Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 09:10

Capacité maximale d'un stade en France: le Stade de France, 81338 places depuis 1997

Stade-100000-places-Vincennes--JPG

Légende

Depuis longtemps, on en parle. Voici le fameux stade de 100.000 places semble devenir réalité. Un jury vient de retenir cette maquette réalisée par les architectes  Henry Bernard, Gondel et Dhuit (ces deux derniers sont les créateurs de la piscine de Poitiers). Un conseil interministériel aujourd'hui, doit l'accepter définitivement, et voter une subvention Il sera construit dans le bois de Vincennes. (AP)

 

Centre Presse, fin février 1965.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 08:28

Depuis la fin du XIXe siècle, les barils de pétrole sont conventionnellement bleus. © racineur, Flickr, cc by nc nd 2.0

Illustration prise sur futura-sciences.com

Peu de choses qui se passent dans le monde ont des conséquences aussi importantes, diverses et internationales que la chute des cours du pétrole.

Une dynamique révolutionnaire de redistribution mondiale des revenus est en marche. Rien que ces six derniers mois, les cours du pétrole ont chuté de 40%. Cela représente un transfert annuel équivalent à 2% du PIB mondial qui va des producteurs aux consommateurs. C’est un manque à gagner de 316 milliards de dollars pour les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Et l’Opep ne compte aujourd’hui que pour 35% du marché mondial (contre 50% en 1974). Les Etats de cette organisation ainsi que d’autres pétro-Etats comme la Russie subiront une considérable réduction de leurs revenus pétroliers, ce qui les obligera à opérer de douloureux ajustements économiques.

Des économies pour les consommateurs

Du point de vue des consommateurs, les prix à la baisse du brut dans le monde entier représentent une économie de plus de mille milliards de dollars. Pour les Américains, cela équivaut à une réduction d’impôts de 110 milliards de dollars. Pour la Chine, chaque dollar de moins sur le prix du baril implique une économie annuelle de 2,1 milliards de dollars. L’agriculture mondiale bénéficiera aussi de cette tendance baissière. Un dollar de production agricole consomme cinq fois plus d’énergie qu’un dollar de production manufacturière.

On connaît les raisons de cette chute des prix de l’or noir. La consommation d’énergie a diminué parce que la croissance de l’économie mondiale est faible et que l’offre a augmenté de façon spectaculaire grâce aux nouvelles technologies principalement exploitées aux Etats-Unis. De 2008 à aujourd’hui, la production pétrolière des Etats-Unis a cru de 80%. Cette croissance dépasse à elle seule la production cumulée de chacun des pays de l’Opep, moins l’Arabie saoudite.

Nul ne sait combien de temps durera cet épisode, mais il est évident que les prix finiront par remonter si la consommation augmente ou si la production baisse en raison de conflits internationaux, de troubles sociaux, d’accidents climatiques ou d’événements d’une autre nature.

 

L’un des indicateurs des prix est le marché des contrats à terme. La commande d’un baril de pétrole pour 2020 coûte autour de 85 dollars. Or, le prix actuel est inférieur à 70 dollars le baril. Les opérateurs internationaux les plus pessimistes proposent des contrats de livraison pour décembre 2015 à un montant de 40 dollars le baril.

D’énormes répercussions si les prix restent bas

En tout état de cause, les experts s’accordent à dire que les prix du pétrole resteront en dessous de la moyenne des trois dernières années. Si tel est vraiment le cas, les conséquences seront d’une ampleur considérable.

Parmi les pays producteurs de pétrole, les plus sévèrement touchés par la crise des prix bas seront le Venezuela et l’Iran. Dans la mesure où le gouvernement vénézuélien n’a pas su gérer l’économie alors que le prix du baril dépassait les 100 dollars, on voit mal comment il pourrait mieux se débrouiller avec un baril à 62 dollars (le pétrole du Venezuela est le moins cher par rapport à la moyenne mondiale). Pour couvrir ses dépenses publiques, Caracas doit bénéficier d’un prix supérieur à 120 dollars par baril. Cette crise pourrait contraindre le gouvernement du Venezuela à limiter ces livraisons de pétrole à prix subventionné à ses voisins, créant alors une grave crise économique à Cuba et en Jamaïque entre autres.

En Iran, la chute des revenus issus de ses exportations de pétrole s’ajoute à des sanctions internationales qui handicapent déjà sévèrement son économie. De fait, il est probable que ces faibles cours du pétrole aient un plus fort impact que ces sanctions compte tenu de l’importante part du pétrole dans les recettes de l’Etat.

Reste à voir si la crise économique poussera l’Iran à chercher un accord nucléaire avec la communauté internationale pour tenter d’obtenir un allègement ou une levée totale des sanctions. Mais le Guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, est capable de faire fi de l’état de l’économie qui pénalise ses concitoyens et de se fonder uniquement sur des calculs politiques pour prendre ses décisions.

La Russie connaît une situation du même ordre. Son économie souffrait déjà de circonstances défavorables aux investissements, d’une fuite massive des capitaux et des sanctions imposées par l’Europe et les Etats-Unis. Sa monnaie s’est dévaluée, son marché boursier s’est effondré, l’inflation est en hausse; le pays est entré en récession. Autant dire que 2015 sera une rude année pour Vladimir Poutine et encore plus pour le peuple russe.

Ce ne sont là que quelques-unes des conséquences de la chute des prix du pétrole. Il y en a beaucoup d’autres, la plus importante étant peut-être que de nombreuses sources d’énergie moins polluantes (solaire, éolienne, etc.) deviendront plus chères et peu compétitives. Cette situation n’encourage par ailleurs ni l’épargne, ni l’efficacité énergétique. L’ironie de cette situation, c'est que même lorsque le pétrole était cher, il n’y a pas eu de grande impulsion pour favoriser les énergies renouvelables. On a imaginé au contraire de nouvelles formes de production pétrolière.

Finalement, bien peu de choses qui se passent dans le monde ont des conséquences d’une telle portée, aussi diverse et internationale, que la chute des cours du baril de pétrole.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 08:49

Le Vectra 250 et le Tensio 2000


 

Le kit chaîne stéréo


 

Le Message à caractère informatif, vers 1999/2000.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:51

CONTES DE NOEL A TOULOUSE:

Le pillage tranquille d'un mammouth

 

  http://marquesdisparues.voila.net/Mammouth/MammouthPubde1976.jpg

Publicité Mammouth de 1976. Illustration prise sur marquesdisparues.voila.net

 

Vendredi soir, à l'heure de la grande foule, les caissières CGT de l'hyper-marché Mammouth de Toulouse, se mettent en grève et quittent leurs caisses. Malgré les appels désespérés du directeur, plusieurs centaines de clients emplissent leurs caddies et partent sans payer...Quinze millions de francs disparaissent en quinze minutes, dans la joie générale.

Au Mammouth de Toulouse, vendredi soir, les caisières déclenchent une grève sauvage. - Elles quittent leurs caisses. - Des centaines de clients emplissent et partent sans payer. - Le directeur de l'hyper-marché ne portera pas plainte.

 

1000 personnes un vendredi soir vers 21h45 dans les rayons d'un hyper-marché de Toulouse, un Mammouth qui écrase les prix. Les rayons célèbrent la grande bouffe de Noël. Des milliers de bouteilles, des tonnes de victuailles, des dizaines de milliers d'huîtres. Le temple croule sous les cargaisons d'offrandes payantes. Les rois mages de la société de consommation ont pourvu au nécessaire. Il suffit de payer pour avoir de quoi se faire péter la sous-ventrière et mourir comme les héros du film de Ferreri de sur-consommation.

On y croise, à cette heure tardive, des gens aux yeux embués de larmes. Malgré le désir qui jette leurs mains vers tous les rayons à la fois, ils doivent recompter mentalement leurs sous des centaines de fois, à tel point qu'ils frôlent la dépression nerveuse. Certains, n'en pouvant plus, décident de passer outre à la raison et s'offrent une coûteuse exception. Des envies grosses comme un kilo de foie gras et une caisse de bouteille de champagne, durement refoulées, les mains moites qui s'accrochent au guidon du caddie, les yeux ivers d'abondance. D'autres profitent d'un angle mort, l'oeil en embuscade pour faire disparaître, qui un fromage, qui une petite bouteille de vodka.

Les quarante caissières sont en sueur. Elles enfournent les millions anciens en cadence. Les néons, les annonces publicitaires, la vue de ces milliers et milliers de produits souvent inaccessibles, les cris des caissières, la course insensée des caddies, les embouteillages devant certains rayons, les queues de poisson, les coups de gueule. Mammouth devient agressif: il est au bord de la crise de nerfs générale. Il y a de la casse dans l'air. C'est Noël.

Il est 21h45 et les quarante caissières déclenchent une grève sauvage. Elles s'arrêtent brusquement, autant pour jouir de l'effet que pour obtenir une augmentation de salaire, que la direction, habituée à répondre à toute revendication par un licenciement, refuse. Les quarante caissières sont devenues quarante fées pour 1000 clients, elles abandonnent les caisses aux acheteurs interloqués. Quarante jeunes femmes, quarante fées leur offrent le magasin, comme Jésus avait de son temps chassé les marchands du temple. Mammouth est libéré.

La direction "demande à son aimable clientèle d'abandonner les caddies et les marchandises et de sortir par la porte centrale". Cet appel désespéré, le directeur le répète cinq fois. Mais il ne peut rien contre Noël et les quarante fées. Les surveillants chargés de dépister les voleurs regardent impuissants, la ruée vers la sortie, de centaines de caddies débordant de bouteilles, de victuailles, de dizaines de saucissons, d'autant de produit surgelés pour des gens qui ne possèdent pas de congélateurs. Le plaisir prend le pas sur la nécessité. Le père Noël s'est emparée de Mammouth: les clients peuvent se servir. Et ils se servent. Quinze millions d'anciens francs disparaissent en quinze minutes. Seules six personnes, plus frustrées que les autres, laisseront un chèque à des surveillants désemparés. "On a moins l'impression de voler lorsque ça se passe comme ça dans une grande surface que chez le petit épicier de quartier", entend-on  en manière d'excuse. Voler une société anonyme, ce n'est plus voler.

Les pillards de Toulouse sont naturellement d'honnêtes gens. Il a suffit de quarante fées pour que le vernis de "bonne éducation" vole en éclats. Le nombre achevait d'abolir le risque, comme cela se passe dans les grands pillages. Il suffisait, comme des milliers d'autres d'ailleurs qui se retrouvent devant des tribunaux de flagrants délits. Voler dans les grands magasins est devenu une manière normale de faire son marché. Pas une entreprise à grande surface qui ne planifie la faucge dans son budget.

La morale de ce conte de Noël très moral, c'est que les Français sont moins cons que certains ne plaisent à dire.

 

Serge July

 

Libération, Lundi 20 Décembre 1976.

*: selon L'Humanité du 21 Décembre 1976, les caissières du Mammouth de Toulouse touchaient 1600 francs par mois quand leurs collègues de Carrefour et Euromarché de Toulouse gagnaient à conditions identiques 2000 francs.

NdPPP: pour les Toulousain(e)s, le Mammouth en question (10000m²) est devenu un centre commercial Auchan en 1997, situé sur la route de Lavaur.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 09:31

Un véritable voyage dans le Poitiers des années 1960, en pleine mutation.

Saurez-vous reconnaître chacun des lieux filmés, sachant que nombre d'entre eux ont énormément évolué?!

 

L'évolution de Poitiers au crépuscule des années 1960,

présentée par le maire Pierre Vertadier

 

ORTF, 24 Octobre 1967.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 09:03

Portrait de Louis Armand, président de la SNCF de 1955 à 1958. Illustration prise sur sncf.com

 

Les propos de Louis Armand, de l'Académie Française

 

La grande peur de l'An 4.000

 

Quand on parlait, il y a vingt ans, du développement des matières plastiques, les auditoires français étaient plutôt réservés. Ils manifestaient la plus grande réticence vis-à-vis de ces "ersatz". C'est le nylon et l'importance qu'y ont attaché les femmes qui ont conquis pour les matières plastiques le droit de cité dans notre vie quotidienne. Celles-ci remplacent maintenant les textiles naturels, les métaux, le bois, le verre. Ainsi - fait récent - elles sont utilisées pour les casiers à bouteilles comme pour les bouteilles elles-mêmes.

Une des apparitions les plus sensationnelles et les plus importantes est celle de plastiques renforcés de fibres de verre, c'est-à-dire d'un matériau analogue au béton armé. Il offre l'avantage d'une très forte résistance pour un poids et une épaisseur faible. On peut envisager, grâce à lui, l'allègement des constructions ou, à poids égal, un renforcement de la résistance.

 

Le vertige du plastique

 

En ce début de l'ère du plastique, les techniciens peuvent avoir le vertige devant le nombre de combinaisons possibles entre les éléments qui constituent ce matériau. L'industrie des matières plastiques, qui caractérise la deuxième révolution industrielle, montre de façon spectaculaire comment nos techniques se rapprochent de celles de la vie; les plastiques sont constitués, en effet, des mêmes atomes que notre chair: le carbone, l'oxygène, l'azote, le soufre,etc. La nature ayant pu réaliser des combinaisons extrêment variées - du bois au cerveau - avec un très petit nombre d'éléments, il n'est pas étonnant de retrouver cette diversité dans les plastiques.

La multiplication des espèces de plastiques a été accrue du fait que, pour assembler des molécules, on peut faire appel, non seulement à la chaleur associée à des catalyseurs - processus qui a été longtemps le seul utilisé industriellement - mais aussi à l'énergie de radiations électromagnétiques, notamment du type rayons X ou rayons gamma. On se rapproche encore plus de la sorte, des voies de la nature qui utilise la lumière - radiation, elle aussi - pour constituer les molécules organiques. Toute l'herbe des près a été fabriquée, à partir des éléments de l'environnement, par la cholorphylle, sous l'effet de la lumière. Mais si de la lumière naît le vivant, les rayons X et gamma, qui sont des radiations de beaucoup plus haute énergie, sont nocifs à la vie, comme on le sait. Or ces radiations baignent tout l'univers. Si, venant du soleil, elles tombaient directement sur la terre à la façon dont elles atteignent la lune, toute vie serait impossible sur notre planète. La terre est protégée par son atmosphère et par son champ magnétique qui écarte une partie du flux des particules venant du soleil.

 

La menace des rayons gamma

 

Cet écran protecteur magnifique n'a pas été constant: neuf fois au cours des 4 millions d'années écoulées, le champ magnétique de la terre s'est mystérieusement enversé, c'est-à-dire que le pôle nord est devenu le pôle sud, magnétiquement parlant. Pendant la période de renversement il n'y a pas de champ protecteur et les radiations nocives atteignent la terre, avec une grande intensité, agissant directement sur les êtres vivants.

Les savants ont calculé que le prochain renversement se situerait vers l'année 3991. Il faut s'attendre à cette époque à de sérieuses transformations du monde vivant. En particulier, compte tenu de ce qu'on peut savoir, on doit redouter un certain nombre de mutations d'espèces et de graves difficultés pour l'humanité. La peur de l'an 1000, on nous l'a racontée; l'an 2000 fait peur pour d'autres raisons: la faim, le nombre des Chinois, l'encombrement des villes par les autos; on n'a pas encore, à vrai dire, beaucoup d'informations sur la peur de l'an 3000, mais la peur de l'an 4000 paraît devoir dépasser toutes, du fait de ce qu'on vient de dire: peut-être que cette considération devrait nous permettre d'envisager, avec plus de sérénité, notre prochain changement de milénaire?

 

Réalités, N°270/271, Juillet Août 1968.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 09:00

loi-1905-2

Emile Combes rompant les liens entre l'Eglise et la République. Illustration prise sur www.deblog-notes.com


Article 1


La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.


Article 2

La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes.

Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. 

[...]


Retrouvez l'intégralité du texte de loi sur legifrance.gouv.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 09:19

Allumettes socialistes PS

Un carton d'allumettes du Parti Socialiste. Illustration de 2007.

C'est à la surprise générale que la ville de Poitiers a été désignée par la voix de Jean-Christophe Cambadélis pour accueillir le prochain congrès du Parti Socialiste, le 77ème depuis la fondation de la S.F.I.O. en 1905.

C'est la première fois que ce grand symposium socialiste se déroule à Poitiers, dans la Vienne, mais pas dans la région Poitou-Charentes. En effet, la première session du 35ème congrès de la S.F.I.O. s'est déroulée à Royan (17), où a été enregistrée la "non-réintégration" de Marceau-Pivert (tendance gauche révolutionnaire), ainsi que la dissolution de la Fédération de la Seine. Un congrès qui avait fait quelques victimes. Léon Blum (ancien chef du gouvernement depuis le 10 Avril 1938), selon l'Humanité, présent à Royan, est très applaudi.


 

Le compte-rendu du congrès de Royan de 1938, illustration prise sur bataillesocialiste.wordpress.com

Donc en juin prochain, vu la tournure des affaires, on peut s'attendre à voir fleurir dans les journaux le titre "La Bataille de Poitiers" à maintes reprises pour évoquer ce congrès qui sent le souffre avec au moins deux camps, les pro-gouvernement contre les frondeurs.

Quid de ce qu'il en ressortira? Pas évident de le savoir, d'autant plus que l'on risque surtout de voir un affrontrement de personnalités, avec le besoin de compter ses forces pour chaque écurie avec la perspective des présidentielles de 2017, mais aussi, et parce que cela rythme chaque congrès, un festival de "petites phrases".

Avec la possibilité de voir plusieurs ministres faire le déplacement, cela risque d'être un peu compliqué de circuler aux abords du Parc des Expositions en juin prochain.

On verra bien si le congrès accouche d'une synthèse, ou d'une souris.

Ci-dessous, un Tour de France des cités ayant accueilli un congrès du PS depuis sa fondation, en 1969.

LOGO PS ROSE SOCIALISTE

1969

Mai

Alfortville (94)

 

Juin

Issy-les-Moulineaux (92)

1971

Epinay-sur-Seine (93)

 

1973

Grenoble (I) (38)

 

1975

Pau (64)

 

1977

Nantes (44)

 

1979

Metz (*) (57)

1981

Janvier

Créteil (94)

Octobre

Valence (26)

 

1983

Bourg-en-Bresse (01)

 

1985

Toulouse (I) (31)

 

1987

Lille (59)

 

1990

Rennes (35)

 

1991

L'Arche de la Défense (92)

 

1992

Bordeaux (*) (33)

1993

Le Bourget (93)

 

1994

Liévin (62)

 

1997

Brest (29)

 

2000

Grenoble (II) (38)

2003

Dijon (21)

 

2005

Le Mans (72)

 

2008

Reims (51)

 

2012

Toulouse (II) (31)

 

2015

Poitiers (?) (86)

(en attente de validation par les instances nationales du parti)

 

*: la tradition veut que les congrès se déroulent dans une municipalité dirigée par le PS. A deux reprises toutefois, il s'est tenu dans une ville contrôlée par la droite.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les miscéllannées
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg