Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:44

Etrange stratégie d'un ou d'une candidat(e) inconnu(e) dont l'affiche représente une personnalité elle-même peu connue de l'habitant lambda...

Affiche-legilsatives-Corinne-Lepage-2012.JPGDans le centre de Loudun, Mercredi 6 Juin 2012.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 08:39

Mème mort, il trololo encore

par Camille Gévaudan, Sophian Fanen

 

 On n’ira pas, comme le fait Vladimir Poutine dans un communiqué, dire qu’avec Trololo c’est « toute une époque de l’histoire de l’art musical » russe qui s’en va. Mais c’est sans doute toute une époque du LOL sur les internets qui s’est éteinte avec Eduard Anatolyevich Khil, alias Trololo man, mort aujourd’hui d’un problème cardiaque, à 77 ans, dans un hôpital de Saint-Pétersbourg.

Connu à travers toute l’Union soviétique dès les années 1960, ce chanteur baryton était resté un symbole de la musique patriotique jusqu’à la fin des années 1980, arpentant toutes les scènes de la Sibérie à l’Europe de l’Ouest pour défendre la culture officielle. Peu à peu tombé dans l’oubli, il avait fini par s’installer un temps à Paris avant de rentrer passer ses vieux jours en Russie. La gloire d’Eduard Khil aurait pu s’arrêter là, à quelques dizaines de morceaux dispersés en vinyles ou cassettes dans les anciennes républiques soviétiques. Des chansons à l’orchestration lourdingue, sur lesquelles il promenait sa coupe de cheveux en plastique et sa dentition en stuc. 

Mais c’était compter sans la généreuse initiative d’un internaute américain, surnommé RealPapaPit sur la Toile, qui voulut faire découvrir aux nouvelles générations de mélomanes le génie involontaire d’Eduard Khil. Le 26 novembre 2009, ce bienfaiteur numérisa et mis en ligne un vieil enregistrement de son interprétation de Я очень рад, ведь я наконец возвращаюсь домой (« Je suis très heureux d’être enfin revenu à la maison »), une chanson privée de paroles. Khil a expliqué que le texte, qui parlait d’un cow-boy du Kentucky, avait été censuré à l’époque, mais une autre version de l’histoire évoque une dispute avec l’auteur des paroles...

 

 


 

 

 

Lesdites paroles :

Ahhhhh ya ya yaaaah, ya ya yaaah, yaaah, ya yah.
Ohohohoooo ! Oh ya yaaah, ya ya yaaah, yaaah, ya yah.
Ye-ye-ye-ye-yeh ye-ye-yeh ye-ye-yeh, oh hohohoh. *
Ye-ye-ye-ye-yeh ye-ye-yeh ye-ye-yeh, oh hohohooooooooooo !
-aaaaoooooh, aaaooo hooo haha

Nah-nah-nah-nah-nuh-nuh, nah nuh-nuh, nah nuh-nuh, nah nuh-nuh, nuh-nah.
Nah-nah-nah-nun, nun-ah-nah, nun-ah-nah, nah-nah-nah-nah-nah !
Nah-nah-nah-nah-naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Dah dah daaaaaaaaah...
Da-da-daaah, daaah, daa-daah.

Lololololoooooooo ! La la-laaaaaah, la la laah, lol, haha.
Oh-ho-ho-ho-ho, ho-ho-ho, ho-ho-ho, oh-ho-ho-ho-ho !
Oh-ho-ho-ho, ho-ho-ho, ho-ho-ho, lo-lo-loooo !

AAIIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE-eee-eee-EEEE ! *
Luh luh lah, lah, lah-lah.
Oh-ho-ho-ho-hoooooo !-BOPahdududuh-dah-dadudaaah !
Da-da-daaah, daaah, daa-daah.

Lololololo, lololo, lololol, la la la la yaah !
Trolololo la, la-la-la, la-la-la-
Oh hahahaho ! Hahaheheho ! Hohohoheho ! Hahahaheho !
Lolololololololo, lololololololol, lololololololol, lololo LOL ! *

Ahhhhh ! La-la-laaah ! La la-laaah, laaah, la-la.
Oh-ho-ho-ho-hoooooo ! La, la-laaaah, lalala, lol, haha.
Lolololo-lololo-lololo, oh-ho-ho-ho-ho !
Lolololo-lololo-lololo, oh-ho-ho-ho hooooooooooooooooooooo !

 

Quoi qu’il en soit, Eduard Khil se lance dans cette vidéo dans deux minutes et quarante-deux secondes de vocalises inspirées et gracieuses, presque sautillantes par moments, et toujours servies par un jeu de bras et de sourcils d’un naturel confondant.

 

 

Bon goût esthétique — cravate jaune sur papier peint jaune —, présence charismatique, mélodie entraînante qui reste facilement en tête et format assez court pour ne pas lasser l’internaute volatil : tous les ingrédients étaient réunis pour déclencher cette alchimie, cette magie capable d’offrir à une œuvre une seconde naissance en ligne. La vidéo de « Trololo Man » a vite fait le tour de la planète, propulsée notamment par les sites Reddit et Buzzfeed . Elle compte aujourd’hui plus de 12 millions de vues.

L’amour inconditionnel porté par les internautes à cette nouvelle pépite musicale de YouTube a ensuite déchaîné leur imagination : certains ont isolé la séquence du rire pour le rendre plus effrayant communicatif encore, tandis que d’autres ont remonté la chanson en boucle pour produire un clip de 10 heures (7,7 millions de vues). Mais ce n’était pas suffisant : il fallait creuser encore dans l’ADN même de la mélodie pour en extraire l’essence enchantée, en la ralentissant de 800% ou en l’accélérant à 150% de son tempo original.

 

Ecrans.fr, Lundi 4 Juin 2012. Avec le concours d'une passante qui passait par là.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 08:39

1er juin 2012. 25 jours après le second tour de l'élection présidentielle. Il y a un mois, nous étions dans l'attente du débat, le fameux débat qui marque l'apogée d'une campagne, le fameux affrontement ultime de deux camps, pour un pays qui a une passion multiséculaire pour le duel dans tout ce qu'il a de plus beau.

Les sondages indiquaient un resserrement des écarts, et au final, ces derniers n'avaient pas tort. Certains ont eu peur, d'autres espéraient, beaucoup y croyaient, quelques uns étaient dépités.

Le 6 mai: si près et quelque part, déjà si loin. Une victoire. La victoire. Celle que la génération des années 80 attendaient depuis hélas bien trop longtemps. Hollande président: qui y aurait cru il y a tout juste deux ans. Personne, ou si peu. Et pourtant c'est réel. J'ai, au fond de moi, un peu de mal à véritablement me rendre compte, bien que la routine de la gestion des affaires courants fasse que l'on s'habitue à ces changements.

Le 15 mai: la page est définitivement tournée. Le sortant est sorti. L'investiture, avec le lourd protocole qui va avec. Et la pluie. Comme si le ciel était de droite, et que par une malice suprême, il cherchait à se venger en trempant jusqu'aux os un homme debout sur la plus belle avenue du monde, les lunettes pleine du buée impassible face au déchaînement des éléments. Et ce coup de foudre sur ce Paris-Berlin, le premier d'une longue série. Pour reprendre une vanne de horsjeu.net que j'aime pas mal, je dirais pour qualifier ce "coup de foudre": "comme un symbole, aurait écrit l'Equipe".

Les jours passent, se rallongent et finissent par se réchauffer. Un gouvernement paritaire, les humoristes qui se plaignent ("avec Ayrault on va pas se marrer tout les jours"), les salaires du président, des membres du gouvernement qui baissent de 30%, quand dans le même temps, l'Allocation de Rentrée Scolaire est revalorisée de 25%. Et enfin, parce que c'est le mois du changement, l'infâme circulaire Guéant est enfin abrogée, le 31.Dans le même temps, se met en place à l'UMP une bonne guerre des chefs à laquelle on n'avait pas eu droit depuis longtemps, le futur ex-parti majoritaire (j'espère) aura pour malheur d'avoir deux camps de même puissance qui ne pourra que grandir au les tensions en son sein.

Dans dix jours, il y a les élections législatives. Décisive pour mettre en place le programme de François Hollande. Pour amorcer le changement. Montrer qu'une autre France est possible. Les 10 et 17 juin il faudra, comme au rugby, confirmer l'essai. La gauche aura deux ans avant d'être jugée par un scrutin, à savoir les municipales de 2014. Le défi est immense, l'attente est forte. Le devoir de réussite sera plus que jamais impératif.

Alors même s'il n'a pas fait beau, il était joli ce mois de mai. Et je ne l'oublierai jamais.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 07:57

S'il s'inquiétait autant dès 2008, dans quel état ce loulou doit-il se trouver en ce moment...Logo Centre Presse Jaune 1982

Panique-Bancaire-5-millions-de-retrait.JPGCentre Presse, entre le 20 et le 25 Octobre 2008.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 11:45

Le bonnet d'âne du pointage revient à Jean-Pierre Abelin (4ème circons', à savoir Châtellerault, Loudun, Les Trois-Moutiers,...) membre du Nouveau Centre

 

Logo Centre Presse 1982

 

24/05/2012 05:30 | Vienne | POITIERS

Qu'ont fait vos députés à Paris depuis 2007?

 

En quelques clics sur le site Internet NosDeputes.fr, on peut vérifier quelle a été l'activité au Palais-Bourbon des députés de la Vienne.

 

A moins de trois semaines du premier tour, il n'est pas inutile d'aller faire un tour sur le site Internet NosDeputes.fr (*) pour jeter un coup d'oeil sur l'activité parlementaire des quatre députés de la Vienne, tous candidats à leur réélection. Pour ne pas faire de jaloux, nous avons adopté l'ordre alphabétique pour livrer le résultat de nos recherches.

 

JP-Abelin-1982.JPG

Centre Presse, Juin 1982. Jean-Pierre Abelin, ici conseiller général, fut député de 1978 à 1981, 1986 à 1988, et de 1993 à 2012. Né le 3 Février 1950, il est candidat pour la 7ème fois pour la députation.

 

Jean-Pierre Abelin. Premier de la liste nominative, mais pas de celle du pointage au Palais-Bourbon. Le député maire (Nouveau Centre) de Châtellerault fait partie des 150 députés les moins présents dans quatre catégories. Et, avec 68 semaines d'activité en cinq ans, il figure à la 504e place (sur 577). On note, toutefois, qu'il a terminé la mandature de façon plus assidue. La preuve, il n'a raté aucune commission obligatoire du mercredi matin en 2011 (il siège à la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire). Jean-Pierre Abelin pointe dans les 150 premiers députés dans une seule catégorie, celle du nombre de questions orales posées. Le thème sur lequel il est le plus intervenu est celui du logement (il siège au Conseil national de l'habitat), et sa dernière question en date (31 janvier dernier) portait sur le financement de la ligne à grande vitesse.

La Nouvelle République, vers Avril-Mai 1977. Ici en futur dir'cab' de Jacques Santrot à la mairie de Poitiers. Député de Poitiers depuis 1997. Né le 25 Août 1948, il est candidat pour la 4ème fois à la députation.

 

Alain Claeys. Le député maire (Parti socialiste) de Poitiers fait partie des 150 députés les plus assidus dans quatre catégories, avec une 14 place (sur 577) pour le nombre d'interventions en commission. En revanche, il rechigne à poser des questions écrites. Il siège à la commission des finances, il est membre de la commission d'évaluation et de contrôle des finances et de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques. Il compte 122 semaines d'activité parlementaire en cinq ans. Sa dernière question orale (29 novembre) portait sur la situation financière des universités.

 

Jean-Michel-Clement-2001.JPGCentre Presse, Février ou Mars 2001. Jean Michel Clément, né le 31 Octobre 1954 (le plus jeune député de la Vienne de la XIIIème législature), ici en tant que candidat aux cantonales 2001. Elu pour un premier mandat de député avec moins d'une centaine de vois d'avance sur le candidat UMP Gérard Hébert, Jean-Michel Clément est candidat à sa propre succession. 

Jean-Michel Clément. Le député (PS) du sud de la Vienne et maire de Mauprévoir compte 135 semaines d'activité pendant la mandature. Il apparaît dans les 150 premiers dans trois catégories et jamais dans les 150 derniers. Il est membre de la commission des lois. L'avocat est beaucoup intervenu sur les questions de droit et de justice. La dernière question orale qu'il a posée (31 janvier 2012) portait sur la situation des personnels handicapés dans l'enseignement supérieur.


Coutelle-1989.JPG

La Nouvelle République, Mars 1989. Ici, conseillère municipale de Poitiers. Née le 2 Avril 1945. Elue depuis 2007, elle est candidate à sa succession dans la 2ème circons' de la Vienne, détenue auparavant par Jean-Yves Chamard (UDR puis RPR puis UMP).

 

Catherine Coutelle. Avec 157 semaines d'activité (60e position) et une présence parmi les 150 députés les plus actifs dans six catégories, la députée (PS) de la 2 circonscription fut sans conteste la plus assidue des quatre parlementaires de la Vienne pendant ces cinq ans. On mettra cela sur le compte du mandat unique. Catherine Coutelle siège à la commission des affaires économiques et est membre de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. C'est d'ailleurs sur ce dernier sujet qu'elle est le plus souvent intervenue. Sa dernière question orale (22 février) portait sur la situation de la Fonderie du Poitou.

 

 

(*)NosDeputes.fr recense des données relatives à l'activité parlementaire issues du site Internet de l'Assemblée nationale et du Journal Officiel, il ne tient pas compte du travail des parlementaires dans leurs circonscriptions et en dehors du Palais-Bourbon.

 

Éléments compilés par Philippe Bonnet

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 09:39

Logo Courrier International

 

Caricature-arabe-Sarkozy.jpg

Berlusconi : tant de raisons d'exécrer Sarko

Son physique, son allégeance à Merkel, son discours sur la rigueur... Chez Sarkozy, tout déplaît au Cavaliere. Passage en revue.

 

27.04.2012 | Francesco Verderami | Il Corriere della Sera

 

Entre Berlusconi et Sarkozy, il y a un problème de taille. Et de grandeur. Pas seulement parce que le Cavaliere a chambré le Français sur sa stature ("Moi je suis plus grand que lui"), mais aussi parce qu'il prétend que "c'est lui qui a eu besoin de moi" il y a cinq ans. A l'époque, avant de se lancer dans la course à l'Elysée, le candidat de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) "[était] venu me voir en Sardaigne pour obtenir des conseils sur la préparation de sa campagne électorale". Sarkozy avait ensuite remporté la présidentielle. Et si Sarkozy risque aujourd'hui de la perdre, Berlusconi en connaît la raison : "Je lui avais dit de ne pas se fier à Merkel."

Les rapports entre ces deux Narcisses ont toujours été compliqués. L'un incarne la grandeur de la France avec des airs de fanfaron parfois arrogant, tandis que l'autre a exacerbé son image populaire avec des sorties excentriques et politiquement scandaleuses. Et, comme si cela ne suffisait pas, cette rivalité est attisée par la présence d'une Italienne à la cour de France. "On sait bien que la signora Carla est de gauche", rappelle régulièrement le Cavaliere, qui n'a jamais oublié que la première dame avait refusé de rencontrer le maître de maison lors du G8 [en 2009] à L'Aquila [en Italie].

Un chef d'Etat pitoyable


Des intérêts économiques les unissaient dans les années 1980 ("C'était mon avocat à Paris à l'époque de mon contentieux avec La Cinq [première chaîne française commerciale privée gratuite fondée par Jérôme Seydoux et Berlusconi en 1985]", mais le courant n'est plus passé lorsqu'ils se sont retrouvés en politique, et l'antipathie réciproque a pris le dessus. Pour Berlusconi, c'était écrit. Il a beau être francophone, il ne s'est jamais entiché des Français : "Ils m'ont roulé avec ces histoires de télévision." S'il devait choisir parmi les chefs d'Etat français qu'il a connus, il placerait Mitterrand loin devant les autres : "Je suis nostalgique des hommes comme lui, Kohl, Blair, Schröder et même Chirac, des hommes qui ont écrit l'Histoire. Ceux qui sont arrivés après n'ont pas été à leur hauteur. Alors que Mitterrand, lui, c'était un leader, un véritable homme d'Etat." L'admiration de l'Italien pour le Français était si grande que lors d'un sommet européen à Corfou, à la fin d'un long repas, le Cavaliere lui a cédé la priorité sur le chemin des toilettes, alors que les deux hommes étaient mus par le même désir impérieux.

Qui sait s'il aurait fait preuve du même oubli de soi avec Sarkozy, qui selon lui ne possède pas les qualités d'un dirigeant. Parce qu'un dirigeant, on le reconnaît à certains détails : "Un leader ne réprimandera jamais ses collaborateurs en public", avait dit Berlusconi, il y a quelques années, à des industriels italiens réunis pour un dîner à la villa Madama [la résidence d'accueil des chefs d'Etat étrangers, dans la campagne romaine]. Mais, après avoir révélé le caractère difficile de Sarkozy, le Cavaliere avait ajouté : "Je le comprends, cela dit. Il veut acquérir une meilleure visibilité, assumer un rôle européen."

Un soutien implicite à François Hollande


Le jugement de Berlusconi est devenu plus tranchant à l'automne dernier, lors de ses derniers jours au palais Chigi [siège de la présidence du Conseil]. Quelques jours avant de remettre sa démission, il décrivait le locataire de l'Elysée comme "quelqu'un qui parcourt l'Europe en se comportant comme le président du Conseil de l'Union européenne (UE)". Le visage du Cavaliere laissait transparaître la blessure infligée par le fameux sourire complice entre Sarkozy et Merkel : "Une honte, dira-t-il plus tard, pour lequel la chancelière s'est excusée. Pas l'autre !" [Angela Merkel et Nicolas Sarkozy avaient échangé un sourire entendu lorsqu'un journaliste leur avait demandé, en marge d'un sommet de l'UE, en octobre 2011, s'ils étaient rassurés par les promesses de Silvio Berlusconi de s'attaquer à la  crise économique italienne. Ce sourire avait été ressenti en Italie comme une humiliation nationale et une insulte.]

Les confidences de Berlusconi relèvent en grande partie de l'auto-absolution, mais elles racontent également l'histoire de celui qui a tenté de se dresser contre une politique économique européenne jugée "suicidaire" : "Je me suis toujours opposé à la politique de rigueur réclamée par l'Allemagne. Je me suis opposé aux normes absurdes qui ont contraint les banques à inclure dans leurs bilans les titres de la dette publique. Je me suis opposé au pacte budgétaire. Mais j'étais seul." C'est pourquoi, sans soutenir explicitement François Hollande, Berlusconi a suggéré qu'une victoire du candidat socialiste à Paris "pourrait faire souffler un vent nouveau sur l'Europe, par exemple en rejetant le pacte budgétaire"...

L'insupportable couple Merkozy


Mais ce que reproche surtout Berlusconi à l'actuel président français, c'est son allégeance à Merkel. Le Cavaliere est prêt à faire fi des rumeurs selon lesquelles, d'après un ancien locataire de la Farnesina [le ministère des Affaires étrangères], "le président français dénonçait à Bruxelles le manque de tenue du président du Conseil italien" ; il est même prêt à passer outre les incompatibilités de caractère ; "mais on ne peut pas succomber à la rigueur. Et je l'ai dit à Sarkozy."

Il le lui a dit une première fois après la chute de Lehman Brothers [en septembre 2008], lors du sommet européen convoqué d'urgence par le président français. "Même les Etats-Unis, avait alors indiqué Berlusconi, ont compris qu'ils se sont trompés. Il faut injecter des liquidités en masse pour éviter que la crise ne se propage." Merkel s'y était opposée, soutenue par Sarko. La deuxième fois, c'était lorsque la Grèce commençait à vaciller : "Si nous n'agissons pas maintenant, il sera plus difficile de le faire demain." Sans succès. Voilà l'histoire, selon le Cavaliere. Il l'a racontée à tous ceux qui pensent que "la politique rigoriste de Merkel est un échec". Il est même allé la répéter à Mario Monti...

 

Pris sur le site de Courrier International (hors la caricature), Mercredi 16 Mai 2012.

 

Par ailleurs vous pouvez retrouvez sur PPP une vidéo de 1995, où l'on voit Nicolas Sarkozy, porte-parole d'Edouard Balladur, qui cherche à se différencier de Silvio Berlusconi (Président du Conseil en 1994), mais qui au final, lui ressemblera à bien des égards?

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 08:30

HOLLANDE PRESIDENT: c'est désormais une réalitéFrançois Hollande à Bercy 2012François Hollande au meeting de Paris-Bercy, Dimanche 29 Avril 2012.

 

Le jour J du changement est arrivé. La passation de pouvoir qui a lieu ce jour, dans le plus grand respect des traditions républicaines, permet à la gauche de retrouver l'Elysée, 17 ans après le départ de celui-qui fut jusqu'alors le seul président de gauche de la Vème République, François Mitterrand.

Que ce jour marque l'avènement d'une ère nouvelle! Monsieur le Président de la République, chaque citoyenne, chaque citoyen de ce pays attend beaucoup de vous! Tenez vos promesses et allez même au-delà si la conjoncture le permet. Du courage, de l'effort, de l'audace: voilà ce que nous attendons.

Il y a tellement de choses à faire que vous, et tous ceux qui détiennent le pouvoir d'agir, d'influencer sur le destin de la société, avez les moyens de faire en sorte que le 6 Mai 2012 soit une date aussi importante que le 10 Mai 1981 pour notre pays.

Bon courage, camarade Président!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 08:53

Drapeaux-francais.JPG

Poitiers, boulevard de Verdun, Jeudi 8 Mars 2012 vers 16H.

 

Nous y voilà. Un peu comme la fin d'un long trajet en route, c'est la fin. De la campagne présidentielle, du mandat de Sarkozy.

Cinq longues années. Je revois le 6 mai 2007 au soir. 20 heures. Le visage de Sarkozy apparait à l'écran. Attendre que ça passe.

Un quinquennat et quelques crises plus tard, nous voilà à l'heure des comptes. Il est temps que cela s'arrête. Le pays a fait fausse route bien trop longtemps: des mauvais choix, une agitation permanente (le secret du bougisme sarkozyste), des bourdes à n'en plus finir. Au final, la rupture tant promise s'est achevée par une fatigue générale des Français, et quelque part aussi d'une partie du monde, qui ne supporte plus notre représentant.

Dimanche 22 Avril 2012 : le temps du vote. Hormis les européennes de 2009, la gauche a remporté tous les scrutins. Une manière pour le peuple d'exprimer son mécontentement, vu que les mouvements sociaux ne comptent plus pour le pouvoir ("aujourd'hui, quand il y a une grève, plus personne ne s'en aperçoit" disait Sarkozy en 2008, un brin méprisant).

Je n'appellerai pas au vote utile, car c'est une manière d'affaiblir celui que l'on souhaite faire élire. Je n'appellerai pas au référendum anti-sarkozyste, car on ne peut gouverner durablement et convenablement sur l'idée d'un rejet. Non j'appelle à un vote d'adhésion au projet socialiste porté par François Hollande: un projet cohérent, juste, de rassemblement.

La droite agite la peur des marchés, une sorte de reproduction de l'hymne gaullien de 1965 "moi ou le chaos", devenu en 2012 "la France forte ou la Grèce". Un projet assez obscur qui reprend les valeurs sarkozyste du style "baisse des charges", discours sécuritaire, stigmatisation (comme sur le halal ou sur les "musulmans d'apparence").

La jeunesse, c'est le pari de l'avenir. Il faut renforcer l'Education Nationale avec cette volonté du projet de François Hollande de lui redonner les moyens humains dont elle a été privée ces dernières années. Faire le pari de la recherche et de l'innovation pour inverser la courbe du chômage. Tenter de retrouver un sentiment de bien-être et de bien vivre dans ce pays, où les inégalités cesseraient de progresser.

Le projet socialiste demandera cependant des efforts, et à la différence de 1981, on ne cherchera pas à raser gratis. Mais l'effort ne peut être accepté que s'il est justement réparti. C'est pour cela que la hausse de la TVA, pour le moment promise pour le 1er Octobre 2012 (+1,6 point)  est injuste car elle frappera davantage les plus modestes d'entre nous. La justice, c'est aussi la grande réforme fiscale qui remettra à plat un système qui au final est aujourd'hui plus injuste qu'autre chose.

La justice, c'est aussi tenter de faire sortir l'Europe de cette course effreinée à l'austérité qui ne fait qu'étouffer les peuples et asphyxie tout espoir de retour de la croissance. La justice, c'est aussi aussi celle qui attribue des fonctions à la compétence, et non pas au nom (Jean Sarkozy et sa tentative infructueuse de prendre la tête de l'EPAD, faisant de la France la risée du monde entier) ou au copinage. La justice, c'est aussi de faire en sorte que chacun fasse des efforts pour assurer la transition énergétique tant sur l'électricité que sur le pétrole. La justice, c'est enfin celle qui règle les litiges dans le pays, et qui a besoin d'être indépendante, écoutée, soutenue plutôt que méprisée et bafouée.

Mais plus que tout, c'est de remettre au centre de la politique ce qui nous unit: la République, la res-publica (la chose publique), celle qui protège et fait notre identité.

Les grandes dates de l'Histoire de la gauche sont nombreuses, et ont contribué au renforcement de la démocratie dans notre pays. La démocratie, celle qui s'est exprimée par le bulletin de vote, mais aussi par les mouvements sociaux qui ont rythmé ces cinq dernières années. Je peux comprendre celles et ceux qui n'attendent plus rien de la politique, mais je leur dis en toute sincérité qu'une autre voie et possible, que la gauche a aussi ses solutions à proposer. Et que cela, en cas de victoire (rien n'est joué, quoi qu'en disent les sondages envers lesquels je reste méfiant), ne fera que renforcer notre devoir, non pas de victoire, mais de réussite, car les chantiers sont nombreux. Et comme le disait fréquemment François Mitterrand, selon le Verbatim de Jacques Attali, chaque projet de loi doit se réaliser s'il est "socialement juste".

Parce qu'à la place des blagues d'Hortefeux, des tweets de Morano, des dérapages de Guéant, des incohérences et autres contradictions de Sarkozy, un autre chemin existe. Celui d'une République apaisée, sereine, confiante. Et non pas la "République irréprochable" dont l'idée en 2007 fut aussi crédible que les performances d'un sportif dopé.

Alors dimanche, partout en France, la parole vous sera donnée. A vous, si vous le souhaitez, de faire en sorte que, selon le slogan de campagne de Lionel Jospin en 1995, s'exprime "un vote clair pour une France plus juste".

C'est l'espoir que permet le vote François Hollande.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg