Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 11:06

Omar Sharif aimait les courses. Et le cinéma.

Capture d'écran d'un site de bookmaker anglais (williamhill.com). Pris le 20 Novembre 2016 au matin.

Capture d'écran d'un site de bookmaker anglais (williamhill.com). Pris le 20 Novembre 2016 au matin.

C'est dimanche, traditionnellement jour de courses de chevaux (même si dorénavant, il y a des tiercés chaque jour...).

Et c'est aussi un jour de scrutin avec, enfin, le 1er tour de la primaire de la droite (et au-delà), qui nous aura offert une course au large de la pensée gaullienne, qui est pourtant censée être l'alpha et l'oméga de ces gens là. Course sécuritaire, purge de la fonction publique, baisse des charges, on a retrouvé des éléments à faire passer pour des marxistes-léninistes les mecs de droite (enfin surtout du RPR) des années 1980 (Chirac, Pasqua, Balladur, Pons, Seguin, Toubon,...).

Sur une fin de campagne rythmée par des gaulois, des frites, des prisunic, des chocolatines en promo, du renouveau aux cheveux blancs, voici mon prono sur le Prix du Président de la République, qui se court, non pas à Longchamp ou Vincennes, mais un peu partout dans le pays. Je table sur 3.8 millions de votant(e)s.

 - Juppé :36%

- Sarkozy : 29%

- Fillon : 22%

- Lemaire : 8%

- NKM: 2.5%

- Poisson : 1.5%

- Copé : 1%

 

Explication: depuis le début, PéJu a fait la course en tête. Certes pour lui, il temps que la course de saut d'obstacles s'achève, mais je pense qu'il coupera la ligne d'arrivée en premier, bien qu'il soit 'le-candidat-du-système-de-l'élité-des-bobos-bien-pensants-germanopratois" bla bla bla.

Il verra de plus près la casaque de PéJu, c'est Sakozix. La main sur le parti, au coeur des débats, il a paradoxalement semblé subir la campagne plus qu'il ne l'a menée. Pour l'ancien président, le défi est redoutable: il a plus de casseroles à l'arrière-train que Péju n'a de cheveux, et en plus, il subit un tir de barrage de l'ensemble de ses concurrents. Adulé par ses fans, il est sans doute le candidat le plus clivant, et donc aussi le plus détesté à droite.

Fillon, alias FF: la Funky Family de la Sarthe a lancé le sprint dans la dernière ligne droite après être resté longtemps en retrait. J'avoue ne pas croire au sondage du 18 Novembre le plaçant en tête du Prix du Président de la République. Mais a priori, avec une médaille de bronze, ce sera lui qui, en fonction de son soutien, obtiendra le titre du "faiseur de roi".

Bruno, ce bon vieux, enfin ce jeune Bruno qui veut être le renouveau devra patienter un petit peu. Son objectif semble plus se porter sur 2022. Une course en guise de répétition générale. Avec déjà un slogan pour dans cinq ans: "Bruno, il a le niveau".

NKM: dans le rôle de la femme. Traitée par ses collègues avec condescendance, la plus interrompue dans les débats télévisés, elle n'aura pas réussi à percer, malgré des thématiques différents axées sur le numérique, l'environnement. Il aurait fallu tenter un coup de poker: aller sur le plateau d'Hanouna, se faire embrasser les boobies par Jean-Michel Maire (un vrai Jean-Michel pour le coup). Sous les rires gras du public. Et de ses concurrents. Un poil jaloux, sans doute.

Monsieur Poisson, pour lequel tout jeu de mots est interdit. Approximations, autoritarisme: le cheval qui va tout droit, quitte à sortir de piste, n'est pas passé inaperçu durant cette course. Serait plus à l'aise à la primaire du rassemblement bleu Jean-Marine. Enfin, s'il y en avait une.

JFC. Comme toutes les adaptions françaises des hits américains, c'est un raté: de JFK à JFC, c'est aussi fort que le reprise de I will survive par Régine. Le second plus grand mystère de l'univers après La Femme (coucou Doc): comment peut-on voter pour Copé?

 

Voilà, contrairement à ceux qui diront, "bien sûr, je le savais", ou encore "suis-je le seul à l'avoir vu venir", eh bien moi, je l'écris, et on pourra se foutre de ma binette en cas d'erreur. Et me tresser une couronne de laurier pour le remise du trophée politique de l'année 2016 si je vous donne le tiercé dans l'ordre, et avec les bonnes côtes!

1979: le play-back au sommet de son art.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 09:40
La joie des commentaires des lecteurs du figaro.fr

Sur un sujet très simple de l'ordre d'un modeste fait divers dans la presse papier, les lecteurs du Bigaro ont cette force, presque j'ai envie de dire ce génie, de toujours, oui toujours rapporté le fait...sur Hollande. Et aussi sur l'islam. Même sur un sujet aussi basique que des asticots dans une cantine, oui, ces mecs il y parviennent.

Le Figaro, 17 Novembre 2016.

Le Figaro, 17 Novembre 2016.

Oui, des champions je vous dis. Ca m'a rappelé, celles et ceux qui regardent verront de quoi je veux parler, une petite séquence de la rubrique "La story d'Eric et Quentin" dans Quotidien sur TMC. En effet, les deux compères se représentent comme étant des journalistes du Bigaro, et sur n'importe quel sujet, ils finissent par dévier sur Hollande, et la séquence se conclue par des cris: "Il est nul, nul, il est incompétent, dehors!!"

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 08:59

Au bal des pleureuses et des râleurs, la droite départementale figure en tête d'affiche. Je vous explique: l'automne est la saison des impôts. Et parmi ceux-là, se trouve la taxe foncière sur laquelle je vous l'apprends peut-être, la majorité départementale, donc la droite, a décidé, pour cette année 2016 d'augmenter sa part du gâteau de 18,5%. Avec comme justification: "il faut faire face aux diminutions des dotations de l'Etat", soit 7 millions d'euros en 2016.

Dans le même temps, le budget 2015 s'est soldé sur un excédent net global de 13,5 millions d'euros.

Mais, dans une logique kafkaïenne, ces mêmes personnes qui ont effectué ce choix budgétaire ont pour la plupart soutenu le programme budgétaire du programme de Nicolas Sarkozy en 2012

Poitiers Mag, page 18, Novembre 2016. Et un petit scud politique gratis...

Poitiers Mag, page 18, Novembre 2016. Et un petit scud politique gratis...

Toujours dans la logique du plus grand auteur tchèque du XXème siècle, ces mêmes personnes qui ont effectuer ce choix budgétaire ont pour la plupart soutenu le programme politique (et donc budgétaire) du programme de Nicolas Sarkozy en 2012. Une diminution des dotations par la droite aurait donc était forcément plus agréable que sous la gauche? Les mêmes élu(e)s sont favorables à l'équilibre des finances publiques, mais au moment de faire l'effort nécessaire, tout de suite c'est le tube habituel: "Non mais vous comprenez, c'est compliqué...".

Le syndrome "not in my garden" a frappé la Vienne à son tour...

Le Point.fr, 15 Décembre 2011.

Le Point.fr, 15 Décembre 2011.

D'ailleurs, il est amusant de constater que beaucoup de ces élu(e)s départementaux vont soutenir Alain Juppé, qui pour se dégager des marges de manoeuvres, ne voit pas d'un mauvais oeil le fait de puiser dans les caisses des collectivités locales pour repasser sous le seuil des 3% pour le déficit public. Voici ce qu'il déclarait il y a un an.

"La baisse des dotations est-elle soutenable ?

Je ne suis pas contre toute baisse car la gestion locale n’est pas irréprochable. Le mouvement de l’intercommunalité a abouti à une inflation des effectifs. Les régions, pour l’essentiel à majorité socialiste, s’en sont donné à cœur joie dans les recrutements… Il faut donc faire des économies, tout le monde est d’accord. Ce que je conteste, c’est la brutalité de ces baisses. Citez-moi un autre exemple d’économie budgétaire de 11 milliards en trois ans ? On nous a refusé un étalement sur cinq ans. Et en même temps, on nous colle sans cesse des dépenses supplémentaires. Il n’y a pas que les rythmes scolaires… Maintenant, l’Etat m’envoie la note quand il y a eu une manifestation sur la voie publique. Jusqu’à présent, j’ai refusé de payer. C’est à l’Etat, que je sache, d’assurer l’ordre public !"

(La Gazette des Communes, 2 Novembre 2015).

 

Donc si je résume, nous avons des gens de droite qui en 2012 soutenait un candidat favorable à 2 milliards de baisse par an pendant cinq ans des dotations de l'Etat, qui au début du quinquennat Hollande se sont emportés contre le "ras-le-bol fiscal", ont notamment pu gagner des élections grâce à cet argument, qui montent sur leurs grands chevaux pour rappeler qu'en France les prélèvements obligatoires sont trop élevés, et qui s'offusquent quand l'Etat met en application ce que eux-mêmes soutenaient quelques années auparavant.

D'ailleurs, j'ajoute qu'en faisant un peu de fiction, cette hausse massive est un joli coup politique: dans l'hypothèse, très probable que la droite revienne aux affaires d'ici six mois, la majo départementale s'est engagée à ne pas relever son taux d'imposition sur la taxe foncière pour le budget 2017, permettant ensuite de claironner que tout était de la faute des socialistes, et que désormais, cela ne se répètera plus.

J'ajoute enfin que les impôts, c'est toujours plus facile de les augmenter en début de mandat, plus qu'à proximité des élections. Mais cela, rassurez-vous, ils ne sont pas les seuls à le faire (bien qu'à Poitiers, le taux communal, certes plus élevé, des taxes foncières et d'habitation, n'a pas augmenté depuis 2010).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 13:08
Une brique de lait sur laquelle était imprimée l'avis de recherche. Printemps 1997.

Une brique de lait sur laquelle était imprimée l'avis de recherche. Printemps 1997.

Je ne suis pas un passionné du fait divers, mais je dois bien vous avouer que cette affaire m'a marqué. Je me rappelle le moment où la disparition fut médiatisée: à l'époque, en 1996, pas d'internet, et encore moins d'Alerte Enlèvement.

Cette fille, était une "semblable": comme elle avait 10 ans, comme moi elle allait à l'école à pied, comme moi, elle était externe. Et je revois les avis de recherche imprimés à plus d'un million d'exemplaires un peu partout dans le monde, et que l'on peut encore voir dans les commissariats. Un adulte peut disparaître: c'est son droit. Mais une fille de 10 ans, franchement peut on croire de manière raisonnée qu'elle ait fuguée, sans avoir de bagages, comme ça, sur le chemin du retour de l'école...?

Et puis il y a les questions: comment, dans un milieu urbain, Agen, une fille peut littéralement disparaître sans que personne n'ait vu, ou affirmé avoir vu, quoi que ce soit pendant un laps de temps de 5 minutes? Comment, malgré toutes les forces mobilisées (il n'y a plus de "Cellule Marion" mais l'instruction demeure ouverte), rien pas le moindre objet, pas le moindre vêtement n'a jamais été retrouvé? Et le pire, pour les parents, la famille, les proches, c'est qu'au delà des fausses pistes et autres charlatans, il n'y jamais eu la moindre annonce de kidnapping. Rien, le néant le plus total. Un mystère qui, un jour peut-être, finira par être déchiffré.

Aujourd'hui, Marion aurait 30 ans et un jour.

Envoyé Spécial, France 2, Fin 1999.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 09:29

Impressionnant ce que recèle le génie humain comme imagination pour créer les pires supplices pour ses semblables...

Choses vues au Musée de la torture (El Castell de Guadalest)

Le garrot espagnol (aussi nommé le lacet étrangleur) est une arme de torture, mais aussi d'exécution qui a été utilisée jusqu'en 1975. Le condamné était assis tandis qu'une vis venait lui écraser le larynx avant, éventuellement de percer la nuque.

Choses vues au Musée de la torture (El Castell de Guadalest)

Un triangle d'empalement nommé le Berceau (ou Chaise) de Judas. Une personne, suspendue par des crochets était "assise" sur sur le triangle, le but étant de créer une insupportable douleur à l'entrejambe. Ainsi, lors d'une séance de torture, quand les réponses des torturés convenaient aux tortionnaires, la victime était relevée. Dans le cas contraire, on asseyait davantage l'individu sur la pointe du triangle.

Précision complémentaire: la victime était nue et la pyramide très rarement nettoyé.

Choses vues au Musée de la torture (El Castell de Guadalest)

La guillotine. Bon, on ne la présente pas. Evidemment, son succès n'est pas forcément connu pour la torture. Toutefois, il est impressionnant d'en voir une, même un modèle réduit. Flippant non de voir de si près la Louisette, la Veuve (surnoms donnés sous la Révolution). Elle a été utilisé en France pour la dernière fois en 1977. Avant d'être définitivement rangée au musée en 1981.

Choses vues au Musée de la torture (El Castell de Guadalest)

L'âne espagnol. Instrument qui a connu son succès sous l'Inquisition. La victime était assise sur l'instrument, avec des poids aux pieds pour renforcer la douleur. Certains modèles étaient agrémentés de piques là où la personne était assise, histoire de renforcer la souffrance.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 07:56

Je ne peux m'empêcher de penser à cette phrase de Coluche: "Les gardiens de la paix, au lieu de la garder, ils feraient mieux de nous la foutre!"

Le ras-le-bol des policiers : une tenue inattendue pour les gardiens de la paix

La Nouvelle République, Septembre 1989.

 

Bonus- lien vidéo: une manifestation "à l'ancienne" des policiers: pour une revalorisation des salaires. En uniforme et sans cagoule.

Un second lien (le nouvel overblog ne permet pas l'affichage des vidéos INA), un historique des manifs des policiers de mai 1946 à nos jours (sombres).

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 14:57

Joue-t-on le sauve qui peut du côté de l'Elysée? Les politiques (tant au sens de l'action que des personnes) sont impopulaires, quand bien même dans quelques mois, la fièvre quinquennale va de nouveau envahir l'Hexagone le temps de la présidentielle. Mais après cela, le soufflé, artificiel, ne va pas manquer de retomber, et cela sans doute dès les législatives de juin.

Avec des courbes de sondages aussi atones que celle de la croissance économique, le pour-le-moment-président François Hollande émet des pistes de réflexion: c'est, selon ses dires, l'expérience de quatre ans et demi à l'Elysée qui l'ont convaincu qu'il fallait que les choses évoluent. Ainsi a-t-il expliqué cela au colloque "Refaire la démocratie", qui, ironie tragique du sort, était organisé par Claude Bartolone, certes président de l'Assemblée Nationale, mais aussi un homme avec un bon passé de cucumulard, et par ailleurs, député depuis...1981. #Renouvellement

 

Au cours de ce colloque a donc été émise l'idée de limiter à "trois mandats maximum pour les parlemantaires et les exécutifs locaux". C'est un début, quand bien même je pense que l'on pourrait aller plus loin. certes, il y a eu une évolution avec la loi de 2014 sur le nom cumul des mandats, applicable pour les parlementaires à partir...du 31 mars 2017 (pourquoi avoir attendu si longtemps?). Mais l'on devrait aller plus loin.

- Trois mandats non-consécutifs de députés ou de sénateurs maximum par personne.

- Deux mandats maximum à la tête d'un éxécutif local ou même en temps que conseiller. Considérant qu'il n'est pas de "sauveur suprême", que nul n'est indispensable, cette mesure permettrait de renouveller plus fréquemment les différentes assemblées locales. Je ferai toutefois une exception pour les communes rurales (disons 2000 habitants comme plafond), dans la mesure où il est souvent complexe de trouver des volontaires pour gérer les affaires de la commune.

- Un seul mandat présidentiel. Un Chef de l'Etat qui n'a pas le souci de sa réélection aura les mains libres pour appliquer le programme pour lequel il a été élu.

- Pas d'élection ou de réelection au-delà de l'espérance de vie. Est-il sérieux d'avoir des élu(e)s parlementaires âgé(e)s de plus de 90 ans?

Certains diront: "mais comment va-t-on faire alors que l'on a besoin de gens d'expérience?*". Bon alors il faut savoir une chose: c'est  que le parlementaire est entouré de conseillers, d'assistants. Aussi compétent soit-il il aura toujours une équipe, souvent de futurs élus (mais pas que) qui sera là pour faire le job sans compter ses heures. Il en va de même pour un exécutif local.

Je suis bien conscient que cela ne va pas tout changer. Mais cela pourrait éventuellement permettre un déclin dans la chute de confiance dans le personnel politique, et faire aussi en sorte que le pays soit un peu mieux représneté. Caril faut bien le dire: la classe des élu(e)s n'est pas vraiment représentative de la société française dans toute sa diversité. Et que celles et ceux qui passent leur temps à parler, agir pour "les gens" puissant les cotoyer pour de vrai, en toute égalité. Parce que la politique de papa, avec des types qui restent élus pendant un demi-siècle voire plus, tout cela, c'est fini.

On regrettera que cette réflexion n'intervienne qu'à la fin du mandat, alors que justement, il aurait fallut débuter par là.

 

*: Comme disait Coluche en 1980: "Comme depuis trente ans on a voté pour des gens compétentes et intelligents, je propose de voter pour un imbécile qui n'y connait iren."

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 08:00
Et soudain, dans la Revue Dessinée, apparaît Stéphane Séjourné

La Revue Dessinée, comme son nom l'indique, et une revue sans photographie: elle est entièrement dessinée. Elle raconte des histoires, souvent liée à l'actualité, mais pas uniquement. Elle paraît de manière trimestrielle, et à titre personnel, je vous la recommande.

Dans cette séquence, les deux auteurs, Patrick Roger (textes) et Aurel (dessin), reviennent, au cours d'un feuilleton en trois parties, sur la montée en puissance d'Emmanuel Macron (que j'ai renommé Saint-Macron), à travers la construction et la présentation de son projet de loi dit de Modernisation de l'Economie, renommée médiatique Loi Macron. Ce cheminement se présente sous la forme d'un jeu de plateau avec un dé et des cartes à piocher. Et c'est vraiment bien fait.

Et là, surprise, sous des traits pas forcément très ressemblants avec le personnage réel, apparaît Stéphane Séjourné, passé par la fac d'Administration Economique et Sociale (AES) de Poitiers, et notamment actif lors du mouvement anti-CPE. Militant à l'époque de l'UNEF et du PS (j'ignore s'il y demeure encore), il a rejoint le cabinet de Saint-Macron à Bercy en octobre 2014 (ministère qu'il a désormais quitté) en tant que conseiller du ministre.

Et soudain, dans la Revue Dessinée, apparaît Stéphane Séjourné

La Revue Dessinée, Octobre-Décembre 2016, N°13.

 

Je remercie Demoiselle R. pour la grande qualité de ses observations.

Ce qu'en dit France Inter dans sa revue de presse du 7 Septembre 2016.

 

"Macron toujours en dessins, mais cette fois dans le numéro d’automne de la « Revue dessinée », avec une bd racontant le parcours politique et institutionnel de la loi Macron, dessins d’Aurel, textes de Patrick Roger, journaliste au Monde et grand connaisseur de la machine gouvernementale et parlementaire. Bande dessinée pleine d’humour mais civique, pour tous ceux qui ne savent pas comment naissent les lois françaises."

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg