Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

Les Dossiers D'antan...

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 22:09
Propos-Chaban-Delmas-1976.JPGJacques Chaban-Delmas
Premier Ministre de Pompidou de 1969 à 1972
Candidat aux présidentielles de 1974
Maire de Bordeaux de 1947 à 1995

1er indice: un homme politique français mort en 2000.
2ème indice: a exercé de hautes responsabilités mais pas la suprême.
3ème indice: la déclaration date d'octobre 1976.
4ème indice: maire d'une grande ville durant de très nombreuses années.
DERNIER INDICE: a été Premier ministre et candidat aux présidentielles.

BRAVO A JOHAN QUI A TROUVE LA BONNE REPONSE
Partager cet article
Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 17:08
Grandon-et-Chamard-1983.JPGLa Nouvelle République, Mars 1983

Jacques Grandon: très longtemps conseiller général: défaite contre Santrot en 1977 et en 1983 au 1er tour.
Jean-Yves Chamard: conseiller général depuis 1973, député de 1988 à 1997, puis de 2002 à 2007: défaite contre Santrot en 1995 (1er tour).
Partager cet article
Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 14:43
Mars 2001: le gouvernement Jospin(PS) est au pouvoir de puis Juin 1997, après la dissolution ratée de Chirac, sur les conseils de Galouzeau de Villepin. Une nouvelle politique est mise en place, tout en profitant d'ailleurs d'une bonne situation économique mondiale: croissance annuelle de 3%, baisse du chomage, effacements des déficits, bref la situation économique et sociale s'améliore. Les municipales se déroulent avec les élections présidentielles de 2002 en point de mire, avec un match retour entre Jospin et Chirac (Round 2, après 1995). En 2000, une importante réforme de nos institutions a eu lieu, avec le référundum du quinquennat, qui accélère désormais le temps politique, et qui sera mis en place à partir de 2002. Jacques-Santrot-2001.JPGCentre Presse, Lundi 19 Mars 2001
Partager cet article
Repost0
24 février 2008 7 24 /02 /février /2008 16:15
undefined

Une fois n'est pas coutume, les élections municipales de cette année 1995 ont lieu en juin, et non en mars comme le veut le calendrier électoral habituel, non par envie de changement, mais simplement "à cause" des élections présidentielles d'avril-mai 1995. C'est la première fois depuis 1965 que ces deux élections tombent la même année.
En mai 1995, sonne la fin de l'ère socialiste, qui échappe à la Bérézina des dernières années Mitterrand, entre pots de vins, écoutes téléphinoiques, scandales en tout genres, suicides, santé de Mitterrand, situation économique et sociale catastrophique, un tsunami bleu aux législatives de 1993 (plus que 80 député(e)s) de gauche.
Une deuxième cohabitation voit le jour de 1993 à 1995 Edouard Balladur devient Premier Ministre.
Contre toute attente, c'est Jacques Chirac qui est élu Président de la République, face à un Lionel Jospin qui a plus que bien, défendu les couleurs de la gauche à cette élection, tandis que Balladur est à la surprise générale éliminé au premier tour. Autre enseignement de ce scrutin: le FN tourne de nouveau à 15 %, tandis que le PCF, avec son candidat Robert Hue se rétablit quelque peu en atteignant 8% des suffrages. Une ère nouvelle commence alors, mais dans un climat économique morose (croissance en panne, déficits, 3 millions de chomeurs,...).
A Poitiers, Jacques Santrot arrive au terme de son 3eme mandat, mais a perdu en cours de route, son mandat de député de Poitiers (1993).
Concernant les élections, ce sont deux gloires des années 1970 qui s'affrontent dans un duel au sommet: Jacques Santrot souhaite réaliser un 4 eme mandat de maire de Poitiers, et dirige la liste d'union de la gauche "Poitiers en Mouvement, la Ville Solidaire", tandis que la droite se retrouve représentée par Jean-Yves Chamard, député depuis 1988, pour la liste "Poitiers se Décide Avec Vous". Deux autres listes participent aussi à la compétition, à savoir celle de Thierry Barjault "Forces Vives" et enfin celle de Christophe Massé "Défense de la Démocratie communale, des services publics, de la laïcité et des intérêts de la population de Poitiers".
La droite se sent en position de force, elle qui remporte chaque élection depuis 1992, croit fortement en ses chances de récupérer l'Hotel de Ville, alors que selon Centre Presse, le moral de la gauche n'est pas au beau fixe.
Pourtant, depuis 1990, Poitiers reçoit le TGV, poursuit la piétonnisation du centre ville, notamment dans le secteur de Notre Dame, alors que le vaste chantier de la Médiathèque et lancé. La ville perd cependant des habitant(e)s recensement après recensement.
Le débat porte notamment sur deux grands projets majeurs pour la ville: la modernisation du campus, l'Université de Poitiers attirrant de plus en plus d'étudiant(e)s, et globalement des infrastrsuctures universitaires; sur le projet de transformation de l'ilot des Cordeliers afin de rendre dynamique le centre-ville.
La droite a, encore une fois, l'air sure de son coup, voulant mettre fin à l'ère Santrot, avec toujours les mêmes déclarations effrayantes depuis 1977. La gauche, selon Centre Presse, a des hésitations, malgré l'intégration dans son union des Verts, qui avaient réalisés un score de 12% aux municipales de 1989. Il est cependant interressant de s'interroger sur la publication, étrange, d'une tribune libre, signée "R.B." (à priori ce n'est pas Raymond Barre...), qui , sur deux colonnes, démontait TOTALEMENT les actions des municipalités Santrot, jurant que si la ville tenait encore debout, c'était grâce à Monsieur Vertadier et sa vision gaullienne de la gestion publique,...Cette tribune fut publié dans Centre Presse le...Samedi 10 Juin 1995, soit la veille du premier tour! Apparement sans influence...
Le premier tour a lieu le Dimanche 11 Juin 1995, voici les résultats:

INSCRITS:46492  VOTANTS:29339 (63,11%)  EXPRIMES:28681 (97,76% des votants)

LISTE SANTROT: 15156 voix (52,84%)

LISTE CHAMARD: 12228 voix (42,63%)
LISTE BARJAULT: 808 voix (2,82%)
LISTE MASSE: 489 voix (1,70%)

La majorité requise étant de 14341 suffrages pour être élu dès le premier tour, c'est la liste "Poitiers en Mouvement Ville Solidaire" de Jacques Santrot qui remporte le scrutin.
Jacques Santrot, élu pour la 4ème fois, devient maire de Poitiers de 1995 à 2001.



Santrot-1995.JPGCentre Presse, Lundi 12 Juin 1995


Partager cet article
Repost0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 11:27
undefined
Voici le grand retour de notre série sur les élections municipales à Poitiers depuis 1971. Aujourd'hui, l'épisode IV. Décor de cette France qui fête toute l'année le Bicentenaire de la Révolution de 1789.
1989:la France est dirigée depuis 1981 par François Mitterrand, réelu en 1988 devant Jacques Chirac. Le pays a vécu depuis 1986 l'expérience de la cohabitation: tendue entre les deux hommes où tous les coups sont permis. L'expérience socialiste ayant mal tourné, la gauche paye un lourd tribut à chaque élection: pour 1986, le gouvernement modifie la loi électorale; les législatives se feront à la proportionnelle, limiteront la casse pour la gauche et enniuera la droite, de par la présence de l'extrême droite, LE phénomène inquiétant de ces années 1980, Le Pen réalisant 15% aux présidentielles de 1988. Autre fait marquant de cette décénnie: l'éffondrement du PC, passant de 16% en 1981 à 6% en 1988, toujours avec Marchais à sa tête.
A Poitiers, la vie socialiste se poursuit tranquillement: le réseau de bus est de plus en plus agrandi, le campus se développe toujours, Saint Eloi est sorti de terre, tout comme les résidences Rivaud. Mais Poitiers a fait parler d'elle aussi: la visite du président Mitterrand le 3 novembre 1983, et aussi l'Affaire des médecins de Poitiers, qui dura de 1984 à 1988.
Quelques projets attendent la ville: l'arrivée du TGV pour 1990, la modernisation du quartier de la gare, la poursuite du développement des quartiers, la piétonnisation des rues du centre-ville, et l'emplacement du...futur Théâtre avec plusieurs projets (ancienne gare routière de Blossac, dans le palais des Ducs d'Aquitaine, ancienne gendarmerie rue de la Marne ou enfin sur le parking du Calvaire). Encore une fois, une habitude depuis 1971, la presse a décrit la campagne comm étant sans passion. Trois listes partent au combat: union de la gauche avec Jacques Santrot en tête pour la liste "Poitiers l'avenir solidaire" , la droite avec pour leader Michel Roger de la liste "Ouvrons Poitiers sur l'avenir", et enfin, l'une des nouveautés de l'époque, une liste écologique des Verts dirigée par Clément Bourry, "Poitiers Ecologie". 49 sièges sont à pourvoir pour cette municipale du 12 mars 1989.

1er tour DIMANCHE 12 MARS 1989

INSCRITS 45253  VOTANTS 29451  EXPRIMES
  28833

OUVRONS POITIERS SUR L'AVENIR   11818 voix (40, 99%)

POITIERS L'AVENIR SOLIDAIRE 13850 voix  (48,03%)

POITIERS ECOLOGIE 3165 voix  (10,98%) 

La majorité des voix pour être élu au premier tour étant de 14416 suffrages, un second le 19 mars 1989, avec les trois listes: on prend les mêmes et on recommence...

2 eme tour DIMANCHE 19 MARS 1989

INSCRITS 45253  VOTANTS 30073 EXPRIMES 29772

OUVRONS POITIERS SUR L'AVENIR  12337 voix (41,04%)


POITIERS L'AVENIR SOLIDAIRE 13711 voix (46, 04%)

POITIERS ECOLOGIE  3734 voix (12,55%)

Le nouveau conseil municipal compte 36 conseillers municipaux de la liste Santrot, 10 de la liste Roger, 3 de la liste Bourry. Jacques Santrot est réelu maire de Poitiers de 1989 à 1995.
Santrot-1989.JPGLa Nouvelle République, Mi-Mars 1989

Au niveau national deux éléments: la percée du vote écolo dans les villes (des pointes jusqu'à 15%!!!), la remontée du PS après le reflux en faveur de la droite en 1983. La NR titra le Lundi 20 mars 1989 "Le printemps des villes
roses ". La gauche reprend ses marques dans un contexte économique favorable, malgré la hausse irrésistible du chômage, ainsi que les problèmes relationnels entre Mitterrand et son Premier Ministre, Michel Rocard (1988-1991). La droite encaisse le coup, en attendant son heure...

nti_bug_fck

Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 13:52

Mont-Morillon.JPGCentre Presse, Juin 1976

Pourvu que l'"erreur" ait été réparée rapidement. Une jacquerie paysanne aurait été difficilement supportable pour la France de Giscard!
Partager cet article
Repost0
3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 11:22
undefined
Mars 1983: la France est entrée dans une nouvelle ère. Petit retour en...1981. Les présidentielles voient la victoire du socialiste François Mitterrand sur le candidat sortant Giscard, pourtant grand favori tout au long de l'année 1980, contrairement aux idées reçues. Pour la première fois de la Ve République, la gauche arrive au pouvoir: le 10 mai 1981, un grand espoir (et une grande peur, selon le camp) se lèvent dans le pays. Les 10 et 17 juin, la gauche est majoritaire à l'Assemblée Nationale: le PS a la majorité absolue, le PCF constate ses pertes électorales régulières (ils sont encore à 15%).
Les 110 propositions de la gauche commencent à s'appliquer, et le "changement" se fait attendre, alors que le peuple gronde: "changer la vie" est un échec. Les résultats des réformes du Premier ministre Pierre Mauroy (1981-1984) se font attendre et plombent l'économie française en 1982. La droite s'est refaite une santé lors des cantonales de mars 1982. Après le "flux de 1977", la presse annonce le " reflux de 1983".
De plus, il est important de rappeler que les règles du jeu ont changé, depuis les lois Defferre de 1982, le mode de scrutin a été modifié: une opposition municipale est créée; auparavant, la liste qui gagnait avait tous les sièges. Désormais, le scrutin est à la "proportionnelle": la liste qui arrive en tête remporte d'office la moitié du conseil municipal, la moitié des sièges restant sont redistribués selon les résultats, toujours à la proportionnelle.
A Poitiers, la gauche a développé son programme de 1977 dans une situation nationale économique difficile: solidarité, rénovation urbaine, développement des quartiers, modernisation des transports en commun...
Jacques Santrot repart au combat en tête de la liste "Pour Poitiers avec vous", toujours dans le mode de l'union de la gauche, tandis que la droite crie vengeance, et cherche à récuperer ce qu'elle considère comme son bien légitime. Jacques Grandon, à nouveau tête de liste de la droite, secondée par Jean-Yves Chamard avec "Union pour Poitiers", une liste RPR-UDF, les deux partis étant de nouveau comme cul et chemise, malgrè la trahison de Chirac à Giscard en 1981. La droite critique férocement tout ce que la gauche a mis en place.
La presse ne se risque à aucun pronostic sur cette élection, qui comporte une liste LO-LCR-JCR dirigée par Reserbat (pas plus d'infos sur cette liste). Le conseil municipal compte désormais 49 membres, contre 37 en 1977. Le 1er tour a lieu le 6 Mars 1983.

POITIERS: 45676  INSCRITS   32960 VOTANTS   32150 EXPRIMES

Liste Santrot: 16198 VOIX  50,36%

Liste Grandon: 15257 VOIX  47,44%

Liste Reserbat: 705 VOIX  2,19%

Un peu à la surprise générale, la liste de gauche est réelue dès le premier tour, avec moins de 1.000 voix d'avance sur la droite. Jacques Santrot est donc maire de Poitiers jusqu'en 1989.

Santrot-1983.JPGLa Nouvelle République, Mi-Mars 1983

Voici la composition du nouveau conseil municipal: PS: 18; PC : 9; MRG:3; PSU : 3; non-inscrits: 4. La liste Santrot a 37 sièges; voici pour l'opposition: RPR: 5 ; UDF: 5; Radical UDF :1; non-inscrits: 4; soit 12 sièges pour la liste Grandon.
Partager cet article
Repost0
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 23:07
Coutelle-1983.JPG
La photo date de 1983. Cette femme fait son entrée dans le conseil municipal de Jacques Santrot, et prendra avec le temps des responsabliités plus amples. Pas moyens d'en dire plus, ça serait alors très facile, mais elle est connue à Poitiers.

CATHERINE COUTELLE, députée de la 2nde circonscription de la Vienne depuis Juin 2007.
Bravo à nos trois winners. La photo se trouve dans la NR du 11 mars 1983.Les gagnants ont...toute notre estime!
Partager cet article
Repost0

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg