Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : PourquoiPasPoitiers
  • PourquoiPasPoitiers
  • : PPP, le blog intégral: tout sur tout et un peu plus que tout, d'avant-hier, d'hier, d'aujourd'hui et peut-être de demain!
  • Contact

Spirit of the 1970's

Sunglasses-Cigare-cravate-et-gilet.JPG
Articles, Photographies de Ludovic Bonneaud.
Sur une idée originale de Alexandre Lafréchoux.
"Je m'intéresse au passé
car c'est là que j'aurais aimé vivre."
1930961_30625904006_410_n.jpg

Le Pourquoipaspédia

Sachez que...

http://img40.xooimage.com/files/6/e/8/logopb86-1176646.png

En Pro A comme en Pro B, PPP soutient eul' PB86!

 

6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 07:05
Euro 2000 : la France, championne, sur le toît du monde du sport

MONUMENTAL

Ils sont donc désormais non plus seulement dans le panthéon du sport français, auquel ils avaient accédé le 12 juillet 1998 au soir de leur démonstratio contre le Brésil, mais dans celui des très rares équipes qui auront marqué l'histoire du football international de leur empreinte éternelle. Oui, les Bleus sont bien la -dream team- du football de cette fin de siècle. Et comme Borg ou Merckx, à leur époque dans d'autres sports, ils n'encourent plus guère que le superbe reproche d'être devenus imbattables.

Il y a deux ans, après leur victoire en Coupe du monde, ils paraissaient avoir atteint le sommet de leur monde. Mais ce qu'ils ont réussi pendant cet Euro, d'un bout à l'autre d'un parcours finalement encore plus relevé et plus ardu que lors du Mondial, les place toujours plus haut dans la hiérarchie historique de leur sport. On a pourtant bien cru que cette fois-ci, ils allaient perdre. Et que les valeurs essentielles qui avaient forgé le succès des Bleus, l'esprit d'équipe au-dessus de tout, la force née de la communion d'un groupe et la culture de la victoire, justement souvent acquise dans le Calcio, avaient cette fois-ci fait le lit du triomphe d'une Squaddra Azzura dont pourtant personne en Italie ne pensait grand bien avant le démarrage de ce Championnat d'Europe. Mais il était dit que rien ni personne ne réussirait à se mettre en travers du chemin de gloire de cette équipe, qui, pour la troisème fois de son histoire, s'est imposée par un but en or. Comme si cet exercice si crispant n'avait été pratiquement inventé que pour eux!

Ils ont donc désormais gagné. Alors, au soir de ce qui est sans doute le dernier chapitre de l'inoubliable histoire de ce groupe que certains vont quitter, il convient d'abord de tous les remercier . Pour ces deux titres et toutes les émotions qui les ont accompagnés. Pour ces folles prolongations, pour ces finales incroyables, pour ces moments de folie. Et surtout, pour tout ce bonheur qu'ils diffusent. Ca va encore être un sacré mois de juillet.

Jérôme BUREAU

La finale, chose étonnante, diffusée sur France 2.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 07:03
Tour de France 2016 : Froome pour la passe de 3

Après plus de 340 jours d'attente, la Grande Boucle reprend ses droits. Dans la fraîcheur de ce mois de juillet (qui en Normandie peut se comparer à une forme de douceur, à 20°, ils ne sont pas difficiles les Normands), le Tour édition numéro 103 va partir à l'assaut de plus de 3500 bornes depuis le pied du Mont-Saint-Michel, la Merveille de l'Occident.

Pour la seconde fois de suite, ce qui n'est pas courant, le parcours se fera dans le sens inverse des aiguilles d'une montre avec un tracé qui "relégitime" légèrement le contre-la-montre qui avait été boudé l'an passé (13 bornes de prologue et 28 de clm en équipe): 37 km en solo en individuel et 17 km plus qu'accidentés entre Sallanches et Megève.

Mais cette année: quel plateau de rêve les amis avec Froome, Quintana, Nibali, Contador (sa der sur le Tour), Pinot, Bardet, Aru, Porte pour la gagne; Sagan, Degenkolb, Kristoff, Cavendish, Coquard, Greipel, Kittel pour les sprints, sans oublier pour les baroudeurs/punchers: Gallopin, Alaphilippe, Majka, Rui Costa, Barguil,...Bref il y a le caviar, les huîtres et le champagne sur la table, il ne reste plus qu'à s'asseoir et déguster.

J'ai eu l'occasion de voir un peu le Dauphiné Libéré, et j'avoue que dans l'avant-dernière étape, j'ai trouvé Froome très fort lors de ses attaques (Contador est passé à la trappe sur le coup). D'ailleurs, il s'impose dans la compétition. Le train de la Sky est prêt, bien qu'il soit intéressant de voir la stratégie de Richie Porte parti du côté de la BMC. Contador risque de prendre un éclat lors du premier pétard lancé par Froome (dès le Lioran ou attendra-t-il les Pyrénées?) et devra, pour notre plus grand plaisir, passé à l'attaque pour espérer jouer la gagne. Mais pour cela, il vaudrait éviter la stratégie de la loose en voulant faire un all-in sur la dernière montée.

J'avoue ne pas croire aux Astana: un leadership partagé entre le prometteur Aru (qui découvre cette année le Tour) et Nibali (vainqueur du Giro), qui sera crâmé dans dans la montagne, mais qui annonce se mettre au service de Fabio Aru. Je demande à voir, mais vu comment le vainqueur du Tour 2014 avait sauté l'an passé, j'émets des doutes.

Enfin, les Vomistar devraient tout miser sur Quintana avec Valverde dans le rôle du lieutenant. Mais comme pour Contador, faire un tempo élevé pour "fatiguer" le train de la Sky ne fera qu'amener Froome dans un fauteuil vers un nouveau sacre. Au risque de protéger ses intérêt s'ils se retrouvent en situation de devoir défendre une place dans un Top 5, en courant sur un Astana, sur Contador, ou pourquoi pas sur un Français.

Et nos petits Français dans tout ça? Pinot désormais un cador du contre-la-montre me semble être au meilleur de sa forme, et la première semaine sera surtout consacrée à éviter les chutes et autres éventuelles bordures. Bardet, avec Vuillermoz en lieutenant a de bonnes jambes (deuxième du Dauphiné) mais a parfois besoin de voir sa fougue calmer. Pierre Rolland, parti chez la Cannondale, demeure l'inconnu. S'il recule au classement, il pourra éventuellement jouer le grimpeur, mais le classement des pois rouges est désormais moins favorable aux baroudeurs. Mais je crois en lui pour claquer son étape.

Voici mon tableau d'honneur:

- Maillot Jaune : Froome

- Maillot Vert : Sagan

- Maillot à pois: Froome

- Maillot Blanc: Barguil;

 

Bon Tour à toutes et à tous!

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 07:59

Incontestablement le carré magique!

Les lectures indispensables pour le Tour de France 2016

- Le Guide officiel du Tour de France: pour tout savoir sur le parcours, les coureurs t l'histoire de l'épreuve.

- Pédale!, le Hors Série de So Foot. 6 numéros pour le très attendu magazine avec cette année en Une Richard Virenque, qui succède à Thibaut Pinot. Des interviews, des anecdotes, des jeux de mots, et évidemment les prévisions pour chaque étape qui se réalisent...parfois.

- Pédale!, le beau livre, édité par So Lonely. Plein de belles photos, quelques archives des précédents Pédale!. Un livre de chevet, ou à bouquiner sous un arbre. Le jour de l'étape de repos.

- Le 1 XXL, la publication d'Eric Fottorino revient à la charge avec un numéro spécial "Maillot Jaune". Avec de beaux textes et toujours une très belle surprise au verso du journal une fois intégralement déplié.

 

Voilà une fois que vous aurez lu tout ça, eh bien il y a de fortes chances que le Tour soit fini.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 07:29
La Une de l'Equipe du Samedi 30 Mai 2010.

La Une de l'Equipe du Samedi 30 Mai 2010.

Il y a six ans et quelques jours que l'UEFA a attribué l'organisation de l'Euro 2016 à la France. Entre temps, cette équipe a vécu des hauts (Mondial 2014) et des bas (Knysna en 2010, un Euro 2012 calamiteux, des affaires, des querelles...) mais désormais, nous y sommes, et place au jeu.

Dans une formule renouvelée (exit la formule aux 16 nations en vigueur depuis l'Euro 96), 24 équipes vont s'affronter, baissant mécaniquement le niveau de la compétition dans la mesure où la sélection est plus vaste que précédemment (avec l'ancienne formule, difficile d'imaginer des pays comme l'Albanie où l'Irlande du Nord parvenir à se qualifier).

Cependant, cette année, il me semble que personne n'est véritablement en mesure d'aborder la compétition en tant que favori. Certes, il y a des pays qui tiennent la corde (Allemagne, Espagne, France), mais pas un leader intouchable comme l'Espagne en 2012. Comme en 1992 (Danemark) et en 2004 (Grèce), il n'est pas impossible que cette compétition réserve des surprises (Islande?), mais j'avoue que je n'y crois pas. Bon en même temps, c'est le propre des suprises, sinon, elles n'en seraient pas.

Alors pourquoi la France? Parce que c'est une équipe qui est en progression depuis deux ans, qu'elle compte en son sein des joueurs qui se sont affirmés (Pogba, Payet, Griezmann,...), que celle-ci même si elle a une assise défensive qui laisse à désirer, elle marque des buts à chaque match (merci de mettre de côté l'Angleterre-France post attentats de novembre). Et en fin de compte, la finalité du football n'est-elle pas de mettre un but de plus que l'adversaire?

Certes ce ne sera pas un parcours de santé, et à un moment donné, il faudra bien se frotter aux gros. Mais quand on est un grand pays de football, et que l'on organise une compétition, l'ambition minimale est quand même...de gagner, non? D'ailleurs, deux de nos trois trophées majeurs, ont été obtenu en France (seul l'Euro 2000 a été gagné par la France à l'extérieur). Et puis il paraît improbable que la France organise cette compétition avant les années...2040!

Et puis symboliquement: on a gagné l'Euro en 1984. 16 ans après, on remporte l'Euro 2000. Et nous voilà de nouveau...16 ans après. Bon, c'est argument bidon, mais ça n'empêchera pas, si les choses tournent bien, le journal l'Equipe de titre "Comme un symbole".

Pour moi, l'idéal serait une finale France-Espagne. Et en plus de me plaire, on peut quand même penser que cette affiche n'est pas sur le papier dans le domaine de 'limpossible (c'est quand même moins improbable qu'un match Autriche-Hongrie ou Slovaquie-lslande, ce qui outre le fait que se serait décevant pour nous donnerait surtout l'impression d'avoir une finale au rabais, même si la doueur serait moindre que celle des Portugais quand ils ont perdu leur Euro 2004 en final contre...la Grèce et son bétonnage défensif)

Pour les anti-foot, ce mois de compétition sera aussi agréable de placer un vegan en stage dans une boucherie-charcuterie. Pour les autres, ça sera l'orgie de football, de beaux gestes et de fils-de-puterie, bref, le temps de cerveau disponible sera consacré au ballon rond (cc le gouvernement).

Bonne compétition, et on en reparle dans un mois.

PS: PourquoiPasPoitiers ne sera pas 100% branché foot durant la compétition.

Qui dit compétition dit généralement horreur musicale. Petit souvenir d'une mélodie de 1998: ce qui est pratique avec la culture foot française, c'est que ces chansons sont généralement intemporelles. Danger toutefois: c'est une mélodie chewin-gum, qui, vous l'aurez compris après écoute, reste en tête. Carlos, nous ne vous remercions pas d'avoir laissé votre siège vacant aux Grosses Têtes pour pondre ça...

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 06:52

Plus que deux mois avant le Grand Départ de la Grande Boucle!

Mont-Saint-Michel : en attendant le Tour de France...

Normandie, Manche, Mercredi 18 Novembre 2015.

 

Symboliquement, le compteur a été lancé le 2 juillet 2015.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 09:10

Le nouveau sélectionneur du XV de France ne réussit jamais un grand Tournoi lorsqu'il débute à ce poste. Skrela en 96, Laporte en 2000, Liévremont en 2008 et PSA en 2012 n'ont pas eu l'occasion de briller à l'occasion de leur premier Tournoi. Considérons cela comme étant l'apprentissage.

Ainsi pour Guy Novès, la lecture des deux premières est désormais différentes à la lumière...des deux défaites qui ont suivi, respectivement contre Galles et l'Ecosse. Là où au début du mois nous pouvions fournir certains espoirs de taper un grand coup sur la compétition, nous en sommes désormais réduits à mettre les barbelés et tout ce que l'on pourra trouver pour éviter cette terrible infamie: voire l'Angleterre brandir le Trophée du Grand Chelem à Paris.

La situation est simple: soit nous nous imposons et finissons sur peut-être sur le podium (sauf si l'Ecosse et Galles s'imposent toutes deux) et ruinons le Grand Chelem de l'Angleterre, soit nous perdons et risquons outre ce qui a été mentionné précédemment, de finir dans une délicate 5eme position potentiellement, ruinant le chantier de "reconstruction" entamé par Guy Novès.

Contre l'Ecosse, outre les en-avants à répétition, on a surtout vu que l'adage célèbre "No Scrum, No Win" n'avait jamais été aussi vrai, tant les Ecossais nous ont concassé dans cette phase de jeu. Oui, il y a danger, et les Anglais, qui n'ont plus réussi de Grand Chelem depuis leur Sainte Année 2003 ne se feront pas prier pour nous mettre une rouste, quand bien même celle-ci ressemblerait à celle de l'an passé, le fameux match open-bar de Twickenham (55-35).

Donc Messieurs les Français, peu importe la manière, ce soir, battez les Anglais!

Dans le reste de la compétition, la journée débutera à 15h30 avec un Galles-Italie, qui devrait être à sens unique. Les Gallois ont frôlé l'exploit à Londres, mais peuvent s'en prendre qu'à eux même d'avoir roupiller en première mi-temps. Dommage, car à peu de choses près, les Diables Rouges n'auraient jamais aussi bien portés leur nom. Pour l'Italie, bon ben...leur collection de cuiller de bois devrait s'agrandir aujourd'hui. Beaucoup trop de lacunes, pour une équipe dont on espère qu'elle progressera chaque année, et qui se vautre lamentablement, comme chaque année, malgré Jacques Brunel à sa tête, qui jouera son dernier match à la tête de la Squaddra Azzura à Cardiff. Triste départ...

Enfin, à partir de 18h, le derby du whisky Irlade-Ecosse. Des Verts passés complètement au travers de leur Tournoi qui devront tant bien que mal sauver la face contre des Ecossais en pleine renaissance, remis dans le sens de la marche par Vern Cotter. Un match qui sera bien plus indécis que ces dernières années...Et tant mieux! D'ailleurs, pour la première fois depuis 2006, l'Ecosse pourrait retrouver le podium du Tournoi, avec trois victoires.

Mes pronos:

Galles - Italie. Victoire du Pays de Galles. Sans débat.

Irlande - Ecosse. Victoire de l'Ecosse. J'avais senti le coup fourré le week end passé, et ils ont mérité leur victoire. Alors oui à la passe de 3!

France-Angleterre: Victoire de la France. Défaite interdite.

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 11:13
Illustration prise sur deviantart.com

Illustration prise sur deviantart.com

Après 15 jours de repos, le 17ème Tournoi des VI Nations entre dans sa dernière pahse avec deux journées en une semaine.

Et pour les Bleus, nous allons voir qu'elle sera leur capacité de réaction après le match perdu contre Galles, au score trompeur et malgré tout flatteur (19-10). Le sélectionneur a fait le choix d'effectuer plusieurs changements: Camara, Spedding, Fickou, Maestri, Fofana et Trinh-Duc retrouvent leur place dans le XV titulaire.

La malédiction du numéro 10 semble avoir fait une nouvelle victime avec Plisson après son match totalement raté (eh oui ça arrive à tout le monde) du côté de Cardiff. François Trinh-Duc (52 sélections) va avoir pour objectif de finir le Tournoi en tant que titulaire afin de pouvoir se voir à plus long terme dans ce poste dont décidément on a bien du mal en France à trouver un homme quasiment incontournable.

Que peut-on attendre de ce XV de France remanié? Déjà, débuter le match dès la 1ere minute et non pas à l'heure de jeu comme contre l'Italie et l'Irlande, ou même à la seconde mi-temps contre Galles. Pas de panique pour le moment bien entendu, mais sans forcément attendre déjà un match référence des hommes de Novès, ça serait bienvenu, après la déconvenue galloise de repartir avec quelques certitudes de Murrayfield avant d'achever le Tournoi par un France-Angleterre au sommet.

En face, les Ecossais ont su éviter lors de leur virée romaine la Cuiller de Bois, après une partie sérieuse et convaincante contre des Italiens encore trop tendres. Leur charnière Laidlaw-Russell est solide, le XV écossais bascule très rapide d'un  schéma offensif à un schéma défensif, et réciproquement (bon quand tu perds souvent bêtement la ballon tu prends vite tes habitudes), et surtout, il ne faut pas oublier que les Ecossais ont failli nous battre l'an passé dans le cadre de la réparation du Mondial, et qu'à peu de choses près ils intégraient le dernier carré de la Coupe du Monde. Méfiance, méfiance, d'autant plus que notre dernière défaite contre le XV du Chardon remonte à...2006, match d'ouverture du Tournoi qui nous couta à l'arrivée...le Grand Chelem.

Pour le reste, nous avons un Irlande-Italie à 14h30 qui risque d'être un match à sens unique, avec des Irlandais, champions en titre, encore pour 8 jours, complètement à la rue, avec un point récolté en trois rencontres et une terrible desillusion contre l'Angleterre en se cassant les dents (71% de possession en 2MT et 73% du temps passé chez les Anglais en 2MT pour un essai tranformé en 40 minutes) sur le rideau défensif de la Perfide Albion (pourtant deux fois réduites à 14 contre 15). L'Italie va devoir éviter la Cuiller de Bois mais je vois mal comment l'Italie (qui certes a battu l'Irlande dans le Tournoi en 2013) pourra battre des Irlandais, quand bien même à côté de leurs pompes?

Et enfin, à 17h, le grand match de cette 4ème journée avec un très attendu Angleterre-Galles, revanche du Mondial avec des Anglais qui retrouvent de la confiance avec une véritable montée en puissance match après match des hommes d'Eddie Jones et qui vont devoir faire face aux fantômes de l'automne en présence des ogres gallois qui, certes ne peuvent plus obtenir le Grand Chelem, mais ont toujours la possibilité de remporter le Tournoi (sachant que leur dernier match se jouera à Cardiff...contre l'Italie). Le début de partie risque d'être une fabuleuse marée rouge, mais l'on a bien vu que les Anglais, tel le roseau, plient mais ne rompent pas. Attention à l'excès d'agressivité toutefois...

 

Mes pronos:

Irlande - Italie : victoire de l'lrlande. Comment imaginer autre chose?

Angleterre - Galles : très difficile entre le coeur et la raison. Courte victoire des Diables Rouges.

Ecosse - France: victoire de l'Ecosse. Je ne le sens pas ce match bizarrement...Comme un air de piége à Murrayfield...10 que nous les battons (meilleure série en cours contre eux).

 

 

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 09:05
Galles-France, 2014 (FRANCK FIFE / AFP).

Galles-France, 2014 (FRANCK FIFE / AFP).

Le véritable crash-test, c'est maintenant. Une autre équipe, comme l'Irlande, que nous n'avons pas battu lors de ces quatre dernières années; les redoutables Gallois avec leur terrible puissance de feu d'un pack d'avants agressifs dans les phases de rucks, des trois-quarts qui trouvent toujours la faille chez l'adversaire, le tout guidé par une paire de demis (Biggar et Davies) véritable maîtres à jouer du XV du Poireau.

Contre l'Irlande, les Gallois ont été inexisants durant 30-35 minutes avant de prendre les choses en mains, contre des Ecossais joueurs, ils n'ont jamais douté et l'ont emporté au terme d'un match intense comme on aimerait en voir plus souvent. Bref, les Gallois ont toujours le dernier mot.

Mais nous autres Français? Certes nos matchs n'ont pas été fabuleux. Une partie poussive contre de valeureux Italiens, et un réveil à l'heure de jeu après une heure passée en mode "Stalingrad", où il a fallut attendre la 62eme minute pour voir les 22 adverses. Certes, on a gagné, mais ce n'était pas beau. Toutefois, vu le chantier qui se trouve face à Guy Novès, on mettra de côté l'attente du beau jeu en préférant retrouver de la confiance, qui passe par une enchaînement de victoires (ça fait 6 ans que l'on n'a pas enchaîné trois victoires consécutives dans les VI Nations, soit depuis...le Grand Chelem 2010!). La discipline sera évidemment un élément incontournable pour espérer s'imposer, mais il faudra plus que cela pour ne pas être irrémédiablement distancé par le XV du Poireau.

Dans les autres rencontres, nous avons un Italie-Ecosse le samedi à 15h25. Les Italiens ont tenu en respect les Anglais durant une mi-temps avant de s'effondrer complètement, tandis que les Ecossais ont manqué de faire un gros coup il y a quinze jours du côté de Cardiff. Presque comme chaque année, la cuiller de bois risque de choisir son camp du côté de Rome. Toutefois, les Ecossais sont la proie préféré des Itlaiens: ils les ont battu sept dans les VI Nations depuis 2000. Malheur au vaincu!

Et enfin, samedi à 17h50, un magnifique digestif avec un Angleterre-Irlande très attendu. Les Anglais, en mode diesel, ont attendu la seconde mi-temps pour martyriser les Italiens. C'est le premier vrai test pour la Perfide Albion qui a eu un démarrage de Tournoi en douceur (Ecosse puis Italie) depuis la déroute du Mondial qui peu à peu est en train d'être oubliée. Côté Irlandais, ça ne va pas fort, avec seulement un point en deux journées, une incapacité à tenir le score et surtout, un Sexton qui semble être fragilisé, et qui risque d'être dans le viseur des Anglais. Les hommes de Joe Schmidt doivent à tout prix s'imposer, ne serait-ce que pour sauver leur Tournoi, qu'ils ne pourront que très improbablement remporter désormais.

 

Mes pronos:

Galles-France. La raison va parler: victoire...des Gallois.

Italie-Ecosse: si l'Ecosse retrouve son niveau de jeu produit contre Galles, elle s'imposera.

Angleterre-Irlande: victoire des Anglais.

 

Bons matchs à toutes et à tous!

Repost 0
Publié par Ludovic Bonneaud - dans Café des Sports
commenter cet article

POITIERS

Le 7 Janvier 2015,
PPP a reçu
depuis sa création
500095 visites.062.JPG

Radio Old School

 RADIO OLD SCHOOL

Une rubrique exclusivement consacrée à de la musique "à l'ancienne" type Disco Soul Funk Electro 1990's et autres perles auditives.
Histoire pour les amateurs de découvrir un genre musical de qualité hélas disparu.
A l'écoute:
 

DEODATO
Skyscrappers
Album:
OS CATEDRATICOS/73 
(1972)

 

 
Le prix du pétrole à New York: 108$13

Pétrol Pop, Jean Yanne & Michel Magne, B.O. de Moi Y'en A Vouloir Des Sous (1972)

Vignette 1985

Vignette auto 1985

Vignette 1983

http://images.forum-auto.com/mesimages/518416/vignette81B.jpg

http://images.forum-auto.com/mesimages/64646/80.JPG
http://www.forum-auto.com/uploads/200511/vignet_1133117787_1979.jpg

http://www.forum-auto.com/uploads/200504/vignet_1114629809_78fa.jpg
http://www.forum-auto.com/uploads/200512/vignet_1133556357_77.jpg