Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:54

Logo-Centre-Presse-1965--2-.jpg

MAGASINS OUVERTS LE DIMANCHE?

La question va être débattue par tous les intéressés

 

Les représentants des organisations du commerce, des syndicats et des associations de consommateurs se réuniront jeudi à Paris pour évoquer la question de l'ouverture des magasins le dimanche.

M. Maurice Charretier (ministre du Commerce et de l'Artisanat) n'a pas caché qu'il était favorable à une modification de la loi de 1906 rendant obligatoire le repos dominical. Son prédécesseur, M. Jacques Barrot en avait également déjà exprimé le désir, considérant que cet aménagement "était susceptible de satisfaire au mieux le consommateur".

Cette préoccupation a été aussi mise en avant par 43 députés UDF qui, en juin, avaient déposé une proposition de loi en ce sens. Pour eux, l'exercice du droit au repos du dimanche "peut représenter un frein ou un prétexte à la paralysie du commerce et de l'artisanat face aux besoins des consommateurs".

"Le dimanche, c'est sacré", ont affirmé, unanimes, les organisations syndicales. CGT, CFDT, FO et CGC sont décidés à faire échec à cette proposition, estimant que les conditions de travail et la vie de famill des amployés du commerce en seraient affectées.

Manifestations et arrêts de travail se sont multipliés la semaine dernière. La CFDT juge que l'ouverture des magasins le dimanche aurait pour effet de "renforcer une conception mercantile de la vie de loisir".

De son côté, la Fédération patronale des entreprises à commerces multiples a estimé que "la réglementation actuelle done satisfaction tant à ses adhérents qu'à leurs clients" et, qu'en conséquence, "il convient de la maintenir dans son état actuel".

Une opinion plus nuancée est défendue par les P.M.E., où l'on indique que les secteurs de l'ameublement et de l'électro-ménager seraient hostiles à une modification de la législation, tandis que celles du commerce alimentaire seraient plutôt favorables.

Du côté des associations de consommateurs, l'abandon du repos dominical pour les magasins mais aussi pour les services publics pourrait représenter un intérêt pour les usagers, selon l'U.F.C. (Union Fédérale des Consommateurs). Mais cette organisation, de même que la Confédération Syndicale du Cadre de Vie (C.S.C.V.) note que cette mesure aurait des effets négatifs sur le plan de l'amélioration de la qualité de vie.

 

Centre Presse, Début Septembre 1979.

 

GRANDES SURFACES

Le conseil d'Etat refuse l'autorisation d'ouvrir le dimanche à des magasins dans les Yvelines et dans la Vienne

 

Le Conseil d'Etat vient de prendre plusieurs décisions refusant à des magasins de grande surface d'ouvrir le dimanche. La plus significative des décisions du Conseil concerne des grands magasins de meuble des Yvelines. A ce sujet, le Conseil d'Etat après avoir rappelé que les dérogations au repos hebdomadaires du dimanche ne peuvent être accordées que pour une durée limitée, fait observer que "les demandeurs ne peuvent se prévaloir de l'importance de leur chiffre d'affaires dominical obtenu par leur maintien dans une situation irrégulière de nature à fausser la concurrence..." Le même refus a été opposé par le Conseil d'Etat à des magasins de meubles de la Vienne.

 

En Une de Centre Presse, Mardi 9 Octobre 1979.

 

Pour plus de précision, retrouvez la décision N°08865 du Conseil d'Etat du 5 Octobre 1979, Section du Contentieux. Par ailleurs, sachez que le Conseil d'Etat s'est prononcé 53 fois, par décision, sur cette question depuis 1986 (première décision en 1968).

Par ailleurs, retrouvez dans les archives de l'INA l'offensive des centres commerciaux en 1979 pour l'ouverture des magasins le dimanche.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 09:06

La version de l'album "The Return of the Space Cowboy"

(version Acid-Jazz/Brit-funk)

 Everything is good
And brown
On I'm here again
With a sunshine smile upon my face
My friends
Are close at hand
And all my inhibitions
Have disappeared without a trace
I'm glad
I found
Somebody who I can rely on.

This is the return
Of the space cowboy
Inter-planetary
Good vibe zone
At the speed of Cheeba
We'll go deeper
Maybe I'll have to get high
Just to get by.

Everything is good
And green
Oh, I'm red again
And I don't suppose I'm coming down
I can see clearly now,
High in the sky
A man with psychedelic picture frames
Of happiness to shade
His eyes
He's glad
That the found
Somebody who
He can rely on.

 

La version "radio-edit" (Acid-Jazz)


 

 

La version "Classic Mix" (électro très 90's par David Morales)


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Notre sélection de vidéo
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 08:59

Logo-NR-1971.jpg

IL Y A 30 ANS, POITIERS VIVAIT SON COUP D'ETAT DU "2 DECEMBRE"

Mais celui-ci fut sans lendemain

 

Les Français connaissent (en principe) leur Histoire et n'ignorent pas le "coup d'Etat du 2 décembre".

Rappelons quand même que ce jour-là de l'année 1851, Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, après avir été élu président de la République le 10 décembre 1848, dissolvait l'Assemblée Nationale et faisait arrêter les personnalités républicaines et royalistes avant de se faire plébisciter empereur.

Poitiers, il y a 30 ans aujourd'hui, eut "son" coup d'Etat du 2 décembre, mais il avaorta.

Faisons donc un peu d'histoire.

Depuis la Libération (5 septembre), les groupes de maquisards vivaient à Poitiers et dans la région avec une certaine autonomie.

Mais depuis plusieurs semaines, la reprise en main par le pouvoir civil légal s'effectuait, doucement, pour ne pas heurter les susceptibilités.

Les maquisards qui n'avaient pas rejoint leur foyer souscrivaient des engagements pour l'armée régulière en choisissant leur unité. Pendant ce temps, d'autres groupes étaient incoporés dans l'armée et bien souvent rejoignaient les fronts de La Rochelle et de Saint-Nazaire, où les Allemands continuaient à résister, assez durement parfois.

A Poitiers, un officier supérieur de l'armée régulière qui s'était illustré dans le maquis, le colonel Fournier, était devenu commandant de la 9ème Région militaire.

Il semblerait que cet officier ait mêlé parfois la plitique à ces fonctions militaires et on l'aurait convié à demander à être affecté dans une "unité coloniale".

Il fut muté.

Le "Front National" éleva alors une véhémente protestation arguant que le passé militaire du colonel Fournier était parfaitement compatible avec une activité "politique et patriote".

Dans le même temps, le général Angenot était nommé commandant de la 9ème Région militaire à Poitiers.

C'en était trop! La commission militaire du "Front National", avec l'aide de plusieurs groupes de maquisards de la région venus par camions, inivtait le soir du 2 décembre 1944, à 18h, à manifester contre M. Schulher, commissaire de la République, qu'ils accusaient d'être à l'origine de la mutation.

"Tataouine", chef de la musique du 125e R.I. qui venait de se reconstituer avec la fusion de plusieurs groupes, marchait en tête avec ses "musiciens-maquisards" au son d'un air célèbre que les vieux Poitevins se rappellent pour l'avoir entendu chaque jour pendant des semaines après la Libération...

Il y avait là beaucoup de monde souvent armé jusqu'aux dents...

La police ne pouvait et ne fit rien...

 

La Préfecture envahie

 

Une délégation demande à rencontrer M. Schulher.

Mais pendant ce temps, les grilles ne furent plus un obstacle et des complicités intérieures aidant, la foule des manifestants envahit le commissariat régional de la République et la prefecture.

Certes on demandait le maitien du colonel Fournier.

Mais aussi on réclamait un ravitaillement meilleur.

Pendant plus d'une heure, les bureaux, les appartements de M. Schulher furent fouillés et saccagés en partie tandis que l'argenterie et des vêtements chageaient de propriétaires!

 

Retour à la légalité

 

A 20h, tout était terminé.

"Cedant, arma, togae", aurait dit Cicéron en défendant la République romaine.

L'autorité civile, désireuse de voir les militaires se soumettre, allait terni fermement. Fallait-il envisager une répression immédiate et catégorique,

On y pouvait songer, mais l'exécution "chirurgicale" des lois ne se fait pas sans risque aux époques de fièvres.

Et puis, les enfants du maquis avaient conquis la gloire par la bravoure avant d'avoir appris la discipline militaire.

Comment ne pas en tenir compte?

On fut patient, c'est-à-dire "politique".

Quarante-huit heures plus tard, le comité départemental de Libération se réunissait. Tout n'alla pas sans heurt, toutefois les dissensions, ô combien marquées, s'aplanirent peu à peu entre les fractions et, à Poitiers comme partut ailleurs, "la légalité républicaine" revint.

Les partis politiques dans notre ville (comme ailleurs) à partir de ce moment de notre histoire locale, recommencèrent à cliver les hommes qui jusqu'alors avaient été unis dans l'espoir qui les avait guidés...

Jean PERICAT

La Nouvelle République, Lundi 2 Décembre 1974.

 


 

 

Une presse "libre" réapparait; en fait elle n'exprime que les opinoons officielles. Le Libre Poitou se présente comme "l'organe régional du Comité Départementale de Libération"; la Nouvelle République du Centre-Ouest (dont le siège est à Tours) écrit pratiquement les mêmes choses. Hebdo-Maquis, organe hebdomadaire officiel des F.F.I., paraît entre le 14 juillet 1944 et le 29 mars 1947, et n'apporte pas une vue différente des évènements. On trouve dans les trois publications de nombreux détails relatifs aux exactions et aux crimes des Allemands ou de leurs complices, la même extrême émotion à l'évocation de la liberté retrouvée et de la France libérée, la même exaltation "anti-boche" qui rappelle les lires outrances de la presse au cours de la Première Guerre mondiale. Les excès sont tes que des juristes universitaires rappellent dès le 23 septembre qu'il faut respecter la justice, garder les formes légales et que le droit est toujours le fondement de la démocratie.

On sent les nouveaux responsables partagés entre le souci de garder une certaine mesure et l'inquiétude née des appels à la répression qui viennent de plusieurs côtés. Le 8 septembre, Max Survylle décrit en les approuvant diverses exécutions sommaires sous le titre: "Les F.F.I. épurent la Vienne". Le 11 septembre Pierre Guillon déclare au Conseil municipal: "L'indulgence serait aujourd'hui une faute". Le 20 octobre le C.D.L. proteste contre la lenteur des incarcérations des fonctionnaires préfectoraux; le 23 novembre, il veut "réprimer tous les sabotages". Néanmoins, en décembre, les accusations se multiplient contre les nouvelles autorités, accusés d'une trop grande complaisance envers les collaborateurs; des manifestants envahissent la préfecture, y compris l'appartement du commissaire de la République; ils appartiennent au Front National (très proche du parti communiste), sont accompagnés de troupes encadrées et armées, et même d'une musique militaire! La condamnation de ces actes figure dans la presse du 5 décembre sous la plume du juriste Daniel Villey.

 

Ce grave incident est l'expression des vives tensions persistant dans un pays qui côtoie l'anarchie depuis près de six mois. En octobre la disparition du baron Reille-Soult, figure régionale connue, était apparue comme le symbole de l'insécurité persistante. De temps à autre un certain groupe "Soleil", venu de la région de Limoges, opérait dans le sud de la Vienne des "raids" de pur banditisme. Encore au mois d'août 1945 Jean Schulher se plaint de ce que trois suspects de collaboration, libérés après un jugement régulier, aient été aussitôt assassinés, dès leur retour en Vendée.

 

"Histoire de Poitiers", sous la direction de Robert Favreau, 1985, p. 405.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:07

Route-vers-couronneries-bouchons-1973.JPG

Centre Presse, Fin Juillet-Début Août 1973.

 

Rocade-D162-vers-ZUP.JPGUn cliché réalisé au même endroit, le Jeudi 2 Juillet 2009, vers 10h, sur le pont reliant le quartier du Dolmen à Beaulieu, qui passe au-dessus de la RD 162.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 08:52

Je n'ai jamais eu l'occasion d'y jouer, et franchement, je n'en ai pas envie. Mais je ne sais pas par quel miracle de l'esprit j'ai réussi à le place dans une conversation il y a quelques jours de cela. Au boulot. L'occasion de se rappeler de cette pub parfaitement nineties.

 

26 Octobre 1994.

 

  • Production

  • Agence, Boulogne : BDDP
    Producteur, Paris : After Movies
    Annonceur, Le-Bourget-du-Lac : HASBRO

La boîte de jeu

Quelques photos des "beaux gosses" (BG) du jeu

 

denisremibrunovincent

 

Illustration de la boîte prise sur generation-souvenirs-le-blog.fr (qui fait erreur, le jeu n'est pas sorti en 1996 mais en 1993) et  les BG sur coup-de-vieux.fr (qui fait la même erreur, mais qui a pompé sur l'autre sans vérifier?!).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les pubs vintage
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:28

Assez hallucinant de constater que quasiment 10 ans jour pour jour, Nicolas Sarkozy repart à l'assaut de la même forteresse. Avec la même issue?

Déjà en 2004, un affaire de gros sous: un congrès au Bourget à 5 Millions d'euros

 

Déjà un hommage à Alain Juppé, perdant malgré lui

 


  France 2, 20h, Béatrice Schönberg, Dimanche 28 Novembre 2004.

 

La polémique du coût du congrès


France 3, le 19/20 Jeudi 25 Novembre 2004.

 

Le "projet sarkozyste" après la prise du pouvoir

 

France 3, le 19/20, Catherine Matausch, Vendredi 26 Novembre 2004

 

La journée des militants "sarkophiles"

 

France 2, 20h, Dimanche 28 Novembre 2004.

 


Rappel des résultats: N. Sarkozy: 85.1%; N. Dupont-Aignan: 9.1% et C. Boutin: 5.8%

Participant(e)s au vote: 70830 adhérent(e)s.


 

Six mois, le constat de la "liquidation" du chiraquisme au sein de la structure "gaulliste"

Logo-Le-Monde-1976.jpg

 

 

Nicolas Sarkozy "déchiraquise en douceur" l'UMP

LE MONDE | 11.05.2005 à 13h28 • Mis à jour le 11.05.2005 à 14h41 | Par Philippe Ridet


Depuis un mois, dans le hall d'accueil du siège de l'UMP, rue La Boétie à Paris, un écran lumineux égrène le chiffre des nouvelles adhésions enregistrées depuis le mois de septembre 2004, date à laquelle Nicolas Sarkozy s'est déclaré candidat à la présidence du parti. Mardi 10 mai, celles-ci s'élevaient à 30 084 pour un total de 127 800 adhérents. Le calcul est simple : d'après le décompte de l'UMP, un quart des militants ont rallié récemment le parti majoritaire, anticipant ou suivant l'élection de son nouveau président.

 

"Chirac ? Il ne faut pas leur en parler. Ça les énerve, raconte Eric Raoult, député de Seine-Saint-Denis, qui fit pourtant toutes les campagnes du président de la République. Quant à Juppé, il a été passé par pertes et profits." "Je suis obligé de rappeler à certains militants de mettre des photos du chef de l'Etat lors de nos réunions pour le référendum. Les nouveaux oublient facilement" , explique un élu. "Ils viennent pour Sarkozy, et rien que pour lui, témoigne Yves Jégo, proche du président de l'UMP et chargé des nouvelles adhésions. C'est l'homme qui les intéresse. Ce qu'ils veulent c'est préparer l'avenir avec lui."

 

Pour M. Sarkozy, préparer l'avenir c'est d'abord préparer la présidentielle de 2007, fût-ce sous couvert du référendum. A cet égard, les nouveaux adhérents de l'UMP sont appelés à prendre une place déterminante dans le dispositif imaginé pour désigner le candidat du parti à l'élection suprême. Et personne dans l'entourage de M. Sarkozy ne doute de leur vote le moment venu : "Il n'y pas de raison qu'ils ne le suivent pas quand ils devront assumer un choix, y compris face à Chirac" , explique M. Jégo.

 

Cette situation a commencé d'alarmer les chiraquiens et les juppéistes. Xavier Darcos, ministre délégué à la coopération et à la francophonie, s'est récemment ému de l'arrivée massive de nouveaux adhérents qui modifient en profondeur la sociologie du parti.

 

Un responsable de fédération juppéiste qui a vu le nombre de ses militants quasiment doubler en six mois note que ces nouveaux membres sont "plus jeunes, plus libéraux, plus à droite" . "Leur première passion, c'est Sarko. Leurs votes lui seront acquis" , note-t-il avec fatalisme.

 

Que faire ? Après avoir renoncé à présenter un candidat contre lui à la présidence de l'UMP et constaté qu'il ne s'asphyxiait pas dans ses nouvelles fonctions, les chiraquiens ne peuvent s'opposer à la transformation de l'ancien parti du président en parti du candidat. L'accusation d'OPA hostile ne tient pas. Parmi les militants qui ont élu M. Sarkozy à la tête du mouvement le 28 novembre 2004, la plupart avaient voté pour M. Juppé deux ans plus tôt et soutenu Chirac quand ils étaient au RPR. "Il n'y pas eu de "déchiraquisation" brutale, explique un cadre de la rue La Boétie. Mais une "sarkozisation" en douceur." La preuve ? La plupart de ceux qui exerçaient des responsabilités au côté de M. Juppé sont restés en poste, tel le député de l'Aube François Baroin ou Jérôme Peyrat, directeur général du parti. Des juppéistes comme le trésorier Eric Woerth ou les porte-parole Luc Chatel et Valérie Pécresse sont restés en place, permettant à M. Sarkozy de se poser en rassembleur : "On m'accuse de déchiraquiser le parti, se défend-t-il. Mais l'UMP que je préside est plus ouverte que ne l'était le RPR de Chirac." Il ajoute : "Je ne demande à personne de renier Chirac."

 

"SANS TUER LE PRÉSIDENT"

 

Renier Chirac. Pour l'heure aucun des soutiens du chef de l'Etat n'a publiquement pris fait et cause pour son rival. Mais certains commencent à trouver le temps long, attendant de l'Elysée un ordre de bataille qui ne vient pas. Paix armée ou drôle de guerre, les escarmouches ont cessé entre les deux camps à la faveur de la campagne référendaire. M. Baroin se dit aujourd'hui rassuré par le calendrier de M. Sarkozy qui, en repoussant à la fin de 2006 le choix du candidat de l'UMP, permet à M. Chirac de se sentir "libre le plus longtemps possible" . "Il ne faut pas donner l'impression de vouloir tuer le président" , explique plus crûment le ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy. De son côté, le premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, en appelle à la raison : "Jamais le parti ne devra apparaître comme étant contre le président" , confiait-il récemment à ses visiteurs.

 

M. Sarkozy, lui, feint de jeter les vieilles rancunes à la rivière. A un chiraquien historique qui lui avait écrit pour le féliciter d'avoir retrouvé son siège de député des Hauts-de-Seine, M. Sarkozy a répondu simplement "merci" . Et il a signé, comme si les batailles passées étaient oubliées, "ton ami" . Le destinataire n'en est pas revenu.

 

Philippe Ridet

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans C'est arrivé ce jour là
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 09:09

Ils sont fous ces Anglais!

Logo-Centre-Presse-1965--2-.jpg

 

100 livres d'amende pour miaulement abusif

 

Londres - Un jeun chômeur britannique s'est vu infliger vendredi, une amende de 100 livres (1.150FF environ) pour avoir "miaulé abusivement" devant un chien policier.

M. Lawrence O'Bowd, 18 ans et sans emploi, a été reconnu coupable par le tribunal de York (nord de l'Angleterre) d'avoir tenu un langage "menaçant et abusif" et de s'être comporté de façon "susceptible de porter atteinte à l'ordre public".

Selon le procureur, M. O'Bowd et plusieurs autres jeunes obstruaient le trottoir d'une rue commerçante quand un agent de police, chien en laisse, les a invités à circuler. Pour toute réponse il ne devait s'attirer qu'un miaulement, considéré par le tribunal comme "abusif" dans cette situation.

"Je n'arrive pas à la croire", s'est exclamé le jeune homme en sortant du tribunal.

 

Centre Presse, Lundi 19 Novembre 1984.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 09:17

Un moine dans son froc, illustration prise sur france-pittoresque.com

FROC (VHA*hroch, habit),sm. Partie de l'habit des moines qui couvre la tête ainsi que le devant et le derrière de la poitrine. II Costume d'un religieux: Mettre son froc.  - Fig. Prendre le froc, se faire moine. II Jeter le froc aux orties, renoncer à la vie monacale ou à l'état ecclésiastique. -Der. Frocard, frocaille. - Comp. Enfroquer, défroquer.

 

FROCAILLE (froc + sfx péjoratif aille), sf Les Moines : La frocaille exaspérait Rabelais. (Fam)

 

FROCARD (froc + pfx. péjoratif ard) sm: Voltaire n'aimait pas les frocards.

 

Dictionnaire français illustré des mots et des choses de MM Larive et Fleury, 1888, p. 761.

 

*VHA: vieux haut-allemand.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le Mot du XIXème siècle
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg