Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 09:16
Stéphane Séjourné : du pavé poitevin aux couloirs de Bercy
L'ex-étudiant frondeur dans l'ombre de Macron
Le 49-3 lui colle à la peau. En 2006, Stéphane Séjourné bloquait la fac de Poitiers contre le gouvernement. En 2015, il conseille le ministre de l'Économie.
Photo d'Emmanuel Macron avec ses conseillers à l'Assemblée Nationale, Janvier 2015. Photo prise sur le compte facebook de Stéphane Séjourne;

Photo d'Emmanuel Macron avec ses conseillers à l'Assemblée Nationale, Janvier 2015. Photo prise sur le compte facebook de Stéphane Séjourne;

Ironie de l'histoire. En 2006, c'est l'utilisation de l'article 49-3, par Dominique de Villepin, pour faire passer le contrat première embauche (CPE), qui va précipiter Stéphane Séjourné dans le combat politique. Pendant deux mois, il sera l'un des leaders étudiants du mouvement social à Poitiers, jusqu'à l'abrogation du texte.

 

Neuf ans plus tard, mardi dernier, c'est lui, dans les coulisses du pouvoir, qui est chargé de faire le compte des députés susceptibles de voter la loi Macron. « On avait une majorité, entre 3 et 6 voix d'avance (*) », assure-t-il. Trop risqué pour soumettre la loi au vote, estime-t-on à Matignon et l'Élysée. Le 49-3 est de retour.

 

"Emmanuel Macron sait s'entourer, il écoute nos avis"

 

En 2005, Stéphane Séjourné a 20 ans. Il s'inscrit en première année d'AES à la fac de Poitiers. Il débarque de Buenos Aires: « Mes parents étaient expatriés, on a vécu dans plusieurs pays. J'ai vite aimé Poitiers. J'y ai trouvé ma place. » Il se fait rapidement des potes au Parti socialiste, où il militait déjà en Argentine.

Quand la contestation contre le CPE débute, il est en première ligne. La dialectique micro ne fait pas peur à ce beau gosse, l'action sur le terrain non plus. Les étudiants votent le blocus. C'est parti pour deux mois d'action militante échevelée: manifs géantes, actions originales, débat politique. Les jeunes socialistes sont dans tous les coups. Et ça marche.

Mais pas question de franchir ensuite le pas vers une carrière qui semble promise. Les consignes des « grands » du Parti socialiste sont claires: « Terminez vos études et obtenez des diplômes. » Stéphane Séjourné va boucler les siennes en 2011, avec deux masters de droit en poche. Il monte à Paris pour un stage à la mairie de Paris, « dans le service des marchés publics », bosse ensuite plusieurs mois à la Fédération de l'agroalimentaire, « responsable des affaires publiques ».

 

"Valeurs intactes"

 

En parallèle, il milite au PS parisien. La victoire à la présidentielle de 2012 crée un appel d'air dans les cabinets ministériels. Il trouve une place au conseil régional d'Île de France, au cabinet du président Jean-Paul Huchon. Deux ans plus tard, Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Economie, construit son cabinet. On lui fait signe. Stéphane Séjourné est recruté, comme conseiller parlementaire. Son passé militant a-t-il joué? « Je ne l'ai pas forcément vendu à l'entretien d'embauche, sourit-il. Mais je crois que ça a compté. Le ministre a voulu s'entourer de gens aux profils différents mais complémentaires. Il écoute l'avis de tout le monde. »

A Bercy, Stéphane Séjourné est chargé d'aplanir le terrain parlementaire. La fameuse loi Macron, il la connaît par coeur. Il sera derrière le ministre pendant les 200 heures du débat en commission avec les députés, pour la négociation d'un millier d'amendements. Jusqu'au 49-3. « Cette séquence politique n'a rien à voir avec celle de 2006, explique-t-il. A l'époque, il s'agissait d'une loi qui ôtait des droits aux jeunes. La loi Macron en crée. Elle ouvre l'accès à des professions jusqu'ici réglementées, au permis de conduire, elle érige des droits réels. »

La loi poursuit son chemin parlementaire. « On va au Sénat pour trois semaines. » Avant un retour à l'assemblée nationale au printemps. Entre les deux, Stéphane Séjourné aura soufflé la trentième bougie de son anniversaire, mais pas la flamme militante. « Mes valeurs de gauche sont intactes », assure-t-il.

(*) NDLR. : Le cabinet du ministre a demandé à relire les citations de Stéphane Séjourné avant parution. Elles n'ont pas été modifiées.

 

Philippe Bonnet

••• "On était la bande des Camba"

Photo de Jules Aimé et de Stéphane Séjourné lors d'une réunion à Poitiers, Juin 2008.

Photo de Jules Aimé et de Stéphane Séjourné lors d'une réunion à Poitiers, Juin 2008.

Stéphane, Jules, Maxance, Guillaume, Arthur. En 2006, ils étaient dans tous les coups du mouvement anti-CPE à Poitiers, « on était dans le bain 24/24h », rappelle Jules Aimé, aujourd'hui prof d'histoire et élu municipal à Poitiers. Des jeunes socialistes, « tendance Strauss-Kahn, mais surtout dans la mouvance de Cambadélis », précise Jules Aimé. « On était la bande des Camba, on voulait faire de la politique sur le terrain, pas dans les salons. Genre Nanterre plutôt que style Voltaire. Dans l'action, on n'avait rien à envier aux gauchistes. »
Le groupe de l'époque est toujours soudé. « On s'appelle souvent, assure Jules Aimé. Mardi, pendant la séquence 49-3, on s'est échangé des sms avec Stéphane. » Ils ont respecté les consignes de l'époque. Ils ont tous un boulot. Tous un engagement politique. Et tous le respect de la discipline du parti. Pas de frondeur dans les rangs.

 

Centre Presse, Dimanche 22 Février 2015.

 

PS: attention, il ne faut pas confondre Stéphane Séjourné ici présenté et son homonyme Stéphane Séjourne, champion de France du cri du cochon.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:44

 


 

On choisit ses copains mais rar'ment sa famille
Y'a un gonze mine de rien qu'a marié ma frangine
Depuis c'est mon beau-frère alors y faut faire avec
Mais c'est pas une affaire vu qu'c't'un sacré pauv'mec

Mon beauf mon beauf

Il lui a fait quatre gosses pour toucher les allocs
Lui fait l'coup d'la nuit d'noces dès qu'elle est plus en cloque
Cet espèce de trou-duc' qui a fait dix ans d'légion
Ses mômes il les éduque à grands coups d'ceinturon
Le jour où les cons iront pointer
On l'verra au bureau d'embauche

Mon beauf

Il a des rouflaquettes un costard à carreaux
Des moustaches une casquette et des pompes en croco
Y s'prend pour un vrai mec mais y craint au p'tit jeu
Pour tout dire il est presque à la limite du hors-jeu

Mon beauf mon beauf

A chaque fois qu'y culbute une collègue de bureau
Ou qui va s'faire une pute ce ringard ce blaireau
Y dit qu'c'est pas tromper que c'est juste pour l'hygiène
Mais qu'si ça femme l'imitait il l'assom'rait à coups de beignes
Le jour où les cons s'ront cuisiniers
C'est lui qui préparera les sauces

Mon beauf

Y'a dans sa discothèque tout Richard Clayderman
Y trouve ça super chouette c'est l'Mozart du Walkman
Et pi dans sa R 16 y'a la C.B. tu penses
« 73 la station tête de noeud en fréquence »

Mon beauf mon beauf

Pi bonjour la culture il est 'achment balaise
T'as qu'a voir ses lectures ça casse des barreaux d'chaises
V.S.D Paris-Match et puis Télé 7 jours
Pi bien sûr chaque année y s'offre le prix Goncourt
Le jour où les cons s'ront plus à droite
Y'a p't'être une chance pour qui vote à gauche

Mon beauf

L'adore les animaux l'a un berger allemand
Qui protège ces bibelots son p'tit appartement
Il l'emmène à la chasse flinguer les p'tit oiseaux
Parc'que c'gros dégeulasse y taquine le moineau

Mon beauf

On choisit ses copains mais rar'ment sa famille
Y'a un gonze mine de rien qu'a marié ma frangine
Il est d'vnu mon beauf un beauf à la Cabu
Imbécile et facho mais heureusement cocu
Quand l'soleil brillera que pour les cons
Il aura les oreilles qui chauffent

Mon beauf

 

Album: Le Retour de Gérard Lambert (1981)

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:49

Logo-Centre-Presse-1965--2-.jpg

 

14/01/2015

 

Le message de fraternité diffusé par une Poitevine
Marion Solon-Nadal a diffusé ses dessins et des affichettes #Tous Frères pour que la fraternité soit plus forte que la haine sur les réseaux sociaux.

Il y a d'abord eu son dessin au lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo. Il montre les trois dieux constatant les dégâts avec cette interrogation de Mahomet: « On n'a peut-être pas assez insisté sur l'amour ». Et cette réplique: « Mais la connerie, c'est pas de notre ressort ». Le dessin a été partagé des centaines de fois sur les réseaux sociaux.

« J'ai pris conscience qu'on pouvait faire passer des messages dans le climat actuel », explique Marion Solon-Nadal, graphiste et illustratrice indépendante de Nouaillé-Maupertuis. Ensuite, voyant que le climat allait vite verser dans le racisme, en particulier sur les réseaux, il lui a paru « important de contrebalancer avec du positif.

"Inonder les réseaux de messages positifs et fraternels"

J'étais marquée par #WellRideWithYou (après l'attentat dans un bar en décembre) des Australiens qui prônaient une fraternité plutôt que le #NotInMyName insistant sur le fait que les musulmans doivent se justifier et se détacher d'un terrorisme pseudo-islamique ».
La jeune femme a cherché des actions dans cette optique avant les rassemblements du week-end dernier, sans trop de succès et s'est dit que « chaque petite initiative, à son minuscule niveau, pouvait toutefois rayonner sur un minimum de personnes ».
Sa petite initiative a été de sortir des affiches avec le hashtag #Tous Frères. « J'ai mis ma soeur sur le coup pour m'aider. Et samedi, sur la Place d'Armes, j'ai abordé les gens avec un discours simple: "Il faut inonder les réseaux de messages positifs et fraternels. Parce que nos amis musulmans n'ont pas à se justifier. Qu'au contraire, nous Français, nous devons montrer que nous sommes fiers de notre mixité, parce que nous sommes #TousFrères". »

Page Facebook

Une grosse trentaine de photos ont ainsi été partagées avec des familles, des anonymes, quelques élus, des représentants associatifs et aussi avec l'imam de Poitiers. Depuis, le message continue de tourner sur les réseaux sociaux, chacun est invité à faire un selfie avec l'affichette et une page Facebook a été lancée hier soir. « Comme beaucoup de personnes sur les réseaux sociaux qui proclament leur fraternité en bouclier au racisme, nous le faisons en images... »

Voir l'album photos: bit. ly/albumTousFreres
Page Facebook: #Tous Frères

Laurence Mondon Samit
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 13:21
Un million, puis trois, puis cinq millions de Charlie Hebdo N°1178 imprimés
Des buralistes qui ont été dévalisés de leurs Charlie Hebdo parfois en seulement moins de 10 minutes!
Déjà des profiteurs qui vendent à prix d'or le dernier numéro sur eBay
Les Français contents Charlie Hebdo Wolinski
D'après Wolinski, Charlie Hedbo, N°166, 21 Janvier 1974.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:26

Foule-rassemblee-place-d-armes-Poitiers.JPG

Poitiers, Place d'Armes, Dimanche 11 Janvier 2015.

 

Du plus sombre peut naître le meilleur. Ainsi est faite l'Histoire.

Après l'une des plus épouvantables semaines qu'a connu la Cinquième République (n'oublions pas les temps obscurs de la Guerre d'Algérie) va venir le temps des questions, des querelles, des polémiques. Quelles réponses apportées aux questions qui nous ont été posées cette semaine? A quoi aura servie cette mobilisation historique, unique dans la longue Histoire de la France si rien ne change? Que dira-t-on lorsque de prochaines caricatures du prophète Mahomet seront publiées?

Des banlieues à notre école, de notre systême judiciaire au fonctionnement de nos organes de renseignement, c'est l'ensemble de notre modèle républicain qui est à repenser.

On évoque, à juste titre, la prise de conscience du caractère unique de la France dans le monde, terre d'accueil et de liberté. Mais 2015 est une année d'élection. A la fin mars prochain, l'extrême-droite risque de s'emparer de plusieurs Conseils départementaux, réalisant ainsi des scores qu'elle n'a jamais connu lors d'un scrutin dit local. Alors que nous aurions besoin de plus d'intégration, plus de tolérance, les urnes risquent d'indiquer que les électeurs souhaitent davantage d'isolement, de plus de sécurité au détriment des libertés.

Cette séquence de la tuerie de Charlie Hebdo et de ses suites nous a fait oublier, le temps de quelques jours nos difficultés économiques. Mais elles sont toujours présentes. Et affaiblissent directement l'action de l'Etat. Et par conséquence, celle de l'Ecole. Car comment des enfants de la République ont-ils pu basculer dans le camp de la haine? Oui, bien que barbares, ce sont des Français qui ont tué des Français, pour ce qu'ils faisaient, pour ce qu'ils étaient.

Les banlieues françaises ont été laissées pour compte durant de trop nombreuses années. J'en veux pour preuve la crise de l'automne 2005. Ce n'est pas la religion ou l'immigration qu'il faut mettre sur le banc des accusées, au contraire vu qu'elles sont l'identité et la richesse de la France. C'est la précarité, la pauvreté, le sentiment d'abandon de la République que beaucoup trop ressentent dont il faut s'occuper.

En basculant dans la délinquance et en allant en prison, ils ont découvert non pas la religion musulmane dans ce qu'elle a de meilleur, mais dans l'islamisme radical, créeant le risque de faire naître des amalgames en mêlant à leur folie meurtrière des Musulmans parfaitement intégrer dans notre République. Les meurtriers, nous les connaissons, mais quid de ceux qui attendent de passer à l'acte, ces cellules dormantes qui vont agir et chercher à nous frapper?

Face à cela, les services du renseignement vont devoir se réorganiser. Va-t-on accepter que nos communications soit écoutées, interceptées par une agence de l'Etat du type NSA, en sacrifiant une partie notre liberté au profit de notre sécurité? Qu'ils agissent au nom d'une religion qu'ils bafouent, qu'ils agissent au nom d'une nation dont ils salissent les valeurs (en s'attaquant par exemple à des lieux de culte), comment intercepter ces individus, connus ou inconnus pour le moment, avant qu'ils ne passent à l'acte sans pour autant s'insérer dans la vie privée de chacun d'entre nous?

Ce 11 janvier, un peu partout sur le territoire de la République, de l'Hexagone à la Corse, ainsi que dans les différents territoires d'Outre-Mer (que nous autres "métropolitains" avons parfois tendance a oublié), des espoirs immenses sont nés afin que quelque chose de meilleur naisse. De nombreuses questions se posent et les querelles partisanes reprendront de plus belle, car ainsi il en va de la société démocratique. A nous, collectivement, en tant que citoyen(ne)s d'y apporter de bonnes réponses. Afin que plus jamais une telle horreur ne se reproduise dans notre République.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 09:59

 

UNE-CENTRE-PRESSE-8-JANVIER-2015.jpg

Ce qui devait arriver arriva: alors que l'ensemble des titres de presse régionale de l'Hexagone a mis le paquet pour faire une démonstration de solidarité envers Charlie, soit en faisant sa Une soit sans pub, comme l'était Charlie Hebdo, soit en rebaptisant le titre au nom de Charlie (demain, un tour de France des Unes sur PourquoiPasPoitiers), notre PQR ne se mouille pas trop, elle relate le fait, sans véritablement s'engager comme l'ensemble de ses confrères. Alors qu'il y avait carte blanche pour faire quelque chose d'exceptionnel, à la hauteur de l'évènement. Peut-être que dans le Poitou, on a la presse que l'on mérite.

Je suis déçu, mais quelque part, je m'y attendais. C'est dommage.

Et comble de la honte, et je le craignais: "la liquidation totale" chez Muzzolini. Au lendemain du massacre qui va peut-être définitivement clouer le bec du journal "bête et méchant". Soit c'est de l'inadvertance, un manque de professionialisme, soit c'est une tentative de faire de l'humour "à la Charlie". Mais c'est raté.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 08:35

Nous soutenons Charlie Hebdo

et le droit de critiquer toutes les religions

 

Le procès qui s'ouvre au Palais de justice de Paris les 7 et 8 février 2007 est d'une extrême importance. Charlie Hebdo est poursuivi pour avoir republié les dessins danois du Jyllands-Posten sur Mahomet.

Dans un contexte où des intégristes menaçaient de mort quiconque osait soutenir les journaux et pays pris pour cibles, ce journal a choisi de rester fidèle à sa tradition de liberté de ton et d'expression envers toutes les religions et tous leurs symboles: le pape comme Jésus ou Mahomet.

Il l'a fait en mettant ces douze dessins à la disposition du grand public, afin qu'il se fasse une opinion par lui-même.

Par solidarité avec Jacques Lefranc, rédacteur en chef de France-Soir, qui venait d'être licencié pour avoir eu ce courage.

Parce que si tous les journaux d'Europe avaient fait de même, l'intimidation des extrêmistes aurait échoué.

Parce que si tous les journaux d'Europe s'étaient pliés à cette injonction, leur silence aurait signé la victoire des extrêmistes.

Malgré ce climat, des organisations musulmanes traditionnelles (la Mosquée de Paris), intégristes (l'UOIF) et même l'un des bailleurs de fonds de l'islam extrémiste wahhabite en provenance d'Arabie Saoudite (la Ligue Islamique Mondiale) ont choisi d'ajouter à l'intimidation une menace judiciaire en intentant à Charlie Hebdo, au titre des lois antiracistes, un procès pour "injures publiques à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur religion".

Deux dessins sont visés: celui montrant Mahomet avec une bombe dans son turban, mais aussi celui où Mahomet freine un groupe de kamikazes par cette annonce: "Stop, on n'a plus de vierges en stock". La couverture du numéro, où Cabu représente un Mahomet "débordé par les intégristes" et qui les désavoue ("C'est dur d'être aimé par des cons") est également poursuivie pour "injures", alors qu'elle visait justement à montrer un Mahomet se désolidarisant des intégristes.

C'est dire la confusion entretenue par cette plainte contre un journal qui combat depuis toujours à la fois le racisme et l'intégrisme. Nous refusons cet amalgame, facilité par l'utilisation abusive du mot "islamophobie", consistant à confondre la critique légitime de l'extrémisme et du terrorisme instrumentalisant les symboles de l'islam avec du racisme à l'encontre des individus de religion musulmane.

Certains nous disaient aujourd'hui que le contexte géopolitique devrait inciter à la prudence, voire au silence. C'est tout le contraire. La liberté d'expression et la laïcité ont besoin d'être réaffirmées comme rarement. Ceux qui résistent à l'intégrisme n'ont que la plume et le crayon pour faire face aux menaces. Des démocrates du monde entier, notamment musulmans, espèrent trouver en Europe, et tout particulièrement en France, un havre laïque où leur où leur parole n'est entravée ni par la dictature, ni par l'intégrisme.

Si Charlie Hebdo venait à être condamné, si l'autocensure généralisée devait faire jurisprudence, nous perdrions cet espace commun de résistance et de liberté.

Pour ces raisons, nous soutenons Charlie Hebdo et le droit continuer à critiquer toutes les religions sans exception.

 

Charlie Hebdo, N°764, Mercredi 7 Février 2007.

Dessin-Cabu-Laicite.JPG

Dessin de Cabu, Charlie Hebdo, Mercredi 7 Février 2007.

 

Dessin-Charb-Rire-Tue.JPG

Dessin de Riss, Charlie Hebdo, Mercredi 7 Février 2007.

 

Dessin-Honore-integristes.JPG

Dessin de Honoré, Charlie Hebdo, Mercredi 14 Février 2007.

 

Dessin-Tignous-sur-les-religions.JPG

Dessin de Tignous, Charlie Hebdo, Mercredi 7 Février 2007.

 

Caricature-Mahomet-Schwartz.JPG

Dessin de Schwartz (d'après Magritte), Charlie Hebdo, Mercredi 8 Février 2006.

 

Dessin-Wolinski-sur-les-caricatures-divines.JPG

Dessin de Wolinski, Charlie Hebdo, Mercredi 8 Février 2006.

 

une-charlie-hebdo-L-amour-plus-fort-que-la-haine.jpg

Dessin de Luz, à la Une de Charlie Hebdo, N°1012, 9 Novembre 2011.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 16:00

Soldat-japonais-retrouve-dans-la-jungle.JPG

CACHE DANS LA JUNGLE DEPUIS 30 ANS

L'ancien soldat de l'armée japonaise ne désire pas retrouver la civilisation

 

Djakarta, 30 - Teruo Nakamura, l'ancien soldat de l'armée japonaise qui se cachait depuis trente dans la jungle indonésienne, n'est guère disposé à reprendre contact avec le monde civilisé, que ce soit le Japon ou Taiwan (Formose) son pays natal.

Selon l'agence indonésienne Antara, la patrouille qui a découvert le 19 décembre dernier l'ancien soldat de première classe des forces impériales japonaises dans la jungle de l'île de Moritai, au nord de l'archipel des Moluques, s'est bien tardée de révéler que l'homme désirait poursuivre la vie solitaire qu'il menait depuis trente ans. Cependant, l'ancien soldat, identifié sous le nom de Teruo Nakamura, a été transporté de force à l'ambassade du Japon à Djakarta où on lui a signifié qu'il devait quitter l'Indonésie.

Nakamura, 57 ans, n'a pourtant aucun désir de retourner à Taiwan, où sa femme s'est remariée après qu'il eut été porté officiellement disparu, en mars 1945, ou même au Japon, pays où il ne s'est jamais rendu, bien qu'il ait combattu dans les forces japonaises.

 

La Nouvelle République, Mardi 31 Décembre 1974.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg