Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

Les Dossiers D'antan...

18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 08:49

 

JEAN-MICHEL-PARKING-2-PLACES.JPG

Poitiers, Parking de Gaulle (Notre-Dame), Mercredi 17 Septembre 2014.

 

Question simple: serait-il possible d'envisager un jour des sanctions pour ce type de comportement, sachant que le Jean-Michel n'a pas fait le moindre effort pour se garer? A moins que l'on accepte la logique des mecs qui font n'importe quoi, et qui n'étant pas sanctionnés, n'ont pas de raison de se "civiliser".

Vu que nous sommes dans une mairie socialiste, et que le socialisme, de ce que j'ai cru comprendre de l'Univ' d'Eté du Parti Socialiste à La Rochelle "ce n'est pas le renoncement, ce n'est pas dire que l'on ne peut pas changer les choses et qu'on y peut rien", voilà une proposition qu'il pourrait être utile de débattre.

En tant qu'usager du parking, je ne vois pas pourquoi les Jean-Michel pourraient sucrer la moitié des places sans qu'on leur dise rien, alors que des voitures garées hors des "clous" en centre-ville (car toutes les places sont prises) sont verbalisées le soir (après 20h), alors qu'elles ne gênent ni la circulation, ni le piéton?

 

Complément du 23 Octobre 2014

S'il y a beaucoup de place dans un parking, est-ce que je peux stationer sur deux emplacements?

NON. Se stationner sur deux places est considéré comme un stationnement hors emplacement.

La référence: R417.10 du Code de la Route: "Est considéré comme gênant la circulation publique, l'arrêt ou le stationnement d'un véhicule sur une voie publique spécialement désignée par arrêté de l'autorité investie du pouvoir de police municipale."

Ce que ça coûte: amende de 11€ pour les parkings couverts (au tire d'un arrêté municipal) et 35€ pour les parkings publics extérieurs (au titre du Code de la Route).

Poitiers Mag, page 11, N°219.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 08:29

HORRIPILATION GARANTIE POUR LES FANS DU CINEMA DE JACQUES DEMY!

 


 
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:16

CONFIANCE: Croyance à la bienveillance, à la probité d'autrui ou à l'efficacité d'une chose: Avoir confiance en son médecin. Avoir confiance à un médicament. II Homme de confiance, à qui l'on se fie entièrement et que l'on charge de ses affaires les plus secrètes et les plus délicates.

 

Dictionnaire Français Illustré des Mots et des Choses, par MM. Larive et Fleury, Tome Premier, 1888, p. 311.

 

Valls 35H 2011
La Nouvelle République, Mardi 4 Janvier 2011.

En ce Mardi 16 Septembre 2014, jour où normalement la confiance devrait-être votée au gouvernement (je n'imagine guère que des dizaines de député(e)s PS fassent le choix de la défiance, acceptant tout droit d'aller à ce que l'on ne peut appeler autrement qu'une boucherie électorale), l'expédition des affaires courantes va reprendre. Après le gouvernement de "combat", voici celui de la "cohérence", qui je l'espère ne sera pas remanié après la défaite attendue des sénatoriales à la fin du mois.
Alors puisque l'on parle de cohérence, voici ma question: quelle est la position du Premier Ministre sur la question des 35 heures, que ce dernier, alors simple candidat des "primaires citoyennes" socialistes et radicales, souhaitait "dévérouiller [...] pour permettre aux Français de travailler plus et travailler mieux", déclarait-il le 2 Janvier sur Europe 1, sans que cela n'ait a priori un quelconque rapport avec une Saint-Sylvestre trop arrosée.
De deux choses l'une: soit Manuel Valls le pense toujours sincèrement mais sait qu'il n'aura pas la majorité pour le suivre (à moins de tenter un incroyable coup particulièrement osé), soit il a pris une posture à l'époque afin de se faire remarquer, et donc permettre à sa campagne de décoller, en tentant de prendre la primaire par la droite, le courant en vogue alors, les sociaux-démocrates étant alors représentés par la "non-candidature" de DSK. A mon avis je penche pour la première proposition.
En espérant qu'une fois la confiance votée, on trouve, faute de retrouver, de la "cohérence"au gouvernement.
PS: de toute façon, il y a un chose que l'on oublie qui est simple. Au sein du PSE, le Parti Socialiste Européen, le PS "made in France" fait parti des membres les plus à gauche du groupe. Franchement? Comparez avec le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, la Grèce, la Belgique, la Scandivanie,...

"Petite phrase de Manuel Valls"
France 2, Marie Drucker, Dimanche 2 Janvier 2011.
Mais en remontant le temps, on peut remarquer cette autre prise de position qui date de Janvier 2008. C'était juste après la première conférence de presse du Président Sarkozy.
France 3, Stéphane Lippert, Mardi 8 Janvier 2008.
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:06

tag-grichka-bogdanov-poitiers.JPG

Sous le pont de la Pénétrante juste avant la rue du Jardin des Plantes, Jeudi 4 Septembre 2014, 12H45.

 

Qu'il est étrange ce portrait au combien réussi de Grichka Bogdanov (tout juste 65 ans depuis le 29 août dernier). Ce regard qui, pendant que vous attendez au feu rouge guette, et quasi-quotidiennement, je l'affronte une minute durant. Avec cette envie de dire: "Putain, mec, t'as vu ta gueule!? Mais tu veux faire quoi au final?"

Il est 07h05 et j'écoute les infos sur France Culture. J'ai déjà vu un "simili-humain". En attendant d'en voir d'autres du côté de Loudun...

 

Bonus-vidéo :

"Interview Croyances" des Frères Bogdanov

 

 

Tout le Monde en Parle, Thierry Ardisson, Samedi 29 Mai 2004.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 11:07

Ment-il comme un arracheur de dents, ou un arracheur de couilles?

Impots-et-pinces-2013.JPG

Poitiers, Eté 2013.

 

"Tout finit toujours par se savoir" par Thomas Thévenoud

M. Thévenoud en Mai 2014 sur un plateau de La Chaîne Parlementaire.
Mais pour moi, la meilleure analyse concernant le furtif Secrétaire d'Etat au Commerce Extérieur et néo-"administrativophobe" vient d'André Pouce.

 
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 07:50

Horaires-mediatheque-Poitiers-2014.JPG

Fini les soirées à la Médiathèque le mardi soir jusqu'à 22h, toujours pas d'ouverture le lundi, mais par contre, ouverture le jeudi matin dès 11H (contre 13H depuis quelques années), et ouverture dès 10H le samedi matin, ce qui laisse le temps d'aller faire son marché Place Notre-Dame ensuite.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:07

La Catalogne ressuscite la Barcelone du 18ème siècle, symbole de l'indépendance

Le 05 avril 2014 à 10h58 | 

Afiche pour la "fête nationale" en Catalogne, édition 2012. Pris sur www.barcelona-news-france.blogspot.fr

 

A l'abri sous la majestueuse halle de fer de l'ancien marché du Born, les vestiges de Barcelone au 18ème siècle, aujourd'hui exposés au public après un long chantier de restauration, sont devenus le lieu-symbole des aspirations à l'indépendance de la Catalogne.

A l'entrée du marché flotte un immense drapeau catalan, rayé rouge et jaune. A l'intérieur, tout rappelle la date du 11 septembre 1714: le jour où Barcelone, après 14 mois de siège, a cédé face aux troupes franco-espagnoles menées par le roi d'Espagne Philippe V. Une bataille qui avait marqué la fin de la Guerre de Succession d'Espagne et imposé le règne des Bourbon sur la Catalogne, alors une principauté qui disposait d'une large autonomie. "Il y a 300 ans, Barcelone et la Catalogne ont lutté pour un avenir meilleur. Aujourd'hui aussi, elles veulent vivre libres et en paix", proclame un panneau expliquant l'histoire de ce lieu devenu centre culturel et attraction touristique majeure depuis son inauguration, le 11 septembre 2013.

Mêlant culture et histoire, le projet de restauration de cette gigantesque halle de métal dessinée par l'architecte Antoni Rovira i Trias, construite entre 1874 et 1878 pour devenir le principal marché de la ville, devait abriter une bibliothèque. Mais après la découverte en 1994, dans son sous-sol, de vestiges du 18ème siècle, à l'origine de retards dans les travaux, il a été décidé d'abandonner le projet initial et de conserver les ruines.

Alors que la Catalogne veut organiser le 9 novembre un référendum d'autodétermination, le lieu s'est imposé comme le symbole de l'identité catalane, autour de la date du 11 septembre 1714 dont le tricentenaire est fêté cette année. Les opposants à l'indépendance, soutenus par Madrid, dénoncent ces célébrations comme un acte de propagande électorale. "Les partis indépendantistes ont utilisé cette guerre pour la transformer en un symbole de l'indépendance et de la lutte de la Catalogne contre l'Espagne, alors que c'était une guerre européenne entre deux dynasties", les Bourbon et les Habsbourg, affirme Enric Millo, porte-parole en Catalogne du Parti populaire, de droite, au pouvoir en Espagne.

  • Un 'mythe fondateur'

"1714 a toujours été la date-symbole du nationalisme catalan. Cette année, avec le tricentenaire, la date revêt une importance spéciale", relève le philosophe et politologue Josep Ramoneda, en soulignant que "comme tous les mythes fondateurs, c'est un mélange de mensonge et de vérité".

A l'intérieur du marché, s'étalent les restes du quartier de la Ribera, détruit sur ordre du roi après la prise de Barcelone pour y construire une citadelle. Aux pieds des visiteurs, les ruines dessinent la physionomie de la ville du 18ème siècle, ses rues pavées datant de l'époque médiévale et ses maisons. "Il faut s'imaginer une ville pleine de lumières et de couleurs, aux rues bordées de commerces, de tavernes, très raffinée, mêlant toutes les couches de la société", raconte Quim Torra, le directeur du centre. Les murs portent quelques cicatrices des milliers d'obus tombés sur Barcelone durant le siège.

Avant 1714, la Catalogne "avait sa monnaie, un système d'impôts propre, un Parlement, ses villes étaient dirigées par des gouvernements locaux et le catalan était langue officielle", explique Albert Balcells, historien de l'Institut d'Etudes catalanes. Attachée à ses privilèges, la région, comme l'Aragon, Valence et les Baléares, avait pris position durant la Guerre de Succession (1701-1714) pour l'archiduc Charles d'Autriche comme candidat au trône d'Espagne, plutôt que pour Philippe V, descendant de la couronne de France, de tradition absolutiste.

Après la signature du Traité d'Utrecht en 1713, qui a scellé la paix en Europe, Philippe V a achevé de vaincre la résistance de la Catalogne, supprimé les institutions régionales et interdit l'utilisation du catalan comme langue officielle. "Cette guerre et ses conséquences ont été la plus grande calamité de l'histoire de la ville. Le siège a été une tuerie", assure Toni Soler, directeur du programme du Tricentenaire. "Il y a du clair obscur" dans la lecture qui est faite de l'histoire, nuance pourtant Josep Ramoneda. "Il est vrai que la Catalogne a perdu beaucoup, mais il y a aussi une part d'imagination".

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 08:42

Cet article a été publié au début du mois d'avril 2014. Je ne partage pas forcément l'ensemble des points de vue ici proposés, mais il semblait toutefois juste de vous proposer cette analyse qui soulève parfaitement de nombreuses problèmatiques qui se posent actuellement aux pouvoirs exécutif et législatif. Son auteur, dont je tairais le nom, n'a en aucun cas cherché à se prendre pour une Elizabeth Tessier de la politique. Mais force est de reconnaître qu'il est loin d'être dans le faux.

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/joconde/0070/m060704_0000697_p.jpg

"La République", tableau de Armand CAMBON, 1848.

Exquisse exécutée pour le concours ouvert à Paris en 1848 et retenue ; le tableau final (refusé) est conservé au musée Ingres : MID.849.1 La République

Inscription concernant la représentation sur le piédestal ; XXII XXIII FEVRIER MDCCCXLVIII

Illustration et informations prises sur www.culture.gouv.fr

 

Analyse rapide à l’aune du changement de Premier ministre et tout le monde aura beau conjecturer sur le trou dans le macaroni, ces 6 problèmes se poseront tous tôt ou tard, à l’instar de boulets, bombe à retardement ou épées de Damoclès :

1) Constat : F. Hollande a trouvé la meilleure façon de torpiller les ambitions de Valls : le nommer à Matignon : le carriériste ne pourra pas aller plus haut maintenant (forme de plafond de Peters imposé) : aucun 1er ministre depuis 1962 n’a jamais pu être élu Président. Il lui offre un pays dans la pire situation qui soit : chômage, déficit de 4,3%, précarité, colère. Beau cadeau empoisonné, mais vrai challenge potentiel. Il risque malheureusement de polariser et d'accumuler encore le mécontentement car aucune politique nouvelle n'est réellement prévue au delà des hommes.

2) Plus grave : Hollande nomme une personnalité qui est loin de faire l’unanimité (les Verts, l’extrême gauche et une partie de la majorité sont en désaccord avec ses idées) – qui plus est le dernier des primaires socialistes ! Comment veut-il "rassembler" avec une personnalité "clivante" jusque dans son parti ?
Autrement dit, le 1er ministre devant gouverner avec une majorité parlementaire dans laquelle aucune coalition ne sera possible sur les textes importants, on va très vite retomber dans l’immobilisme ou les consensus mous où l’on ne décide rien. Ce n’est évidemment pas le message donné aux municipales par le peuple : le président n’a donc pas encore compris ce message et le mécontentement va encore augmenter. Valls n’étant qu’un fusible en fait majoritaire, c’est Hollande qui sera mis devant ses responsabilités car on sait que c’est le Président qui « aspire » à lui ses fonctions.

3) Un Premier ministre doit « gouverner » or l’on sait que c’est impossible en période de fait majoritaire sous la Vème Rép. : le Président est la clé de voute de tout l’exécutif. C’est le 1er ministre qui devra assumer toute la responsabilité de ses erreurs. C’est donc un fusible pour lequel il ne faut surtout pas une « forte personnalité ». Chaque fois qu’il y a eu un Premier ministre un peu autonome ou à forte personnalité (Rocard/Mitterrand, Pompidou/Chaban ou encore Giscard/Chirac) soit le Président torpillait régulièrement ses initiatives, soit le 1er Ministre, excédé, démissionnait. Je n’exclus donc pas le risque d’une « cohabitation » interne à la gauche comparable à Mitterrand/Rocard qui se détestaient.

4) La seule vraie réaction appréciée du Président aurait été la démission ou la dissolution de l’Assemblée (dans cette hypothèse, c’est le peuple qui arbitrait le problème et désignait sa nouvelle majorité recomposée). Mais le fait majoritaire (domination du Président sur tout l’exécutif) couplé au quinquennat et à l’égo lié aux difficultés d’accéder à une telle fonction rendent ces deux solutions inimaginables aujourd’hui.

5) Changer les têtes ne changera rien. Si le peuple rencontre un problème avec l’exécutif sous la Vème Rép. exprimé à l’issue d’un scrutin (municipal), c’est uniquement auprès du Président qu’il faut en tirer les conséquences. C’est ainsi que le fondateur du régime (De Gaulle) fonctionnait (1969).

6) Enfin, - pour commentaire rapide - le discours du Président place trois objectifs prioritaires à ce nouveau gouvernement : Education – Santé – Pouvoir d’achat.
Et le chômage ? Et la croissance économique ? Et la réindustrialisation du pays ? Et la nécessité IMPERIEUSE d’une réforme des retraites ? (entre autres). La réponse à ces questions préfigure donc nécessairement une issue tragique dans la continuité et l'accroissement du mécontentement entamé. Mes excuses pour la longueur (bien que j'ai résumé) et pour celui à qui ça pourra déplaire même si j'essaie de me montrer objectif.

 

L'ami de PPP

Partager cet article
Repost0

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg