Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 07:48
Illustration de Ainouche prise sur presse-dz.com

Illustration de Ainouche prise sur presse-dz.com

En Algérie, la chute des cours fait craindre une situation explosive

 

La baisse du prix du baril a un impact considérable dans un pays où la vente d'hydrocarbures représente 60% du budget de l'Etat

 

ALGER - envoyée spéciale

 

Elles sont apparues dans les rues d'Alger voilà quelques semaines. De grandes affiches publicitaires sur lesquelles des Algériens appellent à "consommer local". Lancée fin avril, à l'initiative du patronat et du gouvernement, la campagne veut encourager la production nationale. Elle témoigne surtout de l'inquiétude croissante qui gagne l'Algérie face à l'effondrement des cours du pétrole et à la menace d'une crise financière.

La chute du prix du baril - de 125 à 50-60 dollars en un an - s'ajoute à la baisse de la production que connaît l'Algérie depuis plusieurs années (malgré une légère embellie ces derniers temps). Dans un pays où les hydrocarbures représentent 96% des recettes extérieures et 60% du budget de l'Etat, le manque à gagner est considérable: selon le centre des douanes, les recettes provenant des exportations de gaz et de pétrole ont baissé de 42,8% entre janvier et avril 2015. Résultat: le déficit public se creuse, de même que la balance commerciale (en déficit de 4,3 milliards de dollars sur les quatre premiers mois de l'année).

Pour y faire face, les autorités ont jusqu'ici largement puisé dans leur bas de laine, mais celui-ci s'épuise. Le Fonds de régulation des recettes (FRR), une cagnotte destinée à compenser les fluctuations des prix du pétrole, s'élevait fin 2014 à 44 milliards de dollars (40 milliards d'euros), après avoir été ponctionné de 29 milliards de dollars en un an. "A ce rythme-là, il sera à sec d'ici la fin 2016", prévient Ihsane El Kadi, journaliste économique et directeur de Maghreb Emergent.

 

"Des mesurettes"

 

L'Algérie paie aujourd'hui des décennies de tout-pétrole. La flambée des cours des années 2000 a généré des rentrées colossales (750 milliards de dollars entre 1999 et 2014), qui n'ont pas été investies dans les capacités de production nationales. Résultat: le pays importe quasiment tout. En quinze ans, sa facture d'importation a été multipliée par cinq pour atteindre aujourd'hui 60 milliards de dollars.

Après avoir tenu des discours rassurants pendant des mois, les autorités ont été contraintes de réagir. Depuis janvier, elles ont adopté des mesures pour réduire la facture des achats à l'étranger: crédit à la consommation locale, instauration de licences d'importation sur certain produits, mais aussi coup de frein à plusieurs projets d'infrastructures.

"Il serait faux de dire que l'Etat ne fait rien, mais ce sont des mesurettes qui ne sont pas à la hauteur des enjeux pour un pays qui perd la moitié de ses revenus", juge Abdelkrim Boudra, le porte-parole de Nabni, un think tank indépendant qui regroupe des entrepreneurs.

Crée en 2012, ce collectif, dont le nom signifie "Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées", appelle le pouvoir à sortir de la dépendance à l'égard de la rente pétro-gazière et à diversifier l'économie. Chaque année, le thnik tank publie un rapport. Cette fois, il sortira au mois de juin un "plan d'urgence" préconisant notamment de réformer le système de redistribution sociale.

L'Etat continue de subventionner les produits de base - sucre, céréales, huile...- mais aussi l'essence vendue au prix de 20 dinars (18 centimes d'euros) le litre. Le total des sommes consacrées aux transferts sociaux, directs et indirects, représente entre 25% et 28% du PIB. "Ces subventions nourissent les réseaux de contrebande, la corruption et sont totalement inégalitaires puisqu'elles profitent à tous, sans cibler ceux qui en ont besoin", explique M. Boudra.

 

S'attaquer à l'économie de rente

 

Pour les acteurs économiques, cette crise, qui met le pouvoir au pied du mur, est une opportunité de changer, enfin, de modèle. Dans l'agriculture, le tourisme, les nouvelles technologies ou la pétrochimie, "tout est à faire", soulignent les entrepreneurs. Encore faut-il un climat attractif pour les affaires.

Or nombre d'investisseurs, locaux ou étrangers, sont découragés par la lourde bureaucratie, la corruption, un système bancaire faible et l'incertitude politique nourrie par l'absence d'un président malade. Sans compter la fermeture de nombreux secteurs à l'investissement privé.

Surtout, il faut une volonté politique dont beaucoup doutent ici. Le dernier remaniement ministériel - les ministres des finances et de l'énergieont été remplacés - et les récentes nominations à la tête de grandes banques et entreprises publiques (dont Sonatrach, la compagnienationale d'hydrocarbures) n'ont pas convaincu. "Tout changer pour que rien ne change", commentait ainsi un journaiste algérien.

S'attaquerà l'économie de rente reviendrait à s'attaquer à deux piliers du système: la redistribution sociale grâce à laquelle le pouvoir achète la paix dans le pays; et l'influence de certains hommes d'affaires puissants qui ont bâti leurs fortunes grâce aux importations.

"Il n'est pas trop tard, mais si on ne fait rien, la situation deviendra explosive à moyen terme, prévient toutefois Abdelkrim Boudra, ce qui s'est passé en Grèce n'est pas un mythe. Pourquoi l'Algérie serait-elle à l'abri?"

Charlotte BOZONNET

Le Monde, Samedi 6 Juin 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 08:50

Moyen Orient et Monde

Alep : là où Assad résiste encore à la logique iranienne

Deux jeunes combattants détruisant une photo de Bachar al-Assad à Alep (@ Ammar Abd Rabbo) Cliché de 2013.

Deux jeunes combattants détruisant une photo de Bachar al-Assad à Alep (@ Ammar Abd Rabbo) Cliché de 2013.

Décryptage

Joshua Landis revient sur les enjeux des bombardements de la coalition contre l'EI et sur l'évolution des rapports de force autour de la capitale du Nord syrien.

08/06/2015

 

En bombardant les positions de l'organisation État islamique (EI) à Sourane (dans la province de Hama), la coalition internationale a indirectement favorisé plusieurs groupes armés qui combattent l'EI depuis une dizaine de jours dans cette région, parmi lesquels le Front al-Nosra. Cette décision, qui pourrait révéler un changement de tactique dans la stratégie américaine, peut se comprendre dans un contexte général qui prend en compte la position des trois principaux acteurs de la crise syrienne : le régime Assad, l'EI et al-Nosra.
Pour Joshua Landis, directeur du Centre pour les études sur le Moyen-Orient, les frappes de la coalition pourraient être un rééquilibrage, quelques jours après que l'ambassade américaine à Damas (fermée) eut accusé sur Twitter le régime de bombarder les rebelles au profit de l'EI. « Les Américains subissent une forte pression de la part de leurs alliés pour venir en aide aux rebelles. Mais les États-Unis se trouvent dans une position très embarrassante : soit ils aident les rebelles contre Assad, mais cela veut dire soutenir indirectement el-Qaëda ; soit ils ne les aident pas, ce qui peut renforcer les positions de l'EI ou du régime », analyse M. Landis. Les États-Unis se trouvent donc face à une équation à trois variables où aucune des solutions possibles ne leur convient réellement. « Washington souhaite la fragmentation de la Syrie, parce qu'il considère les trois acteurs susceptibles de prendre le dessus comme des ennemis », relève le spécialiste.

 

La logique d'Assad
L'intervention de la coalition dans les combats qui opposent l'EI aux groupes rebelles s'inscrit dans un quadruple contexte. Un : la lutte contre l'EI, dont les États-Unis ont fait « une priorité absolue, quitte à devenir l'allié de circonstance d'el-Qaëda ». Deux : la tentative de normalisation de l'image du Front al-Nosra, initiée par le Qatar et la Turquie. « Mais cette normalisation ne plaît pas forcément aux Américains, ni mêmes aux Saoudiens », estime M. Landis. Trois : la coalition ne bombarde pas les positions de l'EI dans les combats qui l'opposent aux forces du régime à Hassaké. Quatre : cette bataille peut foncièrement changer le rapport de force dans le nord de la Syrie.
« L'EI cherche à couper la route d'approvisionnement qui relie Alep à la Turquie. Sans cet approvisionnement, les groupes rebelles seraient très affaiblis. Il est logique qu'Assad veuille aider l'EI dans cette perspective d'affaiblissement des groupes rebelles. Assad a toujours vécu et survécu parce qu'il pouvait diviser ses ennemis. Il était le maître du jeu », considère l'analyste. Selon lui, le président syrien aurait poussé les deux parties à poursuivre les combats, alors qu'elles étaient précédemment tombées d'accord pour un cessez-le-feu.

 

« La grande cible de tous les côtés »
Dans le nord de la Syrie, les trois grandes forces se préparent à une bataille pour la ville d'Alep qui « est devenue la grande cible de tous les côtés ». « Avec la perte d'Idlib et de Jisr el-Choughour, la question d'Alep est redevenue centrale », estime M. Landis. « Les rebelles et l'EI veulent absolument conquérir Alep parce que c'est la capitale du nord de la Syrie. Pour l'un comme pour l'autre, c'est une condition essentielle pour la formation d'un État indépendant », ajoute-t-il.
Du côté du régime, la donne est plus complexe. Les Iraniens considèrent qu'Assad n'est pas en mesure de défendre Alep et qu'il doit privilégier la défense de Damas. « Mais Assad résiste à la logique iranienne pour l'instant », d'après M. Landis. « Il y a actuellement 2 millions de personnes qui vivent dans la partie d'Alep contrôlée par le régime, dont 150 000 chrétiens. Dans la partie contrôlée par les rebelles, il y avait 3 millions de personnes, mais à cause des bombardements du régime, il ne reste que 200 000 personnes, ce qui laisse un grand vide », relève l'expert.
Le régime est donc dans une position extrêmement complexe. Il ne dispose pas des moyens nécessaires pour défendre dans le même temps Alep et Damas. Mais s'il laisse tomber Alep, la population qui lui était restée fidèle sera « à la merci des rebelles ou de l'EI ». « Or c'est le même type de personnes qui habitent à Damas. Si M. Assad abandonne Alep, toutes les personnes qui ont mis leur destin entre ses mains douteront de sa capacité à les protéger. Ce sera perçue comme une trahison, et ce sera un coup très dur pour le régime », analyse l'expert.
« Assad est encore fidèle au mythe baassiste et à la protection des grandes villes, mais il va être obligé de changer de logique, ce qui va l'amener à accepter qu'il ne pourra plus jamais reconquérir la Syrie », conclut Joshua Landis.

Alep, dernière grande cité du nord partiellement dans les mains du régime. Idlib et Jisr al Choughour sont tombées au mains des rebelles de l'Armée de la Conquête respectivement en mars et avril 2015. Illustration prise sur letemps.ch

Alep, dernière grande cité du nord partiellement dans les mains du régime. Idlib et Jisr al Choughour sont tombées au mains des rebelles de l'Armée de la Conquête respectivement en mars et avril 2015. Illustration prise sur letemps.ch

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 09:15
Affiche du festival de la Charrette Bleue 2015 .

Affiche du festival de la Charrette Bleue 2015 .

Au programme:

-vendredi: marché semi-nocturne à partir de 19h avec des stands de gastronomie locale, puis la farandole des enfants (gratuit);

-samedi: animations toute la journée à partir de 10h avec spectacles, jeux, maquillage (tarif journée: 3€/enfant, gratuit pour les adultes accompagnants) sans oublier la buvette.

Le festival de la Charrette Bleue est organisée par la Société des fêtes de Saint-Germain de Marencennes, association fondée en 1924.

Mais au fait, qui sont les Marentins? Ce sont des mannequins grandeur nature qui le temps d'un week end prennent possession de cette petite commune de Charente-Maritime, le temps du festival, qui en est cette année à sa 9ème édition.

Les illustrations sont prises sur la page facebook de la Société des fêtes de Saint Germain de Marencennes.

Un marentin à l'entrée de la cité.

Un marentin à l'entrée de la cité.

En partant de Poitiers, prendre Niort, puis Surgères, puis enfin Rochefort, par la RD911.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 07:55

En me baladant dans les routes du Loudunais, je suis tombé par le plus grand des hasards sur un monument dont la renommée doit difficilement dépasser les frontières du canton.

En effet, il s'agit de la Tour du Bois-Gourmond, construite vers le XIVème siècle. Cet ouvrage ayant appartenu à Guillaume Gourmond, chevalier du roi Philippe IV se composait d'une tour quadrilatère avec à ses pieds de petites tours cylindriques et polygonales. Construit à proximité du lieu nommé le Pé de Jojo de nos jours, il permettait d'assurer une partie de la défense de Loudun.

Peu d'infos concernant sa destruction (par des guerres ou par obsolescence). Toutefois, la propriété du site appartient à une personne privée (l'espace ne se visite pas), sans doute mais rien ne me le garanti, au propriétaire de la ferme attenante.

La Tour du Bois-Gourmond a dans un premier temps été inscrite à la liste des monuments historiques (législation restrictive et protectrice) par un arrêté du 6 Février 1929, puis l'ensemble du site (tours de défense, ainsi que le sol) par un autre arrêté du 28 Septembre 1993. (source: www.culture.gouv.fr).

Voici ce qu'en dit Louis-François-Xavier Redet, ancien dirigeants des Archives départementales de la Vienne, dans son ouvrage de 1881 "Dictionnaire topographique du département de la Vienne, comprenant les noms de lieux anciens et modernes":

TOUR-DU-BOIS-GOURMOND (LA), tour en ruine et m.r., commune de Veniers. - Le Boys Gormont ,1410 (commanderie de Loudun, 16). - Bois Gourmon, 1451 (prieuré de Bournan, 11). - Le Boys Gourmond, 1462 (commander de Loudun, 16). - Tour et forteresse de Boys Gourmont, 1559 (arch. de la Soc. des antiq. de l'Ouest; Loudunais). - Tour-du-Bous-Gourmand, 1841 (nomencl). - Anc. fief relev. du château de Loudun (ms Trincant).

Au Nord de Loudun , les ruines de la Tour du Bois - Gourmond
La façade nord de la Tour.

La façade nord de la Tour.

A l'intérieur de feu la tour, la nature, comme toujours, a repris ses droits.

A l'intérieur de feu la tour, la nature, comme toujours, a repris ses droits.

Au Nord de Loudun , les ruines de la Tour du Bois - Gourmond

En partant de Loudun, prendre Veniers, puis la direction de l'aérodrome de Veniers.

Une carte postale de la tour vue de l'intérieur de la ferme, pris sur loudun.discuforum.info

Une carte postale de la tour vue de l'intérieur de la ferme, pris sur loudun.discuforum.info

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 07:54

Sur la presqu'île de Quiberon se trouve le fort de Penthièvre, construit à partir de 1748 afin de protéger la côte contre une attaque anglaise, fort qui a été renforcé entre 1841 et 1845.

Sous l'Occupation, entre avril et juillet 1944, il a été utilisé par les nazis comme prison pour des Résistants, où 59 Français ont été massacrés le 13 juillet 1944, quelques semaines après le débarquement du 6 juin, alors que sur le terrain, rien n'était encore joué.

Le charnier a été découvert le 18 mai 1945, soit dix jours après le capitulation du IIIe Reich. En hommage aux victimes, un monument a été édifié en 1948, et une cérémonie commémore leur sacrifice chaque 13 juillet.

Plaque en hommage aux victimes de la barbarie.

Plaque en hommage aux victimes de la barbarie.

Le fort de Penthièvre depuis la plage.

Le fort de Penthièvre depuis la plage.

A la mémoire des Martyrs du fort de Penthièvre (Presqu'île de Quiberon)
Plaque commémorative aux 59 victimes.

Plaque commémorative aux 59 victimes.

Le monument en hommage aux Résistants.

Le monument en hommage aux Résistants.

A la mémoire des Martyrs du fort de Penthièvre (Presqu'île de Quiberon)
A la mémoire des Martyrs du fort de Penthièvre (Presqu'île de Quiberon)

Le fort de Penthièvre à l'entrée de la presquîle de Quiberon.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 07:26
Illustration prise sur le compte twitter de @_theinspiration, 26 Mai 2015.

Illustration prise sur le compte twitter de @_theinspiration, 26 Mai 2015.

La tournure de la construction des stades pour la préparation du Mondial 2022 vire à la catastrophe: humaine avec la mort de plusieurs centaines d'ouvriers népalais et indiens sur les chantiers, des cadences infernales, des passeports confisqués, morale car les mêmes qui exploitent ces hommes retireront de l'évènement d'énormes bénéfices et cela sous la bienveillance de la FIFA.

Outre les incertitudes concernant la corruption pour l'obtention de votes (et sans parler du système mafieux de la FIFA avec à sa tête l'inamovible Blatter), les problèmes de calendrier, c'est dans l'indignité la plus totale que le Qatar se prépare à organiser l'évènement sportif le plus populaire du monde avec les Jeux Olympiques.

La Coupe du Monde est dans sept ans, et il est encore possible de l'attribuer à un autre pays, et cela s'est déjà produit: ainsi, la Colombie était initialement l'hôte du Mondial 1986, qui avait finalement renoncé à organiser la compétition au profit du Mexique. D'autant plus quand on sait le nombre de polémiques nées de la victoire des Qataris dans l'attribution du Mondial en 2010 (un article du journal Le Monde de Mai 2014 revient sur l'ensemble du problème).

Le prix humain est bien trop élevé (on estime qu'à la fin des chantiers 4000 ouvriers seronts morts) pour accepter de participer aux festivités sur le sang des exploités. Et quand bien même l'oragnisation de la Coupe du Monde serait maintenue au Qatar, je me dis qu'il serait bienvenu de boycotter la compétition, quitte à essuyer des sanctions de la FIFA. Et puis que feront les sponsors de la compétition: les Visa, Coca-Cola, MacDonald, Adidas and co accepteront-ils sans broncher d'être associés à ce carnage, eux qui ne cessent de proclamer de "vouloir un monde meilleur"? Que feront les télévisions du monde entier, elles qui permettent à la compétition d'avoir une aura mondiale: collaborer au mépris des morts et des exploités ou s'indignerface à cette parodie en refusant de diffuser la compétition? Ou l'argent du Qatar parviendra-t-il à corrompre des basses âmes pour faire comme si de rien n'était?

Pour ma part, si le Qatar organise la Coupe du Monde 2022, je la boycotterai, et cela, dès les matchs de qualification. J'ai beau aimer le football, mais m'intéresser aux réjouissances sera un total reniement de mes convictions humanistes. Et je pense que je ne serais pas le seul à refuser de m'associer à cette mascarade.

L'exploitation des ouvriers népalais, Envoyé Spécial, Novembre 2014.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 07:39

Bas les pintes

 

Alors que les pubs britanniques connaissent une crise sans précédent, une chaîne d'établissements se développe en misant sur la simplicité, à rebours de la mode hispter, et sur la bière pas chère.

 

Dans un Wetherspoon, Janvier 2013, illustration prise sur express.co.uk

Dans un Wetherspoon, Janvier 2013, illustration prise sur express.co.uk

Les pubs du Royaume-Uni ferment au rythme déprimant de trente par semaine. Dans les établissements qui servent toujours de la bière, on donne dans la gastronomie, le bar à thème ou la prétentieuse bière artisanale. Louée soit dont la chaîne JD Wetherspoon! Elle a beau être copieusement vilipendée, elle estl'un des derniers bastions du vrai pub britannique.

Le Wetherspoon le plus proche de chez moi, dans le nord de Londres, est le plus ancien du groupe à être encore en activité, puisqu'il a dévoilé ses pompes en 1983. C'est une institution dans le coin. Il y a du monde pour le petit déjeuner, où il propose bagels, pancakes, porridge, café Lavazza (99 pence, à volonté) et un solide petit déjeuner anglais pour 3 livres [4 euros]. Il y a du monde dans la journée, entre les petits vieux et les clients du bookmaker. Il y a du monde le soir, quand débarquent les étudiants, ceux qui viennent dîner et ceux qui viennent s'en jeter un après le travail.

Le pays compte désormais 931 pubs Wetherspoon, souvent installés dans des bâtiments classés: anciens théâtres, cinémas, banques, églises, et même une piscine, à Sheffield. Sans cela, certains de ces beaux édifices seraient déjà en ruines ou auraient été transformés en appartements de luxe comme ceux que l'on trouve aujourd'hui partout. Ils sont donc préservés et constituent toujours des centres animés, bien que d'une façon différente, plus alcoolisée.

La chaîne s'est faite le champion de la bière non pasteurisée, des prix bas, des longues heures d'ouverture et, surtout, de l'absence de musique. Ce dernier point peut sembler ringard mais c'est la clé de l'atmosphère à l'ancienne des pubs Wetherspoon. En l'absence de musique imposée vaguement irritante, la conversation est reine. Le brouhaha est naturel - rires et des verres qui s'entrechoquent - pas comme ce beat métallique de musique d'ascenceur. On peut lire en paix. Bon service, Wi-Fi gratuit, toilettes étincelants. Les frites sont servies dans de la vraie vaisselle, pas sur une plaque d'ardoise ni dans un mini-seau en alu. Les snobs vont peut-être se moquer de moi, mais je trouve que ces pubs - bien gérés, fiables, rassurants, moitié moins chers que leurs concurrents chichiteux - constituent un antidote rafraîchissant à l'invasion par les hispters de nos centres-villes. D'ailleurs, les pubs branchés se ressemblent tous. Mobilier vieilli, tableaux noirs, ampoules nues; tenus et fréquentés par des barbus obsédés par la bière artisanale, les manches de chemises négligemment roulées pour exhiber leurs tatouages de marin; bière au houblon et vin bio pour les mecs, coktail en pot de pour ces dames; et un burger vuit à la plancha hors de prix si on a un petitcreux.

Ni bios ni artisanaux, les Wetherspoon font cependant de la bonne bouffe de pub. Le curry club du jeudi est sans doute leur promotion la plus réputée mais elle vaut le coup la plus grande partie de la semaine, tout comme le rôti du dimanche, le lundi mexicain et le steak club du mardi. La carte indique le nombre de calories de chaque plat - ils sont bien les seuls à faire ça. Dans les aéroports, ils servent à 7 heures du matin des pintes de Stella et des oeufs au bacon ou autres saucisses-frites (histoire de se tapisser l'estomac avant d'aller enterrer sa vie de garçon ou de partir au soleil), sous les regards torves des hommes d'affaires qui se la pètent.

Mais en fait, on va chez Wetherspoon pour se pinter copieusement à bon marché - facteur non négligeable en temps de crise. Les jeunes y font le plein avant d'aller faire la fête. On s'y retrouve avant ou après un match ou un concert. Les plus âgés y picolent en refaisant le monde pour des somes ridicules - la pinte à moins de 3 livres, de la bouteille de vin à 9 livres [12 euros], de celle de prosecco à 14 livres [20 euros]..Si on tient aux bières artisanales, il y en a une gamme impressionnnante, des pépites étrangères et beaucoup d'autres venant de petites brasseries. Elles sont servies par un barman souriant vêtu d'une chemise classe et non par un frimeur revêche en chemise à carreaux.

Les gens n'y postent pas leur dîner sur Instagram, ils ne proclament pas qu'ils y sont sur Facebook. Ils décompressent et se saoulent à peu de frais. Quand on paie une tournée, on nous rend la monnaie, on n'a pas à farfouiller dans ses poches, le visage en feu, parce qu'on a sous-estimé l'addition.

Wetherspoon est un peu "vulgos" peut-être, mais ce genre de qualificatif en dit davantage sur celui qui l'emploi que sur sa cible. Ce sont de vrais pubs, où on trouve un mélange de gens ordinaires, comme il se doit. Un lieu démocratique qui contribue au bonheur humain sans péter plus haut que son anus bio.

Je lève ma pinte à 3 livres à ça.

Michael Hogan - The Daily Telegraph, 21 Avril 2015.

Repris par Courrier International, N°1278 du 30 Avril 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 22:06
Danger sur la cité antique de Palmyre!

Syrie. L’avancée de Daech vers Palmyre, une belle affaire pour Assad

Publié le

 

Palmyre.jpg

Carte postale de Palmyre, illustration prise sur benissa.over-blog.com

Les djihadistes de l’Etat islamique ne seraient plus qu’à quelques kilomètres de l’un des joyaux du patrimoine mondial. L’armée syrienne serait incapable de protéger le site. A moins qu’elle n'ait décidé de le sacrifier.

“Les combattants du groupe Etat islamique [EI, ou Daech en arabe] ont avancé hier [jeudi 14 mai] vers l’antique Palmyre en Syrie, faisant craindre que ce joyau inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco ne connaisse le même sort que les sites archéologiques voisins, en Irak”, écrit le journal libanais L’Orient-Le Jour.

“Je suis profondément préoccupée par les informations qui nous parviennent de Palmyre. Il faut sauver Palmyre”, a lancé hier la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, citée par le journal. Selon la BBC, Daech contrôlerait déjà les abords de la ville moderne de Palmyre, appelée Tadmor en arabe. De même, Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l'homme, affirme que les djihadistes sont à deux kilomètres du site, après avoir pris “tous les postes de l'armée syrienne entre Palmyre et Al-Soukhna, distante de quelque 80 kilomètres”.

A en croire L’Orient-Le Jour, l’armée régulière syrienne s’est retirée des villages à la lisière de l’antique cité. S'il est a priori possible qu'elle ait dû battre en retraite, il s’agit néanmoins d'un élément troublant.

En effet, cette avancée des djihadistes survient à un moment où des groupes moins radicaux que Daech avaient enregistré des succès notables sur le terrain, face au régime de Bachar El-Assad, mais aussi au détriment de Daech. La destruction de Palmyre pourrait servir le régime, en accréditant de nouveau la thèse selon laquelle Bachar El-Assad serait un moindre mal.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Le reste du monde
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg