Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:25

Jo-Wilfried Tsonga est pour la seconde fois de sa carrière en demie-finale de Roland-Garros (après celle de 2013). Ses victoires, c'est aussi le succès du CREPS de Boivre qui l'a formé dans sa jeunesse.

A Iteuil, en 1999, c'est sa toute première "télé". Quelques mois plus tard, après de nouvelles victoires, on le retrouve interviewé chez lui, avec ses parents, dans la Sarthe.

France 3 Poitou-Charentes, 17 Avril 1999.

France 3 Pays de la Loire, 8 Novembre 1999.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 09:58
Première arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées, en 1975.

Première arrivée du Tour de France sur les Champs-Elysées, en 1975.

Qui? Qui pour succéder au Requin de Messine qui avait triomphé l'an passé sur les routes du Tour de France? Cette année encore, ils sont nombreux les prétendants à la gagne: Contador, Quintana, Froome, Nibali, Valverde, Aru, et peut-être, soyons fous, Pinot?

Voilà donc le compte à rebours qui débute: le 4 Juillet, le 102e Tour de France partira de Hollande, à Utrecht plus précisément, avec comme caractéristique peu de contre-la-montre, et une étape décisive le samedi 25 juillet, veille de l'arrivée à Paris, au sommet de l'Alpe d'Huez, qui pourra, en fonction des écarts et de la course, désigner le nom du vainqueur de l'édition 2015.

Pour celles et ceux qui me suivent sur facebook, on va reparler "petits clous" pendant 3 semaines.

 

Et en bonus, voici la vidéo de présentation de l'édition 2015: rien qu'en la regardant, et vu le programme qui nous attend, j'en ai déjà des frissons!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 09:49

Pour ce 52ème Bordeaux-Marseille à Lescure en championnat, plus que jamais, les Marines et Blancs ont l'interdiction de perdre. Pour plusieurs raisons. Toutes bonnes évidemment.

-Parce que l'on aime toujours entendre cette histoire à chaque match avec la dernière victoire des Phocéens à Bordeaux (en championnat) le 1er Octobre 1977 (Bilan depuis: 19 victoires, 10 nuls).

-Parce que les Marseillais sont nos meilleurs ennemis, et qu'un ennemi, ça se respecte.

-Parce que Marius Trésor.

-Parce que Carniglia, Goethals, Jacquet, Couecou, Rohr, Gili, Courbis, Toni, Guéri, Muslin, Stéphan, Baup, Pavon, Bédouet, Ricardo, Blanc, Tigana et Gillot ont préservé depuis plus de 37 ans notre invicibilité sur le banc girondin.

-Parce que c'est une question de principe, et que l'on ne transige pas avec les principes.

-Parce que la liste des Marseillais qui ne se sont jamais imposés à Lescure doit encore grandir.

-Parce que Olivier Schwartz, correspondant de RMC sur Bordeaux depuis 10 ans, hélas mort en Janvier dernier.

-Parce qu'au sommet de la D1/L1 comme à nos périodes de vaches maigres, on a su tenir face à l'OM, peu importe notre état de forme.

-Parce que Bordeaux-Marseille, c'est quand même un choc de notre championnat depuis plus de 30 ans.

-Parce que même les anciens ont ce match dans la peau.

-Parce que le tweet d'Henrique mériterait une banderole à lui tout seul.

Tweet de Henrique, Samedi 11 Avril 2015.

Tweet de Henrique, Samedi 11 Avril 2015.

Parce que tout joueur girondin redoute désormais de faire partie de la première équipe à perdre contre les Sardines depuis 37 ans. Crainte qui s'applique aussi à l'entraîneur, au staff,...

Parce que pas mal de supporters Marine et Blanc n'étaient pas né le 1er Octobre 1977. Comme moi.

Parce que c'est notre dernière saison au Parc Lescure, notre dernier Bordeaux-Marseille à Chaban et que par respect pour les anciens, pour le club, pour les supporters, il faut perpétuer la tradition de notre invincibilité. Pour la légende.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 09:30
Dessin de Adams pris sur englishblog.com

Dessin de Adams pris sur englishblog.com

Déjà la fin! Du coeur de l'hiver aux portes du printemps, le Tournoi 2015 brille de ses derniers feux avec une ultime journée à suspens où pas moins de quatre nations peuvent encore espérer s'imposer à l'arrivée. Et c'est aussi le dernier match officiel pour ces six équipes avant de dévoiler la première liste de joueurs pré-convoqués pour la Coupe du Monde en septembre prochain.

Hasard du calendrier, Angleterre et France se rencontrent lors de cette ultime journée. D'un côté, une Angleterre séduisante, surprenante en début de compétition qui peine un à finir son Tournoi malgré de belles révélations, et qui quoi qu'il arrive ne pourra pas égaler sa perf' de 2003 où elle avait réaliser un Grand Chelem avant de s'imposer au Mondial en Australie. Cela dit, c'est avant cette dernière rencontre la meilleure attaque (102 pts) et la troisième meilleure défense derrière l'Irlande et...la France (46 pts).

De l'autre côté, le camp tricolore est enfin revenu d'Italie avec une victoire en poche, doublée même d'un clean-sheet, ce qui moralement fait toujours du bien, même si l'on ne peut pas dire que l'Italie ait réalisé une grande prestation. Une fois encore, mais dans le cas présent c'est une lapalissade, la défense a été solide, et ça tombe bien, car à Twickenham, elle sera soumise à rude épreuve.

A cause de nombreux aléas, PSA nous propose une nouvelle charnière, la 16ème de son mandat, en associant Plisson à Tillous-Borde. Maintenant c'est désormais une certitude: au Mondial, on aura une charnière inexpérimentée, et cela risque de nous faire défaut.

Alors oui c'est vrai, Saint-André est le premier sélectionneur depuis l'éphémère Daniel Dubrocca (1990-1991) à ne pas remporter le moindre tournoi le temps de son mandat. Oui, c'est vrai que PSA, bien qu'ayant le profil idéal à ce poste n'a pas bénéficié de l'émergence d'une génération dorée, soudée, de qualité et que beaucoup des joueurs de l'époque 2012-2015 (le sélectionneur a convoqué 82 joueurs en moins de 4 ans, soit quasiment autant que Lièvremont) risquent de laisser une trace au rayon des oubliettes de l'histoire du rugby. Mais putain, c'est l'Angleterre en face et même si cela n'effacera pas tout, on n'a pas le droit de perdre chez eux. D'autant plus qu'une défaite de notre part pourrait leur offrir, en fonction du nombre de points d'écart; la possibilité de remporte le Tournoi.

Les Anglais nous craignent dit Robshaw. Non pas par la qualité de notre rugby, non pas par notre défense tranchées-barbelés, mais simplement car cela serait particulièrement mal venu pour nos chers et tendres voisins de s'incliner à domicile, durant une année de Mondial face à des frenchies au niveau très moyen. Et qu'en s'inclinant contre nous, le XV de la Rose entrerait dans une grosse crise de confiance.

Bon, la stat qui plaide en faveur des Anglais: depuis l'instauration des VI Nations en 2000, la France ne s'est imposée qu'une fois à Twickenham: c'était en 2005 lors d'un hold-up mémorable avec un Yachvili des grands jours.

Dans les autres rencontres, l'après-midi rugby débute par un Italie-Galles, où l'on est tenté de penser que les Gallois, surtout avec la perspective du gain du Tournoi, devraient faire un gros coup à Rome quand dans le même temps, les Italiens n'ont plus grand chose à espérer, la Cuiller de bois étant évitée. Et pour les Transalpins, la victoire en Ecosse il y a trois semaines est déjà oubliée après le fanny contre les Bleus. Défense de plomb du Tournoi, les Italiens ne peuvent qu'espérer limiter la casse. Surtout quand on sait que depuis 1994, les Italiens n'ont battu que deux fois les Gallois (Tournois 2003 et 2007) Match idéal pour digérer son déjeuner.

On se réveille, on prend un café et on regarde Ecosse-Irlande. Les Calédoniens, dans ce derby du whisky, vont lutter pour ne pas remporter leur treizième Cuiller de bois (la précédente date de 2012) tandis que les Irlandais seront motivés pour tenter de réaliser un doublé en tant que tenant du titre après celui de 1948-1949.

 

Mon prono:

Victoire du Pays de Galles sur l'Italie.

Victoire de l'Irlande sur l'Ecosse.

Victoire de l'Angleterre sur la France.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 08:39
Dessin de Baudry (Mars 2011) pris sur lepost.huffingtonpost.fr

Dessin de Baudry (Mars 2011) pris sur lepost.huffingtonpost.fr

Le XV de France va jouer se week end en Italie où il ne s'est plus imposé depuis 2009. Putain, 6 ans! Bien que l'on ait perdu deux fois de suite chez nos voisins transalpins, on n'arrive pas à s'y faire, parce que "nous sommes la France", parce que nous abordons cette rencontre généralement de manière prétentieuse et il nous semble presque "injuste" de s'incliner contre une jeune nation du rugby. Et pourtant, ce dimanche, il y a danger.

Bien que l'Italie ait une défense plombée par le match contre l'Angleterre (défaite 47 à 17), elle a marqué au cours des trois premiers matchs 3 points de plus de la France, qui quant à elle, a bien du mal a en marquer (tournant en moyenne à 13 points par rencontre).

La dynamique ne joue pas en notre faveur: l'Italie a su s'arracher pour vaincre l'Ecosse chez elle à la surprise générale tandis que la France s'enfonce dans les méandres de la médiocrité.

Et puis, parce que ce sont des Latins, ils ont ce petit sursaut d'orgueil pour se faire respecter chez eux contre nous, en jouant. très fort sur le physique. Un peu comme les Argentins, ils ont cette façon de jouer qui est capable de nous faire perdre nos repères à tout moment.

Philippe Saint-André a sonné la révolte et a mis sur le côté ceux qu'il considère comme des "starlettes". Des discours, des coups de colère, des envolées lyriques, c'est très beau, mais ça ne fera jamais gagner le moindre match. Quid de la réaction du staff en cas de nouvelle désillusion romaine?

Des changements ont été effectué. Goujon, Flanquart, Fickou, Spedding et Nakaitaci seront dans le XV de départ. Le sélectionneur tente une nouvelle combinaison (avec une charnière imposée par la blessure de Parra comprenant Tillous-Borde et Lopez) mais peut-il espérer construire quelque chose de solide à l'avenir avec des joueurs qui il faut bien le dire, ne sont pas de premiers choix?

J'avoue que pour la première fois, je redoute ce match. On peut s'imposer en misant sur l'indiscipline des Italiens. Mais ce coup-ci, à la différence du match contre le Pays de Galles, on ne va pas devoir subir le jeu, mais le faire. C'est tout le danger de cette partie à hauts risques pour les Bleus. Au point où on en est, une victoire 3-0 suffirait presque à notre bonheur...

Dans les deux autres matchs, nous débuterons par un alléchant Galles-Irlande qui peut soit remettre le XV du Poireau dans la course vers le gain du Tournoi, soit ouvrir une voie royale pour un Grand Chelem Irlandais. Les Verts ont il y a deux semaines de cela réussi le gros coup du week end en s'imposant sur une équipe d'Angleterre qui a pris une véritable leçon de tactique. A noter que le vétéran Paul O'Connell fêtera à Cardiff sa 100e sélection.

Enfin, à Twickenham, le XV de la Rose affronte l'Ecosse. Que dire de plus si ce n'est que l'Ecosse risque de faire un grand pas vers la quête d'une nouvelle Cuiller de bois, et qu'elle n'a plus battu l'Angleterre chez elle depuis...le 5 Mars 1983. Une défaite par moins de 10 points tiendrait de l'exploit.

 

Mon prono:

Victoire du Pays de Galles sur l'Irlande.

Victoire de l'Angleterre sur l'Ecosse.

Victoire de la France sur l'Italie.

 

*: Attention, chemin dangereux.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 08:57
Tournoi des VI Nations 2015 : maintenant les Bleus doivent jouer pour gagner

Le Coq français contre le Poireau gallois. Illustration prise sur jaisommeil.blogsport.fr

Déjà le mitan de ce Tournoi 2015. Et le XV de France n'est guère plus avancé sur son niveau que par rapport à ses débuts il y a trois semaines. Après une victoire inquiétante contre l'Ecosse et une défaite encourageante contre l'Irlande, que peuvent donc nous pondre nos représentants du Coq: un nul satisfaisant?

A vrai dire, vu notre bilan contre les Gallois depuis 2012, ça serait presque un bien. En effet, la stat est peu rassurante, mais sous l'ère PSA, nous n'avons été capable de battre ni les Irlandais, ni les Gallois. Et le mouvement général penche pour indiquer que l'on va s'incliner de nouveau aujourd'hui contre les Diables Rouges.

Bien que Morgan Parra soit de retour. Pour ma part, c'est lui notre numéro 9 et il serait grand temps qu'il redevienne le titulaire du poste si l'on veut essayer de pouvoir construire une équipe digne de ce nom pour le mondial. Mais en l'absence de Papé, de vieux grognards, je crois qu'il y a trop d'écart entre les Bleus et les Rouges. Certes on défend bien, mais contre l'Irlande, match globalement de piètre qualité, on a joué pour ne pas se prendre une trempe. On a encaissé que des pénalités. C'est bien. Mais l'on a commencé a joué uniquement dans les dix dernières minutes (sans oublier les trop nombreuses fautes de mains qui ont rendu la partie injouable et désagréable à regarder). C'est dommage. Parce qu'un match en fait 80. C'est un peu comme pour les Italiens. Eux, leur temps fort, c'est le 1er quart d'heure, après ils explosent. Eh bien nous, on a une bonne finition. Mais on doit ramer pour remonter le courant. Alors si on jouait la gagne du début à la fin, même sur un malentendu, ça peut passer...

Certes les Gallois ne sont pas extrêment séduisants (difficile victoire contre l'Ecosse), mais ils peuvent encore jouer la gagne du Tournoi malgré une défaite surprise contre l'Angleterre.

La journée aura débutée avec le "Cuillerico" que vont se départager l'Ecosse et l'Italie du côté de Murrayfield. Au rythme où vont les choses, j'ai bien peur que la Cuiller de Bois prenne à nouveau place dans l'armoire à trophées de nos voisins transalpins.

Et enfin, le grand choc sera pour dimanche avec un Irlande-Angleterre au sommet. Forcément, c'est toujours un match qui a une saveur particulière. Difficile de se prononcer, mais les Anglais ont sorti deux gros matchs à présent tandis que la machine irlandaise n'est guère séduisante depuis le début de la compétition, bien que les Verts puissent compter sur le retour de Sexton, auteur de 15 points contre la France. Mais le XV du Trèfle n'a plus battu le XV de la Rose depuis le 19 Mars 2011 (24-8 à Dublin) et vont devoir, outre s'imposer dans le défi physique, tenir la longueur face à des Anglais qui ne lâchent rien de la première à la dernière minute. C'est évidemment LE match du week end (dimanche à 16h) qui pourra permettre au vainqueur de prendre une énorme option sur le Tournoi, et surtout sur le Grand Chelem.

 

Prono:

- victoire des Ecossais sur l'Italie;

- victoire des Gallois sur la France;

- victoire des Anglais sur l'Irlande.

 

En bonus, pour bien préparer le match, le site Wales Online a effectué le classement du Top 20 des pires brutes du XV de France.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 08:45

  Illustration prise sur patisseriefoucher.free.fr

 

La première journée du Tournoi des VI Nations a apporté son lot de surprises, mais aussi de confirmations.

Le XV de France a gagné, ce qui n'est pas une surprise quoi qu'en dise les mauvaises langues, mais il est en plein dans le doute.  Au terme d'un match terne, les Bleus, enfin les Rouges, ont réussi à s'imposer face à de vaillants Ecossais qui, je l'espère vont retrouver des couleurs. Trop d'individualités, pas assez de collectif, pas de surprise: il a fallut compter sur l'indiscipline des Scotish pour remporter la partie et ne pas débuter par un échec à domicile. Mais il va falloir hausser le niveau de jeu face à des Irlandais, ont malgré le score (26-3) galérer à vaincre une jeune équipe italienne.

Equation: les Bleus ne sont peut-être pas aussi mauvais que la situation ne le laisse à penser et les Verts ne sont peut-être pas aussi bons qu'on le pense. Malgré cela, je pense que l'écart entre les deux nations est trop grand et que le XV tricolore ne vas pas créer l'exploit à Dublin, car désormais, une victoire en Irlande passe pour être un exploit (le dernière défaite du XV du Tréfle à domicile remonte au 10 Février 2013, 6-12 contre l'Angleterre; la dernière victoire tricolore à Dublin remonte au 13 Février 2011, 25 à 22).

Philippe Saint-André, dont chaque sortie médiatique est accompagné soit de critiques, soit pire, d'indifférence a fait le choix, à mon sens le bon de ne pas changer le groupe de titulaire, hormis Ben Arous qui prend la place de Menini. Mais en fonction de la partie, et non pas du résultat, il y a de fortes chances que la valse des postes s'enclenche. Sachant que beaucoup de joueurs, malgré la victoire, était déçus par la prestation offerte au Stade de France, ce qui tend à démontrer qu'il y a une forme de lucidité. Mais à quoi bon causer si c'est pour ne rien changer sur le terrain?

Mais LA grande surprise de ce Tournoi nous vient évidemment de l'Angleterre qui a été glaner une victoire de prestige à Cardiff, en aynt imposé un terrible défi physique aux Gallois qui ont du passer une mauvaise nuit après le match. Privée de nombre de ses cadres, le XV de la Rose a marqué les esprits et a devant lui désormais une voie royale pour, faute de faire un Grand Chelem, au moins remporter le Tournoi. Seuls les Irlandais sont en état de les en empêcher. Des Anglais qui par ailleurs risquent de passer une valise aux Italiens ce week end à Twickenham. En effet, en 20 rencontre depuis 1991 entre rosbeef et macaronis, nos voisins transalpins...ont été battu à chaque fois. Et ce soir ça fera 21 défaites d'affilée, sans doute après une héroïque résistance de 15 minutes.

Le dernier match opposera les deux autres loosers du week end précédent: Ecosse-Galles. Même si l'Ecosse est en progrès, cela ne devrait pas suffire pour vaincre des Gallois en état de "mobilisation générale" (Jamie Roberts a avoué que les mots avaient été "durs" vendredi soir), si ces derniers ont encore l'espoir de s'imposer dans ce Tournoi, comme ils avaient su le faire en 2013. Et puis les Calédoniens n'ont plus battu les Diables Rouges depuis le Tournoi 2007. C'est dire à quel point cette perf' serait un exploit. Et comme Murrayfield sera plein, c'est dire à quel point le public écossais est fidèle à son équipe qui collectionne pourtant les bâches depuis plus de 10 ans...

Et nous autres Français, serions-nous aussi fidèle après 10 ans de vaches maigres? Je ne le crois pas. Et je préfère ne pas le savoir...

Mon prono: victoire de l'Angleterre sur l'Italie, victoire de l'Irlande sur la France, victoire du Pays de Galles sur l'Ecosse.

 

La victoire du XV de France sur le XV d'Irlande lors du Tournoi 2011


 
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:13

L'image que l'on ne verra pas cette année: Philippe Saint-André avec le trophée du Tournoi des VI Nations. Illustration Icon-Sport prise sur rugbyrama.fr

 

Aujourd'hui débute le 16ème Tournoi des VI Nations. Et cette année, c'est un XV de France en plein doute qui aborde sa dernière dizaine de matchs avant le Mondial en Angleterre cette automne. De l'espoir avait été suscité après la victoire contre l'Australie (29-26), vite retombé après la défaite contre l'Argentine (13-18).

On le sait, les années impaires sont moins favorables à la France qui va devoir se déplacer trois fois en Irlande (tenante du titre), en Italie (les Bleus y ont perdu en 2011 et 2013) et en Angleterre (que la France n'a plus vaincu à Twickenham depuis 2005).

Alors on ne jouera pas non plus la Cuiller de Bois, mais j'ai bien peur que l'on risque d'assister à un Tournoi de souffrances. Des blessés, une nouvelle charnière avec le tandem Kockott-Lopez, la 14ème de l'ère Philippe Saint-André. Il est grand temps de réussir à trouver des certitudes, même si pour un certain nombre de joueurs, il y a plus de risque de perdre sa place que de chance d'être consolidé à son poste. En effet, la perspective du Mondial chez certains est cruciale: il débute dans moins de 8 mois, donc une place perdue n'aura pas le temps d'être reconquise.

Le casse-tête est immense pour PSA dont le bilan à la tête des Bleus est très mitigé: seulement 13 victoires en 32 rencontres, pas le moindre podium en Tournoi. Je ne parle pas des défaites lors des test-matchs de juin, où chaque sélectionneur tricolore est habitué à se prendre au moins une valise, si ce n'est plus.

 

PSA: du plus nul au plus génial des sélectionneurs?

 

Il y a de quoi être pessimiste. Mais on peut aussi prendre les choses en sens inverse: alors que Saint-André est en passe de devenir le plus médiocre sélectionneur du XV de France* (sous l'ère professionnelle, donc depuis 1995), il peut espérer compter sur un groupe de revanchards qui n'a plus rien à perdre. Un plan parfaitement capillo-tracté certes, mais pourquoi ne pas l'imaginer. Pour cela, déjà conquérir au moins un podium dans le Tournoi permettrait d'avoir une base pour l'avenir proche, sachant que PSA ne passera pas l'automne (Raphaël Ibanez tient la corde pour lui succéder en 2016 pour le moment).

Mais les stats, ces satanées stats que le sélectionneur national affectionne tant, ne vont décidément pas en son sens: depuis la première Coupe du Monde en 1987, les Bleus ont plutôt tendance à ne pas réaliser de grandes prestations les années de Coupe du Monde. Un Grand Chelem en 1987, un Tournoi remporté en 2007, et c'est tout.

Le défi est donc de grande ampleur pour Saint-André et ses joueurs. Et l'excuse du championnat ne suffira. L'état de grâce, pourtant très long dont il a étrangement bénéficié, n'est plus là pour le protéger. Il faut des résultats et vite. Car à l'heure actuelle, en faisant le bilan de son mandat, force est de constater que le niveau du XV de France a baissé. Au point, à mes yeux, de ne plus être dans le Top 5 des nations (sans oublier d'évoquer le rugby argentin qui est en passe de nous supplanter).

Alors l'Histoire est parfois diabolique: si PSA et ses hommes venaient à réaliser une belle année 2015 avec au bout, soyons fous, un trait sera tiré sur toutes ces années d'errance. On se convaincra tant bien que mal que le sélectionneur a cherché à réaliser une équipe avec le meilleur du meilleur du rugby, et que tous ces efforts n'auront pas été vains. Et qu'en cas de victoire, on jouera des coudes, on bataillera des décibels pour affirmer haut et fort que PSA est l'homme de la situation et que cela serait une terrible perte pour le rugby français de ne pas le reconduire.

Messieurs les Français, vous savez désormais ce qu'il vous reste à faire: vaincre ou périr, dans l'honneur et la discipline.

 

Le prono: j'ai bien envie de mettre une billet sur une victoire du Pays de Galles. L'Angleterre va être privée de trop nombreux cadres, mais devrait finir sur le podium, avec les Irlandais, qui découvrent la vie dans Bryan O'Driscoll. Les Ecossais devraient progresser, mais partent de trop loin, tandis que pour l'Italie, le lancement d'une nouvelle génération risque de se solder par quelques parties difficiles.

1er Pays de Galles, 2 Angleterre, 3 Irlande, 4 France, 5 Ecosse, 6 Italie.

 

*: avant que ce titre "honorifique" revienne à PSA, c'est Marc Lièvremont qui en avait hérité. Explications avec un beau papier de Boucherie Ovalie.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg