Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 08:53

C'est le deuxième titre de champion de France des Girondins de Bordeaux après celui de 1950

Il y a 30 ans, les Girondins de Bordeaux étaient champions de France

Source Sud Ouest.

Entrainés par Aimé Jacquet, en poste depuis 1980, voici la liste des joueurs champions de France de la saison 1983/1984.

Joueur Nationalité Matchs joués Buts
Michel Audrain  France 9 1
Patrick Battiston  France 36 3
Christian Delachet  France 38 0
Raymond Domenech  France 22 2
René Girard  France 29 1
Alain Giresse  France 34 16
Hassan Hanini  Maroc 3 0
Bernard Lacombe  France 35 18
Antoine Martinez  France 25 2
Caspar Memering  Allemagne de l'Ouest 10 1
Dieter Müller  Allemagne de l'Ouest 27 14
Gernot Rohr  Allemagne de l'Ouest 32 1
Léonard Specht  France 35 0
Jean-Christophe Thouvenel  France 22 1
Jean Tigana  France 32 2
Marius Trésor  France 12 0
Thierry Tusseau  France 24 1
Bernard Zénier  France 25 4

Source Wikipédia.

Le soir du titre avec les supporters des Girondins à Bordeaux

FR3, Soir 3, Mercredi 2 Mai 1984.

 

Lendemain de titre chez les Girondins de Bordeaux

 

Jeudi 3 Mai 1984.

Il y a 30 ans, les Girondins de Bordeaux étaient champions de France

Une bouteille de champagne Taittinger, avec le Président des Girondins de Bordeaux Claude Bez.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:00

Illustration de RBS/6Nations: quelle destination pour le trophée?

 

Nous y voilà déjà! La dernière journée du Tournoi des VI Nations se profile, et cette année, comme l'an passé, personne ne parviendra à glaner le grand Chelem.

Pour le XV de France, ce tournoi laisse un goût étrange. Certes au niveau comptable, il y a trois victoires, et paradoxalement, on peut encore prétendre à la victoire finale, bien qu'à mes yeux, cela soit hautement improbable. En effet, il faudrait que l'Angleterre s'incline en Italie, et que dans le même temps nous battions les Irlandais. Ou que si l'Angleterre s'impose à Rome, nous collions une rouste au XV du Trèfle pour rattraper notre différence de points très faible. Autant dire que la gagne est difficilement envisageable. Or, une 4ème place n'est pas impossible: si la France perd contre l'Irlande, et qu'auparavant, Galles et Angleterre s'imposent, les Bleus risquent de finir hors du podium!

Mais une semaine après le piteux match face à l'Ecosse, où l'on a réalisé un véritable hold-up, il est temps, pour cette fin de Tournoi, de voir un vrai beau match complet du XV de France, chose que nous n'avons pas encore vu cette année. En plus, face à une Irlande joueuse qui va voir Brian O'Driscoll quitter ses rangs, tous les ingrédients sont réunis pour avoir une belle rencontre. Côté bleu, avec les retours de Szarzweski, Picamoles, et enfin la titularisation de Fickou, il y a quand même de quoi faire (comme réussir des lancers en touche).

On pourra toutefois se satisfaire de la discipline française lors du match contre l'Ecosse (5 pénalités contre la France). C'est une maigre satisfaction au niveau de notre collectif, vu qu'il n'y a pas grand chose d'autre à se mettre sous la dent. Pour cette dernière rencontre du Tournoi 2014, espérons que les joueurs vont nous proposer une belle sortie, sachant que désormais, la Coupe du Monde arrive à grands pas l'an prochain.

Un bémol pour Philippe Saint-André: il est le premier sélectionneur du XV tricolore à ne pas décorcher de Grand Chelem après trois Tournois depuis Pierre Berbizier, qui n'en n'avait décroché aucun entre 1991 et 1995. Ses prédecesseurs (Skrela, Laporte et Liévremont) en avait décroché au moins un au bout de trois Tournois.

Cela dit, j'avoue que l'équipe la plus méritante pour moi, c'est quand même l'Irlande, légèrement devant l'Angleterre. Evidemment, le mérite ne compte en rien dans l'obtention du trophée, mais mis à part le faux-pas des Verts à Londres au terme de ce qui sera LE match de ce Tournoi 2014, j'ai trouvé les Irlandais comme étant les plus réguliers. Mais je n'irais pas non plus souhaiter la défaite du XV de France non plus...D'autant plus que contre eux, nous restons sur deux matchs nuls consécutifs!

Dans les autres rencontres, il risque d'y avoir une boucherie en terres romaines, les Italiens retrouvant la Cuiller de bois qu'ils n'avaient plus décroché depuis 2009. Pour info, l'Angleterre est la seule équipe que la Squaddra Azzura n'a jamais battu dans les VI Nations.

Enfin, dans le match Galles - Ecosse, il est quand même probable que les Gallois, après un décevant Tournoi offrent à leur public du Millenium une belle dernière prestation, face à des Ecossais qui ont, à leur niveau réussi leur Tournoi, en évitant la Cuiller de Bois, et en passant tout près d'un exploit contre le XV de France la semaine passée.

 

Bonne fin de Tournoi 2014 et vivement le Tournoi 2015!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 10:30

scotland_and_france_by_orb01-d35jrun.jpg

Une improbable illustration manga prise sur un site russe. Où l'Ecossais a une réputation internationale de buveur de bière.

 

Les déclinologues. Un concept qui a vu le jour il y a une dizaine d'années et qui visait des auteurs, en majorité d'économie, qui écrivaient livre après livre que le naufrage de la France était inéluctable, et que ce naufrage, pour eux, était quelques par le bienvenu vu qu'il constituait leur fonds de commerce.

Depuis cette terrible défaite du côté de Cardiff, j'ai comme l'impression que l'Ovalie, dans son ensemble est devenue déclinologue. Que cela concerne le XV de France, le Top 14, la Fédé, la LNR: c'est très simple, comme au casino, rien ne va plus.

Mais revenons en arrière: il y a un peu plus de deux semaines de cela, avant ce terrible Galles-France, l'optimisme était de rigueur, alors que pour ma part, je prônais la méfiance et le respect face à de redoutables gallois, qui, il faut bien le dire, ne nous ont pas loupé, et nous ont bien fait comprendre que leur ligne d'en-but était totalement infranchissable.

Alors oui, on a pris une trempe, et on s'en prendra d'autres encore. Mais pas trop souvent quand même. On a eu sur ce match une défaillance collective, qui a fait quelques victimes, je pense notamment à Doussain (tricard sur le poste pour un bout de temps), et Picamoles (qui lui reviendra très vite car il est bon et aussi parce que...on n'a pas grand monde en stock pour le moment à son niveau). La touche, la mêlée, l'évacuation des ballons des zones de rucks, les variations de jeu entre chandelle, relance à la main, le "gagne-terrain", bref, ce fut un calvaire de bout en bout. Et si l'on a failli, n'oublins surtout pas qu'en face il y avait une équipe galloise qui était dans un grand jour et il faut avant tout saluer la qualité de leur prestation.

 

Alors aujourd'hui, du côté d'Edimbourgh, cela ne va pas être de la tarte, car les Scottish auront à coeur d'enchaîner une seconde victoire consécutive dans le Tournoi après l'Italie. Les Ecossais ont aussi en tête le fait, qu'ils ne nous on plus battu depuis 2006 chez eux, que l'an dernier ils sont la seule équipe du Tournoi à avoir perdu contre nous. Et puis il y a ce terrain, cette pelouse qui on l'a vu lors du match Ecosse-Angleterre, n'était même pas digne d'organiser une rencontre de Fédérale 3.

Mon inquiétude majeure vient de la mêlée, qui se fait tordre à chaque match, et qui est d'ailleurs sous l'oeil attentif de l'IRB: d'ailleurs, vu le grand n'importe quoi du dernier match, il n'y a pas de quoi s'en étonner. Plus qu'une question de force, il faudra d'abord être DISCIPLINER! C'est-à-dire respecter la base du jeu: les commandements de l'arbitre! Parce qu'il est clair que le match peut se perdre là-dessus, à coup de pénalités contre nous.

Dans le jeu, nous somms normalement supérieur à l'Ecosse, bien que toutefois, il faudra être vigilant, sachant que Plisson risque de sentir passer la caresse écossaise assez fortement, vu que ce fut l'un de nos points faibles, et j'avoue que je m'étonne de constater que ce joueur, très bon en club, n'a pas l'air d'avoir 80 minutes dans les jambes. Je m'étonne aussi de constater que l'excellent Gaël Fickou ne puisse disposer de plus de temps de jeu, sachant qu'à chaque fois, ses rentrées apportent un véritable plus à notre équipe.

Alors je me lance: je pense que les Bleus vont s'imposer sans pour autant se rassurer. Et puis contre l'Ecosse, c'est un peu comme l'Italie: si on gagne, cela semble "normal", si l'on perd c'est tout de suite une catastrophe. Mais avec une victoire en poche, on restera quand même en course pour la gagne du Tournoi. Allez savoir, sur un malentendu...

 

Sinon, dans les deux autres rencontres, l'Irlande, dont on verra la dernière sortie à Dublin du déjà légendaire N°13 Brian O'Driscoll, a la possiblilité de faire un gros coup cet après-midi contre une Italie, qui bien que meilleure que les années précédentes, risque de conquérir une nouvelle cuiller de bois, après sa déconvenue inattendue contre l'Ecosse à la maison. Les coéquipiers de Castrogiovanni font devoir réaliser un miracle à Dublin, soit contre le XV d'Angleterre, pour échapper à ce qui était encore il y a un mois un improbable destin.

Enfin, demain, gros match entre Anglais et Gallois, les premiers n'ayant sans doute pas digéré la monumentale branlée encaissée l'an passé à Cardiff, les seconds voulant définitivement montrer que l'Irlande n'était qu'un malheureux accident et que le match contre la France était l'incarnation de leur véritable niveau.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 09:35

Après une trêve de 15 jours, les hostilités reprennent ce soir pour le XV de France, qui va devoir confirmer les espoirs aperçus lors des deux précédents matchs contre l'Angleterre et l'Italie. L'affaire n'est pas simple: le match ce déroule à Cardiff, face au tenant du titre qui doit se relever après son non-match en Irlande.

Pour des Bleus qui ont longtemps été à la peine face à une vaillante équipe d'Italie, la difficulté majeure va sans doute être de réussir à mettre la main sur le ballon face à des Gallois qui en forme, sont capables de produire un rugby irrésistible.

Le groupe n'étant que peu modifié (Lauret remplace Leroux dans le XV de départ), il y a donc un pari de Philippe Saint-André sur la continuité pour tenter de tourner définitivement la page de l'année 2013, bien que tout soit loin d'être parfait.

Certes, une défaite n'aura rien de déshonorant face à des Gallois que nous n'avons plus battu depuis le Mondial 2011. Mais ce serait un coup d'arrêt dans la guérison des Bleus. Une victoire en revanche placerait sur un orbite idéal le XV de France dans la quête d'un Grand Chelem, route sur laquelle on peut imaginer une "finale" éventuelle lors du France-Irlande de clôture du Tournoi. Mais nous ne sommes pas là encore.

En effet, la mêlée a pris de sérieuses rayures contre l'Italie et sans cet atout là, il sera difficile de l'emporter face à des Gallois qui, à mon avis, ne vont pas reproduire les mêmes erreurs que contre l'Irlande. Il y a aussi le cas Doussain qui ne parvient pas à enfiler totalement le costume du demi de mêlée du XV de France, entre son manque de réussité aux pénalités et des choix qui laissent à désirer dans le jeu bien que je sois favorable à son maintien à ce poste, en l'absence de Parra. Il y a enfin les phases offensives dans les 22 adverses où les Français ne parviennent pas à rompre la muraille adverse. Certes, nous avons marqué 6 essais depuis le début du Tournoi (dont deux avec un heureux rebond, un essai personnel de Fofana, un autre en contre de 80m joué à trois). La chance n'étant pas un allié fiable, la vitesse n'étant pas forcément une arme assez redoutable face aux Gallois, c'est la force et la recherche du décalage, sans oublier l'incontournable discipline, qui nous donneront une chance de nous imposer.

Oui, ce soir, tout est réuni pour faire un joli coup et conquérir des certitudes enrichissantes dans l'optique du Grand Chelem, mais aussi du Mondial 2015...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 15:29

Ilustration prise sur la page facebook de RBS 6 Nations, Samedi 1er Février 2014.

 

Tellement français! Alors qu'il y a une semaine nous étions en plein, voilà qu'une victoire contre le XV de la Rose avec le scénario que l'on connait nous galvanise à tel point que l'on se sent invincible, tellement que si on affronté les Blacks, on s'imaginerait presque les exploser grâce à la magie de l'invention anglaise du french flair!

Il faut revenir sur terre. Oui, la victoire contre l'Angleterre est le signe incontestable que les choses vont mieux, que nous sommes sur la bonne pente. Mais nous sommes toujours en convalescence, surtout au vu du traumatisme subit par notre XV en 2013.

Car en décortiquant bien ce match, on peut constater que nous avons fait preuve d'un réalisme affolant, avec deux énomres coups de bol sur nos deux premiers essais. Les rebonds étaient pour nous. Ce ne sera pas toujours le cas. A 16-3 pour nous, nous avons levé le pied, les Anglais ont réagit, et ont montré qu'ils avaient la possibilité de nous faire déjouer en nous privant de ballons: comment marquer des points si on n'a pas le ballon? Il faut bien le dire: nous revenons de loin, car cette rencontre, côté bleu, ce fut le jour et la nuit. Avec ces trente minutes terribles où l'on encaisse un terrible 18-0, et dont on se dit alors qu'ils vont encore nous avoir à l'usure. La force physique, nous l'avions, mais la force mentale nous a parfois fait défaut. Et pour moi, l'homme du match n'aurait pas dû être Huget, bien qu'il ait mis 2 essais, mais Yannick Nyanga qui a fait un boulot héroïque tout au long du match.

Contre l'Italie, qui comme le veut la tradition, "progresse d'année en année", normalement ça devrait passer si chaque joueur ne cherche pas à marquer à tout prix son essai. Nous allons dominer et la Squadra va essayer de nous surprendre alors que la possession sera en notre faveur. Et puis contre les Ritals, on a un léger passif avec le trophée Garribaldi à récupérer après notre tragédie romaine de l'a passé.

Toutefois, si on vient à s'imposer, cela nous permettra d'aborder le match contre les Gallois dans des dispositions particulièrement intéressantes. Des Gallois, que je voyais vainqueur en Irlande qui ont joué leur pire match du Tournoi depuis pas mal d'années. Soit ils se vengent et nous collent une rouste, soit ils sont fébriles et là, nous aurons un coup à jouer dans l'optique du Grand Chelem. Mais d'ici là, de l'eau de pluie coulera sous les ponts et dans les villes...

 

PS: une grosse pensée aux Anglois (fourbes par nature), qui chantaient samedi dernier le terrible "Swing Low, Swing Charriot" dans les travées du Stade de France à la 75ème minute. Good game.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 15:24

 

ECHARPE RUGBY VI NATIONS
Illustration prise sur boutique-supporters.org

Après un Tournoi 2013 catastrophique (1v, 1n, 3d), et même une année 2013 en guise d'annus horibilis (2v,1n,8d), les hommes de Saint-André vont avoir l'occasion, non pas d'effacer le passé, mais de construire quelque chose, car à vrai dire, depuis le début 2012 et l'arrivée du nouveau sélectionneur, on ne peut pas dire qu'un projet de jeu soit né, et l'incertitude règne encore sur le XV tricolore, qui a pu enfin se préparer véritablement pour ce Tournoi (15 jours).

Cela dit, il y a un an, j'étais très optimiste après la belle tournée d'automne 2012, avec le carton contre l'Australie, et l'on failli ramener la cuillère de bois. Eh bien après la poussive tournée d'automne 2013, je renouvelle mon optimisme pour cette année. Pourquoi? Voici quelques raisons:

-Parce que la Coupe du Monde est dans un peu plus d'un an et demi et que ce n'est pas l'an prochain qu'il faudra se "préparer". Les places pour le groupe France 2015 sont à prendre dès maintenant.

-Parce que pour les nouveaux venus de cette édition 2014, il y a une occasion en or de se faire un nom.

-Parce que l'on commence contre l'Angleterre, ce qui ne nous laisse pas le temps de psychoter, et qu'une victoire contre la Perfide Albion donnerait des gages de confiance pour la suite des aventures, sans évidemment se monter le bourrichon en pensant à un Grand Chelem. Mais en perdant contre l'Angleterre, on replonge dans nos doutes...

-Parce qu'avec nos dernières prestations, et bien que vice-champions du monde en titre, le XV de France n'est plus forcément l'équipe à battre. Les Gallois auraient plutôt tendance à occuper notre place dans le viseur. Et évidemment l'Angleterre, au simple titre qu'elle est l'Angleterre.

-Parce qu' en 2012, ces coquins étaient venus s'imposer chez nous au Stade de France (22 à 24), et que l'on ne les a plus battu chez eux dans le Tournoi depuis 2005. Et que depuis 2006, on les a battu qu'une seule fois (dans le Tournoi), lors de la dernière journée des VI Nations 2010 (12-10).

 

 

-Parce que les années nous sont plus favorables, avec 3 matchs à domicile. Pour mémoire, nos trois derniers grands chelem datent de 2002, 2004 et 2010.

-Parce que bon, on ne va pas passer pour des pipes chaque année, bordel!

 

Pour aller plus loin, voici une argumentation en faveur du XV de France que nous propose le site lerugbynistere.fr

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 08:44

6 défaites en 6 matchs: à jamais les premiers...en France!

Cuiller de bois rugby

L'Olympique de Marseille n'a pas tout perdu. Si si. Elle a remporté ce magnifique trophée rugbystique pour l'ensemble de son oeuvre en Champions League. Certes il faut savoir que les Sardines étaient tombées dans le groupe de la mort de cette édition 2013-2014. Mais de la à ne pas obtenir même pas un petit match nul miteux, c'est quelques chose qui était encore inimaginable il y a trois mois de cela au début de la compétition.

Voici quelques équipes avec qui l'OM a désormais cette cuillère à partager: Villareal (Esp), Otelul Galati (Rou), Dinamo Zagreb (Cro) pour la cuvée 2011-2012, MSK Zilina (Slovaquie) et Partizan Belgrade (Ser) pour la cuvée 2010-2011, Maccabi Haïfa (Isr), Debrecen (Hon) pour la cuvée 2009-2010, Dynamo Kiev (Ukr) pour la cuvée 2007-2008, Levski Sofia (Bul) pour la cuvée 2006-2007, Rapid Vienne (Aut) pour la cuvée 2005-2006, RCS Anderlecht (Belg) pour la cuvée 2004-2005.

J'arrête les frais ici, dans la mesure ou jusqu'en 2002-2003, il y a avait 2 phases de poule, avant d'atterrir directement en quart de finale.

Bravo les Olympiens. A votre manière, vous êtes rentré dans l'Histoire. Et comme le dit si bien l'Equipe.fr : Désormais, l'OM a la tête tournée vers Lyon. "Vingt ans après une Ligue des champions remportée à Munich et qui est désormais bien trop grande pour lui."

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 08:03

Un méga big-up au type en bleu pour LA gamelle du Tour 2013!

De l’étape du Tour de France de jeudi, entre Gap et l’Alpe d’Huez, on retiendra la première victoire française dans cette édition avec Christophe Riblon, le passage controversé du col de Sarenne (là aussi, une première) ou encore la force tranquille du maillot jaune Chris Froome. Pour ce spectateur à la tenue bariolée qui a décidé de courir derrière Tejay Van Garderen dans la montée de la station de l’Oisans, ce sera plutôt sa jolie chute… Attention, aucune faute dans sa foulée de supporter avide de gloire et de roue de champion, juste un autre spectateur qui a décidé de l’arrêter en plein élan. Et là, c’est (presque) le drame. 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg