Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 03:28

Une fois encore, la Parole donnée est bafouée!

VERBA VOLANT, SCRIPTA...VOLANT!

 

"Les promesses n'engagent que ceux qui y croient". Cette phrase légendaire dont il est difficile de savoir qui en est l'initiateur (pour certains c'est Chirac, pour d'autres c'est le très honnête Pasqua), est une fois encore plus que jamais d'actualité. Tout ce que l'on sait, c'est qu'elle date des années 1980, époque de toutes les folies. Et dans les années 2010, (époque de toutes les conneries?), son succès n'est toujours pas démenti!
Ce coup-ci, c'est Alain Juppé qui la sort de son chapeau, celui qui pourrait normalement servir à protéger son "crâne d'oeuf" d'un malheureux coup de soleil, lui qui devait être chauve...dès la naissance. Mais Juppé fut formé à l'école du RPR, qu'il a contribué à bâtir, et quoi que l'on dise, on finit toujours par revenir tôt ou tard aux fondamentaux de sa jeunesse, à ses premiers amours.
Surprise Ô surprise, le (re)voici au gouvernement: entré par la grande porte en 2007, il en fut expulsé (au profit de Borloo à l'Ecologie...) à coup de revers électoral aux législatives de Juin 2007 par la socialiste Delaunay. Vexé, il a médité, puis lors des municipales de Mars 2008, il a crié sur tous les toîts que non non non, on ne le reverrai plus retourner au gouvernement, que pour lui, tout ça c'était fini, une époque révolue. Il est vrai que la gauche ayant alors le vent en poupe, il risquait de perdre la mairie de Bordeaux face à la concurrence de la liste Rousset. Le 9 Mars 2008, il est réélu au 1er tour avec 57% des voix et réitère son engagement (cf vidéo ci-dessous).
Et puis le temps est passé. La situation a évolué comme on dit. Et la tentation de revenir sur le devant de la scène s'est peu à peu fait ressentir. Et puis il y est retourné.
Peu importe ses justifications, honnêtement je m'en fous: il pourra dire que c'est la faute de la crise, des 35H, du Front Pop', bref, il a renié sa parole. Et les Bordelais(es), enfin surtout ses propres électeurs-électrices ont dû apprécier.
Dans "la France d'après", au final, rien n'a changé. Comment vouloir inspirer la confiance au peuple quand on lui ment comme l'on respire? Je ne veux pas faire de la démagogie, et pourtant, j'en fais, et sans la moindre fierté. Je ne cherche pas à donner des leçons de moralité (qui suis-je pour cela si ce n'est qu'un simple citoyen?), mais je constate, je réfléchis, et cela contribue juste à me dégoûter, un peu plus chaque jour. Juste parce qu'en feuilletant les archives de presse, au final, je m'aperçois que c'est toujours la même chose que rien ne change si ce n'est les personnages...et encore. Pour moi, le mal est fait.
La droite (les godillots du pouvoir) applaudit le remaniement, hormis les cocu(e)s qui sont éjecté(e)s du gouvernement, affirmant que "c'est une nouvelle étape du quinquennat, et qu'une fois encore il faut réformer le pays": c'est l'illustration même du sarkozysme décadent, le bougisme permanent. On fait tout et n'importe quoi, simplement pour dire que l'on est actif, voilà tout. L'exercice du pouvoir n'est pas forcément compatible avec ce que l'on appelle les principes (la visite de Hu Jintao l'a encore récemment prouvée, mais la real politique reste un art très particulier). Mais dans ce cas, comment établir un pacte de confiance entre le peuple et ses dirigeants si ces derniers défont à leur guise le contrat que le suffrage électoral leur a offert? Peut-il encore y avoir légitimité lorsque que le contrat est en phase de rupture consommée?
La gauche nous propose elle aussi ces classiques: "c'est le retour de la droite dure". Mais les enfants, c'est depuis son retour au pouvoir en 1986 que la droite est dure (un quart de siècle), et c'est un beau pléonasme qui est pondu ici. Et si vous ne vous réveillez que maintenant, il faudra nous dire où vous étiez ses 25 dernières années: privatisation, libéralisation, expulsion: c'est quoi plus dure? La droite spaghetti de Berlusconi, le serial fucking en moins?
Lorsqu'il y a eu "l'ouverture", qui évidemment ni plus ni moins n'était qu'une phase de communication , la gauche (sauf les heureux gagnants de la loterie sarkozyste) affirmait alors que c'était un scandale que "d'exercer la politique du débauchage permanent à coup de marroquins"! Ben alors cageot, tu veux pas non plus qu'un libéral convaincu admiratif du pouvoir de l'argent comme Sarkozy te fasse une équipe gouvernementale avec des gens de gauche qui veulent établir un modèle social basé sur la solidarité (et non l'individualisme à outrance), une présence massive de services publics de qualité et une forte imposition sur les hauts revenus destinée à aider les plus modestes? Et admettons qu'il fasse ça, sur un coup de folie démentielle of course, que tu trouverais le moyen de gueuler!
La droite fait un gouvernement de droite, la gauche un gouvernement de gauche, point (Raymond) barre. La seule chose à faire sera d'être vigilant au quotidien, de s'opposer en temps voulus, et de proposer un véritable projet de société d'ici les échéances de 2012 qui de toutes façons, ne sera pas entièrement appliqué! Que ce soit par "oubli" des promesses auxquels auraient eu la prétention de croire quelques pigeons, ou tout simplement parce que la "situation a évolué, vous comprenez...". Et le même refrain dure depuis 35 ans. Cela dit, car il faut savoir être sévère tout en étant juste, je ne pense pas que ce soit forcément mieux ailleurs, mais ce n'est par pour autant que cela justifie tout!
Alors ami(e)s Bordelais(es), vous y avez cru et Juppé vous a bien eu. Et du coup, dans la préfecture de la Gironde, les temps ne sont déjà pas simples: un premier magistrat qui se sert de vous pour vous appeler à l'aide en temps de chagrin politique mais qui a un inquiétant besoin de reprendre, tel un drogué, une bonne dose d'air pollué de Paris. Et dire que rajouter à cela, les prestations footballistiques des Gigis ne sont plus vraiment une bonne occasion de se changer les idées, mais plutôt de s'attirer quelques ennuis supplémentaires divers et variés.
S'il ne devait y avoir qu'un seul aspect positif de ce reniement de la Parole donnée (que vaudra celle de Juppé à l'avenir?), c'est que l'on aura plus souvent l'occasion de voir sa marionnette aux Guignols. Le tout mis dans la balance, ça reste quand même léger.
Les paroles s'envolent, les promesses aussi...

 

Allez, vous en reprendrez bien une petite lampée?

Retournons avec notre video DeLorean à Bordeaux le Dimanche 9 Mars 2008!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 15:02

http://bakounine.blog.lemonde.fr/files/2007/12/rama.1197732186.jpgTRIBUNE

http://www.commstreet.com/images/logoNouvelObs.JPG

Prenez vos responsabilités Madame Yade !

Plusieurs jeunes militants de gauche dans l'associatif, le syndicalisme ou la politique répondent au livre de Rama Yade "lettre à la jeunesse".

 

Pendant des semaines, les membres du gouvernement se sont relayés pour stigmatiser la participation des jeunes dans le mouvement contre la réforme des retraites. Pourtant Rama Yade, l'actuelle Ministre des sports s'est démarquée de ses collègues en publiant un livre opportunément intitulé « Une lettre à la jeunesse ».

Puisqu’elle nous écrit, nous avons décidé de lui répondre.

Madame la Ministre, vous ne pouvez que constater avec nous que ce mouvement était singulier. Rarement, il n’y a eu une telle unité des jeunes pour dénoncer un avenir injuste et incertain. Lycéens, étudiants, jeunes salariés, issue de quartiers favorisés ou en difficultés, la jeunesse que vous décrivez comme engagée vient de vous donner raison : elle s’engage !

Plus précisément, elle enrage !

Elle enrage de voir un membre du gouvernement lui adresser une « lettre » en signe d'aveu de sa faiblesse, alors que dans le même temps, ce gouvernement lui envoie les CRS.

Elle enrage de voir une ministre vanter « la maturité de la jeunesse », lorsque le gouvernement auquel elle appartient répète avec mépris qu’elle est instrumentalisée.

Elle enrage enfin d’être désignée comme une « génération sacrifiée »  alors qu’elle montre chaque jour l’image d’une « génération éclairée ».

Nous ne sommes pas naïfs, Madame la Ministre ! La jeunesse que vous interpellez connait des difficultés. Taux de chômage qui explose (+ 6,6% entre début 2008 et fin 2009[1]), angoisse face à leur situation (62% des jeunes diplômes en recherche d’emploi[2]) tout conduit à alimenter la révolte face à des injustices criantes.

Le constat que vous faites dans votre lettre est en grande partie vrai. Il est temps de reconsidérer la jeunesse. Il est l’heure de lui donner une vraie chance. La jeunesse n’est pas un problème. Vous reconnaissez vous-même que la jeunesse renouvelle ses formes d’engagements « tant dans le contenu que dans la forme ».

Mais alors Madame la Ministre, malgré ce constat largement partagé, une question demeure après la lecture de votre « Lettre » : Qu’avez-vous fait ? Que faites-vous ? Qu’allez-vous faire ?

Jamais un gouvernement n’a mené une politique aussi régressive envers les jeunes. Le Ministre de la jeunesse, Marc-Philippe Daubresse, inconnu des jeunes eux-mêmes, est un ministre fantoche de l’aveu même des rangs UMP. Certains sénateurs de la majorité estimant même « on n’a pas de ministre de la jeunesse, M. Daubresse traine les pieds ! ».

Jamais un gouvernement n’a autant humilié les jeunes. Les caricaturant successivement en les réduisant à des « racailles » ou encore des « insouciants ».

Votre parti est au pouvoir depuis 8 ans, qu’a-t-il  fait pour les  300.000 jeunes au chômage qui ne bénéficient pas de la solidarité nationale ? Qu’a-t-il fait pour leur orientation professionnelle ? Qu’a-t-il fait pour l’autonomie des jeunes ? Qu’a-t-il fait pour renforcer une conscience européenne que beaucoup de jeunes expérimentent seuls ? Qu’a-t-il fait pour que l’engagement actif des jeunes dans la vie citoyenne soit réellement encouragé ? Enfin qu'a-t-il fait pour résoudre le fléau du chômage des jeunes ?

Sans reprendre votre livre ligne par ligne, nous pouvons toutefois nous étonner du vide européen. Cadre nouveau d’une jeunesse diverse, l’Europe doit être le socle des engagements des jeunes. Les problèmes sociétaux, les enjeux environnementaux, ne peuvent se traiter qu’au niveau européen. Or, il semblerait que vous ayez oublié, signe de votre prisme national sûrement exacerbé par les échéances électorales qui approchent, que les jeunes se sentent aujourd'hui profondément européens et que nombre d'entre eux s'engagent tous les jours pour défendre une Europe fédérale plus juste et plus solidaire. Sans doute les subsides des échecs de la présidence française de l’Union européenne.

De même, vous caricaturez l’engagement des jeunes, qu’il soit syndical, associatif ou politique. Qu’il vous soit étranger passe encore, que vous le dénigriez en incitant à l’abstention  devient plus préoccupant pour une Ministre de la République !

Alors, bien sûr, vous n’êtes pas Ministre de la « jeunesse » aussi diverse soit-elle. Mais vous êtes en responsabilité. Vous êtes une femme politique et avez vous même préempté le sujet. Nous vous demandons désormais de prendre vos responsabilités face au constat accablant que vous tirez de la politique de votre majorité pour les jeunes de notre pays.

Nous souhaiterions qu'il s'agisse pour une fois de ne pas sombrer dans la démagogie d’une posture purement tacticienne en vue d’un prochain remaniement. Vous devez donc poursuivre la démarche. Force est de constater que vos options sont réduites. Il vous faudrait obtenir la mise en place d’un « grenelle de la jeunesse » en y associant bien en amont les représentants des jeunes dans toute leur diversité. Il vous faudrait convaincre tout une partie de votre majorité que la jeunesse n’est pas un problème mais un espoir. Il vous faudrait définir un réel statut de la jeunesse qui n’est pas qu’une période de transition. Nous préfèrerions que cela puisse être le cas mais nous pouvons difficilement croire que votre gouvernement ne vous donnera jamais autant de latitude.

Il ne vous reste alors qu’une autre solution : prendre vos distances, Vous montrerez ainsi l’intérêt profond que vous nous portez.  Vous voulez que les jeunes prennent leurs responsabilités, faites-en autant !



[1] DARES Analyses – juillet 2010

[2] Enquête APEC – Le Monde – septembre 2010

 

Les signataires

 

Arnaud BOURDIN, jeune salarié

Thibault DELAHAYE, étudiant, militant politique au Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS)

Guillaume CHICHE, étudiant, militant syndical à l'Union Nationale des Etudiants de France (UNEF)

Violaine GODET, étudiante, militante syndicale à l'Union Nationale des Etudiants de France (UNEF)

Quentin GUILLEMAIN, jeune salarié, militant associatif à l'Association "Réformistes & Solidaires" (RéSo)

Arthur CLOUZEAU, étudiant, militant politique au Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS)

Sébastien LOURADOUR, jeune salarié

Olivier MAILLEBUAU, jeune salarié

Sarah DEGIOVANI, jeune profession libérale, militante associative à l'Association "Réformistes & Solidaires" (RéSo)
Kevin NEUVILLE, étudiant, militant associatif à "Droit Pour Tous" (DPT)
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 16:06


  FranceFootball

Frêche, le pote de Loulou, est parti  

25/10/2010 11:18

Vignette MPSC europeen.jpg

Une affiche datant probablement de 1988, à la suite de la 3ème place de Montpellier lors de la saison 87/88 de D1. Trouvée  (rajout du 22 Mai 2012) sur le site mhscfoot.com

 

L'ancien maire de Montpellier, Georges Frêche est mort d'une crise cardiaque ce dimanche. Envoyé spécial de France Football, Jean-Marie Lanoë l'avait croisé le mois dernier, lorsqu'il était allé passer «Un jour avec» Louis Nicollin (FF du vendredi 17 septembre). Souvenirs.


Il avait bien sûr sa loge estampillée «Conseil Général de l'Hérault» au Stade Yves du Manoir de Montpellier. Il y a un peu plus d'un mois, alors que nous passions la journée avec Louis Nicollin, à la mi-temps d'un excellent match de TOP 14 Montpellier - Castres, nous y avions retrouvé Georges Frêche, l'ex-maire de Montpellier amaigri, certes, une casquette rose vissée, à l'envers, sur le crâne et une canne à la main, mais plus grivois que jamais. Avec le président du club montpelliérain, il nous avait composé, sur le pouce, l'espace de quelques minutes, un duo de papys genre Muppet Show.

Les deux hommes regardaient mutuellement leurs kilos perdus. «Regardez comme il est maigre, clamait Georges Frêche à la cantonade à destination d'un Louis aminci. Quand il bande, il voit sa quéquette ! Vingt ans que ça ne lui était plus arrivé !» Son entourage se bidonnait, tout en demandant instamment alentour de ne pas retranscrire ses propos. Alors que l'intéressé, comme d'habitude, s'en fichait comme de sa première statue de Lénine.

Nicollin: «Frêche, un mec extraordinaire»

Une franchise abrupte dans un monde policé qu'il partageait avec Nicollin. Et puis, pas encore satisfait de cette première tirade, il reprendra, bien plus nostalgique : «J'ai baisé beaucoup ! Mais maintenant, j'en parle ! Que voulez-vous, on vit sur de vieux souvenirs...» De son côté, Nicollin se réjouissait à la perspective de partir pour un long voyage protocolaire en Chine où ils retrouvèrent, quelques jours plus tard, Gérard Depardieu à Shangaï.

«Nicollin, c'est mon pote !» redira Georges Frèche une dernière fois. Ce n'était pas le cas il y a trente ans, mais les deux hommes se trouveront vite des tas de points communs qu'on aura retrouvés intacts, l'espace de quelques minutes. Nicollin nous dira alors combien il était admiratif : «C'est un mec extraordinaire. Regarde comment il a transformé Montpellier et la région ! C'est pas beau, ça ?» Des potes, des mecs. Dont l'un des deux, ce 25 octobre, est bien malheureux.

Jean-Marie Lanoë

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 23:01

Maire de Montpellier de 1977 à 2004

Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier (1977-2010)

Député de l'Hérault de 1973 à 1978, puis de 1981 à 1993, puis de 1997 à 2002

Président du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon de 2004 à 2010

Georges Frêche sur TF1, le Mardi 15 Mars 1977. Trouvé sur le site Montpellier Journal.

 

Revenons en 1977 pour savoir comment se comportait alors le jeune Georges.

 

Georges Frêche, 39 ans

 

Contre les caciques

 

Agrégé d'histoire du droit et de droit, autoritaire et un rien coléreux, il est fasciné par les méthodes policières. C'est d'ailleurs lui qui s'est battuà la tribune de l'Assemblée Nationale, en 1973, sur l'affaire des écoutes téléphoniques et de la pose de micros dans les locaux du Canard Enchaîné.

Originaire du Tarn et imprégné de la tradition jaurésienne locale, il a eu du mal à s'imposer dans l'Hérault face aux caciques de la SFIO. Lors des élections municipales de 1971, il avait fallu que les communistes insistent pour qu'il devienne le chef de file de la liste d'union de la gauche. Son parti se montrait hésitant. Devenu député en 1973, Georges Frêche a pris sa revanche en faisant élire Francis Vals (PS) à la présidence de la région Languedoc-Roussillon de préférence à Bène (PS), le président du Conseil Général de l'Hérault. Il a confirmé son autorité en enlevant en 1977 la mairie de Montpellier.

S'il a soumis son parti, il va devoir en revanche apprendre à cohabiter avec les communistes.

 

Biographie issue de l'ouvrage de Thierry Pfister, Les Socialistes, Ed. Albin Michel, 1977 (pp. 134-135).

 

Je ne ferais pas d'éloge funèbre, car je ne pleurerais pas sa mort. Une phrase résume l'ensemble de l'oeuvre du bonhomme: "il laissera le souvenir d'un homme très controversé". Car bien que son bilan politique comporte de nombreuses réussites, il a de trop nombreuses casseroles accrochées au pare-choc de son corbillard en Septimanie, nom dont il voulut en 2004 rebaptiser la région Languedoc-Roussillon qui au final n'aura jamais vu le jour.

Voici l'une de ses récentes analyses personnelles: chacun en pensera ce qu'il voudra.

 

http://www.meynard.eu/images/upload/presse/20minutes.jpg

 

Georges Frêche: «Martine Aubry est un peu stalinienne»

Publié le 8 septembre 2010.

 

Georges Frêche, arrivé largement en tête du premier tour des régionales avec sa liste dans le Languedoc-Roussillon, le 14 mars 2010

Georges Frêche, arrivé largement en tête du premier tour des régionales avec sa liste dans le Languedoc-Roussillon, le 14 mars 2010 REUTERS/J.P. PELISSIER

POLEMIQUE - Le président Divers gauche de la région Languedoc-Roussillon règle ses comptes avec le Parti socialiste...

Comme à son habitude, il n’y va pas de main morte. Georges Frêche, le président DVG de Languedoc-Roussillon, ex-socialiste, s’est exprimé ce soir sur l’antenne de 7L TV, la chaîne régionale. Interrogé par Olivier Roirand et Pierre-Paul Castelli, il est revenu sur ce qu’il pense de Martine Aubry, avec qui la guerre est déclarée depuis qu’elle a soutenu la candidature du maire de Montpellier, la socialiste Hélène Mandroux, contre lui aux régionales de mars dernier.

«Martine Aubry est un peu stalinienne sur les bords. Elle fait des trucs, même le PC au pire du moment du stalinisme ne l’a jamais fait. Par exemple aller barrer l’entrée des journées de la Rochelle au sénateur socialiste Navaro (nldr: ex-patron de la fédération PS de l’Hérault, exclu pour avoir été colistier de Georges Frêche aux régionales). Ce n’est pas digne d’un premier secrétaire d’un parti, surtout quand on veut être candidat à la présidentielle! Il faut élargir, elle, elle rétrécit. Vous savez, ces exclusions de Martine Aubry dans la région, c’est une pantalonnade! Les fédérations continuent à se réunir, simplement au lieu que ce soit le premier secrétaire qui fait marcher la fédé, c’est le trésorier. Ca ne change rien!»

En campagne pour les primaires de la gauche?

«Si j’avais dix ans de moins, j’irai! Je ferais beaucoup mieux que tous ces énarques en peau de lapin. Ils sont tous plus mauvais les uns que les autres. Nous sommes le seul parti encore dirigé par un bataillon d’énarques. Aubry est énarque, Hollande, Royal, Fabius, Strauss Kahn sont énarques. Vous savez, il y en a 5% qui sont extrêmement intelligents et brillants, comme Chevènement, et 95% qui suivent ce qu’on leur a appris toute leur vie sans jamais réfléchir

«Ils ont passé l’été à parler de l’affaire Woerth au lieu de parler des salaires, des retraites. Les retraites, ils en parlent depuis quatre jours! Mais quelles sont les propositions des socialistes? Aucune! Ils disent “la retraite à 60 ans”, comme des merles, mais tous les sociaux-démocrates d’Europe, ils ont la retraite à 65, 67 ans. Et nous, par miracle, on la met à 60? Mais on n’en a pas les moyens financiers, il faut voir la réalité.»

Le Frêche-Tour 2010-11

«Je vais à Paris le 14 et 15 septembre faire une dizaine de télévisions nationales et radios dire ce que j’ai à dire. Je suis connu dans toute la France comme le loup blanc. Cet été, je rentrais dans les restaurants, tout le monde me serrait la main et me disait “M. Frêche, vous dites ce qu’on a envie de dire, continuez!” C’est vrai, je suis très connu et je suis l’un des rares hommes de province à être connu dans toute la France!»

Une statue de Georges Frêche himself ?

Cinq statues de «grands hommes» seront prochainement inaugurées à Montpellier, parmi lesquelles Lénine, mais le président de région n’exclut pas de voir un jour la sienne s’ajouter à la liste non exhaustive des bons de commande.

«Si quand je serais mort, il y a des gens qui veulent faire une statue, je n’ai qu’un vœu, être à cheval!»

 

A Montpellier, Caroline Rossignol
Et en guise de bonus-archive vidéo, le débat télévisé (TF1, le Mardi 15 Mars 1977) en vue du second tour des municipales de 1977: Frêche, tout comme Jacques Santrot à Poitiers ou encore Edmond Hervé à Rennes font partie des socialistes à avoir contribuer au déferlement de la Vague Rose sur l'Hexagone lors de ce scrutin, en remportant une municipalité de plus de 30000 habitants.
retrouver ce média sur www.ina.fr
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 18:29

A retrouver chaque semaine sur DailyMotion avec Médiapart et Arrêt Sur Images!


 

Entretien

Porte :« Je crois que Mermet est vexé de ne pas avoir été viré »

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 17:06

Ils connaissaient l'opinion et la galère des gens sur la journée d'action du 12 Octobre..dès le 10!

Le Bigaro est-il le commanditaire ce cette supercherie?

" La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant."

Michel Audiard

28fb.jpgMerci à Julien Texier pour cette découverte de grande qualité!

Sondage de PPP:

100% des gens qui vont voir cela vont penser que ceci est l'oeuvre de profonds tocards, mais là, on frôle la pathologie incurable!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 23:12

En France, on n'a toujours pas de pétrole, de biens mauvaises idées, et on ne sait toujours pas compter!

Poitiers, Jeudi 29 Janvier 2009. Ce jour là, entre 14000 et 30000 personnes ont défilé dans les rues de la capitale de Charentes-Poitou. Je vous laisse deviner qui a pu proposer les chiffres ci-dessus.

 

23 Septembre 2010: nouveau rendez-vous social. Il fait beau sur l'Hexagone, et c'est un nouveau round de la bataille contre la réforme des retraites qui s'engagent. 231 cortèges se sont ébranlés dans tout pays. Votre serviteur faisait parti de celui de Poitiers. Au départ de la manif', je pensais honnêtement que celle-ci était plus maigre que celle du 7 Septembre. Mais ce fut une fausse impression, dans la mesure ou ce cortège a grossi au fur à mesure du parcours. Et au final, il y avait de quoi égaler la dernière grosse manif (entre 8000 et 30000).

Mais avant d'y aller, j'avais pris soin sur Failleucebooque de proposer mon prono de cette grande course pictave, avec un chiffre à 21000. Et au final, voici les résultats (attention aux éventuelles de rire, je n'invente rien, source Centre Presse):

FORCES DE L'ORDRE: 6600

SYNDICATS: 35000

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant ses résultats, et surtout, mais à ce niveau là on vire au grotesque, l'écart entre les deux chiffres: un différenciel de 28400 persones! De quoi faire une très belle manif' avec autant de "fantômes" à Poitiers!

Calculons l'écart médian:

35000-6600=28400

28400/2=14200

35000-14200=20800

 

Faute de savoir si ce décompte là est bon, je sais que mon prono tenait la route car mon erreur ne serait que de...200 personnes! Bref, exit les vannes habituelles (fumette et bières) ,il est navrant de constater que la guerre des chiffres est après chaque manif' bidon et ridicule: face à un tel spectacle, il y a de quoi être dépité.

Mais le plus drôle n'est pas là! Certes, au niveau hexagonal la querelle des chiffres est très grande: 997000 pour la police (donnée sur laquelle s'appuie le gouvernement pour clamer haut et fort que le mouvement s'essouffle), tandis que selon les syndicats, on atteindrait le chiffre de 3 millions de personnes. Un peu comme sur un ring de boxe, les deux combattants (qui se refoutront quelques pralines en pleine poire le 2 Octobre prochain) s'autoproclament vainqueur! Et au final, rien n'avance.

Il est vrai qu'aujourd'hui, pour les syndicats, je pense que c'est une contre-performance: pour prendre de l'ampleur, il faudrait que selon les chiffres syndicaux, il y ait au moins...5 millions de personnes qui foulent le pavé afin d'être véritablement menaçant pour le gouvernement (enfin un petit peu, cela ne représente que moins de 10% de la population du pays) , qui fait mine de négocier, mais au final ne veut rien entendre. Certes en 2006, la team Galouzeau de Villepin a reculé. Mais ce n'est pas 3 millions de personnes dans les rues qui l'ont contrainte: c'est la peur que le mouvement dégénère véritablement, que le sang coule, sachant que par ailleurs, de nombreuses universités (dont Poiters en locomotive de la fronde avec Rennes nomtamment...) étaient bloquées depuis plusieurs semaines. Et en 1995, le recul de Juppé fut aussi du, il ne faut pas l'oublier, au fait que les routiers (une arme fatale dans un mouvement social) aient commencé à paralyser le pays (blocage des raffineries entre autres...). Et en 2010, nous sommes bien loin du compte. De plus, en Novembre 95, l'executif était fraichement installé, alors qu'en ce moment, le gouvernement est épuisé après 3 ans de règne, mais reste soudé, selon les sources officielles.

La page humoristique (polémique diront certains journaleux de bas étage...), la palme d'or du pire des comptages revient au pays des sardines, à Marseille: 22000 selon la police, 220000 selon les syndicats.Un rapport de 1 pour 10: on nage en plein délire.

Et ça aussi, avec mon petit café au lait du matin, je l'avais pronostiqué.

 

Bonus-vidéo Old School:

Le générique Des Chiffres et des Lettres de 1987!

 

Et pour les fans, un lien vers le générique de l'émission datant de Mai 1979, pour la Coupe des Champions 79 du jeu!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 23:00

Le débat dit républicain tombe fichtrement bien bas!

WOERTH-COLLABO-2010.jpg

Trouvé par Julien Texier, sur le site de l'Assemblée Nationale (compte-rendu, à partir de l'article 30).

 

Au petit matin du débat marathon engagé sur la réforme des retraites (c'est marrant ça, dès qu'une personne de l'UMP parle de réforme, c'est généralement synonyme de régression sociale: on voit l'oeuvre des communicants...), Eric Woerth, qui a l'équivalent de 20 ans de production de casseroles au cul en ce moment, se laisse aller, au fin fond de la nuit, à quelques méditations très particulières.

La députée de la IIème circonscription de la Vienne a eu le droit à ce qualificatif de la part du Ministre Woerth: "Collabo!". Il ne l'a pas dit assez fort pour que tout le monde l'entende, mais juste assez pour que sa glorieuse parole soit notée dans le compte-rendu du débat (prononcé vers 6 heures 20).

Pour rappel, le terme de "collabo", est le diminutif de "collaborateur", et fait référence à l'époque de l'Occupation (1940-1944), lorsque fut mis en place par Vichy la collaboration. Ce terme désigne une personne ayant été à la solde des nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. C'est un terme grave qu'un esprit un temps soit peu raisonné n'emploie pas gratuitement, à la première occasion pour insulter, que ce soit le matin ou l'après-midi. Il est bien plus grave de ce faire insulter de "collabo" que de gros con ou de sombre crétin, et cela l'est d'autant plus lorsque cela se déroule dans la chambre des représentants du peuple, dans ce qui est un temple de la République, de la démocratie.

Evidemment Woerth n'est pas revenu là-dessus, mais si un journaliste l'interroge sur le sujet (parfois, en politique, les petits détails peuvent être de très bons révélateurs), j'aimerai qu'il justifie simplement cette insulte, déshonorante pour celui qui la prononce en toute gratuité, et faisant référence aux heures les plus sombres de la France.

Hélas, les diables du passé reviennent sans cesse, et en 2010, la République vit à son tour des heures très sombres, et la lumière de l'espoir d'un avenir meilleur viendra, un jour, de je ne sais où, mais quand? Pas avant 2012 en tout cas...

 

Jeudi 16 Septembre 2010, ajouts de 14H20:

tout d'abord je vous propose un lien vers le blog de Jules sur le sujet, qui évoque la chose sous un autre angle.

Et par ailleurs, un rappel de l'article 71 (qui dispose et ne stipule pas!!!) du réglement intérieur de l'Assemblée Nationale, que m'a envoyé un camarade, et néanmoins ami.

"Est également rappelé à l’ordre avec inscription au procès-verbal tout député qui se livre à une mise en cause personnelle, qui interpelle un autre député ou qui adresse à un ou plusieurs de ses collègu es des injures, provocations ou menaces.
Le rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal comporte de droit la privation, pendant un mois, du quart de l’indemnité parlementaire allouée aux députés".

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Les Gens
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg