Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:58

 

Roumanie 1989

A la Une de la Nouvelle République, Mardi 19 Décembre 1989.

Roumanie: l'armée contre l'émeute

 

Les premières émeutes en Roumanie contre le régime de Nicolae Ceauscecu depuis le début de la vague de libéralisation en Europe de l'Est samedi et dimanche  à Arad et Timisoara, ont été particulièrement violentes, selon tous les témoignages de voyageurs et de témoins oculaires.

Des estimations très contradictoires circulaient hier soir sur le nombre des victimes. Le porte-parole à Paris de la Ligue des Droits de l'homme en Roumanie, a déclaré qu'il n'avait pas confirmation pour l'instant d'éventuels décès de manifestants. Selon une source sûre, à Vienne, un témoignage a fait état d'un mort. A Belgrade, l'agence yougoslave Tanjug a indiqué que deux personnes avaient été tuées.

 

Combien de morts?

 

D'autres estimations font quant à elles, état de véritables massacres. L'écrivan germano-roumain William Totok, affirmant citer des témoins, a souligné que les soldats avaient tiré sur la foule, tuant 300 à 400 personnes et en blessant une centaine d'autres.

Deux étudiants en médecine de nationalité syrienne employés dans un hôpital de Timisoara, et qui quittaient hier la Roumanie, ont quant à eux, fait état d'"au moins 1.000 morts".

"Nous avons vu défiler à la morgue de l'hôpital au moins 1.000 corps au cours de la journée de dimanche", a indiqué l'un d'entre eux, en soulignant que les corps portaient tous des traces de balles.

Tous les témoignages soulignent en tout cas la violence des heurts entre la police, les unités secrètes et les soldats roumains d'une part, et environ 5.000 manifestants de l'autre, jeunes étudiants en majorité, à Timisoara, ville de 300.000 habitants, où vivent en majorité des Roumains de souche allemande et hongroise.

Ces manifestants protestaient contre l'arrestation du pasteur protestant Laszlo Tokes, défenseur des droits de la minorité hongroise en Transylvanie qui a été emmené avec sa femme vers une destination inconnue par la police secrète.

"J'ai vu des chars, des vitres brisées et des soldats baïonnette au canon qui chargeaient la foule", a raconté un voyageur, interviewé lundi par Radio-Budapest.

"Les manifestants, a souligné un autre, scandaient des slogans hostiles à Ceausescu, "A bas le dictateur", "Peuple roumain, réveillez-vous" et ont arraché des murs ls portraits du conducator avant de les brûler, ainsi que ses livres".

Selon les informations recueillies par la Ligue de défense des droits de l'homme en Roumanie, à Paris, les forces de police sont arrivées avec des chars, des blindés, des canons à eau, accompagnées de soldats baïonnette au canon, tandis que des hélicoptères survolaient la ville. Des tirs ont alors été entendus, tandis que des ambulances circulaient dans la ville.

Des témoignages recueillis à la frontière avec la Yougoslavie, indiquaient que Timisoara étaient encerclée par les forces de l'ordre. Dans la ville même, patrouillaient des tanks et de nombreuses unités de l'armée et de la police.

Dans la ville d'Arad, près de la frontière hongroise, des chars ont patrouillé dimanche et, selon des témoins oculaires, le couvre-feu a été institué dans la nuit de dimanche à lundi. La situation serait redevenue calme dans la journée de lundi, aussi bien à Timisoara qu'à Arad.

Les autorités roumaines n'ont soufflé mot de ces émeutes, comme déjà lors de celles de Brasov en novembre 1987, où 20.000 personnes avaient protesté violemment contre la pénurie alimentaire.

 

On ne sort pas

 

Pour empêcher des témoins d'aller dans les deux villes concernées, les frontières avec Hongrie et la Yougoslavie ont été pratiquement fermées.

Les autorités roumaines ont également interdit aux Autrichiens de se rendre en Roumanie, à l'exception des personnes voyageant à des fins professionnelles.

Quant à Ceauscecu, il est parti, comme si de rien n'était, hier matin pour un voyage officiel en Iran. Il a toutefois laissé à Bucarest sa femme Elena, véritable numéro deux du régime, qui d'ordinaire l'accompagne dans tous les voyages officiels.

Roumanie 1989
La Nouvelle République, Mardi 19 Décembre 1989.

Roumanie 1989
La Nouvelle République, Mi-Décembre 1989.
Vu de l'Occident: le massacre des forces de "sécurité" roumaine
FR3, Soir3, Mardi 19 Décembre 1989.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 09:17

premier numero magazine journal 10 685x920 Les premiers numéros de magazines et journaux

Le premier numéro du jounral Le Monde, paru le Lundi 18 Décembre 1944, mais daté du 19. Illustration prise sur laboiteverte.fr

A NOS LECTEURS

 

Un nouveau journal paraît: le Monde.

Sa première ambition est d'assurer au lecteur des informations claires, vraies et, dans toute la mesure du possible, rapides, complètes.

Mais notre époque n'est pas de celles où l'on puisse se contenter d'observer et de décrire. Les peuples sont entraînés dans un flot d'évènement tumultueux et tragiques dont tout homme, qu'il le veuille ou non, est l'acteur autat que le spectateur, le bénéficiaire ou la victime. En acceptant passivement sa défaite, la France eût consommé sa propre perte. Au contraire, l'appel à la résistance lancé par le général de Gaulle au lendemain de la capitulation, et qui eut un si large écho dans le coeur des Français, a rendu au pays toutes les chances qu'il semblait avoir perdues.

Pour que ces possibilités, magnifiquement développées depuis quatre mois, soient demain une incontestable réalité, il faut d'abord vaincre. La bataille de France, perdue en 1940, ne peut être compensée que par le succès total de la bataille d'Allemagne qui vient de s'ouvrir.

Mais cette victoire, condition de tout, ne suffirait à rien. A quoi bon être victorieux si la santé publique et le peuplement français restaient définitivement compromis; si les jeunes, quelle qu soit leur origine, ne recevaient pas l'éductation nécessaire à leur plein épanouissement individuel et social; si l'industrie française cessait d'être productrice et la terre d'être féconde; si le chef d'entreprise et l'ouvrier ne se sentaient enfin réconciliés dans leur commun labeur, le juste partage des responsabilités communes et du commun profit?

Si usé que soir le mot, c'est bien une révolution - une révolution par la loi - qu'il s'agit de faire triompher; celle qui restaurera, par l'union et l'effort créateur de tous les Français dignes de ce nom, la grandeur et la liberté française.

 

Hubert Beuve-Méry, Le Monde, Mardi 19 Décembre 1944.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 09:02

Le viaduc d'Oléron, vu du côté du continent, sans doute dans les années 1960. Une magnifique carte postale prise sur defoulloir.forumactif.com

Transports

Les ponts d'Oléron et de la Seudre gratuits en 1991

 

Le pont d'Oléron et celui de la Seudre seront gratuits dans quinze mois, il faudra attendre l'an 2000 pour le pont de l'Île de Ré.

En fait les péages d'Oléron et de la Seudre dsiparaîtront dès la mise en service du pont du Martrou près de Rochefort qui est prévue en mars 1991. Cet ouvrage sera, en effet, gratuit pour les Charentais-Maritimes. Les automobilistes du reste de la France devront eux acquitter 30F pour le franchir dans chaque sens.

D'ici là, les tarifs de ces deux ponts, qui avaient enregistré une réduction de 20% en 1989, resteront identiques, à savoir pour un véhicule de tourisme, 17F en hiver, 34F en été pour Oléron et 8F pendant la basse saison pour chaque passage sur la Seudre.

Le péage est de 14F pendant la saison touristique (pour les Oléronais, le passage est gratuit depuis plusieurs années).

 

Le pont de Ré déficitaire

 

Ces décisions sont liées au bon résultat de 1989: en tenant compte des recettes, mais également des charges financières et de fonctionnement, ces deux ouvrages sont, en effet, bénéficiaires (plus 1.9MF pour la Seudre et plus 17MF pour Oléron).

Ré est, en revanche, déficitaire: il a perdu 1.37MF cette année. L'excédent global de 11MF permettra au conseil général de rembourser des emprunts par anticipation et, notamment un emprunt sur les anciens bacs qui n'est toujours pas liquidé.

Le franchissement du pont de Ré passe, lui, de 120F cet été à 60F cet hiver. Si aucune réduction n'est prévue à court terme, l'éventail des abonnements a été en revanche élargi. Certains catégories bénéficieront d'une baisse sensible, notamment les gens qui habitent le continent et travaillent sur l'île, les cars de tourisme et certains poids lourds auront droit également à des réductions.

Enfin, bonne nouvelle pour les propriétaires d'une résidence secondaire sur Ré-la-Blanche, ils pourront désormais acheter une carte anuelle avec un nombre de passages illimités pour 2.500F. Les continentaux, eux, devront la payer 6.000F

Dominique CHAPUIS

La Nouvelle République, vers le 20 Décembre 1989.

 


NdPPP: compte tenu de l'érosion monétaire, 1 Franc vaut 0.23€ de 2013. Le passage du viaduc d'Oléron en été, alors de 34F vaut en euros 2013 7€90. Et celui de Ré en été 27€89. A titre de comparaison, le franchissement du pont de Ré en 2014 valait, pour un véhicule de tourisme, 16€00.


Et pourtant la gratuité fut longue à obtenir. En effet, le pont d'Oléron a été inauguré en 1966, en remplacement des bacs assurant alors la liaison continent-île. Ainsi un arrêt du Conseil d'Etat remet en cause le péage en février 1979, modifiant un équilibre bien établi. En exhumant une loi de 1880 interdisant la construction d'un péage sur une voie "nationale ou départementale".

 

TF1, 20H, 5 Mars 1979.

 

Les équilibres financiers du viaduc d'Oléron et l'opinion d'usagers

 

Antenne 2, Midi 2, 5 Mars 1979.


Et pourtant, en 1979, une parade est trouvée pour prolonger l'existence du péage d'Oléron.

 

Le péage du pont d'Oléron maintenu malgré une requête d'un comité d'usagers

 

En rejetant une requête présentée par le comité de défense des usagers du pont de l'île d'Oléron, et en leur nom propre, par quatre persones, le tribunal administratif de Poitiers a rendu hier un jugement important. On sait que le Conseil d'Etat, le 15 février dernier, a rendun un arrêt annulant les péages pour se rendre dans l'île. Une loi de 1880 prévoit en effet que aucun péage ne peut être perçu sur une route départementale ou Nationale. Or, en 1966 le conseil général de Charente-Maritime avait fixé un tarif de péage pour les usagers qui devaient emprunter le pont. Il faut dire que le 12 juillet dernier une loi a été adoptée qui autorisera à nouveau le péage. Le 25 juillet, le préfet fixait dans le cadre du tarif des passages d'eau, les tarifs du pont.

Les requérants s'appuient donc sur la loi de 1880 et sur l'arrêt du Conseil d'Etat de février 1979 pour demander l'annulation de l'arrêté préfectoral pour les raisons citées plus haut, en y ajoutant le fait que le péage porte à l'île un grave préjudice économique. On sait que le péage n'existe pas pour les habitants de l'île ou pour ceux y justifiant un emploi.

Dans ses conclusions, le tribunal administratif de Poitiers, présidé par M. Triaud, a rejeté les requêtes car la loi du 12 juillet 1979 vient supplanter pour certains de ses articles, celle de 1880, et il a estimé que les requérants n'ont pas apporté la preuve que le péage cause un préjudice économique à l'île, les passages étant toujours en nombre égal et surtout très supérieur à ceux de l'ancien bac.

 

Centre Presse, début Novembre 1979.


1991: le viaduc devient gratuit. Et pourtant, dès 1995, certains déchantent, et l'on reparle dès lors de rétablir...le péage!

 

 

France 2, 20H, 11 Août 1995.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 09:10

Capacité maximale d'un stade en France: le Stade de France, 81338 places depuis 1997

Stade-100000-places-Vincennes--JPG

Légende

Depuis longtemps, on en parle. Voici le fameux stade de 100.000 places semble devenir réalité. Un jury vient de retenir cette maquette réalisée par les architectes  Henry Bernard, Gondel et Dhuit (ces deux derniers sont les créateurs de la piscine de Poitiers). Un conseil interministériel aujourd'hui, doit l'accepter définitivement, et voter une subvention Il sera construit dans le bois de Vincennes. (AP)

 

Centre Presse, fin février 1965.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 08:28

Depuis la fin du XIXe siècle, les barils de pétrole sont conventionnellement bleus. © racineur, Flickr, cc by nc nd 2.0

Illustration prise sur futura-sciences.com

Peu de choses qui se passent dans le monde ont des conséquences aussi importantes, diverses et internationales que la chute des cours du pétrole.

Une dynamique révolutionnaire de redistribution mondiale des revenus est en marche. Rien que ces six derniers mois, les cours du pétrole ont chuté de 40%. Cela représente un transfert annuel équivalent à 2% du PIB mondial qui va des producteurs aux consommateurs. C’est un manque à gagner de 316 milliards de dollars pour les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Et l’Opep ne compte aujourd’hui que pour 35% du marché mondial (contre 50% en 1974). Les Etats de cette organisation ainsi que d’autres pétro-Etats comme la Russie subiront une considérable réduction de leurs revenus pétroliers, ce qui les obligera à opérer de douloureux ajustements économiques.

Des économies pour les consommateurs

Du point de vue des consommateurs, les prix à la baisse du brut dans le monde entier représentent une économie de plus de mille milliards de dollars. Pour les Américains, cela équivaut à une réduction d’impôts de 110 milliards de dollars. Pour la Chine, chaque dollar de moins sur le prix du baril implique une économie annuelle de 2,1 milliards de dollars. L’agriculture mondiale bénéficiera aussi de cette tendance baissière. Un dollar de production agricole consomme cinq fois plus d’énergie qu’un dollar de production manufacturière.

On connaît les raisons de cette chute des prix de l’or noir. La consommation d’énergie a diminué parce que la croissance de l’économie mondiale est faible et que l’offre a augmenté de façon spectaculaire grâce aux nouvelles technologies principalement exploitées aux Etats-Unis. De 2008 à aujourd’hui, la production pétrolière des Etats-Unis a cru de 80%. Cette croissance dépasse à elle seule la production cumulée de chacun des pays de l’Opep, moins l’Arabie saoudite.

Nul ne sait combien de temps durera cet épisode, mais il est évident que les prix finiront par remonter si la consommation augmente ou si la production baisse en raison de conflits internationaux, de troubles sociaux, d’accidents climatiques ou d’événements d’une autre nature.

 

L’un des indicateurs des prix est le marché des contrats à terme. La commande d’un baril de pétrole pour 2020 coûte autour de 85 dollars. Or, le prix actuel est inférieur à 70 dollars le baril. Les opérateurs internationaux les plus pessimistes proposent des contrats de livraison pour décembre 2015 à un montant de 40 dollars le baril.

D’énormes répercussions si les prix restent bas

En tout état de cause, les experts s’accordent à dire que les prix du pétrole resteront en dessous de la moyenne des trois dernières années. Si tel est vraiment le cas, les conséquences seront d’une ampleur considérable.

Parmi les pays producteurs de pétrole, les plus sévèrement touchés par la crise des prix bas seront le Venezuela et l’Iran. Dans la mesure où le gouvernement vénézuélien n’a pas su gérer l’économie alors que le prix du baril dépassait les 100 dollars, on voit mal comment il pourrait mieux se débrouiller avec un baril à 62 dollars (le pétrole du Venezuela est le moins cher par rapport à la moyenne mondiale). Pour couvrir ses dépenses publiques, Caracas doit bénéficier d’un prix supérieur à 120 dollars par baril. Cette crise pourrait contraindre le gouvernement du Venezuela à limiter ces livraisons de pétrole à prix subventionné à ses voisins, créant alors une grave crise économique à Cuba et en Jamaïque entre autres.

En Iran, la chute des revenus issus de ses exportations de pétrole s’ajoute à des sanctions internationales qui handicapent déjà sévèrement son économie. De fait, il est probable que ces faibles cours du pétrole aient un plus fort impact que ces sanctions compte tenu de l’importante part du pétrole dans les recettes de l’Etat.

Reste à voir si la crise économique poussera l’Iran à chercher un accord nucléaire avec la communauté internationale pour tenter d’obtenir un allègement ou une levée totale des sanctions. Mais le Guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, est capable de faire fi de l’état de l’économie qui pénalise ses concitoyens et de se fonder uniquement sur des calculs politiques pour prendre ses décisions.

La Russie connaît une situation du même ordre. Son économie souffrait déjà de circonstances défavorables aux investissements, d’une fuite massive des capitaux et des sanctions imposées par l’Europe et les Etats-Unis. Sa monnaie s’est dévaluée, son marché boursier s’est effondré, l’inflation est en hausse; le pays est entré en récession. Autant dire que 2015 sera une rude année pour Vladimir Poutine et encore plus pour le peuple russe.

Ce ne sont là que quelques-unes des conséquences de la chute des prix du pétrole. Il y en a beaucoup d’autres, la plus importante étant peut-être que de nombreuses sources d’énergie moins polluantes (solaire, éolienne, etc.) deviendront plus chères et peu compétitives. Cette situation n’encourage par ailleurs ni l’épargne, ni l’efficacité énergétique. L’ironie de cette situation, c'est que même lorsque le pétrole était cher, il n’y a pas eu de grande impulsion pour favoriser les énergies renouvelables. On a imaginé au contraire de nouvelles formes de production pétrolière.

Finalement, bien peu de choses qui se passent dans le monde ont des conséquences d’une telle portée, aussi diverse et internationale, que la chute des cours du baril de pétrole.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 08:49

Le Vectra 250 et le Tensio 2000


 

Le kit chaîne stéréo


 

Le Message à caractère informatif, vers 1999/2000.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 08:51

CONTES DE NOEL A TOULOUSE:

Le pillage tranquille d'un mammouth

 

  http://marquesdisparues.voila.net/Mammouth/MammouthPubde1976.jpg

Publicité Mammouth de 1976. Illustration prise sur marquesdisparues.voila.net

 

Vendredi soir, à l'heure de la grande foule, les caissières CGT de l'hyper-marché Mammouth de Toulouse, se mettent en grève et quittent leurs caisses. Malgré les appels désespérés du directeur, plusieurs centaines de clients emplissent leurs caddies et partent sans payer...Quinze millions de francs disparaissent en quinze minutes, dans la joie générale.

Au Mammouth de Toulouse, vendredi soir, les caisières déclenchent une grève sauvage. - Elles quittent leurs caisses. - Des centaines de clients emplissent et partent sans payer. - Le directeur de l'hyper-marché ne portera pas plainte.

 

1000 personnes un vendredi soir vers 21h45 dans les rayons d'un hyper-marché de Toulouse, un Mammouth qui écrase les prix. Les rayons célèbrent la grande bouffe de Noël. Des milliers de bouteilles, des tonnes de victuailles, des dizaines de milliers d'huîtres. Le temple croule sous les cargaisons d'offrandes payantes. Les rois mages de la société de consommation ont pourvu au nécessaire. Il suffit de payer pour avoir de quoi se faire péter la sous-ventrière et mourir comme les héros du film de Ferreri de sur-consommation.

On y croise, à cette heure tardive, des gens aux yeux embués de larmes. Malgré le désir qui jette leurs mains vers tous les rayons à la fois, ils doivent recompter mentalement leurs sous des centaines de fois, à tel point qu'ils frôlent la dépression nerveuse. Certains, n'en pouvant plus, décident de passer outre à la raison et s'offrent une coûteuse exception. Des envies grosses comme un kilo de foie gras et une caisse de bouteille de champagne, durement refoulées, les mains moites qui s'accrochent au guidon du caddie, les yeux ivers d'abondance. D'autres profitent d'un angle mort, l'oeil en embuscade pour faire disparaître, qui un fromage, qui une petite bouteille de vodka.

Les quarante caissières sont en sueur. Elles enfournent les millions anciens en cadence. Les néons, les annonces publicitaires, la vue de ces milliers et milliers de produits souvent inaccessibles, les cris des caissières, la course insensée des caddies, les embouteillages devant certains rayons, les queues de poisson, les coups de gueule. Mammouth devient agressif: il est au bord de la crise de nerfs générale. Il y a de la casse dans l'air. C'est Noël.

Il est 21h45 et les quarante caissières déclenchent une grève sauvage. Elles s'arrêtent brusquement, autant pour jouir de l'effet que pour obtenir une augmentation de salaire, que la direction, habituée à répondre à toute revendication par un licenciement, refuse. Les quarante caissières sont devenues quarante fées pour 1000 clients, elles abandonnent les caisses aux acheteurs interloqués. Quarante jeunes femmes, quarante fées leur offrent le magasin, comme Jésus avait de son temps chassé les marchands du temple. Mammouth est libéré.

La direction "demande à son aimable clientèle d'abandonner les caddies et les marchandises et de sortir par la porte centrale". Cet appel désespéré, le directeur le répète cinq fois. Mais il ne peut rien contre Noël et les quarante fées. Les surveillants chargés de dépister les voleurs regardent impuissants, la ruée vers la sortie, de centaines de caddies débordant de bouteilles, de victuailles, de dizaines de saucissons, d'autant de produit surgelés pour des gens qui ne possèdent pas de congélateurs. Le plaisir prend le pas sur la nécessité. Le père Noël s'est emparée de Mammouth: les clients peuvent se servir. Et ils se servent. Quinze millions d'anciens francs disparaissent en quinze minutes. Seules six personnes, plus frustrées que les autres, laisseront un chèque à des surveillants désemparés. "On a moins l'impression de voler lorsque ça se passe comme ça dans une grande surface que chez le petit épicier de quartier", entend-on  en manière d'excuse. Voler une société anonyme, ce n'est plus voler.

Les pillards de Toulouse sont naturellement d'honnêtes gens. Il a suffit de quarante fées pour que le vernis de "bonne éducation" vole en éclats. Le nombre achevait d'abolir le risque, comme cela se passe dans les grands pillages. Il suffisait, comme des milliers d'autres d'ailleurs qui se retrouvent devant des tribunaux de flagrants délits. Voler dans les grands magasins est devenu une manière normale de faire son marché. Pas une entreprise à grande surface qui ne planifie la faucge dans son budget.

La morale de ce conte de Noël très moral, c'est que les Français sont moins cons que certains ne plaisent à dire.

 

Serge July

 

Libération, Lundi 20 Décembre 1976.

*: selon L'Humanité du 21 Décembre 1976, les caissières du Mammouth de Toulouse touchaient 1600 francs par mois quand leurs collègues de Carrefour et Euromarché de Toulouse gagnaient à conditions identiques 2000 francs.

NdPPP: pour les Toulousain(e)s, le Mammouth en question (10000m²) est devenu un centre commercial Auchan en 1997, situé sur la route de Lavaur.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 09:31

Un véritable voyage dans le Poitiers des années 1960, en pleine mutation.

Saurez-vous reconnaître chacun des lieux filmés, sachant que nombre d'entre eux ont énormément évolué?!

 

L'évolution de Poitiers au crépuscule des années 1960,

présentée par le maire Pierre Vertadier

 

ORTF, 24 Octobre 1967.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg