Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

Les Dossiers D'antan...

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 08:03

 


Une tentative de "Question pour un champion" . Pourquoi pas. Une avalanche d'idées, évidemment irréalisable, mais qui cherche à faire passer le message du NPA. Ce clip a retenu mon attention pour trois choses: tout d'abord son originalité, avec l'idée de l'évolution de la société, à savoir reprendre un concept d'émission existante (donc ici un jeu télévisé) pour faire passer deux choses. Tout d'abord le message politique (le programme évoqué dans les grandes lignes, avec notamment à deux reprises l'évocation de...Charles de Gaulle, et pas spécialement pour le critiquer), et enfin le nom du porteur du projet, notre Monsieur Poutou. Pour l'anecdote, j'ai bien ri quand le candidat répond pour le seconde fois "De Gaulle", et que le présentateur lui sort "qu'il faut changer d'époque". Pour des trotskystes s'inscrivant dans une idéologie issue des principes marxistes-léninistes (donc environ 1850-1920), adhérant aux valeurs portées par la IVème Internationale (1938), ça ne manque pas de toupet! A côté, il est vrai que le gaullisme est un courant un poil plus jeune que le trotskisme...
Secondo: autre originalité, on ne voit à aucun moment le portrait de Monsieur Poutou. Pourquoi donc? A l'ère de la communication, de l'importante de l'image (même Lutte Ouvrière fait des affiches en couleurs, et pas qu'avec du rouge), pourquoi ne pas montrer la face du porteur du message du parti...dans l'outil qui atteint directement les Français dans leur foyer? Ne pas le faire parler, c'est une chose (à moins que le candidat ait une carrure visuelle hors norme, c'est-à-dire une gueule pour faire simple), mais au moins, il faut le montrer (et là j'en reviens au clip de Mitterrand 1988 où le portrait du candidat apparaît à la fin). Si c'est un clip fait pour s'amuser, pourquoi pas, d'ailleurs ça va bien avec le candidat, qui a une tendance incroyable à se marrer pour un candidat en pleine galère, (ce qui peut toutefois en faire une personne réellement sympathique), mais je ne vois pas trop l'intérêt dans ce cas là d'aller se ruiner dans une élection où les remboursements des frais de campagnes seront minimes...tout ça pour faire un film de potes.
Tertio: dernier aspect du clip de Monsieur Poutou, sans Monsieur Poutou, c'est qu'en le visionnant, j'ai vu...Le Grand Détournement (pour les néophytes et autres puceaux nés après 1992, le Grand Détournement (ou la Classe Américaine) est un film de Michel Hazanavicius, de 1993, composé de plusieurs extraits de films, dont les doublages ont été refait, et l'on suit l'enquête de deux journalistes qui veulent savoir pourquoi Georges Abitbol, l'homme le plus classe du monde, a dit "Monde de Merde" en mourant)! Oui, cette fameuse séquence avec Clark Gabble qui part aux champignons et qui est interrogé par un mystérieux individu. Est-ce un hasard ou...la véritable source?

 

 

 

Alors dans ce cas-là, j'aurais bien imaginé la séquence de l'indien et des chips. En remplaçant le "On va manger des chips. T'entends, des chips! C'est tout ce que ça te fait quand je te dis qu'on va manger des chips?" par "On  va interdire les licenciements et augmenter les salaires..."Ça aurait été un poil plus drôle...et Monsieur Poutou n'aurait pas été obligé de se déguiser en indien.

 

 


 

NB: il y va de mon honnêteté intellectuel de préciser que Monsieur Poutou a fait réaliser un clip où on le voit marcher dans la rue, dans des manifs, et où on l'entend (un truc plus classique, mais donnant l'envie de bailler au bout de 30 secondes), et un autre, sur le nucléaire avec nos amis de dessus, à savoir (non, pas l'indien) le présentateur et la candidate, et Monsieur Poutou évoquant la sortie du nucléaire, droit, face à la caméra (à la limite de la souffrance, j'ai hâte de voir le bêtisier), aussi souple que la pioche de Ramon Mercader.

Mais, ce que j'apprécie, c'est qu'au final, ça reste du 10% naturel.

Partager cet article
Repost0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:30

Pour reprendre le mot phare du printemps arabe: DEGAGE!

 

Logo-Le-Monde-1976.jpg

"Autoritarisme", ""unes" racoleuses"... la direction de "Libération" mise en cause

LE MONDE | 06.04.2012 à 14h15 • Mis à jour le 06.04.2012 à 16h27

Par Xavier Ternisien

 

Demorand en Juin 2010 sur le plateau du Grand Journal lors d'un exercice de poignardage dans le dos...de Didier Porte. Source image: BB-Buzz.com

 

Rien ne va plus entre la rédaction de Libération et son directeur, Nicolas Demorand. Environ 120 salariés de la Société civile des personnels de Libération (SCPL), sur 200, ont adopté à une large majorité (un vote contre et cinq abstentions), mardi 3 avril, un texte déplorant "le sentiment d'être dépossédés du journal" et "l'attitude autoritaire et arrogante de la direction".

"La liste des griefs est longue", souligne ce communiqué, qui évoque en particulier "des "unes" racoleuses qui tantôt défigurent Libération, tantôt vont à l'encontre des valeurs qui ont toujours été les siennes", ainsi qu'"un traitement éditorial partisan en matière politique, qui semble inféoder le journal au PS".

Le malaise se cristallise autour de la garde rapprochée de Nicolas Demorand, accusée d'"autoritarisme". Est visé en particulier un proche de l'ancien journaliste de France Inter, Sylvain Bourmeau, ancien des Inrockuptibles, nommé directeur adjoint de la rédaction. "Libération s'est toujours construit

dans le dialogue", rappelle un rédacteur.

Les journalistes incriminent une série de "unes" parues ces dernières semaines. La première page de Libération, souvent audacieuse et décalée, constitue la marque de fabrique du journal et son principal argument de vente.

Samedi 24 mars, le journal titre "Comment devient-on Mohamed Merah", avec le visage du tueur de Toulouse en gros plan. Une "une" "digne d'un tabloïd", jugent beaucoup de journalistes, qui expriment leur désaccord en conférence de rédaction.

 

"FIGARO" DE GAUCHE"

 

La manchette de l'édition du 26 mars, consacrée à François Hollande avec le titre "Dernière ligne droite", est considérée comme trop partisane. Le lendemain, Libération titre "Et si on parlait culture", en donnant exclusivement la parole à Aurélie Filippetti, chargée du dossier au PS.

"Nous sommes en train de devenir un Figaro de gauche", regrette un journaliste. Une partie de la rédaction accuse la direction "d'instrumentaliser Libération pour préparer le futur". Elle soupçonne M. Demorand, ancien journaliste de radio, de viser un poste de responsabilité dans l'audiovisuel public en cas de victoire de la gauche.

Pour l'instant, la direction fait profil bas et ne s'exprime ni en interne ni à l'extérieur. Contacté par Le Monde, M. Demorand n'a pas donné suite. Dans un entretien à L'Express du 13 juillet 2011, après la motion de défiance de juin, il déclarait percevoir celle-ci "comme une demande de dialogue supplémentaire à un moment crucial pour Libération".

"Aujourd'hui, l'équipe attend une prise de parole de la direction, insiste Cédric Mathiot, président de la SCPL. Il y a un fossé qui s'est creusé entre les deux."

Nommé à la tête de Libération en février 2011 par l'actionnaire principal, Edouard de Rothschild, M. Demorand peut se prévaloir d'un bilan positif. Le quotidien a reçu une étoile d'or de l'OJD (organisme justifiant la diffusion) pour ses bons résultats en 2011, puisqu'il est le quotidien national qui a le plus progressé (5,36 % de hausse de la diffusion France payée). Les résultats des ventes du début de l'année sont corrects, avec une stabilité de la diffusion (0,16 % de janvier à mars) dans un marché déprimé et malgré un mauvais mois de février (chute de 9,7 % des ventes au numéro).

"Libération est un quotidien extrêmement sensible à l'actualité et il a été favorisé par un contexte très porteur, depuis les révoltes arabes jusqu'à la campagne présidentielle, en passant par l'affaire DSK", souligne un journaliste. La publicité se porte bien, avec une hausse de 8,5 % du chiffre d'affaires au premier trimestre.

Selon un bon connaisseur du journal, la grogne de la rédaction pourrait, paradoxalement, conforter M. Demorand aux yeux de l'actionnaire principal du groupe. M. de Rothschild reprochait à son prédécesseur Laurent Joffrin, dans les colonnes du Figaro (10 juin 2011), d'avoir "acheté la paix sociale".

 

Xavier Ternisien

 

Didier Porte racontant la trahison de Demorand et de ses acolytes, ici en Novembre 2010.

 


 
Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:22

On remarquera le nombre incalculable de "RIP" auquel Bieber a eu droit...

Justin-Bieber-rumeur-et-twitter.jpgPris sous une vidéo de Bieber sur Youtube, Jeudi 16 Février 2012, 21H45.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 09:56

Bientôt Claude Guéant dans les mosquées?

Melenchon-a-la-une-de-la-vie.JPGDans l'église de Saint-Lary-Soulan (65), Mercredi 29 Février 2012.

 

La Vie est un journal fondé en 1945, qui appartient au groupe Le Monde.

Pourtant, Jean-Luc Mélenchon n'aura sans doute qu'une infime "part de marché" de l'électorat chrétien...(Bon en même temps, celui qu'il décrit, je ne ferais rien pour aller le récupérer...). C'était lors de la campagne des régionales de 2010.

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 09:19

 

Claude Guéant pour ‘El País’ : le soldat xénophobe de Sarkozy
12/02/2012
Ce week-end, le principal quotidien espagnol “El País” revenait sur la polémique allumée par Claude Guéant au sujet de la valeur des civilisations et en profitait pour dresser un portrait sans concession du Ministre français de l’Intérieur, “bélier de la dérive de l’ultra-droite”.

Voici l’article en intégralité dans sa traduction française (certainement pas parfaite puisque réalisée par mes soins)…*
______________________

Le soldat xénophobe de Sarkozy

 

Claude Guéant est le Ministre de l’Intérieur, de l’Immigration et du Culte du gouvernement français. A ce titre, il est chargé de veiller à la sécurité, de réguler les flux d’immigrants et de faire respecter la loi sur la laïcité. Mais en réalité, Guéant est beaucoup plus que cela. Xénophobe et raciste sans faire de mystères, tour à tour affable et énigmatique, cet homme maigre de 67 ans – qui fut préfet et omnipotent secrétaire général de l’Elysée avant de devenir ministre – est aujourd’hui le gardien des essences rances de l’ultra-droite française, le Jean sans peur qui permet à Nicolas Sarkozy de courtiser les votants du Front National sans lui laisser tout le prestige.

Les médias satiriques dépeignent généralement Guéant comme un fonctionnaire du régime de Vichy, et avec son visage anguleux et l’excès de zèle qui le caractérisent, il n’est pas difficile de l’imaginer traiter avec le Maréchal Pétain. Nommé Ministre en février de l’an dernier, Guéant s’est révélé digne successeur de Brice Hortefeux, un des personnages les plus irascibles de l’entourage présidentiel, mouillé dans tous types d’affaires troubles et qui fait usage avec grande aisance de l’argot de la flicaille.

Guéant est plus raffiné qu’Hortefeux, on pourrait presque parler d’intellectuel, l’idéologue de la sécurité et de l’identité. Quand il occupait le poste de numéro deux de l’Elysée, il fut co-auteur avec Maxime Tandonnet du tristement célèbre discours contre les gitans prononcé à Grenoble en juillet 2010, point de départ d’expulsions massives de milliers de Roms. Depuis lors, sa priorité a été de faire baisser les chiffres de la délinquance (objectif raté) en les associant autant que faire se peut à l’immigration (avec succès), de compliquer la vie des Français ayant des ancêtres étrangers et obligés de prouver leur nationalité, et de redoubler la dérive xénophobe avec des phrases et des actes qui lui ont valu une distinction ironique de la part du Front National : Marine Le Pen lui a proposé de devenir membre d’honneur du Front National pour avoir fait siennes toutes ses idées.

A prononcer des phrases comme “les Français n’ont plus l’impression d’être chez eux”, à appeler “croisade” la bataille de Sarkozy pour intervenir en Libye, à suspendre en personne le trafic des trains en provenance d’Italie alors que quelques centaines de Tunisiens essayaient d’arriver en France, et à envoyer des circulaires aux entreprises pour qu’elles donnent la priorité aux embauches de boursiers français, Guéant a fini par faire un trou dans le coeur de la France peureuse.

Tout cela a converti Guéant en grand artisan de la droite pour la prochaine présidentielle. Il y a quelques jours, la ministre a marqué un tournant confirmé hier par Sarkozy dans une interview au Figaro, en soutenant devant un groupe de jeunes du syndicat UNI : “A la différence des relativistes de gauche, nous pensons que toutes les civilisations ne se valent pas”.

La phrase a déclenché des réactions indignées pensant une semaine, et bien que cela ait coûté au ministre une broncha historique à l’Assemblée Nationale, cela a permis de comprendre que Sarkozy va se jeter dans les thèmes de l’immigration, de la sécurité et de l’identité pour tenter d’arracher les votes aux FN et de réduire la distance qui le sépare de François Hollande (aujourd’hui, 7 ou 8 points).

Mardi, Serge Letchimy, l’unique parlementaire noir que compte les 555 de l’Assemblée*, député socialiste né en Martinique, a répondu à Guéant avec un discours enflammé. Entre deux citations de Montaigne et de Voltaire, il l’a accusé de ressusciter l’esprit du colonialisme et du fascisme pour chercher l’appui de la France la plus obscure et la plus nostalgique : “Vous, Monsieur Guéant, qui confondez immigration et invasion, vous qui privilégiez l’ombre, vous nous ramenez chaque jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration”, a dit Letchimy.

“Le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ? La barbarie de l’esclavage et de la colonisation, était-ce une mission civilisatrice ?”, a demandé le député. Alors que le Ministre riait aux éclats et mimait l’étonnement, le Gouvernement et la majorité abandonnèrent l’hémicycle. Letchimy expliqua ensuite : ‘Il y a une déclaration extrêmement bien pensée et conçue qui considère que toutes les civilisations ne se valent pas. Nous ne pouvons nous taire devant de telles paroles. Quelqu’un qui est issu de cet ignoble procédé appelé “esclavage” ne peut pas se taire.”

Visiteur régulier des dictateurs arabes et africains, Guéant vit heureux aux premières loges. Il dit que son objectif est de “réduire la distance entre les Français et leurs élites”, que “les Français veulent que la France reste la France”. Et bien que certains pensent qu’il ne contrôle pas ses pulsions, et que beaucoup parmi la droite républicaine ressentent de la honte à le voir faire des grimaces excessives à l’Assemblée quand quelqu’un le critique, il peut compter sur les faveurs du chef. Devant rien de moins qu’Angela Merkel, Sarkozy a défendu la phrase de Guéant sur les civilisations en affirmant : “C’est du sens commun”.

 

Miguel MORA


 

*NdPPP: l'article a été pris, après demande, sur le site lestentatives.wordpress.com.

Cependant, il y a une erreur à ma connaissance, sur le nombre de députés. Jusqu'à la VIIème législature (1981-1986), il y avait 491 sièges de députés. Depuis la VIIIème législature (1986-1988), il y en a 577. D'ailleurs, la révision constitutionnelle du 23 Juillet 2008 a inscrit à l'article 24 de la Constitution de 1958 le nombre de députés que pouvait comptait l'Assemblée Nationale.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 10:30

Logo SUD OUEST 2000

 

Mercredi 30 mars 2011 à 06h00 | Mis à jour le 30 mars 2011 à 10h44
Par élisa artigue-cazcarra

 

Johnny lui gâche la vie

Fan du chanteur, sa mère lui a donné le prénom de la star. Un fardeau pour ce Palois de 23 ans qui se bat en justice depuis plus d'un an pour en changer et se faire appeler Karim

 Les « Ah que coucou ! », Johnny-Karim Layre les endure depuis l'enfance et n'en peut plus de « ce prénom ridicule ». ph. thierry suire Les « Ah que coucou ! », Johnny-Karim Layre les endure depuis l'enfance et n'en peut plus de « ce prénom ridicule ». ph. thierry suire

 

On voit d'ici les fans du chanteur crier au scandale et, à l'inverse, la réaction compréhensive de ceux pour qui « Allumer le feu » est à la poésie ce qu'un sandwich SNCF est à la gastronomie. Johnny Layre, un Palois de 23 ans, déteste son prénom qu'il trouve « ridicule ». Il le doit à sa mère, une inconditionnelle d'Hallyday. « Dès qu'elle a eu un fils, elle a voulu l'appeler comme lui », se désole le garçon qui se bat depuis plus d'un an en justice pour se faire rebaptiser Karim, son second prénom qu'il tient de son père.

 

Marre des moqueries

 

« Je n'ai rien contre l'artiste, même si je n'ai jamais aimé ses chansons. Surtout, j'en ai marre des moqueries. Des "Ah que coucou !" quand j'arrive quelque part, des "Johnny, comme Johnny Hallyday ?" accompagnés de sourires en coin lorsque je dois décliner mon identité, à la banque ou ailleurs. J'en peux plus ! »

Cette « souffrance », ce menuisier l'endure depuis tout petit. Le déclic arrive à l'âge de 15 ans ; l'idée ne le quittera plus de laver « l'injure ». Car il ne désire pas seulement être appelé Karim, comme la loi l'y autorise en permettant l'emploi de prénoms usuels. Non, il veut supprimer Johnny… de son état civil. Il ronge donc son frein jusqu'à sa majorité et s'ouvre de ses difficultés aux éducateurs du foyer dans lequel il vit. L'équipe l'aide à engager une procédure devant le tribunal de grande instance de Pau. Le juge des affaires familiales, dont dépendent ces dossiers, est saisi. D'un naturel timide, Johnny-Karim Layre ne trouve pas les mots pour exprimer son mal-être face au magistrat.

Résultat, il est débouté en première instance. Le demandeur « ne fournit aucune pièce au soutien de sa demande et ne justifie pas d'un intérêt légitime », indique le jugement du 20 mai dernier. « Je n'ai pas compris, réagit le Palois, très déçu. Je suis majeur, j'ai quand même le droit de me faire appeler comme je veux ! »

Sauf que ce n'est pas si simple. Si se choisir un prénom ou un surnom est à la portée de tous, modifier celui qui est inscrit sur ses papiers nécessite l'aval de la justice et donc le respect de l'article 60 du Code civil. Pierre angulaire de ce texte, « l'intérêt légitime ». « En clair, la personne doit démontrer au juge qu'elle a une bonne raison de vouloir changer de prénom. Ainsi, il ne suffit pas de dire qu'il est ridicule, encore faut-il le justifier, notamment par des témoignages de proches », explique Christine Lamothe, présidente de la chambre de la famille du tribunal de grande instance de Pau, où sont traitées, tout au plus, une dizaine de procédures de ce type par an.

« Cette notion juridique vise à protéger le prénom des lubies ou des changements d'humeur », précise-t-elle. Des exemples d'intérêts légitimes accordés par la justice ? « Des motifs d'ordre religieux, liés au caractère ridicule ou traumatisant, ou encore la francisation d'un prénom, le transsexualisme, etc. Cette notion est ouverte et sera chaque fois examinée concrètement dans le cas de la personne », poursuit la magistrate.

Décidé à gommer Johnny de sa vie, le jeune Palois a fait appel du premier jugement. « Nous avons produit des attestations de sa famille qui prouvent qu'il n'a jamais supporté ce prénom et s'est d'ailleurs toujours fait appeler Karim par ses proches », souligne son avocate, Me Camille Lacaze. « Pour moi, ce sera une renaissance », lâche son client, plein d'espoir en pensant à la date du 11 avril. Ce jour-là, la cour d'appel de Pau rendra sa décision.

 

EPILOGUE: le 11 Avril 2011, Johnny est devenu Karim. Pour pouvoir changer de prénom, il faut avoir un intérêt légitime à cela. C'est ce que vous pouvez trouver comme informations (avec explications des démarches) sur service-public.fr

 

En bonus, l'extrait d'un commentaire de Fantomette sur Sud-Ouest.fr:

"A sa place, je garderais Johnny....
Parce que Karim, avec la montée du F N, j'ai bien peur que çà ne lui joue des tours un jour.
Et puis Karim Layre, il va bien finir par trouver un malin qui va lui assener un "Himmler",et du coup il va regretter Johnny."

 

Posté le 31 Mars 2011 à 0H53. Avec un peu de chance, il ne connait pas Himmler...

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 09:09

Rumeur-Amin-Dada-cannibale.JPGCentre Presse, Vers le 29/30 Avril 1977.

IDI AMIN DADA

1928 - 2003

DICTATEUR DE L'OUGANDA DE 1971 A 1979

BILAN ESTIMATIF: 300.000 MORTS

Idi-Amin-Dada-1975.JPGLa Nouvelle République, Vers le 18 Avril 1975.

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 13:09

Logo Courrier International

FRANCE

Morano, alias "Nadine chien fidèle"

Grande gueule et reine du tweet, la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle mord à la culotte les ennemis du président. Sa fidélité à toute épreuve lui vaut d'être l'une des rares femmes de l'entourage proche du chef de l'Etat.

02.02.2012 | Angelique Chrisafis | The Guardian

 

Issue des classes laborieuses, elle affiche sans honte ses opinions de droite. Elle est connue pour ses élucubrations riches en fautes d'orthographe sur Twitter et, caricaturée en poissonnière dans Les Guignols de l'info, c'est une des personnalités politiques les plus parodiées de Paris.

Pourtant, Nadine Morano est la meilleure "superflingueuse" dont dispose Nicolas Sarkozy, qui l'envoie régulièrement en première ligne tirer à boulets rouges sur la gauche. La ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle est une des ultimes rescapées de la stratégie du président, qui consistait à mettre en avant les femmes de son entourage.

Fille d'un chauffeur routier et d'une standardiste de compagnie de taxis, petite-fille d'un maçon italien immigré, elle a grandi dans une cité de Nancy (dans l'est de la France) et a été décrite comme "la fille des tours" par l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin. Féministe convaincue, elle s'est plainte d'avoir subi les blagues sur les "blondes idiotes" de la part d'un député de son propre parti, l'Union pour un mouvement populaire (UMP), alors qu'elle intervenait à l'Assemblée.

Aujourd'hui âgée de 48 ans, la députée de Meurthe-et-Moselle (Lorraine) est considérée comme une arme essentielle dans l'arsenal de Sarkozy pour empêcher les électeurs de se rallier à Marine Le Pen, l'actuelle présidente du Front national (FN). En effet, la classe ouvrière est plus particulièrement tentée par le FN, qui présente maintenant un visage féminin et plus policé de l'extrême droite. Morano, qui ressemble vaguement à Le Pen, a été accusée de courtiser hypocritement les classes laborieuses alors qu'elle vivrait dans un "château" à l'ouest de Paris.

"Nadine, ce n'est peut-être pas la finesse incarnée, mais c'est une combattante. Je l'aime bien. J'ai besoin de personnes comme elles qui montent au front par tous les temps," a déclaré Sarkozy à ses ministres en janvier. Elle est surnommée à la fois le "chien de garde" de Sarkozy et "Lassie chien fidèle" [du nom de la série]. Or sa présence ne fait que souligner cruellement l'absence de ces femmes politiques de haut rang qui, en dépit de la promesse du président de les traiter sur un pied d'égalité au sein du gouvernement, n'ont pas tardé à tomber en disgrâce avant de se retourner contre leur parti.

Rachida Dati, l'ancienne ministre de la Justice, la première femme de parents nord-africains à occuper un poste clé dans un gouvernement français, fut un temps le symbole sarkozyste de la diversité. Furieuse d'avoir été évincée des législatives de juin prochain [au profit de François Fillon] par l'UMP, elle a taxé le Premier ministre de sexisme et d'élitisme. Rama Yade, ancienne secrétaire d'Etat chargée des Sports, a quitté le parti présidentiel pour rejoindre le Parti radical centriste.

Le président, douloureusement conscient de leur absence, a accueilli dans son équipe Salima Saa, femme d'affaires qui préside le conseil d'administration de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE). Son père a été l'un des rares Algériens à devenir officier en se battant aux côtés des Français pendant la guerre d'Algérie. On la dépeint comme la "nouvelle Rachida Dati".

Bruno Bernard, consultant politique et ancien membre de l'équipe parlementaire de l'UMP, explique : "Les femmes sont importantes dans la campagne de Sarkozy, mais il faut reconnaître qu'elles sont moins nombreuses autour de lui aujourd'hui. Nadine Morano est une de ses dernières authentiques sarkozystes, pures et dures. Il cherche à faire intervenir Salima Saa, mais il est trop tard. L'atmosphère n'est vraiment pas du tout la même que pendant la campagne de 2007 – il n'y a pas d'équivalent de Rachida Dati ou de Rama Yade".

Partager cet article
Repost0

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg