Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 08:44

Illustration de Los Paseos de TD, prise le Mercredi 7 janvier 2015.

 

A l'initiative d'un Poitevin, un événement Facebook a été lancé pour un rassemblement dimanche à 15h à Poitiers (place Leclerc). "Pour les républicain(e)s qui ne peuvent pas aller à Paris dimanche mais qui veulent manifester leur attachement à la liberté d'expression, et rendre hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo".



Un rassemblement est également prévu samedi à 15h, à l'initiative du club de la presse de la Vienne. A cette occasion, les Poitevins seront invités à écrire (ou dessiner) sur des recueils qui seront ensuite envoyés à la rédaction de Charlie Hebdo.

 

Pris sur Centre-Presse.fr, Vendredi 9 janvier 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 08:45

LE CENTRE CULTUREL SAINTE-CROIX A OUVERT SES PORTES SUR "LA COMEDIE FRANCAISE":

UNE RICHE EXPOSITION DE COLLECTIONS ET DOCUMENTS


 

Sainte Croix 1974

Ce fut un moment privilégié samedi matin pour les invités du maire et de la municipalité de Poitiers de découvrir le Centre Culturel Sainte-Croix, où actuellement le musée de la Ville est en cours d'installation. L'occasion de cette visite était provoquée par l'inauguration d'une exposition exceptionnelle consacrée à la Comédie Française. Grâce à l'obligeance de M. Pierre Dux, administrateur de la Maison de Molière, et au concours de l'Inspection générale des Musées en province, Poitiers bénéficie - jusqu'au 15 janvier -  de ce phénomène de décentralisation artistique qui marque une étape dans la vie culturelle.

Il appartenait à M. Rérolle, conservateur des musées de Poitiers d'accueillir ses hôtes, parmi lesquels nous retiendrons M. Vochel, préfet de la région Poitou-Charentes et de la Vienne, accompagné de MM. Delmas et Beysson; Me Grandon et M. Chamard, conseillers généraux; MM. Vertadier et Strawzynski, à la tête d'une forte délégation du Conseil municipal de Poitiers; des maires des communes environnantes; M. Buthaud, premier président de la Cour d'Appel; M. Verney, conservateur régional des Bâtiments de France; M. Nicolini, directeur régional des Antiquités historiques, etc.

Dans son allocution, M. Rérolle partageait l'expression de sa gratitude entre toutes les personnes et tous les organismes qui avaient conjugué leurs efforts, d'une part pour la présentation de cette première exposition temporaire, d'autre part pour la réalisation du Centre Culturel Sainte-Croix.

 

Un cadre qui incite à la découverte

 

Sous la conduite de Mme Chevalet, conservateur des collections et bibliothèques de la Comédie Française, commençait alors la visite de l'exposition, réunissant une masse impressionnante de documents: bustes, tableaux, costumes, maquettes, manuscrits, livres, etc., recueillis depuis trois siècles et qui évoquent avec une étonnante précision la vie de la Maison de Molière. Cette exposition - dont l'entrée est gratuite - est parfaitement mise en valeur, d'une part dans la galerie ceinturant la salle de conférence, et, d'autre part, dans l'espace, très vaste, réservé aux expositions temporaires. Ce dernier lieu précède le département peinture du musée, qui, samedi matin, était également présenté aux visiteurs par M. Gendron, adjoint de M. Révolle. Les collections de Poitiers trouvent dans la conception - et la réalisation - harmonieuse des salles un cadre qui incite à la découverte.

M. Vertadier se déclarait d'ailleurs très satisfait que ce soit la Comédie Française qui inaugure en quelque sorte le Centre-Culturel Sainte-Croix, et il profitait de l'occasion pour rendre hommage à M. Strawzynski, qui, depuis le début, voici neuf ans, s'était attaché, en liaison avec M. Monge, à la construction et l'aménagement d'un monument appelé à être le témoin à Poitiers de l'art du XXème siècle. Le maire saluait en Mme Chevalet une guide merveilleuse et formait le voeu que l'Inspection générale des Musées de province favorise à l'avenir la venue à Poitiers d'expositions de la richesse de celle actuellement prêtée par la Comédie Française.

Une réponse positive sur le principe lui était apportée par M. Ponneau, lequel considérait que les musées de province constituaient un élément capital de la vie intellectuelle et spirituelle d'une ville.

 

Sainte Croix 1974

 

La Nouvelle République, Lundi 23 Décembre 1974.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 09:31

Un véritable voyage dans le Poitiers des années 1960, en pleine mutation.

Saurez-vous reconnaître chacun des lieux filmés, sachant que nombre d'entre eux ont énormément évolué?!

 

L'évolution de Poitiers au crépuscule des années 1960,

présentée par le maire Pierre Vertadier

 

ORTF, 24 Octobre 1967.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:07

Route-vers-couronneries-bouchons-1973.JPG

Centre Presse, Fin Juillet-Début Août 1973.

 

Rocade-D162-vers-ZUP.JPGUn cliché réalisé au même endroit, le Jeudi 2 Juillet 2009, vers 10h, sur le pont reliant le quartier du Dolmen à Beaulieu, qui passe au-dessus de la RD 162.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 08:53

Quartier-Notre-Dame-Poitiers-1989.JPG

Ils sont unanimes. Habitants et commerçants aiment leur quartier et le défendent.

 

"ANIMONS et animez" tel pourrait être l'autre slogan du quartier Notre-Dame qui a mis sur pied un programme d'animations, rue du Marché, Grand-Rue, rues de la Regratterie, des Vieilles-Boucheries, du Palais, la place Charles-de-Gaulle, la place Charles-VII et le marché Notre-Dame. Mais au delà de cet évènement, que représente pour chacun ce quartier qui, depuis quelques temps, s'est sensiblement transformé? En bien ou en mal c'est ce que nous avons cherché à savoir auprès de ses commerçants sédentaires ou non sédentaires de ses résidants, de ses clients hébitués ou simplement de passage.

"Chouette, sympa, agréable". Tous usent les mêmes termes pour qualifier cette tranche du vieux Poitiers et pourtant ajoute la grande majorité d'entre eux, "Il est confronté à un problème qui le tue peu à peu: la circulation".

"La circulation est bloquée à cause de la rue du Marché devenue piétonne", souligne un fleuriste de la place. Manque d'emplacement pour se garer, renchérissent clients et commerçants, les critiques vont bon train.

"Au grands maux les grands remèdes" a-t-on envie de dire lorsqu'on écoute les nombreuses solutions préconisées: création de parking, circulation à sens unique propose un pharmacien qui n'hésite pas à parler de "détournement de clientèle oragnisé".

Seul avis discordant, celui de la famille Gorgeon (coordonniers dans la Grand-Rue) pour qui "le problème de stationnement est un prétexte, le quartier se meurt mais les fautifs sont les gens eux-mêmes qui ne prennent plus le temps de flâner".

Et magré tout, ils l'aiment ce quartier. Commerçants résidants et clients sont unanimes: pour rien au monde, ils en changeraient. Emouvant ce témoignage de commerçants installés depuis 35 ans dans le quartier: "Tous les gens qui sont venus ici se sont plus et ne sont jamais repartis, nous formons une grande famille et nous ne pourrions être déracinés...".

Alors, heureux ces résidants étudiants, couples ou retraités qui sont fiers de leur quartier pour sa beauté, son dynamisme et sa solidarité? Pas tous malheureusement regrette Mme Gorgeon, passionnée de vieux quatiers, la suppression des appartements au profits des "piaules estudiantines" a entraîné la disparition des familles et par consésuent de la vie du quartier. "Je m'étonne vraiment des opérations fréquentes de ces promoteurs privés qui empèchent la reprise de pas de porte et créent ainsi des logements trois étoiles".

Et le commerce dans tout ça? "C'est formidable, clame une étudiante, ici quand je viens j'ai tout sous la mains, les commerçant sont sympas et on a envie de revenir". Propos confirmés par un passant pour lequel il y a dans le quartier une équipe de jeunes commerçants qui a fait bouger les choses.

C'est aussi l'avis des commerçants eux-mêmes comme M. Charles Marque qui insiste sur le fait que Notre-Dame est la partie commerçante la plus importante de la ville ou encore que Mme Coireaud qui souligne que bon nombre de commerces vont s'ouvrir prochainement.

Le marché n'est évidemment pas oublié, ses habitués le défendent coprs et âmes, ainsi cette retraitée qui confie: "C'est l'âme du quartier pour moi et j'y vais trois fois par semaine." Pour les autres, les difficultés relatives à la circulation font qu'il se vide peu à peu et ils ajoutent que le vrai problème est en réalité celui des halles qui vieillissent mal du fait d'un manque d'entretien. Vous avez dit embellir le quartier? Eh oui, malgré leur amour pour l'église et les vieilles maisons, ils sont encore nombreux à émettre des idées pour améliorer son aspect extérieur: entretien des voies piétonnes, unité au niveau de la publicité extérieure dans les rues propose un styliste, réfection de quelques immeubles délabrés pour deux Parisiennes nouvellement installées, création d'espaces verts et enfin ornement de la place Chalres-VII qui si elle est une belle réussite semble aux yeux de tous bien nue.

Quant à l'avenir du quartier pour certains il y a risque d'éclatement du fait de sa grande superficie, certains secteurs, nous dit M. Charles (commerçant) formeront bientôt un quartier à part entière. En attendant, Notre-Dame, au rythme de ses pulsations séculaires, continue à vivre intensément ce qui ne saurait surprendre car en fait n'est-il pas le coeur même de la cité?

 

La Nouvelle République, Début Octobre 1989.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 09:50

LUNDI AU "DIETRICH"

AFFICHE-CINema-le-dietrich-ouverture-1984.JPG

La première séance avec Bernadette Lafont

Pour 4 jeunes Poitevins, mordus de cinéma, ce ne sera pas la "dernière séance" mais plutôt la première le 8 octobre, d'un cycle que nous espérons de lingue durée.

Reprenant en effet l'idée du "vieux Eddy" (Mitchell bien sûr!) et de son copain Gérard Jourd'hui, François Doré, François Henry, Jean-Pierre et Christophe Casaban ont non seulement voulu faire revivre de vieux films, mais aussi un cinéma. "Le Dietrich" remplacera désormais le Ciné U du quartier Dalesmes, si cher aux étudiants, et dont les séances avaient cessé il y a environ deux ans.

C'est l'inauguration de ce cinéma entièrement rénové par leurs soins qui aura lieu le 8 octobre en présence de la comédienne Bernadette Lafont, la nouvelle marraine du cinéma.

Leurs idées, à tous les quatre, c'est de remonter le temps pour revivre quelques pages de l'histoire du cinéma, celles d'avant les 60; de donner aux nstalgiques mais aussi aux plus jeunes, l'occasion de voir ou revoir tous ces films d'aventures, de capes et d'épées, tous ces westerns et leurs héros, toutes ces stars, Errol Flynn, Garry Cooper, James Stewart, Cary Grant, John Wayne, Kirk Douglas, pour n'en citer que quelques uns; de proposer aussi des projections thématiques ("Les femmes" en novemebre par exemple) ou évènementielles comme "This is the army" de Michael Curtis avec Ronald Reagan, à l'occasion des élections présidentielles américaines en décembre!

 

DEUX FILMS PAR JOUR ACTUALITES...ET VIDEO CLIPS

Autres idées originales: deux films différents par jour, à 19h et 21h, le tout agrémenté d'actualités Pathé des années 60. Quant aux "variétés", elles feront place aux désormais irremplaçables vidéo clips. Les tout premiers seront "Amazonia" d'Yves Simon et "Pull Marine" d'Isabelle Adjani.

En réalité, c'est à l'intérieur de l'association "Cinéma et Culture" que les Poitevins connaissent bien, que "Le Dietrich" va fonctionner non sans difficulté d'ailleurs, certains estimant que commercial et culturel ne vont pas de paire.

Nos jeunes cinéphiles tiennent quant à eux le pari contraire même si l'objectif du Dietrich n'est pas de faire de l'argent avec le cinéma mais plutôt du cinéma grâce à l'argent.

 

HALL PIANO BAR

De l'argent, justement, ils en ont obtenu un peu, 250.000 F*, dont 180.000F ont servi au réaménagement de la salle (accessible aux handicapés), à l'achat d'un nouveau matériel de projection (le plus performant de la place poitevine soulignent-ils fièrementà, d'un écran...

Le reste servira en quelque sorte à créer une ambiance. Côté "extérieur nuit", le Dietrich jaillira de sa sombre ruelle grâce à quelques spots bien placés, tandis que le hall entièrement remodelé, se transformera en piano-bar, histoire de prendre un pot entre deux séances ou de se raconter "son" avis sur le film en buvant un verre.

Une possibilité de détente d'autant plus appréciée que le quartier est éloignée du centre-ville et que les bars se font rares dans le secteur.

 

BILLETS A 20 ET 17F

Enfin, côté tarif, nos "quatre mousquetaires" écrasent les prix en proposant des billets à 20F* (17 F pour les tarifs réduits).

 

ON DEMANDE DES BENEVOLES

Mais, si pour combattre les agents du Cardinal, le Gascon et ses compagnons s'estimaient en nombre suffisant, François (X2), Jean-Pierre et Christophe aimeraient bien qu'il y en ait d'autres pour leur doner un coup de main, à la caisse, dans la salle et au bar...Les bénévoles intéressés (pour le cinéma) peuvent téléphoner au 88.04.87.

Ah! J'allais oublier : à vous de deviner pourquoile cinéma s'appelle "Dietrich".

CATHERINE PELLETIER

Centre Presse, Mercredi 3 Octobre 1984.

 

*NdPPP: 20F de 1984 correspondent, en prenant en compte l'inflation et l'érosion monétaire, à 5€54 de 2013. La place, tarif normal de 2014 étant de 7€, il n'y pas eu d'envolée des prix. Par ailleurs, la subvention de 250.000F de 1984 vaut 69276€ de 2013.

La toute première séance du Dietrich

1ER-FILM-AU-DIETRICH-POITIERS.JPG

Centre Presse, Mercredi 10 Octobre 1984.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 08:15

Longue Vie au Dietrich!

affiche-30-ans-le-Dietrich-Poitiers.JPG

Poitiers, Dimanche 12 Octobre 2014.

 

Pour ses 30 ans, le Dietrich, "cinéma monoplexe sans complexe" n'hésite pas à se mettre sur son 31 pour attaquer sa 4ème décennie. Ainsi, à partir de mercredi, c'est pas moins de 5 jours de fêtes consécutives qui vont se dérouler avec des plaisirs divers et variés.

Je ne vais pas vous faire toute la liste des diffusions mais sachez que le jeudi soir sera consacré à Benoît Delépine, alias Mickael Kael de Groland, "parpaing" du cinéma tel qu'il est présenté dans la brochure anniversaire. Les choses s'emballent le vendredi avec une soirée spéciale "Films de 1984", où l'on pourra voir entre 21h et 7h, dans l'ordre S.O.S. Fantômes, Hard Rock Zombies, Sans pour sang, Freddy les griffes de la nuit, et enfin, récompense pour les courageux, Terminator, avec un petit-déjeuner juste après. Oui car la soleil ne tardera pas à se lever à la fin de cette soirée marathon.

Un peu de repos le samedi, avant de repartir dès 20h30 avec The Rocky Horror Picture Show, projection qui précèdera une boom 1984 au Cluricaume. Le dimanche on souffle un peu, avec notamment un ciné-concert où l'on pourra voir Le Mécano de la Générale, avec Bister Keaton, film de 1926.

Seul petit regret, mais peut-être est-ce pour une question de droit, j'aurais fortement apprécié de voir la diffusion l'adaptation du livre de George Orwell "1984", par Michael Radford, dans le film éponyme.

Bref, ne boudez pas votre plaisir et viendez nombreux fêter les 30 bougies du Dietrich!

 

PS: pour ma part, mon premier souvenir du Dietrich, c'est la projection vers fin 2001/début 2002 du film de Christophe de Ponfilly: "Massoud, l'Afghan". Et rien que pour m'avoir fait découvrir le parcours, les combats du commandant Massoud, je remercie le Dietrich.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:30
Ce samedi, le chantier de la LGV secteur Poitiers-Nord - Migné-Auxances était ouvert au public. 750 personnes environ se sont pressées sur place entre 13h30 et 18h, affluence tellement inattendue que cela commençait à provoquer un bouchon sur la RD 910, en amont du musée d'Art Populaire Chez Manu.
LISEA POITIERS
Voici un aperçu de ce que l'on découvre en sortant des parkings improvisés. Un espace avec la tonnelle avec quelques boissons, brochures et panneaux d'exposition, personnels d'accueil avec visites guidées à la chaîne toutes les 30 minutes. Et à chacun des curieux, un petit autocollant "J-1000" est donné, permettant ainsi de compter l'affluence.

LISEA POITIERS
Donc si mon calcul est bon, la LGVSEA devrait entrer en fonction à peu près le 07 Juillet 2017. Et j'avoue qu'à l'insu de mon plein, avec cet autocollant, j'étais furieusement en mode "François le Français".
LISEA POITIERS
Sous une inattendue chaleur d'octobre, devant des groupes de soixante personnes, les visites s'enchaînent. Guidés par un agent tout droit sorti de la COGIP (cc @JeanPatrickRanu), mais très ouvert au public, M. Brondino, responsable du chantier dans la Vienne, explique toute la partie "technique" des travaux. L'exercice de com' est bien rôdé, on ne parle pas d'argent mais simple travaux, contraintes légales et administratives, les curieux sont au rendez-vous et l'opération séduction est un succés.

LISEA POITIERS

LISEA POITIERS
Le tunnel sous l'A 10. 166m de ciment fabriqué dans le Cantal. A fin de ne pas couper le trafic, l'autoroute a été dans un premier temps déplacée, pis le trou a été creusé, puis recouvert par ces blocs, avant que ces derniers ne soient recouverts afin de faire passer l'A10 sur son trajet original.
LISEA POITIERS
LISEA POITIERS
Remake version SNCF de "2001, l'Odyssée de l'Espace". En Poitou.
LISEA POITIERS
J'avoue que je l'ai cherché: j'ai enfin trouvé un selfie sur le pont: ouf!
LISEA POITIERS
LISEA POITIERS
L'une des difficultés de l'exercice: faire passer la voie de raccordement sur la voie ferrée existante. Tout en évitant d'avoir une pente supérieure à 3%..
LISEA POITIERS
LISEA POITIERS
LISEA POITIERS
Autre difficulté. Avec EDF: en effet, la hauteur du pont sur la RN147 devait être de 8m car tous les 30 ans environ, EDF doit faire passer du matériel sous ce pont pour la centrale de Civaux. On a donc en l'espace de moins de 2 bornes une autoroute à franchir, une ancienne nationale en 2x2 voies, la RN 147 en 2x2 voies et la voie ferrée qui date du XIXème siècle.
Evidemment, il faudra attendre avant la réactualisation de la carte Google...
En bonus: la vidéo de la presse locale (NR) sur l'ouverture au public du chantier.
Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Pourquoi Poitiers
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg