Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:49

Logo-Centre-Presse-1965--2-.jpg

 

14/01/2015

 

Le message de fraternité diffusé par une Poitevine
Marion Solon-Nadal a diffusé ses dessins et des affichettes #Tous Frères pour que la fraternité soit plus forte que la haine sur les réseaux sociaux.

Il y a d'abord eu son dessin au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo. Il montre les trois dieux constatant les dégâts avec cette interrogation de Mahomet: « On n'a peut-être pas assez insisté sur l'amour ». Et cette réplique: « Mais la connerie, c'est pas de notre ressort ». Le dessin a été partagé des centaines de fois sur les réseaux sociaux.

« J'ai pris conscience qu'on pouvait faire passer des messages dans le climat actuel », explique Marion Solon-Nadal, graphiste et illustratrice indépendante de Nouaillé-Maupertuis. Ensuite, voyant que le climat allait vite verser dans le racisme, en particulier sur les réseaux, il lui a paru « important de contrebalancer avec du positif.

"Inonder les réseaux de messages positifs et fraternels"

J'étais marquée par #WellRideWithYou (après l'attentat dans un bar en décembre) des Australiens qui prônaient une fraternité plutôt que le #NotInMyName insistant sur le fait que les musulmans doivent se justifier et se détacher d'un terrorisme pseudo-islamique ».
La jeune femme a cherché des actions dans cette optique avant les rassemblements du week-end dernier, sans trop de succès et s'est dit que « chaque petite initiative, à son minuscule niveau, pouvait toutefois rayonner sur un minimum de personnes ».
Sa petite initiative a été de sortir des affiches avec le hashtag #Tous Frères. « J'ai mis ma soeur sur le coup pour m'aider. Et samedi, sur la Place d'Armes, j'ai abordé les gens avec un discours simple: "Il faut inonder les réseaux de messages positifs et fraternels. Parce que nos amis musulmans n'ont pas à se justifier. Qu'au contraire, nous Français, nous devons montrer que nous sommes fiers de notre mixité, parce que nous sommes #TousFrères". »

Page Facebook

Une grosse trentaine de photos ont ainsi été partagées avec des familles, des anonymes, quelques élus, des représentants associatifs et aussi avec l'imam de Poitiers. Depuis, le message continue de tourner sur les réseaux sociaux, chacun est invité à faire un selfie avec l'affichette et une page Facebook a été lancée hier soir. « Comme beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux qui proclament leur fraternité en bouclier au racisme, nous le faisons en images... »

Voir l'album photos: bit. ly/albumTousFreres
Page Facebook: #Tous Frères

Laurence Mondon Samit
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:43

 

À La Une

Si un journal libanais publie une caricature du prophète, il sera déféré devant la justice

 

Charlie Hebdo

Aucun exemplaire de l'édition du jour de Charlie Hebdo dans les kiosques.

14/01/2015

Alors que la presse internationale est divisée sur le fait de publier ou non des caricatures du prophète, le débat est tranché au Liban : aucun média n'a publié, en gros plan du moins, la une de l'édition du jour de Charlie Hebdo. Le magazine lui-même n'est pas disponible au Liban.

Pour son premier numéro depuis l'attaque meurtrière perpétrée mercredi dernier contre la rédaction, le magazine satirique a publié en une une caricature du prophète, sur fond vert, couleur de l'islam. Mahomet, la larme à l’œil, porte une panneau sur lequel est écrit "Je suis Charlie", son visage étant surmonté du message "Tout est pardonné".

Si un organe de presse libanais avait publié cette une, cela "n'aurait pas échappé" à la censure, affirme une source haut placée au sein du bureau censure de la Sûreté générale (SG). "Toute atteinte à la religion et à sa dignité est censurée", affirme-t-elle à L'Orient-Le Jour.

 

(Dans le décret-loi n° 2 873, promulgué le 16/12/1959 et notamment son article 9 relatif à la direction de surveillance des imprimés, il est indiqué que la censure agit notamment sur base du respect des sentiments et des sensibilités des citoyens, et pour éviter d'attiser les dissensions racistes et religieuses et que des indications d'application ont été adoptées pour organiser la censure et apporter des éclaircissements aux principes mentionnés dans les lois en vigueur notamment en ce qui concerne ce qui nuit aux religions et appelle à l'adoration de Satan) Plus d'informations ici

 

Que serait-il arrivé si un organe de presse libanais avait décidé de publier la une de Charlie Hebdo sur laquelle figure une caricature du prophète ? "L'organe en question aurait immédiatement été déféré devant le tribunal des imprimés afin d'analyser le dossier", précise la source qui souligne que des sanctions pouvant aller jusqu'à la "fermeture" de l'organe peuvent être envisagées. "La décision finale revient au ministre de l'Intérieur", précise néanmoins la source.

Pour Ayman Mehanna, directeur de l'ONG SKeyes pour la liberté de la presse, tout est question d'interprétation. "La loi sur les imprimés interdit la publication de ce qui incite à la discorde confessionnelle et porte atteinte à la religion ou au culte. Le code pénal interdit également tout ce qui porte atteinte à l'entité divine, explique-t-il. A partir de là, tout est ouvert à interprétation". 

 

"Des peines de trois à six ans de prison"

Pierre el-Khoury, professeur et avocat spécialisé en droit des médias et des nouvelles technologies, rappelle lui que la liberté d'expression et de la presse est inscrite dans la Constitution libanaise (Art. 13 "La liberté d'exprimer sa pensée par la parole ou par la plume, la liberté de la presse, la liberté de réunions et la liberté d'association sont garanties dans les limites fixées par la loi").

En matière juridique, les organes de presse écrite tombent sous le coup de la loi sur les imprimés, qui date du 14 septembre 1962, à laquelle sont venus s'ajouter certains textes de lois, dont le décret-loi 104 du 30 juin 1977 sur les imprimés qui énumère les "interdictions de publier".

Dans l'affaire des caricatures, en cas de publication d'un dessin représentant le prophète, certains pourraient invoquer une atteinte aux bonnes mœurs, une diffamation, une atteinte à l'ordre public, précise Me Khoury.

La diffamation, la calomnie et l'injure sont listés dans l'article 20, chapitre 5 de la partie 1 de la loi sur les imprimés, avec des peines prévues de 3 mois à un an de prison. Dans l'article 75 du chapitre 2 de la partie 3, il est écrit que les marchands de journaux n'ont pas le droit de proposer un contenu contraire aux bonnes mœurs ou portant atteinte au sentiment national ou religieux ou à l'union nationale.

Dans le décret-loi 104, il est stipulé que l'injure et la diffamation sont considérées comme particulièrement graves si elles ont pour objet les ministres, les membres du Parlement, les fonctionnaires et les groupes de personnes en raison de leur origine, de leur appartenance à une ethnie, race ou religion. Le décret-loi 104 prévoit également une peine de détention préventive dans les cas concernant l'atteinte à la dignité du président de la République par la diffamation, l'injure ou l'outrage ou tout ce qui peut constituer un outrage envers les religions et troubler la paix publique ou susciter des dissensions confessionnelle. (source : rapport sur la censure au Liban établi en mars 2003 par l'ONG Nouveaux droits de l'homme au Liban, qui a un statut consultatif auprès des Nations Unies)

L'affaire de la publication peut également tomber sous le coup de l'article 473 du code pénal libanais qui réprime le blasphème public du nom de Dieu, et l'article 474 qui punit l'outrage public à l'un des cultes célébrés en public ou l'incitation au mépris de ces derniers.

Ces articles ont été invoqués à plusieurs reprises dans le cadre de plaintes contre le virtuose libanais du oud, Marcel Khalifé. Ce dernier a été poursuivi en 1996, 1999 et 2003, pour sa chanson Je suis Joseph, Oh Père, écrite par le poète palestinien Mahmoud Darwiche, rappelle M. el-Khoury. M. Khalifé était accusé d'insulter les valeurs religieuses en incluant deux lignes de versets d'un chapitre du Coran. Le procureur reprochait à l'artiste d'"insulter les valeurs religieuses en utilisant un verset du Saint Coran sur Joseph dans une chanson". Le chanteur et compositeur risquait entre six mois à trois ans de prison pour insulte publique de la religion (article 474 du Code pénal libanais) et un mois à un an de prison pour blasphème (article 473 du Code pénal). Ghada Abou Karroum, la juge chargé du procès, avait rejeté la demande du procureur, et déclaré le chanteur innocent.

En rupture de stock à travers la France quelques heures seulement après avoir été massivement distribué dans les points de vente, le premier numéro post-attentat de Charlie Hebdo n'est pas disponible au Liban, a confirmé à L'Orient-Le Jour un responsable au sein de la société Messageries du Moyen-Orient de la Presse et du Livre (MMO), qui importe notamment des titres de la presse étrangère. "Nous n'avons pas le titre dans nos commandes. Nous avons contacté l'éditeur de l'hebdomadaire, mais celui-ci n'avait aucun numéro prévu à l'export à destination de Beyrouth", indique la source au sein des MMO. Les Messageries n'ont d'ailleurs jamais importé de "Charlie Hebdo" à destination du marché libanais, et ce en raison du "faible rendement" du journal avant l'attentat, ajoute la source. Propos confirmés par la source au sein de la Sûreté générale, qui affirme n'avoir jamais enregistré d'entrée de numéros de Charlie Hebdo au Liban.

Matthieu KARAM

En bonus, l'un des commentaires lu sur le journal que je voulais partager.


"SI UN ARTISTE TRÈS DOUÉ RENCONTRE MOHAMMED DANS SON RÊVE, CE SONT DES CHOSES QUI PEUVENT ARRIVER NON ? IL N'A PAS LE DROIT DE REPRODUIRE CE QU'IL A VU ? SON PORTRAIT ."

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 09:04
Dessin de Ruben.

Dessin de Ruben.

Pendant que la presse mondiale se penchait sur l'actualité de la France, le monde entier tournait le dos à la tragédie terroriste au Nigéria

NIGERIA

Massacres de Boko Haram : où sont les unes chocs ?

Alors que le monde est mobilisé pour sauver Charlie de la barbarie intégriste, le Nigeria est au bord de l'explosion, dans une certaine indifférence. Dans la foulée de la mobilisation de Paris, des journalistes alertent l'opinion internationale sur le péril Boko Haram.

 


Un journaliste en colère. Le Sud-Africain Simon Allison, qui a couvert de nombreux conflits africains, dans l’excellent Daily Maverick. Colère contre l’oubli, contre le silence.

"Il y a massacres et massacres, écrit Allison. Le massacre de Paris était effrayant, mais ce n’était pas la pire chose qui s’est passée la semaine dernière. Et de loin. Au nord-est du Nigeria, dans la ville de Baga – où tout du moins à l'endroit sur la carte où se trouvait autrefois Baga, parce qu'il n'y a plus grand-chose de cette localité maintenant. Pendant cinq jours, les combattants de Boko Haram sont entrés dans la ville et ont anéanti hommes, femmes, enfants. Le nombre de morts varie, mais Amnesty International a cité des rapports suggérant qu'il pourrait y avoir jusqu'à 2 000 victimes – ou l'équivalent approximatif de 133 attaques [117 précisément, si le bilan est confirmé] de Charlie Hebdo." Selon The Times, le gouvernement nigérian estime cependant le bilan du massacre à "seulement" 150 morts.

Le monde est resté silencieux

Et le journaliste de constater avec regret que le massacre de Baga n’a pas inondé la presse mondiale d’éditoriaux passionnés, de couvertures chocs ou d'éditions spéciales. "Même au Nigeria, les 17 morts à Paris ont obtenu plus de presse que les centaines et centaines de morts à la maison, selon l'analyste des médias Ethan Zuckerman, qui a également souligné que le président du Nigeria Goodluck Jonathan a exprimé ses condoléances à l'Etat français mais n'a rien dit rien de Baga."


Et Allison, de conclure : "Plus de 2 000 personnes sont mortes, et le monde est resté silencieux. Pis, l’Afrique est restée silencieuse. Donc, oui, nous sommes Charlie, mais nous sommes encore plus Baga. Notre indignation – et notre solidarité – des horreurs de Paris est aussi un symbole de la façon dont nous, Africains, négligeons nos propres tragédies et donnons la priorité aux vies occidentales au détriment de nos propres vies."

La tragédie du silence

Le quotidien britannique The Guardian s'interroge : "La seule question qui doit être posée est comment cette menace terroriste a-t-elle pu se développer dans des proportions si effroyables, tuant des milliers de personnes et en en déplaçant des millions, dans un Nigeria démocratique depuis dix ans ? Et comment l'arrêter ?"

Comme en écho, l’éditorial du quotidien This Day, de Lagos, appelle au secours sous le titre : "Sauver le Nigeria". "La balkanisation du Nigeria serait un désastre pour les Africains et les peuples noirs", écrit l’auteur de l’article, qui considère en premier lieu que ce sont les Nigérians et les Africains qui sauveront ce pays. "Le Nigeria peut survivre en 2015, c’est la question que chacun se posera en élisant notre prochain chef de l'Etat." Autant dire demain, car le vote fatidique est prévu le 14 février.

 

Ousmane Ndiaye

 

Contexte: la secte Boko Haram s'est développée au début des années 2000 dans le nord du Nigéria (musulman), pays pauvre (60% de la population vit avec moins de 2 dollars par jour), mais véritable géant démographique (170 millions d'habitants en 2012, et selon les estimations avec les statistiques actuelles, 440 millions d'habitants en 2050 et plus de 900 millions en 2100, selon l'ONU) de l'Afrique. La bascule dans la terreur de cette région serait d'autant plus dramatique en termes de crimes contre l'humanité.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 13:21
Un million, puis trois, puis cinq millions de Charlie Hebdo N°1178 imprimés
Des buralistes qui ont été dévalisés de leurs Charlie Hebdo parfois en seulement moins de 10 minutes!
Déjà des profiteurs qui vendent à prix d'or le dernier numéro sur eBay
Les Français contents Charlie Hebdo Wolinski
D'après Wolinski, Charlie Hedbo, N°166, 21 Janvier 1974.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:33

Ce mercredi sort le numéro 1178 de Charlie Hebdo (tiré à un, puis trois puis cinq millions d'exemplaires, certains ayant déjà réservé leur journal) à la Une duquel on retrouve une nouvelle caricature de Mahomet. Après la tragédie de la semaine passée, le journal satirique est en position "d'intouchable". Plus grand monde n'aurait l'audace de se démarquer en faisant remarquer que celle-ci arrive "à un moment inopportun" en "rajoutant de l'huile sur le feu" et que la liberté devrait faire place "à la responsabilité". Et encore moins que Charlie Hebdo est un journal "beauf raciste" qui a perdu l'esprit de ses débuts. Ironie du sort, c'est en publiant des caricatures avec à la Une Mahomet dans un fauteuil roulant poussé par un juif orthodoxe sous le titre "Intouchables 2" que le journal avait du subir un tir croisé d'une très grande, trop grande majorité de la classe médiatico-politique.

En effet, dans un contexte dit "sensible", le journal avait publié ces dessins alors que le "monde musulman" était traversé par des tensions à la suite d'un film américain de série Z ("Innocence of Muslims") sur la vie de Mahomet d'une qualité que chacun est libre de jugé.

Retour sur l'agitation politique de la mi-septembre 2012, alors que quelques mois, en novembre 2011, les locaux de Charlie avaient été incendié à la suite d'une attaque au coktail molotov, à la suite de la publication d'un numéro spécial, surnommé "Charia Hebdo".


2 Novembre 2011

Les locaux de Charlie Hebdo victimes d'une attaque d'intégristes

 


 

18 Septembre 2012

L'annonce des nouvelles caricatures du prophète Mahomet

"On ne craint rien, on est en France. [...] Le seul risque, c'est de passer au tribunale car on aurait offensé quelqu'un. C'est exactement le seul risque que je crains." Charb

 


 

 

19 Septembre 2012

Laurent Fabius (Ministre des Affaires Etrangères) s'interroge sur la pertinence de mettre "de l'huile sur le feu" sur France Info

 

"C’est pour ses valeurs et sa liberté que la France a été attaquée aujourd’hui. Français unis contre la barbarie. "

Tweet de Laurent Fabius du 7 Janvier 2015


"Le contexte mondial ne sera jamais favorable à rigoler de l'islam radical ou des religions en général, donc si on tient compte du contexte, on parle plus de rien, jamais". Charb

Où Manuel Valls (Ministre de l'Intérieur) appelle chacun à faire preuve de "responsabilités"

 

"La seule réponse à la barbarie, c'est ce cri universel de la France, ce cri de liberté. "

Tweet de Manuel Valls du 7 Janvier 2015

Voir l'image sur Twitter

Manuel Valls, Premier ministre, sortant du Conseil des Ministres le Mercredi 14 Janvier 2015, avec le numéro 1178 de Charlie Hebdo avec à en couverture une caricature de Mahomet faite par Luz. Capture d'écran de BFMTV .

 

Où Charb trouve que Ayrault devrait "soutenir la liberté de la presse et de la République"

 


 

"Anonymes et dirigeants du monde entier réunis pour défendre la liberté, exceptionnel moment de communion républicaine

 

 


 

 

 


 

Aux Etats-Unis, le porte-parole de la Maison Blanche souhaitait, lors d'une conférence de presse que ces caricatures "ne soient pas diffusées".

 

Décembre 2013

Où Charb défend son journal face aux accusations de racisme, comme celles de Pascal Boniface qui évoque un journal devenu "beauf' raciste"

 

"Rendre responsables massacre ceux qui critiquaient Charlie est odieux contraire à union nationale.Liberte d expression est pas un monopole "

Tweet de Pascal Boniface du 10 Janvier 2015.

 

14 Janvier 2015: Daesh consitue une dictature en Syrie et en Irak et multiplie les cyber-attaques, Boko Haram multiplie les massacres et le "monde occidental" redoute de nouvelles attaques sur son sol. Autant dire que le contexte pourtant sacro-saint n'est désormais plus un problème. En espérant que ce ne soit pas des postures de circonstances, on verra bien ce qu'il se passera dans les prochains mois.

Parce que nombreux dirons:"Oui je suis pour la liberté d'expression MAIS...". Et voilà, c'est ce putain de MAIS qui pose une barrière invisible, une limite posée qu'il faudrait dès lors ne pas franchir. Sans tout mélanger: le racisme, le négationnisme, l'homophobie utilisent le bouclier de cette dite liberté pour se répandre, et elles font du mal surtout à la liberté. Or, en France, hormis en Alsace-Moselle, il n'y a plus de délit de blasphème.

Alors oui au blasphème et surtout merci de ne pas donner de contexte à l'humour, à la caricature. Parce que poser des limites temporelles à l'humour, c'est faire le jeu de ceux qui veulent nous faire perdre notre liberté, c'est faire le jeu de ceux qui veulent faire du mal à notre République.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 09:02

500000.jpg

Quelques jours après la célébration du  3000eme article de PourquoiPasPoitiers, j'avais un autre cap à franchir, symbolique à mes yeux: les 500.000 visiteurs uniques depuis la fondation du blog en 2007.

Evidemment, la joie est là, et je ne saurais infiniment vous remercier de votre fidélité, de votre curiosité à suivre mes déambulations blogguesques.

Evidemment, lorsque l'on est un amateur comme moi, la symbolique du demi-million, ce n'est pas rien, bien que je ne fasse tout cela que pour le plaisir, et que j'use tant que je peux de cette liberté qui m'est donné, quand d'autres, des bloggueuses et des bloggueurs bien plus compétents, originaux et courageux que moi prennent des risques pour exprimer leur pensée à travers le blog, risquant la prison, ou tout simplement leur vie.

Evidemment, je vais poursuivre l'aventure pour aller franchir la borne, symbolique, du million de visiteurs uniques, sans vous promettre que je ferais mieux, que je serais toujours pertinent. C'est ma liberté de vous proposer un contenu, c'est votre liberté de me lire, ou pas.

Et cependant, ma joie, mon bonheur, mon plaisir sont contenus. Parce que cette barre a été franchi lors de l'un des jours les plus sombres de la République.

C'était le Mercredi 07 Janvier 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:26

Foule-rassemblee-place-d-armes-Poitiers.JPG

Poitiers, Place d'Armes, Dimanche 11 Janvier 2015.

 

Du plus sombre peut naître le meilleur. Ainsi est faite l'Histoire.

Après l'une des plus épouvantables semaines qu'a connu la Cinquième République (n'oublions pas les temps obscurs de la Guerre d'Algérie) va venir le temps des questions, des querelles, des polémiques. Quelles réponses apportées aux questions qui nous ont été posées cette semaine? A quoi aura servie cette mobilisation historique, unique dans la longue Histoire de la France si rien ne change? Que dira-t-on lorsque de prochaines caricatures du prophète Mahomet seront publiées?

Des banlieues à notre école, de notre systême judiciaire au fonctionnement de nos organes de renseignement, c'est l'ensemble de notre modèle républicain qui est à repenser.

On évoque, à juste titre, la prise de conscience du caractère unique de la France dans le monde, terre d'accueil et de liberté. Mais 2015 est une année d'élection. A la fin mars prochain, l'extrême-droite risque de s'emparer de plusieurs Conseils départementaux, réalisant ainsi des scores qu'elle n'a jamais connu lors d'un scrutin dit local. Alors que nous aurions besoin de plus d'intégration, plus de tolérance, les urnes risquent d'indiquer que les électeurs souhaitent davantage d'isolement, de plus de sécurité au détriment des libertés.

Cette séquence de la tuerie de Charlie Hebdo et de ses suites nous a fait oublier, le temps de quelques jours nos difficultés économiques. Mais elles sont toujours présentes. Et affaiblissent directement l'action de l'Etat. Et par conséquence, celle de l'Ecole. Car comment des enfants de la République ont-ils pu basculer dans le camp de la haine? Oui, bien que barbares, ce sont des Français qui ont tué des Français, pour ce qu'ils faisaient, pour ce qu'ils étaient.

Les banlieues françaises ont été laissées pour compte durant de trop nombreuses années. J'en veux pour preuve la crise de l'automne 2005. Ce n'est pas la religion ou l'immigration qu'il faut mettre sur le banc des accusées, au contraire vu qu'elles sont l'identité et la richesse de la France. C'est la précarité, la pauvreté, le sentiment d'abandon de la République que beaucoup trop ressentent dont il faut s'occuper.

En basculant dans la délinquance et en allant en prison, ils ont découvert non pas la religion musulmane dans ce qu'elle a de meilleur, mais dans l'islamisme radical, créeant le risque de faire naître des amalgames en mêlant à leur folie meurtrière des Musulmans parfaitement intégrer dans notre République. Les meurtriers, nous les connaissons, mais quid de ceux qui attendent de passer à l'acte, ces cellules dormantes qui vont agir et chercher à nous frapper?

Face à cela, les services du renseignement vont devoir se réorganiser. Va-t-on accepter que nos communications soit écoutées, interceptées par une agence de l'Etat du type NSA, en sacrifiant une partie notre liberté au profit de notre sécurité? Qu'ils agissent au nom d'une religion qu'ils bafouent, qu'ils agissent au nom d'une nation dont ils salissent les valeurs (en s'attaquant par exemple à des lieux de culte), comment intercepter ces individus, connus ou inconnus pour le moment, avant qu'ils ne passent à l'acte sans pour autant s'insérer dans la vie privée de chacun d'entre nous?

Ce 11 janvier, un peu partout sur le territoire de la République, de l'Hexagone à la Corse, ainsi que dans les différents territoires d'Outre-Mer (que nous autres "métropolitains" avons parfois tendance a oublié), des espoirs immenses sont nés afin que quelque chose de meilleur naisse. De nombreuses questions se posent et les querelles partisanes reprendront de plus belle, car ainsi il en va de la société démocratique. A nous, collectivement, en tant que citoyen(ne)s d'y apporter de bonnes réponses. Afin que plus jamais une telle horreur ne se reproduise dans notre République.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 08:44

Illustration de Los Paseos de TD, prise le Mercredi 7 janvier 2015.

 

A l'initiative d'un Poitevin, un événement Facebook a été lancé pour un rassemblement dimanche à 15h à Poitiers (place Leclerc). "Pour les républicain(e)s qui ne peuvent pas aller à Paris dimanche mais qui veulent manifester leur attachement à la liberté d'expression, et rendre hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo".



Un rassemblement est également prévu samedi à 15h, à l'initiative du club de la presse de la Vienne. A cette occasion, les Poitevins seront invités à écrire (ou dessiner) sur des recueils qui seront ensuite envoyés à la rédaction de Charlie Hebdo.

 

Pris sur Centre-Presse.fr, Vendredi 9 janvier 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg