Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 09:13

...Mais c'était bien tenté!

Marianne, 24 Juillet 2015.

Marianne, 24 Juillet 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 08:41

"Deux policiers du Sud de la France arrêtés...: ils avaient enfoncé un bâton de police dans le rectum du suspect. [...] Les policiers manifestaient hier pour le droit à l'interrogatoire poussé. Voyez, poussé c'est dans le cul. Les coups et les douleurs ça se discute pas non plus. La police c'est pas un métier facile vous êtes chié: si on peut pas foutre des coups de poing dans la gueule, des coups de pieds dans les couilles, et puis des bâtons de flic dans le cul, comment voulez vous les interroger, des fois ils parlent même pas votre langue!"

La Revue de presse, Coluche (1980).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 16:54

Hélas, encore bien trop d'actualité

Dessin de André Dahan.

Dessin de André Dahan.

Le Point, 1er Janvier 1979, N°328.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 09:11
1977 au cinéma : un tout petit millésime français

France : quelques succès, beaucoup d'échecs...

 

Face à la richesse et à la diversité du cinéma américain, la production française fait figure de parent pauvre et seuls quelques titres émergent d'une importante production nationale, en grande partie encombrée par une avalanche de films pornographiques tournés à toute vitesse et pour de petits budgets, destinés à alimenter les salles classées "X". Au chapitre des réussites: le dernier film de François Truffaut avec Charles Denner, L'Homme qui aimait les femmes, une oeuvre tendre et parfois amère; Un Taxi Mauve d'Yves Boisset avec Charlotte Rampling, Fred Astaire, Philippe Noiret et Peter Ustinov d'après le roman de Michel Déonet situé en Irlande; La Communion solennelle de René Feret, très ambitieuse chronique d'une famille de 1890 à nos jours, et Le Crabe-Tambour de Pierre Schoendoerffer qui raconte la recherche, par un commandant d'escorteur d'escadre, d'un ancien compagnon d'Indochine dont il a trahi l'amitié lors des évènements d'Algérie.

A noter aussi Nous irons tous au paradis d'Yves Robert dans lequel ce dernier retrouve ses interprètes de Un éléphant ça trompe énormément (Jean Rochefort, Victor Lanoux, Guy Bedos, Claude Brasseur et Danièle Delorme) et Mort d'un pourri de Georges Lautner, avec Alain Delon et Mireille Darc, dont le cadre est celui de l'affairisme politique. Après une succession d'échecs, dont Le Gang de Jacques Deray et Armaguédon d'Alain Jessua, sortis tous les deux en 1977, Alain Delon témoigne soudain d'une réelle ambition en s'attaquant à une histoire de corruption qui n'aurait pas déplu à Francesco Risi.

Providence d'Alain Resnais, justement récompensé par une pluie de Césars, est sans aucun doute l'un des meilleurs films français de l'année. L'auteur de l'année dernière à Marienbad y juxtapose le réel et l'imaginaire en décrivant les obsessions et les réminiscences d'un écrivain au bord de la mort. L'admirable photographie de Ricardo Aronovich va de pair avec une distribution qui réunit John Gielgud, Dirk Bogarde, Ellen Bustyn et David Warner. Réussite également pour Le Juge Fayard dit Le Shérif, d'Yves Boisset, avec Patrick Dewaere, dont le scénario se réfère à l'histoire authentique du juge Renaud, abattu par le milieu lyonnais dont il menaçait l'impunité. Grand admirateur du cinéma américain, Yves Boisset combine ici l'efficacité du film policier hollywoodien à l'ambition du cinéma politique italien. Cette même perfection technique se retrouve dans La Menace d'Alain Corneau, joué par Yves Montand, Marie Dubois et Carole Laure. Conçu comme un véritable suspens psychologique, La Menace confirme, après Police Python 357, le talent d'Alain Corneau, l'une des rares révélations du nouveau cinéma français.

Ces indéniables réussites ne masquent malheureusement pas la médiocrité de la production moyenne française qui, de Drôle de zèbres, le premier film de Guy Lux, à René La Canne de Francis Girod, en passant par L'Animal de Claude Zidi (le dernier film de Jean-Paul Belmondo), se complait dans le conformisme. L'Imprécateur de Jean-Louis Bertucelli a été comme A Chacun son enfer d'André Cayatte, avec Annie Girardot, et Nuit d'or de Serge Moati, un tragique échec.

Face à la médiocrité du cinéma traditionnel, les ambitions d'auteurs plus intellectuels se sont révélées toutes aussi vaines, ni Le Camion de Marguerite Duras, ni Le Diable probablement de Robert Bresson, n'annoncent l'arrivée d'un cinéma de qualité, mais public. Enfermer le cinéma dans un ghetto intellectuel est tout aussi redoutable pour le cinéma français que de flatter les goûts les plus idiots de la masse. Alors que les trois premiers trimestres de l'année 1977 avaient marqué la désaffection du public vis-à-vis du cinéma français en général, le dernier trimestre a vu l'apparition de deux grands succès peu prévisibles: La Vie devant soi de Moshe Mizrahi, d'après le prix Goncourt d'Emile Ajar, qui permet à Simone Signoret, dans le rôle de Madame Rosa, l'une des grandes performances de sa carrière, et surtout Diabolo Menthe de la débutante Diane Kurys. En décrivant l'atmosphère de l'année 1963, Diane Kurys a réussi un coup de maître, couronné tout à la fois par le prix Louis Dulluc et par un triomphe commercial (plus de 500000 entrées en six semaines à Paris).

 

Patrick Brion, Le cinéma en 1977, in Panorama Mondial des Evènements 1977, publié en 1978.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 09:13
Le cinéma en 1977 : le triomphe des Etats-Unis

L'imagination et le dynamisme hollywoodien

 

Alors que Les Dents de la Mer (Jaws) de Steven Spielberg venaient d'établir un nouveau record historique du cinéma américain, pulvérisant les chiffres obtenus par Autant en emporte le vent, Le Parrain ou La Mélodie du bonheur, La Guerre des Etoiles (Star Wars) de Georges Lucas, le réalisateur d'American Graffiti et de THX1138, a réussi à dépasser Les Dents de la Mer en tête du box-office, encaissant ainsi en moins de quarante semaines et dans les villes clés presque soixante millions de dollars. Réalisé par un jeune cinéaste de trente-deux ans, La Guerre des Etoiles mélange avec une surprenante virtuosité les thèmes de la bande dessinée à une technologie futuriste stupéfiante. La naïveté du scénario est vite pulvérisée par la qualité des effets spéciaux dont certains ont mis trois ans pour être perfectionnés...

Au titre des réussites de l'année de la production hollywoodienne, il convient de citer Annie Hall, de Woody Allen qui, plus que jamais auteur complet de ses films, se raconte lui-même et se penche sur ses problèmes affectifs avec Diane Keaton. Black Sunday de John Frankenheimer, avec Robert Shaw et Marthe Keller, qui imagine le terrorisme palestinien s'attaquant aux Etats-Unis et Le Dernier Nabab (The Last Tycoon) d'Elia Kazan, d'après F. Scott Fitzgerald. Robert de Niro y personnifie un jeune producteur ambitieux (Fitzgerlald s'était inspiré de la destinée fulgurante d'Irving Thalberg, le chef de la production de la MGM) et Elia Kazan retrouve non sans nostalgie l'atmosphère du cinéma hollywoodien de la grande époque.

C'est au contraire l'Amérique la plus moderne et la plus réaliste que décrit John Avildsen dans Rocky, qui obtint l'Oscar du meilleur film et dont le scénario fut écrit par un jeune acteur peu connu, Sylvester Stallone, vedette du film et propulsé d'un coup parmi les grands espoirs du cinéma américain grâce à ce rôle d'un boxeur amateur soudain confronté à un champion du ring. Network (Main Basse sur la TV) permet à Sydney Lumet, aidé par son scénariste Paddy Chayefsky, de s'attaquer à la puissance de la télévision américaine en brossant le portrait d'un présentateur-vedette qui mourra assassiné en direct, sous les yeux des téléspectateurs. Sydney Lumet en profite pour dénoncer le pouvoir et l'influence de la télévision commerciale, révèlant le rôle néfaste des sondages et la course à l'audience. Peter Finch, William Holden et Faye Dunaway en productrice arriviste y sont splendides.

Ancienne victime de la liste noire et des persécutions maccarthystes, Martin Ritt consacre Le Prête-Nom (The Front) à la dramatique période de l'histoire d'Hollywood que fut celle de la "chasse aux sorcières". Woddy Allen et Zero Mostel dont la carrière fut momentanément brisée par la liste noire, interprètent ce très curieux film, à mi-chemin entre la satire et l'humour noir. La période que décrit En route pour la gloire (Bound to Glory) de Hal Ashby, dont c'est le meilleur film, retrouve la force et la violence des films de la Warner Bros, tels que Heroes for sale et Wild Boys of the Road pour décrire les trains bondés de "clandestins", les camps de réfugiés, le syndicalisme militant et parallèlement la fabuleuse volonté créatrice d'auteurs en liberté tels que Woody Guthrie, le héros du film. Autant la reconstitution d'Hal Ashby est remarquable, autant celle tentée par Peter Bogdanovich dans Nickelodeon pour retrouver le climat enfiévré des tournages de l'époque héroïque du cinéma muet américain, est décevante. Ancien cinéphile et ancien critique, Bogdanovich échoue une nouvelle fois en tentant d'imiter ses maîtres. Valentino, de Ken Russell, est consacré lui aussi à l'univers du cinéma muet et "l'enfant terrible" du cinéma britannique en profite - comme on pouvait le deviner - pour se livrer à ses recherches esthétiques et donner libre cours à ses nombreux phantasmes. Mise à part l'admirable apparition de Rudolph Valentino que joue Rudolf Nureev et que l'on voit danser avec Anthony Dowell qui personnifie Nijinsky, le film n'est que la caricature outrancière de la vie de Valentino. Ken Russell y semble, plus que jamais étouffé par ses propres obsessions. Dommage de voir ainsi gâchée la possibilité de s'attacher à travers la destinée exceptionnelle de Valentino à la grande époque de folie créatrice du cinéma hollywoodien des années vingt.

Auteur inégal, Don Siegel a réussi avec Le Dernier des Géants (The Shootist) un de ses meilleurs films. Le film débute symboliquement le 22 janvier 1901, au moment où l'on apprend au Nevada la mort de la reine Victoria, et retrace la dernière semaine d'un "tireur", miné par un cancer et qui donne un ultime rendez-vous à tous ceux qui rêvent de se mesurer à lui pour le tuer. John Wayne, dont c'est un de ses plus beaux dernier rôles, incarne splendidement ce vieil aventurier de l'Ouest, confronté à une mort inéluctable. Réussite également pour Stanley Kramer dont La Théorie des Dominos (The Domino Principle), avec Gene Hackman et Candice Bergen, décrit sans concession l'engrenage diabolique des services secrets pris à leurs propres pièges.

Sydney Pollack adapte dans Bobby Deerfield une histoire d'Erich Maria Remarque (Heaven has no favourites) et retrouve parfois le lyrisme déchirant d'un Frank Borzage en racontant la liaison sans espoir d'un pilote de courses (Al Pacino) et d'une jeune femme (Marthe Keller), atteinte d'un mal incurable. Si certains ont pu être déçus par L'Île des Adieux (Islands in the Stream), d'après Ernest Hemingway, avec George C. Scott, ou par New York, New York de Martin Scorcese, le réalisateur de Taxi Driver, joué par Robert de Niro et Liza Minelli, tous ceux qui avaient déploré l'échec de Buffalo Bill and the Indians de Robert Altman ont retrouvé avec plaisir dans Trois Femmes (Three Women), admirablement interprété par Sissy Spacek, Janice Rule et Shelley Duvall, le talent de l'auteur de M.A.S.H. et de Nashville.

Comme toujours, Hollywood s'est également penché sur son passé en n'hésitant à réaliser plusieurs remakes de film célèbres: L'Île du Docteur Moreau (Island of Dr Moreau) de Don Taylor, d'après Island of Lost Souls, dont Charles Laughton avait été en 1932 la vedette, Une Etoile est née (A Star is born) d'Arthur Pierson, dans laquelle Barbra Streisand succède à Janet Gaynor et à Judy Garland, et enfin Mon "beau" légionnaire (The Last Remake of Beau Geste), de et avec Marty Feldman, l'un des acteurs comiques de la troupe de Mel Brooks. Aucun de ces nouvelles versions ne parvient toutefois à faire oublier les précédentes.

De même, le nouveau film des studios Walt Disney Les Aventures de Bernard et Bianca (The Rescuers) paraît bien pâle comparé à l'invention et au charme de Bambi ou d'Alice au pays des merveilles.

Curieusement, le film qu'Ingmar Begman nous offre chaque année a cette fois-i été un film américain, L'Oeuf du Serpent (The Serpent's Egg) avec David Carradine et Liv Ullman. Bergman nous plonge d'un coup dans l'Allemagne du pré-nazisme avec son chômage, ses médecins inquiétants et ses cabarets de débauche. Moins personnel peut-être que ses précédents films, L'Oeuf du Serpent fait songer tout à la fois à certains films de Federico Fellini, à Cabaret de Bob Fosse et au cycle Mabuse de Fritz Lang. C'est une oeuvre prophétique et angoissante dans laquelle on sent l'Allemagne basculer graduellement dans la folie hitlérienne;

Oscar du meilleur documentaire, Harlan County USA, de Barbara Kopple, retrace avec passion un mouvement de grève féminin et pose avec intelligence et courage les problèmes des ouvriers, du patronat américain et du "grand syndicalisme".

Terminons ce bref panorama de la production américaine par une surprise: l'un des films américains qui a obtenu les meilleures recettes en France, Lâche-moi les baskets (The Pom-Pom Girls), est passé presque inaperçu dans son propre pays...

 

Patrick Brion, Le Cinéma en 1977, in Panorama Mondial des Evènements 1977, publié en 1978.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 09:33
Le cinéma en 1977 : en France, l'hyper-domination des Etats-Unis (Partie I)

Morosité française...optimisme américain

 

Angoissé par la situation actuelle du cinéma français, le Bureau de Liaison des Industries cinématographiques s'est résolu à faire appel au président de la République française lui-même dans une lettre ouverte, largement diffusée dans la presse, en lui écrivant notamment: "Ce cinéma (le cinéma français), on est en train de le tuer, et si nous nous permettons de nous adresser à vous, c'est parce que nous avons épuisé en vain toutes les possibilités de nous faire entendre...En 20 ans, en effet, le nombre d'entrées dans les salles est tombé de 410 à 175 millions par an. Dans le même temps, le nombre de films annuellement diffusés par les chaînes est passée de 100 à plus de 500. Ainsi, en un an, 4 milliards de Français regardent les films à la télé...contre 175 millions dans les salles de cinéma qui, elles, représentent l'essentiel (89%) de nos ressources". Cette "lettre ouverte", diffusée au début de janvier 1978, résume parfaitement la tension qui s'est établie aujourd'hui, et tout particulièrement en 1977, entre le cinéma français et les trois chaînes de télévision nées de l'éclatement de l'ancien ORTF.

A ce pessimisme très passéiste, s'oppose au contraire la vitalité étonnante du cinéma hollywoodien et la revue professionnelle "Variety" titre ainsi fièrement son numéro du 11 janvier 1978: "1977: Biggest year in film history". La période de Noël 1977 a notamment été la plus rentable pour le cinéma américain depuis les débuts de son histoire, la recette globale ayant été de plus de dix millions de dollars par jour durant cette période. L'année 1977 marque ainsi une augmentation générale de 17% des recettes par rapport à 1976.

En France, en revanche, les recettes n'augmentent pas et indiquent au contraire dans certaines régions une baisse notable. Fait beaucoup plus grave pour le cinéma français, on découvre aujourd'hui que les films français perdent graduellement leur public habituel qui se tourne vers les films américains et surtout les films italiens qui font depuis quelques années une spectaculaire poussée sur le marché français.

La crise importante que traverse le cinéma français est beaucoup plus une crise de qualité et de création qu'une crise purement économique. La télévision exerce évidemment, face au cinéma, une redoutable concurrence, mais on peut remarquer d'une part qu'aux Etats-Unis, où la télévision est gorgée de films, les recettes sont en augmentation et d'autre part, que le public français continue de se presser en masse vers les films qui le tentent. A titre d'exemple, notons que le dernier James Bond, L'Espion qui m'aimait et La Guerre des Etoiles, ont eu, comme Les Aventures de Bernard et Bianca, plus de neuf cent mille spectateurs sur Paris-périphérie. Ce qui est vrai, c'est qu'aujourd'hui, le film français moyen qui assurait autrefois la fortune de son producteur n'est pas assez bon pour attirer un public devenu peut-être plus exigeant. Au lieu de regarder vers l'avenir, les producteurs français se tournent délibérément vers leur passé, regrettant l'heureuse situation économique des années cinquante, sans tenter, comme c'est le cas aux Etats-Unis et en Italie, d'innover et de créer un cinéma moderne qui corresponde aux exigences d'un nouveau public. Faute d'ambition et de talents créateurs, le cinéma français risque aujourd'hui de rejoindre le cinéma britannique contemporain, ou le cinéma allemand des années soixante.

 

Patrick Brion, Panorama Mondial des Evènements 1977, 1978.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 12:14
Trouvé sur le twitter de DDR Museum (à Berlin).

Trouvé sur le twitter de DDR Museum (à Berlin).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 10:00

Syrie. Que cherche vraiment Vladimir Poutine?

Publié le

Désormais, on connaît les intentions réelles de Vladimir Poutine

Selon le “Daily Telegraph”, la Russie s’apprêterait à construire une base militaire en Syrie. Une stratégie risquée au moment où les Européens envisagent des frappes contre Daech… en Syrie.

Alors que les Européens s’interrogent de plus en plus sur l’opportunité de frappes aériennes contre l’Etat islamique en Syrie, Vladimir Poutine a confirmé pour la première fois vendredi 4 septembre, en marge du forum économique de Vladivostok, l’engagement russe auprès du régime de Bachar El-Assad, explique le Daily Telegraph. “La Russie apporte un soutien logistique important à l’armée syrienne et entraîne ses soldats”, a-t-il confié à l’agence de presse Ria Novosti (repris par le quotidien britannique), ajoutant que Moscou voulait “créer une coalition internationale contre le terrorisme et l’extrémisme.”

Citant des sources américaines, le Daily Telegraph avance par ailleurs que la Russie a “construit une tour de contrôle et transporté des bâtiments préfabriqués pouvant accueillir jusqu’à 1000 personnes dans le port syrien de Lattaquié, le fief de Bachar El-Assad.” “La Russie, poursuit le journal, aurait également sollicité des pays voisins une autorisation de survol pour des avions militaires au cours du mois de septembre.”  

Cette information, si elle se confirme, contredit la stratégie des Occidentaux et notamment des Américains, estime le quotidien britannique. Il rappelle qu’au cours de leur rencontre, vendredi 4 septembre, Barack Obama et le monarque saoudien, le roi Salmane, ont “conditionné tout réglement durable de la crise à la fin du régime d’Assad.” Samedi, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a fait part de sa préoccupation face aux mouvements russes en Syrie, rapporte le New York Times, affirmant que cela pourrait conduire à “une confrontation” avec la coalition conduite par les Américains.

Malgré tout, “la marge de maeuvre de la Russie dans ce conflit semble assez limitée”, analyse l’Orient le jour. “Mais Moscou ne lâchera pas Bachar El-Assad avant d’obtenir des garanties sur ce que sera l’avenir de la Syrie. Il cherche pour l’instant à gagner du temps et à redonner du crédit au régime en place”, écrit le quotidien libanais.

 

Quelle réponse pour les Européens?

De leur côté, submergés par les réfugiés qui arrivent notamment de Syrie, les Européens réfléchissent à une stratégie pour endiguer ces mouvements de population en s’attaquant au problème “à la source”, pour reprendre l’expression du Chancelier de l’Echiquier (ministre des Finances) George Osborne, cité par le Daily Telegraph. Samedi, le quotidien le Monde annonçait que Paris envisageait des frappes aériennes contre Daech en Syrie.  “François Hollande doit préciser ses orientations lundi 7 septembre lors de sa conférence de presse”, annonce le journal.  

 

Le débat a très vite rebondi outre-Manche. Très critiqué pour son intransigeance face aux réfugiés, le Premier ministre britannique devrait lui aussi annoncer des mesures lundi pour accueillir des milliers de migrants en plus. Il doit aussi faire face aux pressions qui se multiplient pour réclamer une campagne de bombardements aériens en Syrie. S’il ne l’a pas exclue, David Cameron ne se lancera pas sans un vote au Parlement. “Mais il n’a pas besoin pour cela du soutien de tous les partis”, expliquait dimanche George Osborne.

Dimanche encore, dans une tribune remarquée publiée dans le Daily Telegraph, l’ancien archevêque de Canterbury, Lord Carey, a lancé un appel très clair en ce sens en affirmant qu’il “n’était pas suffisant d’envoyer de l’aide en Syrie ou d’accueillir des milliers de réfugiés.” Pour lui, Daech doit être “écrasé une fois pour toutes, et des frappes aériennes brtianniques ou toute autre forme d’assistance militaire” peuvent y contribuer.

Courrier International, 06 Septembre 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Archives en tout genres
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg