurs un peu connus, comme le milieu benfiquiste Toni (futur grand coach du Benfica, et un peu des Girondins) ou le grand défenseur benfiquiste, lui aussi, Humberto Coelho (il jouera également au PSG en 75-77). Et puis il y a Nené ! Mort de rire, ce nom-là. Nibards, soutif et tout le tintouin... Ce très bon attaquant du Benfica, lui aussi, nous fera nettement moins rire en demie de l'Euro 84 à Marseille quand le Portugal mènera 2-1 en prolong' contre la bande à Platoche. Morts de peur, qu'on était.

 

« Pas un honneur, mais une gifle de rentrer à deux minutes de la fin »


Et les Bleus ? Ben, c'est là que c'est intéressant. Sur le papier, il y a des bonnes individualités : le duo Adams-Trésor en défense centrale est pas mal du tout ; au milieu, on a deux très bons stratèges comme les Nantais Henri Michel et le Niçois Jean-Marc Guillou, bien soutenus par un bon Jean-Noël Huck qui complète bien ce midfield. Mais c'est à peu près tout. On le répète : même en y rajoutant quelques Verts (Larqué, Bathenay, Lopez, Janvion), ces Bleus finiront dans le fossé, éliminés pour l'Euro 76. Le mental tricolore est encore trop mazouté par la lose… Et ça se traduit sur le terrain par deux buts idiots, sur deux pertes de balle, sur deux contres pas si rapides, sur deux erreurs défensives : la totale ! En première mi-temps, Nené profite à la 21e d'un centre venu de la droite complètement cafouillé par Marius Trésor et son gardien René Charrier (remplacé à la pause par Baratelli, faut pas déconner !) Ce but consternant fait la joie des supporters portugais qui se contentent de peu. Normal. En deuxième mi-temps, une perte idiote de Jean-François Jodar sur le côté droit envoie Marino crucifier le pauvre Baratelli en frappe lobée (64e). La-men-table ! On touche le fond avec l'entrée surréaliste du remplaçant de Jodar, Bernard Boissier, à la 89e. Boissier ne jouera qu'une minute en Bleu, un record battu par ce fou de Franck Jurietti quelques années plus tard. De nos jours, des coachs font parfois entrer des joueurs dans les ultimes moments de matchs où ils cherchent à gagner du temps : l'entrant joue ainsi très peu, une minute ou deux. C'est de bonne guerre et l'entrant n'en prend pas ombrage. Sauf qu'en 1975, de surcroît dans un match amical, la minute en Bleu de Boissier est légitiment perçue par tous comme une offense. « J'ai joué exactement deux minutes. Cela dit, je ne l'ai pas ressenti comme un honneur, mais comme une gifle. Je n'ai pas compris M. Kovács. Faire entrer un joueur sans raison valable à deux minutes de la fin d'un match, c'est se moquer de lui », témoignera le bon vieux Bernard Boissier dans le France Football du 29 janvier 1980.

 

Et les Verts perdent à Munich...


Le match s'achèvera sur un 2-0 minable, dans un match minable joué par des Bleus minables dans un stade minable. Une envie de gaz, de corde, d'arsenic ou de flingue… On est nuls. C'est désespérant. Un petit Portugal tout en blanc linceul a battu une petite France. D'ailleurs, la France éliminée pour l'Euro 76 laissera partir un Stefan Kovács usé et vaincu par la lose française fin 1975. Deux ans pour pas grand-chose. Snif. Mais qu'est-ce qu'on a de grand en France, à part le Concorde ? D'autant que le chômage de masse s'étend et que Léon Zitrone ne veut pas lâcher le micro… Au secours ! Faites quelque chose ou sinon on va supporter ces clubs anglais fantastiques qu'on découvre tous les dimanches dans la rubrique « les buts étrangers » sur Stade 2 ! C'est foutu. On est nuls. Tiens ! Même Sainté se fera sortir par le Bayern en demie retour : 2-0 ! Saloperie. Parce que, cette année, la finale de C1 se déroulait au Parc et qu'on aurait bien voulu y voir nos Verts. C'est d'ailleurs pour préserver la pelouse pourrie du Parc des Princes qu'on a « délocalisé » ce France-Portugal à Colombes. Les archéologues du foot sont pratiquement tous tombés d'accord pour situer ce France-Portugal du samedi 26 avril 1975 comme le fond du trou du football français. Un trou noir comme la Mort. Pour l'anecdote, le journal L'Équipe signera un édito en français et en portugais après le match. L'histoire ne dit pas si c'était un édito sous forme de faire-part de décès ou bien sous forme d'un rapport d'autopsie…

 

Par le jeune Chérif Ghemmour

 

SoFoot.com, 11 Octobre 2014.

 

NdPPP: en octobre 2014, la FRance avait battu 2-1 le Portugal au Stade de France. Poussant ainsi l'invincibilité de XI de France sur les Lusitaniens à plus de 40 ans...

Les deux buts de la rencontre. No comment.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 08:52

L'EXODE DES REFUGIES

L'arrivée de voitures de réfugiés à Poitiers, place Charles Martel.

L'arrivée de voitures de réfugiés à Poitiers, place Charles Martel.

Depuis plusieurs jours, de nombreux réfugiés du nord de la France, de Blegique et de Hollande arrivent en automobile dans notre ville, se dirigeant sur le Midi. En arrivant à la Porte de aris, ces automobiles ne savaient où se diriger; aussi sur l'initiative de M. Grelaud, adjoint au maire, depuis ce matin on a placé sur un refuge, à l'entrée de la ville, un indicateur portant képi ety brassard rouge, qui indique aux réfugiés la direction à prendre selon la région qui leur a été assignée au départ. Cette mesure évite un embouteillage et permet aux malheureuses victimes de la barbarie de se rendre plus rapidement dans les départements où tout a été fait pour les accueillir le mieux possible.

 

Centre et Ouest, seconde quinzaine de Mai 1940.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 07:36

Cette année, j'ai déménagé, et en quittant mon quartier, je change de bureau de vote. Et cette année, il y a des élections prévues depuis peu de temps: les régionales des 6 et 13 décembre.

Le législateur, par la loi du 13 juillet 2015, nous permet d'effectuer une réinscription, et cela notamment en ligne, selon les communes.

Alors j'ai testé la démarche sur le site poitiers.fr: j'ai donc envoyé une pièce d'identité et un justificatif de domicile mercredi dernier (environ cinq minutes en tout), et le vendredi suivant, donc à J+2, j'ai reçu une réponse par courriel avec un récépissé à présenter le jour du scrutin pour indiquer la véritable adresse de l'électeur.

Donc si vous avez déménagé récemment, je vous recommande d'effectuer cette démarche en ligne, sachant que les réinscriptions se déroulent jusqu'au 30 septembre 2015.

Procrastinez, mais pas de trop non plus!

La page de la réinscription en ligne.

La page de la réinscription en ligne.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les petites infos
commenter cet article
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:17

72 ans de règne (record absolu dans toute l'Histoire de France), mise en place de la monarchie absolue, colbertisme, grandeur militaire et décadence de la France

Evidemment, en tant que Rochefortais d'origine, j'ai une évidente sensibilité pour le personnage sans qui la ville n'aurait jamais vu le jour...

La Une fictive de Le Monde (daté du 2 Septembre 1715).

La Une fictive de Le Monde (daté du 2 Septembre 1715).

Evidemment, je ne ferais pas de bibliographie sur le personnage, car d'une ce n'est pas le lieu et de deux, il y a de véritables spécialistes pour ça (au N°1 desquels je nomme François Bluche).

Toutefois, je voulais mettre en avant cette initiative joyeuse de Slate.fr qui a imaginé la vie de Louis XIV par le prisme des Unes des médias actuels, de sa naissance en 1638 à son décès le 1er Septembre 1715, à 8H15 (l'agonie du roi est tweetter sur le compte du Château de Versailles

Twetter, Mardi 1er Septembre 2015.

Twetter, Mardi 1er Septembre 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 07:52

Quelle tristesse de constater que 26 ans plus tard, c'est cette même Hongrie qui fait le choix d'établir un nouveau "Rideau de Fer" sur sa frontière commune avec la Serbie (175km)

Frontière austro-hongroise, 2 Mai 1989. (AP)

Frontière austro-hongroise, 2 Mai 1989. (AP)

FR3, Soir 3, 2 Mai 1989.

Le nouveau "Rideau de Fer" (2015). Pris sur letemps.ch

Le nouveau "Rideau de Fer" (2015). Pris sur letemps.ch

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 07:47

En quête d'un nouveau souffle, la braderie traditonnellement placée avant les grandes vacances marque désormais la rentrée à Poitiers: une initiative intéressante d'autant plus qu'elle se déroule désormais un samedi, et non plus le mercredi. Espérons que le beau temps sera de la partie.

L'affiche de l'édition 2015 de la braderie.

L'affiche de l'édition 2015 de la braderie.

Agenda | Manifestations / Salons

Le 05 Septembre 2015

Braderie du centre ville

Au programme de la traditionnelle grande Braderie du centre-ville de Poitiers :

 

  • Animation avec le Secours Populaire, place du Marché, avec la présence du Père Patrice Gourrier : Batucabraz (groupe de percussionnistes) animera le stand de 14h à 17h (et déambulera également) & Magicien pour enfants
  • Road Show Renault place Leclerc de  avec animations, jeux et mur d’escalade de 10h à 18h
  • Ecole de danse Swingpepperdance, place Leclerc : initiation danses de 11h30 à 12h30 et de 14h30 à 15h30 (salsa, bachata, rock, kuduro...) puis flashmob west coast swing à 16h00
  • Et pour finir cette journée de façon conviviale, rejoignez la place du Marché Notre-Dame :
  • "LA NOCTURNE DES HALLES " ACHETEZ ET DEGUSTEZ SUR PLACE VOS PRODUITS. Les Halles seront ouvertes de 18h à 22h de façon exceptionnelle afin de vous restaurer en plein air en compagnie de Tangerine Jazz. Des tables et chaises seront à votre disposition entre les Halles et le parvis de Notre-Dame. Voici la liste des commerçants des Halles qui seront ouverts : LA CREMERIE DES HALLES, MOSHI MOSHI, POISSONERIE NEAU, GERARD LEVAN, LA POULARDE DU POITOU, COTE MARCHE, LA CREMERIE DE MARIE, L'ANGELUS, AMANDINE, DELICATESSEN & BREIZ’HITUDE

De 8h à 20h

 

Pris sur le site poitiers.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 08:00
Manuel Valls découvrant que le match du Barça se jouera en plein milieu de l'Univ' d'été du PS. (Photo AFP)

Manuel Valls découvrant que le match du Barça se jouera en plein milieu de l'Univ' d'été du PS. (Photo AFP)

Symposium du Parti Socialiste dans le Poitou-Charentes en 2015: acte 2. On se souvient du Congrès du PS qui a eu lieu en juin dernier à Poitiers, non pas vraiment pour le projet politique (qui se résume simplement en deux mots: "On continue"), non pas vraiment pour la traditionnelle synthèse ("Vos gueules les frondeurs"), non pas encore sur son élan populaire (environ 60% des militants s'étaient déplacés à leur fédération pour voter), mais en fait et surtout pour la semaine de "polémique" qui a suivi le congrès pour le voyage de Manu Valls à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des Champions, match remporté par le FC Barcelone.

Et voilà que le sort s'acharne sur le Premier ministre qui va de nouveau devoir faire un choix cornélien entre un match de son équipe préférée et l'annuel rendez-vous rochelais de son parti préféré. En effet, le FC Barcelone joue son match de championnat samedi soir, à domicile. La tentation d'y aller est sans doute un peu trop grande pour Manu, qui a sans doute retenu pour leçon qu'il fallait rapidement éteindre l'incendie en s'excusant, bien qu'en fait il y a peu de doutes à avoir sur le fait qu'il trouve injuste d'avoir été pris pour cible une semaine durant (c'est un peu le fameux "Ben quoi?" débordant d'interrogation d'une personne qui ne se rend absolument pas compte qu'elle vit un petit peu beaucoup dans un autre monde).

Alors, étant dans la mesure du possible "force de proposition", voici ce que je conseille: descendre à La Rochelle (sans cravate pour le côté décontracté) le samedi en fin d'après-midi, serrer quelques paluches, et dire aux copains, pas les "amis politiques" hein, les vrais potes, que "ce soir y a match", se dégoter un petit rade (qu'un conseiller aura bien évidemment repéré au préalable) et se boire des petites mousses, la pinte faisant un poil trop allemand pour le Français moyen, devant la télé, tout en réglant la tournée à la fin de la rencontre, pour le côté généreux. Evidemment, l'armée de conseillers en com' aura laissé fuiter à deux ou trois organes de presse l'info.

A la fin de l'histoire, le dimanche matin, à la Une des journaux, la belle image. Et surtout le ridicule évité.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg