Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 09:03

Portrait de Louis Armand, président de la SNCF de 1955 à 1958. Illustration prise sur sncf.com

 

Les propos de Louis Armand, de l'Académie Française

 

La grande peur de l'An 4.000

 

Quand on parlait, il y a vingt ans, du développement des matières plastiques, les auditoires français étaient plutôt réservés. Ils manifestaient la plus grande réticence vis-à-vis de ces "ersatz". C'est le nylon et l'importance qu'y ont attaché les femmes qui ont conquis pour les matières plastiques le droit de cité dans notre vie quotidienne. Celles-ci remplacent maintenant les textiles naturels, les métaux, le bois, le verre. Ainsi - fait récent - elles sont utilisées pour les casiers à bouteilles comme pour les bouteilles elles-mêmes.

Une des apparitions les plus sensationnelles et les plus importantes est celle de plastiques renforcés de fibres de verre, c'est-à-dire d'un matériau analogue au béton armé. Il offre l'avantage d'une très forte résistance pour un poids et une épaisseur faible. On peut envisager, grâce à lui, l'allègement des constructions ou, à poids égal, un renforcement de la résistance.

 

Le vertige du plastique

 

En ce début de l'ère du plastique, les techniciens peuvent avoir le vertige devant le nombre de combinaisons possibles entre les éléments qui constituent ce matériau. L'industrie des matières plastiques, qui caractérise la deuxième révolution industrielle, montre de façon spectaculaire comment nos techniques se rapprochent de celles de la vie; les plastiques sont constitués, en effet, des mêmes atomes que notre chair: le carbone, l'oxygène, l'azote, le soufre,etc. La nature ayant pu réaliser des combinaisons extrêment variées - du bois au cerveau - avec un très petit nombre d'éléments, il n'est pas étonnant de retrouver cette diversité dans les plastiques.

La multiplication des espèces de plastiques a été accrue du fait que, pour assembler des molécules, on peut faire appel, non seulement à la chaleur associée à des catalyseurs - processus qui a été longtemps le seul utilisé industriellement - mais aussi à l'énergie de radiations électromagnétiques, notamment du type rayons X ou rayons gamma. On se rapproche encore plus de la sorte, des voies de la nature qui utilise la lumière - radiation, elle aussi - pour constituer les molécules organiques. Toute l'herbe des près a été fabriquée, à partir des éléments de l'environnement, par la cholorphylle, sous l'effet de la lumière. Mais si de la lumière naît le vivant, les rayons X et gamma, qui sont des radiations de beaucoup plus haute énergie, sont nocifs à la vie, comme on le sait. Or ces radiations baignent tout l'univers. Si, venant du soleil, elles tombaient directement sur la terre à la façon dont elles atteignent la lune, toute vie serait impossible sur notre planète. La terre est protégée par son atmosphère et par son champ magnétique qui écarte une partie du flux des particules venant du soleil.

 

La menace des rayons gamma

 

Cet écran protecteur magnifique n'a pas été constant: neuf fois au cours des 4 millions d'années écoulées, le champ magnétique de la terre s'est mystérieusement enversé, c'est-à-dire que le pôle nord est devenu le pôle sud, magnétiquement parlant. Pendant la période de renversement il n'y a pas de champ protecteur et les radiations nocives atteignent la terre, avec une grande intensité, agissant directement sur les êtres vivants.

Les savants ont calculé que le prochain renversement se situerait vers l'année 3991. Il faut s'attendre à cette époque à de sérieuses transformations du monde vivant. En particulier, compte tenu de ce qu'on peut savoir, on doit redouter un certain nombre de mutations d'espèces et de graves difficultés pour l'humanité. La peur de l'an 1000, on nous l'a racontée; l'an 2000 fait peur pour d'autres raisons: la faim, le nombre des Chinois, l'encombrement des villes par les autos; on n'a pas encore, à vrai dire, beaucoup d'informations sur la peur de l'an 3000, mais la peur de l'an 4000 paraît devoir dépasser toutes, du fait de ce qu'on vient de dire: peut-être que cette considération devrait nous permettre d'envisager, avec plus de sérénité, notre prochain changement de milénaire?

 

Réalités, N°270/271, Juillet Août 1968.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 09:00

loi-1905-2

Emile Combes rompant les liens entre l'Eglise et la République. Illustration prise sur www.deblog-notes.com


Article 1


La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.


Article 2

La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'Etat, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes.

Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons. 

[...]


Retrouvez l'intégralité du texte de loi sur legifrance.gouv.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 09:19

Allumettes socialistes PS

Un carton d'allumettes du Parti Socialiste. Illustration de 2007.

C'est à la surprise générale que la ville de Poitiers a été désignée par la voix de Jean-Christophe Cambadélis pour accueillir le prochain congrès du Parti Socialiste, le 77ème depuis la fondation de la S.F.I.O. en 1905.

C'est la première fois que ce grand symposium socialiste se déroule à Poitiers, dans la Vienne, mais pas dans la région Poitou-Charentes. En effet, la première session du 35ème congrès de la S.F.I.O. s'est déroulée à Royan (17), où a été enregistrée la "non-réintégration" de Marceau-Pivert (tendance gauche révolutionnaire), ainsi que la dissolution de la Fédération de la Seine. Un congrès qui avait fait quelques victimes. Léon Blum (ancien chef du gouvernement depuis le 10 Avril 1938), selon l'Humanité, présent à Royan, est très applaudi.


 

Le compte-rendu du congrès de Royan de 1938, illustration prise sur bataillesocialiste.wordpress.com

Donc en juin prochain, vu la tournure des affaires, on peut s'attendre à voir fleurir dans les journaux le titre "La Bataille de Poitiers" à maintes reprises pour évoquer ce congrès qui sent le souffre avec au moins deux camps, les pro-gouvernement contre les frondeurs.

Quid de ce qu'il en ressortira? Pas évident de le savoir, d'autant plus que l'on risque surtout de voir un affrontrement de personnalités, avec le besoin de compter ses forces pour chaque écurie avec la perspective des présidentielles de 2017, mais aussi, et parce que cela rythme chaque congrès, un festival de "petites phrases".

Avec la possibilité de voir plusieurs ministres faire le déplacement, cela risque d'être un peu compliqué de circuler aux abords du Parc des Expositions en juin prochain.

On verra bien si le congrès accouche d'une synthèse, ou d'une souris.

Ci-dessous, un Tour de France des cités ayant accueilli un congrès du PS depuis sa fondation, en 1969.

LOGO PS ROSE SOCIALISTE

1969

Mai

Alfortville (94)

 

Juin

Issy-les-Moulineaux (92)

1971

Epinay-sur-Seine (93)

 

1973

Grenoble (I) (38)

 

1975

Pau (64)

 

1977

Nantes (44)

 

1979

Metz (*) (57)

1981

Janvier

Créteil (94)

Octobre

Valence (26)

 

1983

Bourg-en-Bresse (01)

 

1985

Toulouse (I) (31)

 

1987

Lille (59)

 

1990

Rennes (35)

 

1991

L'Arche de la Défense (92)

 

1992

Bordeaux (*) (33)

1993

Le Bourget (93)

 

1994

Liévin (62)

 

1997

Brest (29)

 

2000

Grenoble (II) (38)

2003

Dijon (21)

 

2005

Le Mans (72)

 

2008

Reims (51)

 

2012

Toulouse (II) (31)

 

2015

Poitiers (?) (86)

(en attente de validation par les instances nationales du parti)

 

*: la tradition veut que les congrès se déroulent dans une municipalité dirigée par le PS. A deux reprises toutefois, il s'est tenu dans une ville contrôlée par la droite.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les miscéllannées
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 08:48

Transport ferroviaire : Terminus pour les trains de nuit ?

13 novembre 2014

Terra eco, International Railway Journal

 

Un train de nuit de la société Thello lancée en décembre 2011. Phooto prise sur kelbillet.com

 

Les trains de nuit, qui ont vu s’initier au voyage des générations de jeunes européens — quelqu’un se rappelle du célèbre pass Interrail ? — pourraient bien ne plus être qu’un souvenir. Le magazine axé sur l’économie et l’écologie Terra eco rappelle en effet que, ces derniers temps, plusieurs compagnies ferroviaires ont décidé de fermer leurs lignes nocturnes en Europe :

"En décembre dernier, Elipsos a décidé de supprimer son offre entre la France et l’Espagne. Puis celle entre la Suisse, l’Espagne et l’Italie."

Au début du mois d’octobre, l’International Railway Journal annonçait que Deutsche Bahn, la compagnie des chemins de fer allemande et l’un des plus grands opérateurs de trains de nuit, supprimait elle aussi ses trains nocturnes entre la France et l’Allemagne et ceux entre la Suisse, l’Allemagne et le Danemark.

 

Les causes de toutes ces fermetures ? Le manque de rentabilité de cette activité concurrencée par le low-cost aérien ; la vétusté du matériel – un renouvellement serait très coûteux - ; les frais de gestion ; les problèmes d’interopérabilité… Mais aussi la législation européenne du rail et la libéralisation du secteur. L’International Railway Journal explique ainsi que "tandis que la Commission européenne investit des milliards d’euros dans l’aménagement des infrastructures ferroviaires transfrontalières, les liaisons internationales s’étiolent doucement, en l’absence d’une vision commune pour maintenir leur fonctionnement. Cela va à l’encontre de la politique de l’UE sur le transfert modal et les réductions d’émissions de CO2 car les passagers du rail sont obligés de privilégier l’avion sur les courtes distances."

 

Pour la revue, remédier à cette mort des trains de nuit en Europe, qui disposent d’un “énorme potentiel touristique” nécessiterait une “vision d’avenir commune”. Mais aussi que les entreprises ferroviaires trouvent “des moyens plus pragmatiques de remplir chaque couchette”, en proposant par exemple des “services à forte valeur ajoutée comme des compartiments haut de gamme, des promotions et des réservations simplifiées”.

 

Pour le moment, note Terra eco, seul Thello, semble tirer son épingle du jeu :

 "selon son directeur général Albert Alday, “Le Paris-Milan-Venise (exploité jusqu’en 2010 par Artesia), accueillait 200 000 passagers par an avant notre arrivée. Dès 2012, nous sommes passés à 300 000. En 2014 nous allons atteindre au moins les 340 000 passagers."

 

Dans le magazine français, l’économiste Yves Crozet rappelle toutefois que “la ligne de nuit relancée par Thello entre Paris-Venise est bien particulière, romantisme oblige”. Et prédit que ces trains vont devenir un produit de niche ou de luxe : “Ils appartiennent au passé, comme les bateaux qui traversaient l’Atlantique”.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 08:42

Et dire qu'un jour, il fera 26° à Brest...

 


  Dans le cadre de la conférence de Lima COP20, plusieurs nations (France, Allemagne, Danemark, Tanzanie, Pérou,...) ont réalisé des bulletins météo fictifs, basés sur les pics de chaleur connus par le passé. OUi, il a bien fait plus de 40° à certains endroits en France (températures à l'ombre, naturellement), et le mercure est allé au-delà des 25° sur la POinte de la Bretagne.
Seule remarque: en cas de hausse des températures, le trait de côte, et notamment sur la façade Atlantique, sera quand même à revoir. La mer n'ira pas non plus à Poitiers, mais des villes de bord de mer comme La Rochelle risque de se retoruver très souvent...les pieds dans l'eau.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:54

Logo-Centre-Presse-1965--2-.jpg

MAGASINS OUVERTS LE DIMANCHE?

La question va être débattue par tous les intéressés

 

Les représentants des organisations du commerce, des syndicats et des associations de consommateurs se réuniront jeudi à Paris pour évoquer la question de l'ouverture des magasins le dimanche.

M. Maurice Charretier (ministre du Commerce et de l'Artisanat) n'a pas caché qu'il était favorable à une modification de la loi de 1906 rendant obligatoire le repos dominical. Son prédécesseur, M. Jacques Barrot en avait également déjà exprimé le désir, considérant que cet aménagement "était susceptible de satisfaire au mieux le consommateur".

Cette préoccupation a été aussi mise en avant par 43 députés UDF qui, en juin, avaient déposé une proposition de loi en ce sens. Pour eux, l'exercice du droit au repos du dimanche "peut représenter un frein ou un prétexte à la paralysie du commerce et de l'artisanat face aux besoins des consommateurs".

"Le dimanche, c'est sacré", ont affirmé, unanimes, les organisations syndicales. CGT, CFDT, FO et CGC sont décidés à faire échec à cette proposition, estimant que les conditions de travail et la vie de famill des amployés du commerce en seraient affectées.

Manifestations et arrêts de travail se sont multipliés la semaine dernière. La CFDT juge que l'ouverture des magasins le dimanche aurait pour effet de "renforcer une conception mercantile de la vie de loisir".

De son côté, la Fédération patronale des entreprises à commerces multiples a estimé que "la réglementation actuelle done satisfaction tant à ses adhérents qu'à leurs clients" et, qu'en conséquence, "il convient de la maintenir dans son état actuel".

Une opinion plus nuancée est défendue par les P.M.E., où l'on indique que les secteurs de l'ameublement et de l'électro-ménager seraient hostiles à une modification de la législation, tandis que celles du commerce alimentaire seraient plutôt favorables.

Du côté des associations de consommateurs, l'abandon du repos dominical pour les magasins mais aussi pour les services publics pourrait représenter un intérêt pour les usagers, selon l'U.F.C. (Union Fédérale des Consommateurs). Mais cette organisation, de même que la Confédération Syndicale du Cadre de Vie (C.S.C.V.) note que cette mesure aurait des effets négatifs sur le plan de l'amélioration de la qualité de vie.

 

Centre Presse, Début Septembre 1979.

 

GRANDES SURFACES

Le conseil d'Etat refuse l'autorisation d'ouvrir le dimanche à des magasins dans les Yvelines et dans la Vienne

 

Le Conseil d'Etat vient de prendre plusieurs décisions refusant à des magasins de grande surface d'ouvrir le dimanche. La plus significative des décisions du Conseil concerne des grands magasins de meuble des Yvelines. A ce sujet, le Conseil d'Etat après avoir rappelé que les dérogations au repos hebdomadaires du dimanche ne peuvent être accordées que pour une durée limitée, fait observer que "les demandeurs ne peuvent se prévaloir de l'importance de leur chiffre d'affaires dominical obtenu par leur maintien dans une situation irrégulière de nature à fausser la concurrence..." Le même refus a été opposé par le Conseil d'Etat à des magasins de meubles de la Vienne.

 

En Une de Centre Presse, Mardi 9 Octobre 1979.

 

Pour plus de précision, retrouvez la décision N°08865 du Conseil d'Etat du 5 Octobre 1979, Section du Contentieux. Par ailleurs, sachez que le Conseil d'Etat s'est prononcé 53 fois, par décision, sur cette question depuis 1986 (première décision en 1968).

Par ailleurs, retrouvez dans les archives de l'INA l'offensive des centres commerciaux en 1979 pour l'ouverture des magasins le dimanche.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 09:06

La version de l'album "The Return of the Space Cowboy"

(version Acid-Jazz/Brit-funk)

 Everything is good
And brown
On I'm here again
With a sunshine smile upon my face
My friends
Are close at hand
And all my inhibitions
Have disappeared without a trace
I'm glad
I found
Somebody who I can rely on.

This is the return
Of the space cowboy
Inter-planetary
Good vibe zone
At the speed of Cheeba
We'll go deeper
Maybe I'll have to get high
Just to get by.

Everything is good
And green
Oh, I'm red again
And I don't suppose I'm coming down
I can see clearly now,
High in the sky
A man with psychedelic picture frames
Of happiness to shade
His eyes
He's glad
That the found
Somebody who
He can rely on.

 

La version "radio-edit" (Acid-Jazz)


 

 

La version "Classic Mix" (électro très 90's par David Morales)


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:59

Logo-NR-1971.jpg

IL Y A 30 ANS, POITIERS VIVAIT SON COUP D'ETAT DU "2 DECEMBRE"

Mais celui-ci fut sans lendemain

 

Les Français connaissent (en principe) leur Histoire et n'ignorent pas le "coup d'Etat du 2 décembre".

Rappelons quand même que ce jour-là de l'année 1851, Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, après avir été élu président de la République le 10 décembre 1848, dissolvait l'Assemblée Nationale et faisait arrêter les personnalités républicaines et royalistes avant de se faire plébisciter empereur.

Poitiers, il y a 30 ans aujourd'hui, eut "son" coup d'Etat du 2 décembre, mais il avaorta.

Faisons donc un peu d'histoire.

Depuis la Libération (5 septembre), les groupes de maquisards vivaient à Poitiers et dans la région avec une certaine autonomie.

Mais depuis plusieurs semaines, la reprise en main par le pouvoir civil légal s'effectuait, doucement, pour ne pas heurter les susceptibilités.

Les maquisards qui n'avaient pas rejoint leur foyer souscrivaient des engagements pour l'armée régulière en choisissant leur unité. Pendant ce temps, d'autres groupes étaient incoporés dans l'armée et bien souvent rejoignaient les fronts de La Rochelle et de Saint-Nazaire, où les Allemands continuaient à résister, assez durement parfois.

A Poitiers, un officier supérieur de l'armée régulière qui s'était illustré dans le maquis, le colonel Fournier, était devenu commandant de la 9ème Région militaire.

Il semblerait que cet officier ait mêlé parfois la plitique à ces fonctions militaires et on l'aurait convié à demander à être affecté dans une "unité coloniale".

Il fut muté.

Le "Front National" éleva alors une véhémente protestation arguant que le passé militaire du colonel Fournier était parfaitement compatible avec une activité "politique et patriote".

Dans le même temps, le général Angenot était nommé commandant de la 9ème Région militaire à Poitiers.

C'en était trop! La commission militaire du "Front National", avec l'aide de plusieurs groupes de maquisards de la région venus par camions, inivtait le soir du 2 décembre 1944, à 18h, à manifester contre M. Schulher, commissaire de la République, qu'ils accusaient d'être à l'origine de la mutation.

"Tataouine", chef de la musique du 125e R.I. qui venait de se reconstituer avec la fusion de plusieurs groupes, marchait en tête avec ses "musiciens-maquisards" au son d'un air célèbre que les vieux Poitevins se rappellent pour l'avoir entendu chaque jour pendant des semaines après la Libération...

Il y avait là beaucoup de monde souvent armé jusqu'aux dents...

La police ne pouvait et ne fit rien...

 

La Préfecture envahie

 

Une délégation demande à rencontrer M. Schulher.

Mais pendant ce temps, les grilles ne furent plus un obstacle et des complicités intérieures aidant, la foule des manifestants envahit le commissariat régional de la République et la prefecture.

Certes on demandait le maitien du colonel Fournier.

Mais aussi on réclamait un ravitaillement meilleur.

Pendant plus d'une heure, les bureaux, les appartements de M. Schulher furent fouillés et saccagés en partie tandis que l'argenterie et des vêtements chageaient de propriétaires!

 

Retour à la légalité

 

A 20h, tout était terminé.

"Cedant, arma, togae", aurait dit Cicéron en défendant la République romaine.

L'autorité civile, désireuse de voir les militaires se soumettre, allait terni fermement. Fallait-il envisager une répression immédiate et catégorique,

On y pouvait songer, mais l'exécution "chirurgicale" des lois ne se fait pas sans risque aux époques de fièvres.

Et puis, les enfants du maquis avaient conquis la gloire par la bravoure avant d'avoir appris la discipline militaire.

Comment ne pas en tenir compte?

On fut patient, c'est-à-dire "politique".

Quarante-huit heures plus tard, le comité départemental de Libération se réunissait. Tout n'alla pas sans heurt, toutefois les dissensions, ô combien marquées, s'aplanirent peu à peu entre les fractions et, à Poitiers comme partut ailleurs, "la légalité républicaine" revint.

Les partis politiques dans notre ville (comme ailleurs) à partir de ce moment de notre histoire locale, recommencèrent à cliver les hommes qui jusqu'alors avaient été unis dans l'espoir qui les avait guidés...

Jean PERICAT

La Nouvelle République, Lundi 2 Décembre 1974.

 


 

 

Une presse "libre" réapparait; en fait elle n'exprime que les opinoons officielles. Le Libre Poitou se présente comme "l'organe régional du Comité Départementale de Libération"; la Nouvelle République du Centre-Ouest (dont le siège est à Tours) écrit pratiquement les mêmes choses. Hebdo-Maquis, organe hebdomadaire officiel des F.F.I., paraît entre le 14 juillet 1944 et le 29 mars 1947, et n'apporte pas une vue différente des évènements. On trouve dans les trois publications de nombreux détails relatifs aux exactions et aux crimes des Allemands ou de leurs complices, la même extrême émotion à l'évocation de la liberté retrouvée et de la France libérée, la même exaltation "anti-boche" qui rappelle les lires outrances de la presse au cours de la Première Guerre mondiale. Les excès sont tes que des juristes universitaires rappellent dès le 23 septembre qu'il faut respecter la justice, garder les formes légales et que le droit est toujours le fondement de la démocratie.

On sent les nouveaux responsables partagés entre le souci de garder une certaine mesure et l'inquiétude née des appels à la répression qui viennent de plusieurs côtés. Le 8 septembre, Max Survylle décrit en les approuvant diverses exécutions sommaires sous le titre: "Les F.F.I. épurent la Vienne". Le 11 septembre Pierre Guillon déclare au Conseil municipal: "L'indulgence serait aujourd'hui une faute". Le 20 octobre le C.D.L. proteste contre la lenteur des incarcérations des fonctionnaires préfectoraux; le 23 novembre, il veut "réprimer tous les sabotages". Néanmoins, en décembre, les accusations se multiplient contre les nouvelles autorités, accusés d'une trop grande complaisance envers les collaborateurs; des manifestants envahissent la préfecture, y compris l'appartement du commissaire de la République; ils appartiennent au Front National (très proche du parti communiste), sont accompagnés de troupes encadrées et armées, et même d'une musique militaire! La condamnation de ces actes figure dans la presse du 5 décembre sous la plume du juriste Daniel Villey.

 

Ce grave incident est l'expression des vives tensions persistant dans un pays qui côtoie l'anarchie depuis près de six mois. En octobre la disparition du baron Reille-Soult, figure régionale connue, était apparue comme le symbole de l'insécurité persistante. De temps à autre un certain groupe "Soleil", venu de la région de Limoges, opérait dans le sud de la Vienne des "raids" de pur banditisme. Encore au mois d'août 1945 Jean Schulher se plaint de ce que trois suspects de collaboration, libérés après un jugement régulier, aient été aussitôt assassinés, dès leur retour en Vendée.

 

"Histoire de Poitiers", sous la direction de Robert Favreau, 1985, p. 405.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg