Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 10:31
Jean Marie Loret et Adolf Hitler: un air de famille?

Jean Marie Loret et Adolf Hitler: un air de famille?

Un fils caché d'Hitler né à Fournes-en-Weppes ? Un documentaire relance le mystère

Un documentaire intitulé "Hitler, mon grand-père ?" relance le mystère autour de l'existence d'un fils caché d'Hitler en France. 

 

  • @F3nord
  • Publié le 30/11/2014

Documentaire de 2014 réalisé par David Korn-Brzoza.

Depuis plus de 30 ans, l'histoire de Jean-Marie Loret, l'homme qui se disait fils d'Adolf Hitler, rejaillit au gré des révélations, investigations et autres témoignages. Ce mois-ci, un documentaire réalisé par David Korn-Brzoza et diffusé par la RTBF cette semaine (et sur France 5 le 14 décembre) refait un point complet sur ce mystère jamais élucidé et y apporte des éléments (presque) décisifs.  "Au début, j’ai refusé de réaliser ce film, explique le réalisateur. Pour le Français que je suis, cette annonce m’a fait froid dans le dos. Mais, petit à petit, j’ai remarqué que les preuves concordaient et qu’il y avait suffisamment de matière pour raconter cette histoire. J’ai alors décidé d’enquêter !" Le documentaire est bien documenté et évite tout sensationnalisme. 

 

1916 : début de l'histoire à Fournes-en-Weppes

Les troupes allemandes envahissent la Belgique et sont dans le Nord de la France. Le caporal Adolf Hitler a alors 29 ans. Il est un simple soldat de l'armée allemande. Régulièrement, au cours de ses permissions, il se rend à Fournes-en-Weppes (à 15km de Lille). Là, il aurait rencontré Charlotte Lobjoie, une fille de ferme, avec qui il aurait entretenu une relation pendant plusieurs mois.

Il quitte le secteur quelques mois plus tard en 1917. Charlotte, qui n'a que 18 ans, accouche en mars 1918. Jean-Marie est rapidement confié à une famille. Il va y vivre une enfance difficile, souvent maltraité, insulté : "Fils de boche". Il ne connaît ni sa mère, ni son père. 
 

1942 : des Allemands s'intéressent à lui

Adopté, Jean s'appelle désormais Jean-Marie Loret. Il affirme que ses parents adoptifs ne cessaient de lui répéter : "Ne cherche jamais à savoir qui est ton père". En 1942, sa vie va commencer à basculer. Il affirme avoir été convoqué à l'hôtel Lutetia, siège des services de renseignements allemands. Il y subit un interrogatoire sur ses origines, son enfance. Un officier allemand lui donne alors l'adresse de sa mère. Il la rencontre. Elle refuse de lui dire qui est son père avant de lui faire une incroyable révélation juste avant de mourir : "Ton père s'appelle Adolf Hitler".

La deuxième guerre mondiale est terminée depuis 2 ans. Hitler est mort. Cette annonce est un choc pour Jean-Marie Loret. L'homme qui vit désormais en Picardie va consacrer une bonne partie du reste de sa vie à vérifier cette révélation. 

1975 : il révèle son secret à ses enfants

En 1975, Jean-Marie Loret décide de réunir ses 9 enfants. Il leur avoue ce qu'il a gardé secret jusque-là : Hitler est leur grand-père. "Imaginez qu’on vous annonce que vous êtes la petite-fille du diable en personne, du plus grand bourreau de l’Histoire… Vivre cela, ce n’est pas descriptible, c’est violent, c’est très dur à accepter", raconte Elisabeth dans le documentaire. 

Jean-Marie Loret est convaincu d'être le fils d'Hitler et il va se mettre en quête de preuves de ces dires avec l'aide d'un historien allemand : Werner Maser. Ce dernier accumule des éléments qui tendent à prouver que l'histoire racontée par ce Français est vraie. Le documentaire les reprend un à un en montrant tout de même qu'ils sont fragiles  :

  • La ressemblance physique est indéniable. Mais aucune ressemblance physique ne prouve un lien de filiation. Il a aussi le même groupe sanguin qu'Hitler (ce qui ne prouve rien non plus)
  • Le rendez-vous à l'hôtel Lutetia avec des officiers allemands. Jean-Marie Loret dit y voir été pris en photo. Mais elle n'a pas été retrouvée dans les archives. Impossible donc de prouver que ce rendez-vous a bien eu lieu. 
  • La famille adoptive de Jean-Marie Loret aurait acheté grâce à mystérieuse aide allemande un immeuble à Francfort, revendu 5 ans plus tard. Investissement classique de bourgeois de l'époque ou façon pour Hitler d'aider la famille qui élève son fils ?
  • Un portrait réalisé par Hitler de Charlotte Lobjoie (et retrouvé dans son grenier) aurait été authentifié. Mais là encore aucune preuve formelle qu'Hitler a peint ce tableau, ni que la femme représentée est Charlotte Lobjoie... Même s'il y a une ressemblance...
  • Des témoignages recueillis par l'historien chez les proches d'Hitler tendraient à montrer que le dictateur allemand avait ordonné en 1940 qu'on enquête sur une femme qu'il avait rencontré en France pendant la 1ère guerre mondiale. Des témoignages impossibles à vérifier aujourd'hui.

1977 : "Je suis le fils d'Hitler"

L'historien Werner Maser estime, en 1977, avoir suffisamment d'éléments pour révéler le scoop au monde entier. Les médias s'emparent de l'affaire. Et Jean-Marie Loret, 59 ans, devient presque une "bête de foire". Mais très vite, certains journalistes se font moqueurs ou dénoncent une supercherie, pointant la fragilité des arguments avancés. Jean-Marie Loret, de son côté, continue à chercher des preuves. Il en fait un livre qui sort dans l'indifférence en 1984. En 1985, la mort stoppe sa quête mais pas le mystère qui devient un fardeau pour ses enfants, en quête d'identité.

C'est incontestablement le vrai "plus" de ce documentaire. Philippe Loret et sa soeur Elisabeth, deux des 9 enfants de Jean-Marie Loret y apportent leur témoignage mais surtout se soumettent à un test ADN. Pensant grâce à cela, en finir avec un mystère qui "plombe" leur vie, est pesant, difficile à porter. Sont-ils oui ou non les petits fils du dictateur ? 

Problème : l'ADN d'Adolf Hitler n'existe pas. Mais en retrouvant dans son arbre généalogique, des membres de sa famille, on peut comparer leurs ADN à ceux de Philippe et Béatrice. En Autriche, deux hommes, lointains cousins autrichiens d'Hitler ont accepté la démarche. Le documentaire filme ses tests ADN et en donnent les résultats. Possède-t-il le même chromosome "Y" que les membres de la famille Hitler ?

Vous pourrez découvrir les résultats en regardant ce passionnant documentaire sur France 5 le dimanche 14 décembre à 22h25. On peut simplement dire que cet élément fait clairement avancer "l'enquête" sans la boucler définitivement. 

Et si tout était faux ?

Au-delà de ces "résultats", le documentaire pose de toute façon aussi la question inverse : si Jean-Marie Loret n'est pas le fils d'Hitler, qui a menti ? Sa mère qui a voulu se donner de l'importance ou devenir quelqu'un ? Jean-Marie Loret lui-même pour se venger de son enfance douloureuse d'"enfant de boche"  ou toucher un éventuel héritage ? Personne ? Charlotte Lobjoie ne savait peut-être pas elle-même qui était le père de son enfant... Un siècle plus tard, le mystère continue... 

Il y a 2 ans déjà...

L'histoire de Jean-Marie Loret avait été ressortie il y a plus de deux ans par le journal Le Point mais sans éléments vraiment nouveaux. A cette occasion, France 3 avait exhumé des archives les images de Jean-Marie Loret.

Reportage de France 3 Nord-Pas-de-Calais, 2012.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 10:15

France 3, Soir 3, Lundi 1er Mai 1995.

Le FN et les multiples "incidents" de campagne: en 1995, 2 morts et des cassages de gueules

France 2, 20H, Mardi 2 Mai 1995;

Le FN accuse les "redskins communistes" en évoquant les fameuses "provocations"; la LICRA et SOS Racisme évoquent une interdiction du FN

France 3, 19/20, Mardi 2 Mai 1995.

Les avancées de l'enquête (pour la modique somme de 50.000F) et le témoignage de la mère de l'un des complices du meurtriers: le lien avec le FN est pourtant flagrant

France 2, Journal de la Nuit, Mercredi 10 Mai 1995

Verdict: Mickaël Freminet, le meurtrier est condamné à 8 ans de prison. C'est donc dans la Justice de 1998 le tarif pour un crime raciste. Qu'en serait-il dans avec la Justice de 2015?

France 3, Soir 3, Vendredi 15 Mai 1998.

L'Hommage du groupe ZEBDA à Brahim Bouaram: "Le Pont du Carroussel"

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 09:18
Time, 7 Mai 1945.

Time, 7 Mai 1945.

En outre pour aller plus loin sur le sujet, il y a un ouvrage de 1947 qui fait référence en la matière: "The Last Days Of Hitler", rédigé par l'historien britannique Hugh Trevor-Roper.

Et puis il y aaussi le cinéma avec La Chute, où Bruno Ganz interprète le dictateur d'une manière réaliste et troublante. Ci-dessous, un extrait du film, la scène du suicide et de l'incendie des cadavres dans le bunker où il a passé ses derniers jours, sous les obus soviétiques.

La Chute (Der Untergang), film allemand réalisé par Oliver Hirschbiegel et sorti en 2004.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 07:55

L'an dernier, au cours de périple en Italie du Nord, je suis tombé par hasard sur ces "souvenirs" à l'effigie de Benito Mussolini, le dictateur fasciste de l'Italie de 1924 à 1945.

Quand on vient de France, cela paraît hallucinant (imagine-t-on un seul instant la vente de "souvenirs" du Maréchal Pétain sur la voie publique?). Mais en Italie, cela semble plus compliqué, le rapport aux années fascistes étant différent du notre par rapport à la période de l'Etat Français.

Ainsi, on peut se procurer sans difficulté le lot du parfait supporter: écharpe, veste, badge, mug, drapeau. Chose encore beaucoup plus simple avec l'émergence d'internet. Et cela, en toute légalité.

Sans rentrer dans une tentative d'analyse du regard de l'Italie républicain sur l'Italie fasciste, dissertation qui serait foireuse en plus d'être incomplète, je voulais vous faire part de mon étonnement.

Mais pour aller plus loin, je vous invite à regarder de webdocumentaire sur lemonde.fr, intitulé La Duce Vita de Cyril Bérard et de Samuel Picas sur le village natal de Mussolini, Predappio, devenu une vitrine du régime, et désormais lieu de culte pour les nostalgiques du Duce, et autres néo-fascistes (pour qui le terme n'est pas une injure). Evidemment, le commerce de "souvenirs" s'y fait librement.

Des pièces originales ou reproduites à l'effigie de Benito Mussolini à Iseo.

Des pièces originales ou reproduites à l'effigie de Benito Mussolini à Iseo.

Un porte-feuilles Mussolini. A côté d'un porte-feuilles dauphin. A Mantova

Un porte-feuilles Mussolini. A côté d'un porte-feuilles dauphin. A Mantova

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 10:50
LE NEO-NAZISME EN R.F.A: UN PHENOMENE INQUIETANT
 
BONN - Le Président du Parti Social-Démocrate (SPD) Ouest-Allemand, M. Willy Brandt, a lancé vendredi un avertissement "contre une montée des mouvements d'extrême-droite en RFA", à la veille de la manifestation internationale anti-nazie à Cologne. Plus qu'aux désormais traditionnelles rencontres d'anciens officiers SS et réunions de propagande du Parti Néo-Nazi (NPD), c'est sur un phénomène nouveau que l'ancien chancelier veut attirer l'attention. Il s'agit du foisonnement depuis l'été dernier d'une littérature pseudo-historique qui présente une nouvelle version de l’époque nazie et, surtout, de l'impact croissant d'une presse néo-nazie mensongère sur une infime frange de la jeunesse ouest-allemande.
Cette minorité perpétue avant tout le culte du "Fuhrer" sans avoir toujours lu "Mein Kampf" dans le texte. Organisée militairement, arborant volontiers l'uniforme à croix gammée pour les défilés provocants, elle barbouille, la nuit tombée, les synagogues et les façades des commerces israélites dans les grandes villes, renverse des tombes à Hanovre, empêche par la force l'écrivain israélite Edgar Hilsenrath de lire son oeuvre à des lycéens de Kamen, et tient des meetings sous la protection de centaines de policiers venus pour empêcher l'affrontement avec les antifascistes.
Plus inquiétant, une partie de ces jeunes néo-nazis semble plus avoir décidé de passer à une action violente. Le Parquet de Luenebourg annonçait ainsi le 24 mars, l'arrestation de jeunes néo-nazis qui avaient dérobé dix jours plus tôt leurs armes à des sentinelles d'un camp de l'OTAN en Basse-Saxe. Les cinq membres du commando ont avoué leur intention de "passer à l'action". Début avril, le Sénateur à la Justice (Ministre Régional) de Hambourg estimait devant la presse qu'il y avait dans sa ville 600 jeunes appartenant à vingt organisations d'extrême-droite. Parmi eux se trouvent, ajoutait-il, les auteurs de plusieurs attaques de banques et d'un dépôt de munition de l'armée. Le Sénateur notait à ce propos que  l'extrême-droite semblait-imiter "la bande à Baader" qui s'était constituée une trésorerie et un dépôt 'armes avant de passer à l'action violente.
Le Gouvernement rappelait l'été dernier que les extrémistes de droite "étaient étroitement surveillés en RFA". Il a toutefois décidé au début du mois de prendre des mesures contre la prolifération de livres et de disques véhiculant l'idéologie nazie.
La surveillance des groupuscules d'extrême-droite devait également être renforcée par les autorités des Laender accusées ces dernières semaines d'être aveugle de l'oeil droit, mais de prendre une loupe pour mieux voir avec l'oeil gauche (allusion au terrorisme).
Le jugement du tribunal administratif du Bade-Wurtemberg qui a ordonné la semaine passée le report du licenciement d'un enseignant membre du NPD, déclarant que "contrairement aux partis communistes et d'extrême-gauche il ne visait pas à affaiblir le réfime démocratique" avait soulevé à ce propos de vives protestations dans la population. Celle-ci s'était déjà indignée, il y a quelques mois, de la crémation symbolique d'un juif par des officiers de la Bundeswehr. Un premier comité d'action anti-nazi vient d'ailleurs de se constituer en RFA.
Pour le chancelier Helmut Schmidt, l'extrémisme de droite ne constitue pas un danger. L'échec du "NPD" aux dernières élections (moins de 1% des voix) prouve bien qu'il n'a plus aucune chance auprès des Allemands, a-t-il déclaré dans l'hebdomadaire "Quick".
Il a par ailleurs précisé qu'il convenait de distinguer entre les tentatives légitimes d'écrivains et de journalistes d'expliquer à une génération qui ne l'a pas connue ce qu'a été l'époque d'Hitler et l'exploitation commerciale et politique qui peut-être faite d'un tel sujet. "Je serais heureux si cette distinction était également faite à l'étranger", ajoutait-il.

Gilles LAFFON

Centre Presse, début Avril 1978.

TF1, Journal de 20h, 09 Août 1976.

TF1, Journal de la nuit, 09 Avril 1978.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 08:02

France 3, le 12/13, Mercredi 27 Avril 2005.

Discours du Président Jacques Chirac

Toulouse - Blagnac (Haute-Garonne) jeudi 28 avril 2005.

 

Mesdames, Messieurs,

Bravo et merci.

C'est un moment pour nous tous, nous toutes, les Européens, les Françaises, les Français, d'extrême émotion et d'extrême fierté que nous avons passé hier, grâce à vous toutes et à vous tous.

C'est un rêve européen qui s'est transformé. En réalité, l'avion le plus grand, le plus moderne, le plus performant du monde, est devenu une réalité à la suite d'un brillant essai.

Alors, au nom des Françaises et des Français, je voudrais vous exprimer de tout cœur mon estime, ma reconnaissance et mon admiration, celles que ressentent aujourd'hui tous les Français et tous les Européens pour le travail de celles et de ceux qui se sont associés à ce superbe résultat qu'il soit européen, français ou d'autres nationalités.

Alors, à vous toutes et à vous tous, ouvriers et compagnons, ingénieurs et techniciens, personnels d'Airbus et de ses partenaires industriels, je voudrais vous exprimer cette intense reconnaissance qui naît dans notre cœur à tous.

A vous qui avez mis tant de compétences, tant d'énergie au service de ce projet, tant d'intelligence, tant de volonté, alors vous comprendrez que je félicite chacune et chacun d'entre vous, et je félicite particulièrement le commandant Claude LELAIE et son équipage, que j'ai eu tout à l'heure le privilège de saluer, que je salue amicalement celles et ceux qui ont conçu, initié, porté la responsabilité, dans les moments difficiles comme dans les moments les plus exaltants de ce grand projet, Noël FORGEARD, Charles CHAMPION. Vous me permettrez d'avoir aussi une pensée affectueuse pour quelqu'un qui aurait été heureux, aujourd'hui, s'il avait été des nôtres, c'est Jean-Luc LAGARDERE à qui ce projet doit également beaucoup.

Alors, sur cette piste de Toulouse-Blagnac une nouvelle page de l'histoire de l'aviation a été écrite après Caravelle, après Concorde, après l' A 300 et ses successeurs, c'est aujourd'hui, le plus bel oiseau du monde qui a pris son envol. Et c'est aussi un grand moment pour l'Europe, c'est un grand moment pour Toulouse, pour toutes celles et tous ceux qui pourront dire plus tard à leurs enfants ou petits-enfants j'y étais, mais c'est aussi un grand moment pour l'Europe parce que cet avion, c'est au fond cette réussite, c'est le symbole de ce que les Européens peuvent faire ensemble lorsqu'ils unissent leurs forces, leurs compétences, leur volonté, leur créativité dans tous les domaines. Et je crois que l'on peut dire aujourd'hui, que si chaque Française et chaque Français est fier de vous, il en va de même de chaque Européenne, de chaque Européen. C'est une œuvre collective et je salue toutes celles et tous ceux qui, ici, aujourd'hui, viennent des autres nations européennes mais sont associés totalement, bien entendu, à ce projet pour lequel ils ont tant donné. C'est un bel exemple.

Vous incarnez, en réalité, toutes et tous, l'Europe que nous souhaitons, c'est-à-dire l'Europe de l'union, l'Europe du progrès, l'Europe de l'ambition.

Alors, vous comprendrez vraiment que c'est de tout cœur, en mon nom personnel, au nom de toutes les Françaises et les Français et vous me permettrez de le dire, pour un instant d'union, au nom de toutes les Européennes et de tous les Européens, un très grand bravo et un très grand merci.

 

Discours pris sur jacqueschirac-asso.fr

France 3, le 19/20, Mercredi 27 Avril 2005.

Contexte: en vieux loup de mer et fin politique, Jacques Chirac en cette difficile seconde moitié de quinquennat bondit sur l'occasion pour vanter les mérites de l'industrie française et européenne. En effet, cet essai arrive à point nommé pour un Président pleinement investit dans une campagne en faveur du OUI pour le référendum pour le Traité Constitutionnel Européen. Au cours de ce bref discours, le Président mentionne...une dizaine de fois l'Europe. Bien que sincère dans son idée de construction européenne (enfin sur le tard), Jacques Chirac n'a pas manqué l'occasion de vanter les mérites de l'Europe. Hélas, un mois plus tard, à 55%, les Françaises et les Français disent non au projet de Traité.

Bilan: Airbus a vendu (au 24/04/2015) 317 A380, au prix unitaire de 428 millions de dollars. Le 159ème avion va être livré ce lundi. (source: capital.fr)

Ci-dessous: le 1er vol commercial de l'A380 le 25 Octobre 2007, sur un avion de la Singapour Airlines.

France 2, Journal de 20h, Jeudi 25 Octobre 2007.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 08:52

Présentation du jeu et de Laurent Fabius

 

Présentation Pierre Bellemarre

 

L'épreuve du saut d'obstacles

 

Emission "Cavalier Seul", Commentaire Jean-Paul Rouland, ORTF, Samedi 25 Avril 1970.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 08:15
Avril 1973 : les Poitevins découvrent le projet de la future Place de Gaulle
La maquette de la future place de Gaulle, en 1973.

La maquette de la future place de Gaulle, en 1973.

La ville se donne un nouveau marché. Dans deux ans ou un peu plus, la physionomie de la place Charles-de-Gaulle sera profondément modifié, au terme d'une opération de chirurgie esthétique urbaine qui aura coûté au moins un milliard et trois cent millions d'anciens francs - c'est le coût prévisionnel des travaux, toutes dépenses confondues-. Il reste maintenant à savoir, avec précision, ce que l'on va faire pour une telle somme. Mais, au delà de l'aspect technique et économique de l'opération, il convient de dégager une certaine philosophie de l'aménagement du centre ville tel qu'il est pratiqué à Poitiers depuis plusieurs années.

L'aménagement ou plutôt le réaménagement de la place Charles-de-Gaulle, est l'aboutissement logique de la construction de la pénétrante-est dont le premier tronçon, mis en service il y a quelques semaines, relie la rocade à la hauteur de Beaulieu, au boulevard de Chasseigne. On sait également que, dans la deuxième phase des travaux, cette pénétrante recouvrira la rue du Jardin-des-Plantes et la rue Riffault avant d'arriver place de Gaulle.

 

Eviter la "clochardisation"

 

Alors que la plupart des services administratifs quittent les uns après les autres le centre de la ville, que les quartiers périphériques de l'Ouest et du Nord-Ouest de Poitiers se développent à un rythme rapide qui ira encore en s'accélérant, "il fallait, note M. Max Strawzinsky, éviter la clochardisation du centre".

L'imposant viaduc lancé au-dessus du Clain sera donc ce cordon ombilical entre les nouveaux quartiers et les anciens. Mais que faire des centaines de voitures dont les conducteurs, arrivant au centre, ne trouvent devant eux que des rues étroites. Le plus grand nombre d'entre eux, doivent trouver là une place de stationnement. La construction d'un parking souterrain fut décidée: plus de huit cents places sur trois niveaux, seront disponibles.

Pour creuser un parking de telles dimensions, il fallait envisager la destruction du marché actuel, des halles qui tiennent plus du "grand hangar" que de l'oeuvre d'art. "Un centre urbain serait inconcevable sans un marché" estime encore le premier adjoint au maire. Compte tenu de l'environnement du marché - l'église Notre-Dame- il fallait étudier soigneusement les projets. M. Bonnard, architecte des Bâtiments de France et responsable de la restauration dans le secteur sauvegardé de Poitiers, conçut un projet à première vue surprenant.

Deux parties à distinguer, dans la maquette: un bâtiment central d'une part de forme carrée et des galeries, d'autre part, dont le toit est formé de plusieurs dizaines de cônes. Pour rappeler l'art roman. Il s'agit, selon la terminologie exacte, de paraboloïdes hyperboliques. Au moment de la construction, des "voiles" de béton qui devront alléger l'ensemble du bâtiment. Leurs couleurs devront aussi rappeler le style architectural du quartier: tout ce qui sera à portée de l'oeil des passants sera teinté d'une couleur pierre, tandis que le dessus sera peint en ocre. Pour rappeler les tuiles.

 

Un comité de sauvegarde?

 

Dans les conversations de tous les jours, la bataille entre défenseurs du projet et adversaires est ouverte depuis longtemps. On annonce même ces jours-ci, la constitution d'un comité de sauvegarde. Déjà, l'arrachage des arbres, au chevet de l'église, a soulevé des protestations d'amis de la nature ("ces arbres étaient perdus de toutes façons" affirme M. Strawzinsky).

Il y a en fait deux projets parallèles: la construction du parking qui se fera "coûte que coûte", assure-t-on à la mairie et celle du marché.

Le projet de M. Bonnard a été adopté par toutes les commissions au niveau régional, mais, dit le premier adjoint au maire, "nous avons demandé que la maquette soit soumise à Paris, à la Commission nationale des sites; si elle est acceptée, nous construirons, sinon, nous ferons un autre projet". Cette démarche n'était pas obligatoire, ni même recommandée mais la municipalité a voulu s'entourer de tous les avis avant de passer aux actes.

Le rapporteur du projet devant la commission nationale sera M. Arretche, auteur du projet de marché dans le secteur sauvegardé de Rouen, une étude qui souleva bien des passions.

 

Des terrasses sur la place

 

L'ensemble du Conseil municipal ne reçut pas sans surprise la maquette de M. Bonnard, mais (?) de lui faire confiance en pensant que les arguments favorables l'emportaient sur les éléments sur les éléments que l'on pourrait considérer comme négatifs. La taille du marché actuel était démesurée par rapport à celle de l'église. Les proportions seront mieux respectées; les automobilistes arrivant par la pénétrante auront devant eux une vue complètement dégagée sur Notre-Dame (le nouveau marché étant construit sur l'emplacement actuellement libre); l'édifice religieux, enserré dans un pâté de maisons jusqu'au début de ce siècle, sera mieux mis en valeur par un parvis et aucun véhicule ne pourra circuler autour.

Il s'agit certes d'une architecture contemporaine, reconnaît-on à la mairie, mais par les couleurs, la verdure, l'équilibre des formes on essaiera de faire cette place un endroit agréable à vivre. Et l'on espère bien que, comme autour de la nouvelle place Leclerc, des terrasses de café viendront s'y installer. "Nous allons essayer de sauver les arbres que nous allons enlever, ils seront déplantés avec leurs mottes de racines et replantés, à la fin des travaux; il y aura peut-être même plus d'arbres qu'avant".

Quelques réflexions glanées dans la rue sont favorables au projet. "Il y aura toujours le même décalage entre l'église Notre-Dame et le futur marché qu'avec l'ancien" dit l'un; "une architecture moderne vraiment belle mettra mieux l'église en valeur, le mélange des styles peut être une bonne chose", dit l'autre.

 

Liaisons dangereuses

 

Les détracteurs du projet ne se sont pas encore affirmés publiquement. Le chroniqueur d'un hebdomadaire a donné à "l'affaire" une petite audience nationale: "je me suis tellement frotté les yeux de stupéfaction, de saisissement, d'épouvante, que j'en ai attrapé une ophtalmie larmoyante, préludant aux sanglots spasmodiques que ne manquerait de provoquer chez tout être normalement acculture la réalisation d'un tel projet." Il s'agit d'André Fermigier qui, dans cet article, en appela au ministère des Affaires culturelles, lui demandant d'enquêter et d'intervenir.

L'opinion du chroniqueur s'était fondée sur une simple vue de face du nouveau marché et de l'église.

Aussitôt, M. Strawzinski lui écrivit pour l'inviter d'abord à regarder la maquette, sous tous les angles et d'autre part, à voir ou revoir la place Charles-de-Gaulle. Dans sa réponse, André Fermigier assura qu'il restait hostile à une architecture moderne susceptible de détruire la beauté du site mais reconnut qu'il n'avait peut-être pas une vision globale du projet.

Il s'agit maintenant de savoir si entre le marché et l'église, il n'y a pas le risque de liaisons dangereuses.

Le débat est ouvert.

Jean-Marie AUDINEAU

Centre Presse, Jeudi 26 Avril 1973.

Avril 1973 : les Poitevins découvrent le projet de la future Place de Gaulle
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg