Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 08:23

Me voilà dépucelé enfin de la tension de vivre sous mes yeux d'une finale. Certes j'avais déjà vu des victoires (et une défaite) des Gigis en finale (Coupe de la Ligue 2002, 2007, 2009), mais c'était à travers la télé, la bière du footix à la main.

Et cette fois, sur un coup de sang irréfléchi (genre Balladur qui dit "Zut alors"), je me suis laissé tenter par l'aventure, de tenter de partir à la conquête du Stade de France avec ma petite voiture. Et un compagnon d'aventure, ce qui fut très simple à trouver. (Merci Sebastian)

Mais que ce fut dur pour y parvenir, entre les imprévus de dernière minute au boulot à régler impérativement avant de partir, le camion qui n'avance pas sur la route, le Néerlandais qui bloque MA file à MOI sur les 150 d'ouvertes au péage de Tours, l'arrivée sur Paris...pour 16H30 en plein pendant les bouchons (autre dépucelage). A ce sujet, je tiens à préciser que les Bordelais, souvent critiqués pour leur conduite sur leur périph' n'ont aucune leçon à recevoir des Franciliens qui sont simplement des fous furieux: s'ils pouvaient doubler par en dessous, ils le feraient!

Et enfin après deux heures d'attente à écouter RMC (les paris, c'est marrant, t'as l'impression d'être à la foire avec un marchand qui harangue la foule et un complice qui fait: "quoi, plus de 3 buts dans le match Bordeaux - Evian à une côte de 4,60, 10€ misés en rapportent 46, mais allez-y, faut y aller, c'est du bon!") et après de longs et interminables débats  sur le PSG, bref, enfin nous sommes au Stade de France. Au parking P2. Inoubliable, car au moment où l'on a voulu y rentrer, bloqué dehors pour cause...d'alarme incendie. Oui, c'est logique après tout...

Nous voilà enfin aux abords du stade en attendant la traditionnelle étape de la fouille corporelle. Et là, je m'adresse tout particulièrement à toi, le Jean-Michel Faitchier de compétition, oui toi, le Monsieur Connard qui m'a forcé à déposer mon appareil photo à la consigne. Et pourquoi donc? Car sur le dit appareil, se trouve un objectif démontable! Diable, un projectile potentiel! Peut-être y a-t-il en France des hooligans fortunés se permettant de faire des jets d'objectifs pour le fun, à quoi bon vouloir immortaliser un tel évènement si c'est pour refaire Mai 68 en tribune avec des appareils photo! Eh connard, mon portable à clapet, c'est une arme de 4ème catégorie aussi?

Mais le pire, c'est qu'une fois dans le stade, je vois un monsieur, bonne cinquantaine, supporter girondin, avec...un appareil photo...lui aussi avec un objectif démontable. Délit de sale gueule? Délit de jeunisme? Excès de zèle d'un pauvre type?

Bref, à cause de ce crétin suprême, c'est la seule photo que vous verrez de MA finale.

AVANT-l-entree-au-sdf-pour-Bordeaux-Evian.JPG

Saint-Denis, entrée L du Stade de France, Vendredi 31 Mai 2013.

 

Une fois à l'intérieur du stade, il n'y avait plus qu'à suivre la fin de la finale de Coupe Gambardella (1-0, victoire de Bordeaux sur Sedan) et attendre, en subissant les pubs du Stade de France. Le moment épique: le ravitaillement. La pinte de Bukler à 9€ (dont 2 de consigne) coupe la soif directe. Et la merguez dans ce pain mou...un exercice de mastication digne de transformer votre mâchoire en une machine industriel. Je plains les personnes qui assurent le service dans les buvettes du stade: pas d'organisation, attente, incompréhension, attente,...

Je ne vais pas vous raconter la finale, je vous ai proposé lundi sur PPP un très bon article de SoFoot sur ce Bordeaux - Evian. Mais ce stade m'a laissé une étrange impression contradictoire: grand et petit à la fois, ce qui m'est très difficile à expliquer. Et je ne peux passer sous silence l'improbable affluence de cette rencontre : 77000 personnes selon l'Equipe, ce qui allait au-delà des estimations de la veille qui donnait 60000...au mieux. Et une audience de plus de 4 millions de personnes (19% de parts d'audience): pas mal pour une finale en bois!

Cependant l'essentiel n'est pas là.

Côté ambiance, j'ai une pointe de déception: en effet, je m'attendais à ce que ça chante, encourage durant 90 minutes, ou plus, et ce qui m'a paru, mis à part le temps qu'il restait quand Bordeaux menait, c'était le temps d'attente entre deux chants. Bon, au final, j'ai tout donné, j'y ai laissé ma voix sur place. Vu le scénario...et avec deux buts girondins sous les yeux (en virage excentré), j'acceptais tout, même la musique d'Antoine Clamaran, même de pas avoir mon appareil photo, même l'odeur de pétard, même les types qui ne cessaient leurs aller et venues en tribunes, même les supporters d'Evian (ce club, c'est une escroquerie: Evian-les-Bains a son propre club, c'est juste un caprice de Franck Riboud, PDG de Danone, pour faire de la pub, le club rassemblant seulement les équipes de Thonon et de Gaillard, tout de rose vêtus, qui de loin, pouvaient ressembler à un odieux croisement génétique de membres de la Manif pour Tous et d'amateurs du Stade Français! Mais la gagne était là: la Coupe est à nous.

Toutefois, lors de la remise de la Coupe par François Hollande, les écrans géants étaient très utiles. Et quand elle fut brandie, on pouvait distinguer au loin, au très loin (150 mètres?) un petit point brillant pas plus grand qu'un pixel sur un écran d'ordi. C'était elle, cette coupe qui était entre nos mains.

La dernière fois que Bordeaux est allé en finale de Coupe de France, c'était en 1987: le Franc, l'URSS, pas d'Internet, pas d'arrêt Bosman (on passera sous silence l'épisode de Calais en l'an 2000). Une telle opportunité ne pouvait se manquer. Et s'il fallait attendre encore 26 ans pour y retourner: c'est loin 2039 quand même! Une tentative pour moi: 100% de réussite.

Le retour fut long, mais agréable: forcément j'étais vidé. Et après le concert de klaxons à la sortie du parking, le retour sur terre se produit dès que l'on pénètre sur l'A1. J'ajoute que j'ai était frappé d'une chose sur le retour: c'est fou le monde que l'on peut croiser un vendredi soir à minuit sur le périph' à Paris: mais que peuvent donc foutre les gens à cette heure-ci?!  Sur la route du retour, on a fait et refait le match. A 110 sur l'A10.

 

Et le plus beau dans tout ça: ce fut l'accueil triomphal que m'a offert le petit Gunther, de retour en Pictavie. A 04H30. Oui, c'est beau l'esprit de la Coupe.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 00:13

 

 


 

 

On le sait, rien ne va être simple pour cette nouvelle année qui vient. Alors tâchons d'en profiter en ce jour de trêve, qui permet toutefois de nourrir quelques espoirs pour les 365 jours qui viennent.

A toi, le promeneur du cyber monde qui ne me connait pas encore, j'adresse mes voeux, tout comme à toi le fidèle lecteur, ainsi qu'à toi, le bloggueur du Poitou-Charentes (évidemment je compte les filles aussi), je souhaite que 2013 soit une grande année pour vous tous.

Santé, réussite, confiance en l'avenir: c'est tout ce que je peux vous souahiter pour l'An nouveau qui s'annonce. Que cette année laisse une trace positive dans l'Histoire.

Que chacune et chacun puisse parvenir à réaliser ses désirs, vivre ses espérances, découvrir un peu plus le monde qui l'entoure. Que 2013 vous apporte tout cela.

Bonne année Poitiers, Bonne année la France, Bonne année l'Europe, Bonne année le monde.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 08:00
Image prise sur le site limposteuze.blogspot.fr

J'ai 5 ans! 5 ans. Un quinquennat. Une demie-décennie. Prendre le temps d'essayer de comprendre, de voir, d'analyser le chemin parcouru. Grandir tous les jours, apprendre, partager, échanger. Tous les jours ou presque tu es venu chez moi, parce que tu le voulais, parce que tu attendais de moi quelque chose. Et tu es reparti, satisfait, indifférent, ou déçu. Mais pendant ce temps là, j'ai grandi.
Je me souviens du jour où je suis né: c'était le Vendredi 19 Octobre 2007. "Pourquoi pas une photo pour commencer?". Ce sont les tous premiers mots que j'ai dit. Je m'en souviens comme si c'était hier. A l'époque, par nature, j'étais tout petit. Alors j'ai publié plein d'articles (il y en avait certaines journées 4 ou 5) histoire de grandir et de trouver une petite place dans ce vaste cyber-espace que l'on nomme Internet. A l'époque, on ne me lisait que sur un ordinateur. Je me rappelle de quelques sombres journées où je faisais tout pour exister (avec les moyens du bord et de l'époque) et au final pas grand monde ne passait me voir. J'étais un peu tristoune, mais je savais qu'il allait falloir batailler pour que je me fasse un nom.
Et puis peu à peu, les circonstances ont fait que les gens se sont interessés à moi: dans des conversations à droite, à gauche, Et que même un jour alors que je n'avais même pas encore deux, que mon grand ancêtre, en papier, de la presse locale parlait de moi. J'étais pas peu fier ce jour là. Mais après, je suis retombé dans un certain anonymat, le temps de l'agitation étudiante de la LRU touchant à sa fin.
Mes journées étaient faites de bric et de broc. Sans la moindre cohérence car je voulais être un touche tout. C'est même devenu ma devise : "Tout sur tout et un peu plus que tout". Surprendre, ne pas faire comme les autres, être différent sans pour autant prétendre que j'étais le meilleur: c'était ce que je voulais être, et je dois reconnaître que j'ai réussi. Toujours pour le plaisir, sans chercher à amasser de l'argent ou en faisant de la publicité. Les seules que je mets en avant, généralement ce sont soit des copinages, soit des réclames qui sont au minimum deux fois plus vieilles que moi.
Faute de beaucoup voyager, je me suis mis à me promener dans les couloirs du temps, avec une prédilection pour les années 1970. Une époque adorée, où hélas, on n'aurait point pu me lire sous mon format actuel, quoique sur un minitel des années 1980, j'aurais déjà pu avoir une certaine allure. Depuis mes débuts, j'ai grandi, mais sur la forme je n'ai pas beaucoup changé. Et je suis très bien comme je suis: c'est vrai, l'orange me va très bien.
En grandissant, de plus en plus de monde me voit chaque année. Et c'est ainsi que les opinions se diversifient: j'apprécie à leur juste valeur les compliments, mais j'entends aussi ceux qui me critiquent. Des fois ça se tient (l'erreur est blogguesque!), mais parfois, c'est complètement ridicule. Mais je ne reste pas pour autant indifférent. De toute façon, cela ne m'empêche pas d'avancer. Même si je me suis fait réprimander une fois, par mon grand boss, Overblog, parce que je piquais des dépêches de l'AFP, qui n'appréciait pas beaucoup. Alors depuis, je fais gaffe à ce que je choisis. Je ne veux pas disparaître du cyberespace comme ça. Ca serait trop bête. Ce qui ne m'empêche pas, comme je l'ai toujours été d'être honnête. Et je suis un peu chaffouin quand on me pique mes idées, sans notifier la source.
Je sais que du monde entier je suis visité, et j'en suis très honoré. Un jour, peut-être que quelqu'un, qui sera dans le vrai espace, quelqu'un me lira comme tu me lis toi, dans ton lit, au boulot, dans le bus, ou je ne sais où encore.
Tu sais que toi, lectrices, lecteurs, tu passes me voir quand tu veux: la maison est toujours ouverte et mon contenu augmente chaque jour davantage. Mais avec les cinq ans, j'estime que j'ai le droit de prendre parfois, un petit congé pas totalement immérité: c'est pourquoi, comme mes vieux ancêtres de la presse en papier, je m'accorderai de temps en temps, un petit repos le dimanche. C'est vrai: proposer tous les jours le meilleur du meilleur, ce n'est pas évident! A mon âge, il faut aussi savoir un peu souffler. J'ai un peu perdu de la fougue de ma jeunesse, mais au final, je garde le plus important: le même état d'esprit. Passe quand même me faire un petit coucou, ça me fera toujours plaisir.
Alors, du haut de mes cinq ans, je regarde le passé et tout le chemin parcouru: je suis né avec la crise, et je n'ai connu que ça. Bébé-blog des années Sarkozy, je vois enfin la gauche au pouvoir. Ben c'est beaucoup mieux, bien que les temps soient durs pour presque tous le monde. A partir d'avril 2010, je suis arrivé sur Facebook. Ce qui a grandit mon influence et mon potentiel de visiteurs. Mais aujourd'hui, je franchis une nouvelle étape. Je me tourne vers l'avenir et vers le reste du monde entier, en permettant aux anglophones et aux germanophones de me lire approximativement dans leurs langues natales. Je suis aidé par Flavius pour cela. Certes, ce n'est pas une traduction fiable à 100%, mais ce sera plus fiable que le Google trad, qui te sert parfois, si comme moi tu es une cagette en langues étrangères, à traduire de mots, des phrases, des textes. Un simple clic, et tu peux me lire dans la langue de Shakespeare, de Goethe. Ou rester dans celle de Molière.
Je sais que j'ai encore quelques belles années devant moi. Peut-être qu'un jour je serais vieux, usé et fatigué, mais je serais toujours là, à occuper ma toute petite place dans cette cybergalaxie qui grandit chaque jour un peu plus.
Mais je compte bien rester ce que je suis: le "Petit Blog quotidien d'informations générales".Parce qu'à 5 ans, il paraît, et j'espère que c'est vrai, qu'on a encore toute la vie devant soi.
PPP, Vendredi 19 Octobre 2012.

Stevie Wonder: Happy Birthday
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 11:06

Et pourtant, elle marche encore

Bravo la Bécane!

Ordinateur-en-diorama.JPG

Compaq-ferme-stenope.JPGCompaq-ferme.JPG

 

Pave-numerique-poisson.JPG

 

Arriere-ordinateur.JPG

Piece-brisee-ordinateur.JPGPoussiere-et-ventilation.JPG

LOGO-COMPAQ-Ordi.JPGFish-eye-ecran-ordinateur.JPGOrdinateur-en-dessin.JPGOrdinateur-en-fish-eye.JPGOrdinatur-style-punk.JPG

 

Vista-BIENVENUE.JPG

Fond-d-ecran-compaq-2012.JPGPoitiers, Mercredi 18 Juillet 2012.

 

Putain, cinq ans! Cinq ans que je possède ma fenêtre sur le monde, celle qui a radicalement changé mon mode de vie. Photographie, mails, facebook, twitter, l'information, bref, tout a changé avec elle. Et pourtant, je partais de loin, moi, néophyte parfait en informatique (ce qui n'a pas trop changé...). Et pourtant elle a souffert, elle est tombée comme l'indique l'une des charnières de l'écran brisée depuis l'hiver 2008 après une chute de 80 cm. Et pourtant avec ces 6Go de libre sur 120 disponibles à la base, elle marche encore. Et pourtant, avec sa ventilation poussièreuse (inatteignable pour le nettoyage), elle ronfle un peu, mais me permet pratiquer au quotidien mais cyber-activités. Et enfin, elle connait la gauche au pouvoir après avoir vécu de bout en bout le règne et la chute de l'empire sarkozyste.

Un premier ordinateur, c'est comme un premier téléphone portable: ça marque, ça ne s'oublie pas. Je me souviens de ce 18 juillet 2007 où, à la FNAC de Poitiers, j'ai fait mon choix, après moult hésitations. C'était malgré tout un triste été (pluie, froid, sarkozysme) mais aussi à titre personnel. Je me souviens que je l'ai acheté à la base pour rédiger mon mémoire sur les municipales de Poitiers de 1977 (ce qui m'a fait d"couvrir les archives de presse), et qu'aujourd'hui je ne pourrais que très difficilement m'en passer, pour des raisons qui ne sont ni scolaires, ni professionnelles.  Je me souviens du jour de l'achat (700€ à l'époque, 1000 avec malette et garantie), un bon copain m'a dit: "T'es sur Vista? Mes condoléances". Ce à quoi j'ai répliqué (spirituellement): "Eh ta gueule, connard, ch'ui débutant!". Cinq ans après, bon pied, bon oeil, elle est encore là, et passe les saisons sans encombres. Et je serais triste le jour où elle rendra l'âme. Alors je lui souhaite encore une longue vie. Car j'ai encore beaucoup de choses à lui demander...

 

PS: en 2008, déjà, je lui avais souhaité son premier anniversaire...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 08:47

...et elle a beaucoup apprécié!

Amelie-et-tete-de-moine-blossac.JPG

Tete-de-moine.JPGAu Parc de Blossac, Samedi 24 Mars 2012. PPP remercie une passante pour son interprétation et la tête de moine pour son sacrifice.

 

La tête de moîne est un fromage léger et délicieux qui nous provient  d'un monastèredu Jura suisse et à la fois du Moyen-Âge (XIIème siècle), c'est dire s'il en a vu avant de finir au fond de votre gosier pour transmettre ces douces saveurs. Il est protégé par l'appellation d'origine contrôlée (A.O.C.) depuis 2001. Vous pouvez le retrouver ICI sur son site officiel. A retrouver dans les bons commerces de Poitiers.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 07:19

Francois-Hollande-a-Bercy-2012.JPGLors du meeting de Paris-Bercy, Dimanche 29 Avril 2012, 15H56.

 

Mai 2012. La fin de la bataille politique. C'est à proprement parler le terme de l'une des plus longues et des plus dures campagnes présidentielles. A l'heure où ses lignes sont rédigées, les jeux sont faits. Et c'est avec une certaine émotion que j'écris ce dernier article relatif à la campagne présidentielle de 2012 qui, perversité de la mise en place du quinquennat, aura tant occupé nos esprits durant le mandat de Nicolas Sarkozy.

Devant nous, citoyens de la République s'offre deux choix: celui de la continuité d'une politique sarkozyste de cinq ans qui a cherché tout au long de ces dernières années à monter les Français les uns contre les autres et qui s'est conclu, lors de l'entre-deux tours par une course effrénée vers une légitimation des valeurs nauséabondes de l'extrême-droite, celle-ci n'ayant jamais obtenue autant de voix sous la Vème République (6,4 millions) Ou celui du changement. Changement de politique, changement de cap, changement d'horizon. Le choix d'une société apaisée qui ne gouvernera pas à coup de sondages, où les valeurs et les principes de la République, celle qui unit, celle qui rassemble seront réaffirmées et renforcées. Parce qu'après une présidence faite d'agitation, chacun d'entre nous peut aspirer à une présidence normale, où le président préside et le gouvernement gouverne.

Le débat de mercredi soir, que pour ma part j'ai trouvé intéressant et instructif bien que de nombreux thèmes (culture, logement, santé,...) n'aient pu être abordés, a mis en lumière les divergences entre les deux candidats. Les choix sont clairs, bien que l'on ait du mal à comprendre véritablement le programme du candidat sortant. En effet, dans le cas où celui-ci viendrait à être réélu, cela signifierait-il que l'on rétablirait les contrôles au frontières, celui-ci menaçant de suspendre la participation de la France aux accords de Schengen de 1985 posant un principe fondateur de l'Union Européenne, à savoir la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes? Devra-t-on considérer chaque personne de religion musulmane comme un ennemi de la République? Pourra-t-on tolérer encore et encore les réductions de poste dans la fonction publique au détriment du bon fonctionnent des servies publiques dans nos territoires? Et que penser, aux yeux des générations futures, du choix aveugle de poursuivre la politique de l'indépendance nucléaire au prix d'un quadrillage de la France par des centrales vieillissantes, en refusant d'accepter la montée en puissance des énergies renouvelables?

Le candidat François Hollande est le candidat qui peut nous permettre de sortir le pays du désarroi dans lequel il se trouve depuis 2007. Certes, il est bel et bien finit le temps des folles espérances de 1981. La gauche a appris de ses erreurs. Evidemment, la France devra encore subir les épreuves des différents aléas économiques, sociaux et financiers qui vont la frapper. Nul n'en doute. Mais l'investissement dans la recherche, l'innovation, l'éducation, ce sont les clés de l'avenir, celles qui peuvent permettre à notre pays de parvenir à s'imposer dans la compétition mondiale, à laquelle il faudra bien finir par poser des règles, car cette mondialisation là, nous ne pouvons plus l'accepter.

Et c'est là que la carte de l'Europe est un atout majeur, crucial, pour s'en sortir. L'austérité sans fin n'appelle que l'austérité, n'apporte que misère et colère. Elle éveille les tensions et les replis communautaires. C'est tout l'enjeu d'inscrire une orientation vers la croissance dans le traité européen de 2011 que la France n'a pas encore ratifié. Sans cela, nous courrons à la catastrophe. Tant au niveau français qu'au niveau européen.

Cela fait dix ans cette année que j'ai adhéré au mouvement des jeunes socialistes (MJS). Mon engagement (je suis un adhérent du 21-Avril) est le résultat d'une volonté d'inscrire les choix de notre pays en fonction des valeurs qui l'ont fondé, et qui font la devise de la République: la liberté, l'égalité, la fraternité. La France est un pays qui a fondé sa richesse, sa diversité, son identité grâce à son ouverture sur le monde. C'est pour cela que le droit de vote des étrangers aux élections locales sera un pas supplémentaire pour faciliter l'intégration de personnes qui bien que n'étant pas françaises, participe à la vie économique du pays. C'est le pays des Droits de l'Homme qui fait briller la France au delà des frontières, des monts et des océans. C'est de cela dont je suis fier. Et je resterai toujours favorable à la politique de la main tendue plutôt qu'à celle du doigt pointé.

Alors dimanche, nous, membres du corps électoral, nous serons plus de 80% à nous rendre aux urnes. Mettons de côté les sondages et donnons un maximum de suffrages à François Hollande. Cette légitimité issue d'un vote massif pour la candidat de la gauche nous donnera des forces supplémentaires pour mettre en oeuvre les 60 propositions de François Hollande, pour lesquelles, plus de 10 millions de citoyens ont voté, c'est-à-dire que même en 1981,  candidat socialiste François Mitterrand n'avait obtenu autant de voix dès le premier tour.

Dimanche, voter François Hollande, c'est faire le choix du changement, de la justice, du rassemblement, de l'avenir, de l'espoir. Nous sommes prêts pour écrire une nouvelle page de l'Histoire de la République.

 

Vote-Hollande-22-Avril-2012.JPGAu bureau de vote de la Maison du Peuple, Poitiers, Dimanche 22 Avril 2012, 13H.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 09:30

PPP 2000

 

Les jours passent. Et chacun d'eux, à quelques exceptions près, depuis un soir d'Octobre 2007, est accompagné d'un article de PPP. Les thèmes abordés sont multiples et variés, accompagnent la marche du temps, mais aussi, nous rappelle ce qu'il s'est passé, ce que nous avons été, ce que nous avons fait, aimé, détesté.

2000. Pour les uns, ce numéro évoque l'année, cette peur du grand bug qui a hanté tant d'esprits. Pour d'autres, c'est un magasin, une station de ski.

2000. Un cap d'articles franchit qu'il me fallait modestement célébrer, depuis le Loudunais, et non depuis Poitiers.

Pour moi il sera difficile, à l'instar d'une revue, de faire un numéro exceptionnel. J'en ai l'envie pour tout dire mais je n'en ai ni la compétence, ni le temps. Et puis, ma maquette de présentation, l'interface, n'a pas excessivement changé depuis les origines, et c'est très bien ainsi.

Tourné vers le passé, le présent et l'avenir, la gamme des articles proposés évoluent selon ce que j'ai d'archives disponibles (environ 20000 photos), mais aussi de l'actualité au jour le jour.

Vous aurez pu remarquer que depuis quelques temps, j'ai pris l'habitude de recopier des archives de presse, et je remercie la NR et Centre Presse de ne pas m'embêter la-dessus, et même par ailleurs, de me mentionner dans leur colonnes, ce qui me fait toujours très plaisir quand je m'en aperçois.

Mais ce que je fais, au quotidien, je ne le fais pas que pour moi (bien que j'y prenne énormément de plaisir), mais aussi pour toi, lectrice, lecteur, en ayant depuis le début, ce même et simple credo: ne pas proposer uniquement ce qui va plaire, mais essayer de jouer la carte de la découverte, et sans doute, celle qui me semble la plus belle, celle de la redécouverte, à savoir quelque chose que l'on a vu, vécu, apprécié, rejeté, mais qui a marqué nos existences, la vie de notre ville, de notre pays.

Et cela, toujours avec de modestes moyens (un appareil photo, un ordinateur pouvant s'inscrire au rang des anciens combattants, un esprit tordu). Parfois, il m'arrive de me dire que je ne ferais pas cela toute ma vie, mais pourtant, je redoute toujours un peu plus, le jour où il n'y aura rien sur PPP. La publication, le partage, c'est presque une drogue. Je peux passer une heure pour réussir à trouver un article. Et ne pas être satisfait de moi, car l'article aura été bâclé, pas forcément exploité à 100% de ses capacités. Mais un journal est-il toujours fier de sa Une, de son contenu?

2011 aura été une excellente année pour PPP, comme pour moi. 9% de visites uniques quotidiennes supplémentaires entre 2010 et 2011 (66688 à 72701) et +15% de pages vues (117101 en 2010 contre 134676 pages vues en 2011). Et les retours que j'en ai sont toujours aussi bon.

Globalement, les grandes lignes de 2012 seront les mêmes qu'auparavant: des archives( des années 1960 aux années 1990), des photos, des incohérences, du sport, mais aussi, et vu l'année qui s'annonce, de la politique. Objective et militante.

Alors comme toute séquence d'autocélébration, je conclus mon propos un peu à l'image des fins des histoires d'Astérix (le banquet), à savoir le poids de la tradition du remerciement, toujours aussi sincère, mais jamais excessif.

Merci à toi, lectrice, lecteur, fidèle ou visiteuse, visiteur égaré sur la Toile. Je le dis tel que je le pense, et je le pense tel que je le dis, mais oui, l'aventure continue, en toute liberté, en toute indépendance, avec le même plaisir, la même passion des débuts: cette flamme du partage, je la conserve en moi.

Car oui, au-delà des 3000, des 4000 articles, des différents caps à franchir, tout simplement, je vous l'affirme le plus directement: j'ai encore tellement de choses à vous dire. Merci.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 09:10

Merci de votre fidélité!

04-DE-Peugeot-504.JPGPris sur le capot d'une Peugeot 504 coupé, Poitiers, Dimanche 1er Mars 2009, vers 17H.

 

4 ans, déjà! Le temps d'un mandat présidentiel aux Etats-Unis, l'intervalle entre deux Coupes du Monde de foot ou de Rugby: en ce 1462ème jour de PPP, le petit blog pictavien attaque sa 5ème année avec une motivation intacte, année qui s'annonce très chargée, avec tous les évènements que l'on sait à venir. Mais d'ici là, bien des choses auront changé.

Il y a 4 ans, le sarkozysme triomphant du printemps commençait légèrement a décliné en même temps que le pouvoir d'achat. Il y a 4 ans, ce n'était pas encore la crise, mais ça n'allait pas fort non plus. Il y a 4 ans, la France copinait avec Kadhafi, tandis qu'aux Etats-Unis, Barack Obama n'était pas encore trop connu. Il y a 4 ans, le XV de France de Bernard Laporte (qui avait eu droit à la lecture de la lettre de Guy Moquet) achevait dans la douleur sa Coupe du Monde en s'inclinant contre l'Argentine en match pour la 3ème place. Il y a 4 ans, les tablettes les plus connues étaient celles de Moïse, et non pas celles de Steve Jobs. Il y a 4 ans, la TNT, c'était l'avenir Il y a 4 ans, l'Irlande était un pays dont le modèle économique était à la mode et la Grèce se portait officiellement bien. Il y a 4 ans, Jacques Santrot était encore maire de Poitiers et Coeur d'Agglo était le projet de la municipalité à venir. Il y a 4 ans, Jean-Yves Chamard venait tout juste de prendre sa retraite politique.Il y a 4 ans, j'étais étudiant en Histoire, et je commençais mes recherches pour mon mémoire sur les "Municipales de Poitiers de 1977".  Il y a 4 ans, PPP venait au monde grâce à du wifi capté sur un bord de fenêtre.

19 Octobre 2011: toujours avec la même bécane, mais pas le même appareil photo, je nourris au quotidien PPP, le petit blog qui a fini par s'installer dans le cyber-paysage pictavien. J'ai eu mon permis de conduire, mon Master d'Histoire et un concours qui me permet de travailler dans le Loudunais. Tout en continuant avec plaisir cette activité chronophage et joyeuse qu'est PPP.

Alors comme à chaque fois, à l'occasion de l'anniversaire de PPP, je ne résiste pas au plaisir de vous faire un petit point statistique sur la situation de PPP: au terme d'un imaginaire plan quadriennal, les indicateurs du blog sont au vert. En effet, PPP a reçu depuis ce 19 Octobre 2007 204060 visiteuses et visiteurs (139 par jour en moyenne), qui ont vu au total 389340 pages (266 par jour en moyenne). L'année 2010 fut trés réjouissant en terme de fréquentation: 66688 visites et 117101 pages vues. Et je me permets de vous signaler que ces records peuvent tomber cette année, cela dépend de vous, de votre fidélité, mais aussi de moi, à savoir de la qualité des contenus que je vous proposerai, et aussi à ma capacité de "vendre" PPP, sur le net comme dans la réalité, par la discussion, l'échange, mais aussi, et de ce côté je suis verni, par des coups de projecteurs de la presse locale.

Si le record de visites mensuelles (8460) n'a pas été franchi depuis Octobre 2009 (pour cause, les évènements tristes du 10 Octobre), le vice-record a été battu avec 7554 passages en mai dernier. De plus, c'est le mois de Novembre 2010 qui reste comme celui du nombre de pages vues record (14571). Evidemment, PPP n'est qu'un loisir et ne cherche en rien à devenir un objet rentable sous quelques formes que ce soient. Cependant, amateur de stats que je suis, je prends plaisir à les partager, surtout quand les nouvelles, contrairement à la Grèce, à tout hasard, sont bonnes.

C'est par ailleurs le 27 Septembre dernier que PPP a franchi le cap des 200000 visiteurs, comptabilisés depuis le second semestre 2008, par le cumul des visiteurs uniques quotidiens. Là où il avait fallut 30 mois pour atteindre une première tranche de 100000 visiteurs, il n'en a fallut plus que 17 pour arriver au terme d'une seconde tranche de 100000. Ce qui laisse à penser qu'à ce rythme, un million de personnes auront vu PPP en 2027, pour les deux décénnies du blog.

 

Chaque année, à cette période, je repense aux origines, à ce vendredi d'automne, où tout a commencé. Et je mesure le chemin parcoutut depuis, juste pour le plaisir de partager ce que je sais, ce que j'aime, ce qui m'agace, ce que je ne veux pas que l'on oublie. Poitiers, les archives de presse, la politique, le sport, les vieilles bagnoles, bref, plus que jamais, la formule du Quid est en parfaite harmonie avec ce qu'est devenu PPP, mon jouet préféré: "Tout sur tout et un peu plus que tout".

Et en cette année de présidentielle, et donc de promesses diverses, je vous en fait une que je m'engage à tenir pour longtemps: l'aventure PPP est loin d'être achevée, j'ai encore tellement de choses à partager avec vous!

A toutes et à tous, fidèles ou riverains occasionnels ou accidentels de PPP, je vous dis simplement: Merci, et à demain, si vous le voulez bien!

 

PS: retrouvez ICI l'article des 3 ans de PPP, le 19 Octobre 2010.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Et nous dans tout ça !
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg